29/07/2016

Le Sikorsky VH-92 présidentiel en bonne voie !

presidentialhelo.jpg

Sikorsky (Lockheed-Martin) a terminé la phase d’examen critique de conception (CDR) du programme de remplacement de l'hélicoptère présidentiel VH-92A « Marine One ». Avec l'étape de conception terminée, le programme se prépare maintenant à l'assemblage du premier prototype qui volera l’année prochaine.

Rappel :

La marine américaine a accordé Sikorsky un contrat de 1,24 milliard de dollars en mai 2014 pour commencer l'ingénierie et la fabrication du développement (EMD) du nouvel hélicoptère présidentiel, soit une version modifiée du Sikorsky S-92 bimoteur. Au total le projet porte sur une enveloppe de 9 milliards de dollars pour la fourniture de six hélicoptères VH-92A. L’entrée en service est prévue pour 2020.

Sikorsky VH-92A (S-92) :

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolières et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le « Sea King ». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée. L’appareil sera également doté d’un système de guerre-électronique complet.

 

2105791273.jpg

Photos : Projet Sikorsky VH-02A @ Sikorsky

11/06/2016

Le premier Yak-152 est assemblé !

1514757_original.jpg

L’avionneur russe Yakovlev a présenté le premier prototype de son avion école Yak-152, lors d’une cérémonie à Irkoutsk en Sibérie orientale.

Le premier vol du prototype du Yak-152 devrait avoir lieu cette année, selon Sergey Yamalov, directeur de la fabrication. Trois autres fuselages sont en actuellement assemblés, l’un pour les essais en vol et deux autres pour les tests statiques.

L’avionneur russe Yakovlev a signé un contrat, en 2014, avec le ministère russe de la Défense pour le développement d'un nouvel avion destiné à la formation initiale des pilotes. Le Yakovlev Yak-152 doit remplacer les actuels Yak-52. Selon les premières informations disponibles, l’usine IAZ d'Irkoutsk devrait produire l’appareil. Cette décision fait suite à un appel d'offres pour la réalisation du développement de l'avion d'entraînement.

Le Yak-152 :

Le Yak-152 est un monomoteur, biplace, monoplan à aile basse d'une configuration classique avec un train d'atterrissage tricycle escamotable. Le train d'atterrissage antichoc dispose de pneus basse pression. L’avion doit permettre des décollages courts et atterrissages sur de petits terrains non préparés. L'équipement de l'aéronef permettra à l'élève d'acquérir la capacité d’apprendre à naviguer avec une instrumentation moderne. Le YaK-152 est doté d’un siège éjectable SKS- 94M pour garantir une évacuation sûre pour les membres d’équipage.

Doté d’une structure simple et robuste, pour une haute fiabilité et un entretien minime, l’avion aura un coût d’exploitation particulièrement bas. La configuration aérodynamique de l'aile et la forme en plan de l'aile et l’aérodynamique ont été sélectionné pour fournir les fonctions  les plus adaptées à la voltige.

Le Yak-152 devrait être doté d'un moteur Vedeneyev M-14X de 500 ch et offrir un rayon d'action de 500km, il pourra atteindre la vitesse de 500km/h mais pourra également offrir une motorisation allemande avec le moteur diesel RED A03 de 550 ch.

 

irkut-rolls-out-first-yak-152-trainer-prototype-8635-S0Kbm5TqRg7CmeeYQuwEJFytb.jpg

Photos : 1 maquette du Yak-152 2 Premier modèle assemblé @ Yakovlev

 

25/07/2015

La société Rosneft commande 10 AW189 !

 

medium_original_AW189_940_x_410.jpg

 

 

AgustaWestland a annoncé qu'elle a signé un contrat pour la vente de dix hélicoptères commerciaux AW189 à RN-Aircraft, une filiale de la compagnie pétrolière Rosneft. Le contrat prévoit que les nouveaux hélicoptères seront utilisés à des fins de transport.

Livraison des hélicoptères sont  prévues entre 2015 et 2017. En outre, comme déjà énoncé dans l'accord-cadre signé en décembre 2014 et avec la participation de Russian Helicopters, une filiale de la corporation Rostec, Rosneft envisage de commander d'autres hélicoptères d'ici 2025 jusqu'à 160 unités.

 

 

L’AW189:

 

 L’AgustaWestland AW189 fait partie de la famille des hélicoptères bi-moteurs de moyen tonnage qui est composée des modèles : AW169, AW139 et AW189 (par ordre croissant de taille). Leurs masses maximales sont d’environ 5,5 t, 6,8 t et 8 t, respectivement. L'AW189 est conçu pour répondre à la demande croissante du marché pour les hélicoptères de moyen  tonnage, polyvalent et abordable. La nouvelle classe d’hélicoptère bimoteur de 8 tonnes est optimisé  pour le transport à grande distance en mer et les missions SAR, plus de 80 commandes sont déjà confirmées. 

 

La cabine spacieuse est configurée avec 16 sièges en standard avec une option pour une densité à 18 sièges  maximum ou 12 en minimum. L'AW189 est le seul appareil à avoir une boîte de transmission principale capable d’un 'run- sec ' 50 à minutes (fonctionnement sans lubrification), dépassant les normes de certification actuels et offrant une sécurité et une fiabilité inégalées pour les opérations en mer à longue portée.

 

 L’AW189 est motorisé par deux moteurs General-Electric CT7-2E1. AgustaWestland a essayé de rendre la cellule la plus aérodynamique que possible. De plus, les pales du rotor ont été dessinées de telle sorte que l'hélicoptère consomme moins de carburant et puisse voler plus vite. L’avionique a aussi bénéficié d'une mise à jour pour correspondre à ce qui se fait de plus moderne. Le cockpit est équipé de quatre écrans de 25cm de haut sur 20 de large.

 

3591665242.jpg

 

Photos : AW189 @ AgustaWestland

11/03/2015

Premier vol pour le Kamov Ka-52K !

 

mglhbi9.jpg

 

 

La Russie a effectué le premier vol d'un hélicoptère d'attaque Kamov Ka-52K « Katran », soit la nouvelle version nasalisée de l’hélicoptère d’attaque. Ce premier vol a duré 40 minutes et a permis de tester l’ensemble des systèmes.

 

Le Kamov Ka-52K «Katran» : 


yourfile.jpg


 

Le Ka-52K "Katran" est une version navalisée du Ka-52 destiné à être embarquée à bord des BPC de classe Mistral. Le Ka-52K bénéficiera de pales et d’ailes repliables, d’un train d’atterrissage renforcé, d’un traitement anti-corrosion, ainsi que de nouvelles capacités comme la lutte anti-navire. Contrairement à son homologue le Ka-52 «Alligator», le Ka-52K emportera la version bi-bande du radar «Arbalet» avec un capteur en bande Ka (cibles terrestres) et un autre en bande X pour les cibles marines. En matière d'armement, cet appareil recevra le missile air-mer Kh-35UV en plus de l’armement classique de l’Alligator.

 

La marine russe a signé une commande ferme de quatre Ka-52K, avec l’intention de porter ce nombre à 28 hélicoptères. La force aérienne russe dispose d'une flotte actuelle de 63 Ka-52 « Alligator », avec un total de commandes confirmées pour 93 appareils.

 

Peu importe le « Mistral » : 

 

Des essais antérieurs du Ka-52 ont été effectués à bord d'un navire de surface (voir photos) en service au sein de la marine russe. La problématique de la livraison ou on des deux bâtiments de type « Mistral » par la France ne semble pas compromettre le développement du « Katran ». On se rappel que le contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de guerre de classe « Mistral » a été signé entre la Russie et la France en 2011. La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, a été suspendue par le président français François Hollande en raison de la crise ukrainienne.

 

Selon Igor Korottchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes, la probabilité d'une remise des navires  « Mistral » à la Russie est nulle. La plupart des experts militaires russes sont également de cet avis et pensent que les bâtiments militaires ne sont pas l'acquisition la plus indispensable pour la marine russe. De fait la Russie prépare le chiffre de l’indemnité qu’elle pourra exigé de la France, et du même coup financer ses propres navires de guerre. 

 

ka-52k.jpg

 

Photos : Essais d’un Ka-52 sur un bâtiment russe @ Ria Novosti