25/02/2018

Protection des GPS aéronautiques contre des cyberattaques !

 

aviation,cyberattaques,gps,armasuisse,aviation commerciale,infos aviation.

Berne, en collaboration avec une équipe internationale de chercheurs, le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse développe un système d’un type nouveau pour protéger l’espace aérien global contre les cyberattaques visant le système de navigation par satellites GPS.

Ces années passées, les annonces de cyberattaques visant le système de navigation par satellite GPS (Global Positioning System) se sont multipliées. Ces attaques criminelles constituent une menace particulièrement importante pour l’aviation, puisque les avions, hélicoptères et drones utilisent les signaux du GPS pour la navigation. Ainsi, il y a par exemple eu des tentatives de faire dévier de leur cap des avions ou de prendre le contrôle de drones en émettant des signaux destinés à perturber ou à leurrer les systèmes. Fondamentalement, dans les applications civiles, tous les récepteurs de signaux GPS sont vulnérables et ne disposent d’aucune protection face à de telles manipulations.

Le domaine de compétences Sciences et technologies (W+T) d’armasuisse a développé une solution à cet effet en collaboration avec des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, de l’Université technique de Kaiserslautern, de l’Université Ruhr-Bochum et de la New York University Abu Dhabi. Un système d’un type nouveau, appelé Crowd-GPS-Sec, surveille en permanence l’espace aérien à l’aide de signaux numériques relatifs à la navigation aérienne émis par des avions et des drones. Les chercheurs ont pu démontrer à l’aide d’algorithmes d’un nouveau type comment de faux signaux GPS ont pu être détectées en quelques secondes. Il est même possible de localiser l’attaquant à quelques mètres près dans un délai de 15 minutes au maximum. Cette solution a ceci de particulier que les signaux d’un avion relatifs à la navigation aérienne peuvent être surveillés via l’Internet par un groupe de volontaires (Crowdsourcing). Le Crowdsourcing permet aujourd’hui déjà aux organisations concernées de profiter de cette solution sans devoir mettre en place leur propre infrastructure de surveillance, ni devoir modifier les récepteurs GPS des aéronefs.

535.jpg

Le système en est encore à l’état de prototype et sera présenté en mai 2018 à San Francisco (USA), au IEEE Symposium on Security and Privacy (S&P). Institué il y a 39 ans, le S&P Symposium est organisé par l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE). Ce symposium est considéré au niveau mondial comme la principale conférence consacrée à la cybersécurité. Des experts du monde scientifique, de l’industrie et des autorités s’y rencontrent chaque année pour échanger les résultats de la recherche. Ce travail soutient la Stratégie nationale de protection de la Suisse contre les cyberrisques (SNPC). Sources DDPS.

13/01/2018

Suisse, nouvelle année, nouveau chef des Forces aériennes !

1345025_app-detailseite-relunch_1qi63A_1fMDcL.jpg

La nouvelle année est importante pour l’armée suisse. En effet, avec le mois janvier sonne la mise ne place de la réforme DEVA. Soit une nouvelle donne dans laquelle l’armée doit s’orienter vers l’avenir en tablant sur la modernité et la flexibilité. Des améliorations notables de la disponibilité, de la formation des cadres et de l’équipement, ainsi qu’un ancrage régional renforcé qui constituent les quatre points principaux de cette réforme.

Nouveaux chef pour l’aviation :

Le Ministre de la Défense Guy Parmelin à nommé au 1er janvier le divisionnaire Bernhard Müller chef des Forces aériennes. Celui-ci officiait jusqu’ici en tant que numéro deux des Forces aériennes. De son côté Aldo Schellenberg devient le chef des Opérations.

En choisissant le divisionnaire Bernhard « Beni » Müller notre ministre joue sur plans. D’une part, il place un suisse-allemand à un poste clef, alors qu’outre Sarine, on lui reproche de positionner un « peu trop » d'officiers romands. Mais le plus important vient du fait que les Forces aériennes retrouvent un chef issus de l’aviation et non de la défense aérienne. Une situation qui aura une extrême importance avec le choix d’un nouvel avion de combat prochainement.

Un homme de terrain :

Bernhard Müller est originaire du canton d’Argovie. Notre nouveau commandant n’est pas très connu en suisse-romande, pour avoir eu l’occasion de m’entretenir avec lui à Emmen en 2014, j’ai fait la connaissance d’un homme particulièrement carré, très professionnel qui n’aime visiblement pas les soirées mondaines. Homme de terrain, Bernhard « Beni » Müller est pilote d’hélicoptère de carrière. Il a contribué à l’entrée en service des Super Puma en tant qu’instructeur. Son expérience de pilote militaire semble rassurer les membres des Forces aériennes. Car l’homme aura fort à faire, tant dans le dossier du futur avion de combat, mais également sur le mise en place du futur système de défense sol-air, qui devra fonctionner en binôme avec le nouvel avion.

frame-29-184584.jpg

Photos : Div. Bernhard « Beni » Müller & EC635 @ DDPS