11/09/2021

F-35, le suisse Montana rachète le belge Asco !

IMG_7774.jpeg

Le choix suisse du F-35 avait une seule faiblesse, celui de ne pas avoir complètement rempli son carnet de compensation industrielles. Celui-ci doit être réglé d’ici quatre ans après la signature du contrat, auquel cas Lockheed Martin serait contraint de payer des pénalités.

Intérêt de l’industrie

Les industriels suisses commencent à se presser au portillon des investissements. Cette semaine le fournisseur de l'industrie aéronautique suisse Montana Aerospace a racheté le belge Asco Industries, spécialisé dans les composants pour ce secteur et notamment engagé dans la production de pièces pour le F-35. Le montant de la transaction n'a pas été divulgué. Asco est basé
à Zaventem, près de Bruxelles, l’entreprise dispose de sites de production en Belgique, en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada et compte près de1’200 collaborateurs.

La société suisse Montana Aerospace en achetant le fabricant de pièces d'avions Asco Industries élargit ainsi son offre et se positionne sur le F-35 en Europe. Asco Industrie est notamment spécialisée dans la fourniture de volets de bord fuite, soit le dispositif hypersustentateur pour l’industrie civile et militaire avec par exemple l’A400M d’Airbus.  

view.jpeg

"Avec l'acquisition d'Asco Industries, Montana Aerospace renforcera encore ses compétences en matière de conception de produits, de tests et de fabrication de composants et d'assemblages en métal dur pour les structures d'aile et de fuselage", a déclaré Montana Aerospace dans un communiqué. 

La société suisse Montana Aerospace compte 5’000 employés sur 28 sites sur quatre continents. Avec l’acquisition d’Asco Industries, la société suisse Montana Aerospace va pouvoir disposer d’un atout majeur dans la conception et la fabrication de dispositifs hypersustentateurs, d'assemblages mécaniques complexes et de composants fonctionnels majeurs pour l'industrie aérospatiale. Asco Industries fabrique en effet les ailerons haute-vitesse (Flaperon Spars) du F-35 en Belgique.

RUAG engagé sur le F-35

De son côté la société RUAG Australie, une division de RUAG Suisse travail sur le système d'actionneur de verrouillage qui ouvre et ferme les portes de la baie en quelques secondes pour permettre au F-35 de déposer sa charge utile plus rapidement et de maintenir sa capacité de furtivité. Le composant comprend 27 références et est assemblé dans le système d'entraînement de la porte de la baie.

L'amélioration de l'excellence concurrentielle et la réduction des délais qui en résultent ont permis à RUAG de répondre à la totalité de la demande de volume de production pour le programme F-35, dans les trois variantes d'avions. Des améliorations continues ont été mises en œuvre tout au long de la chaîne d'approvisionnement, de l'approvisionnement en matières premières à l'usinage, au traitement spécial, à l'assemblage, aux tests et, enfin, à l'emballage et à l'expédition au client.

Le système d'actionneur de verrouillage ouvre et ferme les portes de la baie en quelques secondes pour permettre au F-35 de déposer sa charge utile plus rapidement et de maintenir sa capacité de furtivité. Le composant comprend 27 références et est assemblé dans le système d'entraînement de la porte de la baie.

L'amélioration de l'excellence concurrentielle et la réduction des délais qui en résultent ont permis à RUAG de répondre à la totalité de la demande de volume de production pour le programme F-35, dans les trois variantes d'avions. Des améliorations continues ont été mises en œuvre tout au long de la chaîne d'approvisionnement, de l'approvisionnement en matières premières à l'usinage, au traitement spécial, à l'assemblage, aux tests et, enfin, à l'emballage et à l'expédition au client.

dgo3je52ac431.jpg

À propos du F-35

Le F-35 « Lightning II »  est le chasseur multirôle de 5ème génération le plus avancé au monde. Trois variantes du F-35 remplacent les anciens chasseurs de l'armée de l'air, du Corps des Marines et de la marine des États-Unis, ainsi que des forces aériennes d'au moins douze autres pays du monde, dont les membres européens de l'OTAN que sont le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège, la Pologne et  s’ajoutent également l’Australie, le Japon, Israël, Singapour, la Corée du sud et la Suisse.

Plus de 690 avions F-35 ont été livrés et sont utilisés à partir de 29 bases dans le monde. Plus de 1’ 460 pilotes et 11’025 techniciens de maintenance ont été formés, et la flotte de F-35 a dépassé les 430’000 heures de vol cumulées. A ce jour, 2’595 appareils sont en commandes.

Photos : 1 F-35 @Sgt Alex Cook  2 Pièce fabriquée par Asco @ Asco 3 Portes des baies ouvertes @ LM

 

 

22/11/2019

Climat, Airbus lance le projet « Fello’fly » !

Airbus-Fellofly.jpg

Dubaï Airshow, l’avionneur Airbus a dévoilé son projet «  Fello’fly » de démonstration inspiré par le biomimétisme, destiné à améliorer les performances environnementales des avions commerciaux et à avoir un impact significatif sur la réduction des émissions de l’industrie aéronautique.

Réduire l’impact des long-courriers :

Le projet « Fello’fly » d’Airbus vise à démontrer la viabilité technique, opérationnelle et commerciale de deux avions volant ensemble pour des vols long-courriers. Grâce à «  Fello’fly », un avion suiveur récupérera l’énergie perdue dans le sillage d’un avion leader en volant dans le courant ascendant lisse qu’il crée. Cela procure une portance à l'avion suiveur lui permettant de réduire la poussée du moteur et donc de réduire la consommation de carburant de l'ordre de 5 à 10% par voyage.

La solution technique sur laquelle travaille Airbus implique des fonctions d'assistance au pilote afin de garantir que les aéronefs qu'ils pilotent restent en toute sécurité dans le sens ascendant de l'aéronef qu'ils suivent, tout en maintenant la même distance, à une altitude constante.

En termes de solution opérationnelle, Airbus travaille, en collaboration avec les compagnies aériennes et les fournisseurs de contrôle du trafic aérien (ATC), à identifier les besoins opérationnels et les solutions appropriées pour la planification et l’exécution des opérations  « Fello’fly ». Cela souligne l'importance qu’Airbus attache à la conduite d'activités à l'échelle de l'industrie pour atteindre les objectifs de réduction des émissions définis par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et le Comité pour la protection de l'environnement en aviation (CAEP).

Airbus doit débuter les essais en vol avec deux avions de type A350 en 2020. Compte tenu du potentiel élevé d'impact sur l'environnement pour le secteur, Airbus vise un calendrier ambitieux pour un système d'entrée en service contrôlé, qui devrait avant le milieu de la prochaine décennie.

Ce nouveau projet de démonstration visant à optimiser le fonctionnement de l’avion renforce la position d’Airbus dans un domaine dans lequel elle investit déjà beaucoup et concentre ses efforts de recherche sur le développement, l’innovation et la valorisation des technologies émergentes, contribuant directement à la réduction durable des émissions en réduisant l’empreinte environnementale de la société et l’industrie aéronautique dans son ensemble.

Pour l’avionneur européen, l’objectif « zéro Carbone 2050 » peut être atteint, selon les directives de réduction des émissions définis par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et le Comité pour la protection de l'environnement en aviation (CAEP). Il faut pour cela conjuguer de nombreuses solutions techniques. Le défis est grand, mais tellement motivant pour l’industrie aéronautique.

assets.newatlas.jpg

Photos : Principe du Fello’fly inspiré par les oiseaux @Airbus

 

19/01/2019

Airbus, nouvelle chaine d’assemblage pour l’A220 !

A220-300-in-flight-014.jpg

Airbus a franchi  une nouvelle étape dans le développement de ses sites de production aux États-Unis avec le lancement officiel de la construction de sa chaîne d’assemblage A220 à Mobile, Alabama, lors d'une cérémonie d'inauguration des travaux. Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande élevée et croissante des États-Unis pour les appareils de la famille A220, la nouvelle gamme de produits proposée par Airbus dans la famille des avions civils.

Tom Enders, CEO d'Airbus, et Guillaume Faury, Président d'Airbus Commercial Aircraft, ont présidé l'événement et accueilli quelque 700 invités parmi lesquels des dirigeants d'Airbus et d'autres industries, des employés de la production d'Airbus, des dignitaires de l'état et de la nation, ainsi que des responsables de la communauté locale. 

Cette nouvelle chaîne d’assemblage, second site de production d'avions civils de l'entreprise aux États-Unis, sera située sur le site Mobile Aeroplex de Brookley, à proximité de la chaîne d’assemblage de la famille A320. Ce site sera dédié à l’assemblage des A220-100 et A220-300 destinés aux clients américains. La production des avions doit démarrer au 3e trimestre 2019 et la livraison du premier A220 assemblé à Mobile est prévue en 2020. La nouvelle chaîne d’assemblage A220 sera terminée d’ici l'année prochaine.

Airbus entretient des relations fortes et durables avec les États-Unis et les avions d'Airbus sont exploités par les plus grandes compagnies américaines. En outre, Airbus est un partenaire majeur des entreprises et des professionnels de l'industrie aéronautique et spatiale américaine. Au cours des trois dernières années, Airbus a dépensé 48 milliards de dollars aux États-Unis auprès de centaines de fournisseurs américains dans plus de 40 états, ce qui se traduit par plus de 275 000 emplois américains soutenus par Airbus. Parmi ses sites aux États-Unis, Airbus compte notamment des centres d'engineering au Kansas et en Alabama, un grand site de formation en Floride et un autre qui ouvrira prochainement au Colorado, un centre de support matériel et le siège en Virginie, une chaîne d’assemblage dédiée à la famille A320 qui assure également les livraisons en Alabama, une cellule de réflexion innovante (A3) en Californie, une entreprise d'analyse de données de drones (Airbus Aerial) à Atlanta en Géorgie, des sites de production et d’assemblage d'hélicoptères au Texas et dans le Mississippi, et un site de production de satellites (OneWeb) en Floride.

L'A220, seul appareil fabriqué sur mesure pour le marché des 100 à 150 sièges, affiche une consommation de carburant inégalée. Il offre le confort d'un véritable gros porteur dans un monocouloir.  L'A220 conjugue des caractéristiques aérodynamiques avancées, l'utilisation de matériaux innovants ainsi que des moteurs de nouvelle génération PW1500G Geared Turbofan de Pratt & Whitney, qui permettent de réduire la consommation de carburant d'au moins 20 pour cent par siège par rapport aux avions de la génération précédente. Avec un rayon d'action pouvant aller jusqu'à 3 200 nm (5920 km), l'A220 offre des performances comparables à celles d'un appareil monocouloir de plus grande capacité.

Avec un carnet de commandes de plus de 500 appareils à ce jour, l’A220 a toutes les qualités requises pour gagner une grande part du marché des avions de 100 à 150 sièges, qui, d’après les estimations, devrait représenter au moins 7 000 appareils dans les 20 prochaines années.

Photo :A220-300 @ Airbus/ S.Ramadier

23/10/2017

Boeing et Mitsubishi Heavy Industries concluent un partenariat !

2345.jpg

Seattle, l’avionneur américain Boeing et le japonais Mitsubishi Heavy Industries, Ltd. (MHI) ont annoncé avoir conclu un accord visant à renforcer la collaboration d'une manière qui améliorera la compétitivité des deux entreprises. L'accord comprend des efforts pour réduire les coûts de production des ailes pour le B787 « Dreamliner » et des études conjointes de technologies de pointe en ce qui concerne les aérostructures pour les avions commerciaux de future génération. 

Mitsubishi Heavy Industries fabrique les ailes du B787 en composites sur les installations de son usine à Nagoya. L'accord vise à permettre aux ventes en poursuivant une efficacité accrue dans le système de production de MHI et sa chaîne d'approvisionnement grâce à des méthodes de production allégée, dont l'automatisation et d'autres activités. 

MHI travaille également sur l’usinage des sections de fuselage pour les B767, B777 et programmes B777X. Au total, environ 150 entreprises japonaises sont des fournisseurs de Boeing à travers ses gammes de produits commerciaux et de défense.

Photo : Le B787-10 « Dreamliner » @ Boeing

 

19/05/2009

Premier vol de l’A320 « made in China » !

airbus%20A320[1].jpg

 

Le premier A320 assemblé hors d’Europe sur la chaîne d’assemblage final d’Airbus en Chine (FALC) a accompli lundi 18 mai  avec succès son premier vol. L’appareil a décollé de l’aéroport international de Tianjin à 10h42 ce matin, et atterri à 14h56.


Ce premier appareil sera livré en juin à Dragon Aviation Leasing, depuis le Delivery Centre d’Airbus à Tianjin, et sera exploité par Sichuan Airlines. Les commandes passées par des clients chinois auprès d’Airbus s’élèvent à plus de 700 appareils, et portent en majorité sur la famille A320. Il est prévu que onze A319/A320 soient livrés à Tianjin en 2009, et la cadence de production de la FALC augmentera jusqu’à quatre appareils par mois d’ici à fin 2011.

La FALC A320 est une joint-venture entre Airbus et un Consortium Chinois constitué de la Tianjin Free Trade Zone (TJFTZ) et de la China Aviation Industry Corporation (AVIC). Airbus China détient 51% des parts, contre 49% pour le Consortium Chinois. La FALC de Tianjin est basée sur la toute dernière et ultramoderne chaîne d’assemblage final monocouloir d’Airbus à Hambourg, en Allemagne. Les activités de la FALC ont débuté en août 2008.

 

A320China.jpg

 

Photos : 1 l’A320 lors du roulage avant son premier décollage. 2 : Sur la chaîne chinoise de production. @ Airbus press.