04/12/2020

Nouvel avion de combat, le suspens continue en Indonésie !

unnamed-1.png

Jakarta va-t-elle enfin se décider pour un type d’avion de combat ? Les annonces se succèdent en faveur d’un type ou d’un autre depuis plusieurs mois, mais sans résultat jusqu’ici.  

Rappel :

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72.

Offre autrichienne :

En juillet de cette année l’Indonésie a fait part de son intérêt pour l’acquisition de la flotte autrichienne d’avions de combat Airbus DS Eurofighter T1« Typhoon II ». Cette étonnante surprise venait directement du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui a écrit une lettre à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les 15 Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

Dans sa lettre, qui a été publiée par les organes de presse indonésiens, Prabowo a déclaré que l'achat potentiel l'aiderait à atteindre ses objectifs de continuer à moderniser l'armée de l'air indonésienne.

Il a ajouté qu’il comprenait la « sensibilité » de sa proposition, qui était probablement une référence à la controverse persistante entourant l’acquisition du Typhoon par l’Autriche en 2002. Cet achat a été entravé par des questions sur le coût et l'efficacité de l'avion. Plus récemment, il y a eu des allégations de corruption liées à l'attribution initiale du contrat. 

Dassault en embuscade :

Plus discrètement, l’Indonésie s’est également tournée en direction de la France et du Rafale de Dassault Aviation suite à la visite du ministre de la Défense indonésien à Paris en début d’année. En octobre dernier, une nouvelle visite à Paris semble avoir fait avancer l’argumentaire en faveur du Rafale, on parle maintenant d’un possible contrat de 36 à 48 appareils.

Le jeu européen :

A ce stade, il semble que les pressions américaines ont eu comme effet de refroidir les indonésiens, les poussant à venir voir de plus près, ce qui se passe en Europe, en France et en Autriche. Si l’un des deux contrats devait aboutir, c’est toute la stratégie américaine qui en porterait du moins en partie la responsabilité.

Russes et américains encore dans la partie :

Pour autant rien n’est complètement joué, Moscou confirme que le contrat pour le Sukhoi Su-35 est toujours d’actualité et Washington confirme que l’Indonésie s’intéresse maintenant au Boeing « Super Hornet ». De son côté Paris semble également de plus en plus confiant dans la possibilité d’un accord sur le Rafale dans les semaines à venir…

Pour autant, une question subsiste et non de moindre, la capacité financière de l'Indonésie ? En effet, le pays est actuellement en difficulté pour terminer le paiement des avions écoles coréens Kai T-50i "Golden Eagle". 

Photos : Les avions en concurrence pour Jakarta, Rafale, Super Hornet, Su-35 et Eurofighter

 

07/09/2020

Négociations pour la vente des Eurofighter autrichiens à l’Indonésie !

ob_625d98_austrian-airforce-eurofighters-528.jpg

En juillet dernier, je vous parlais de l’intérêt de l’Indonésie pour une éventuelle acquisition des 15 d’avions de combat Airbus DS Eurofighter « Typhoon II » en service en Autriche. A cette époque, un courrier du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, avait été envoyé à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

Confirmation autrichienne :

De son côté, l’Autriche a accepté une entrée en discussion en vue de trouver un arrangement pour la vente éventuelle de ses 15 Eurofighter.

"Les forces armées autrichiennes sont confrontées à des défis majeurs en matière de surveillance aérienne dans les années à venir. Nous sommes donc heureux d'accepter votre intérêt pour l'achat des 15 Eurofighters autrichiens pour moderniser votre flotte aérienne et nous allons maintenant évaluer et examiner cela en détail", a déclaré Austrian La ministre de la Défense, Klaudia Tanner, a déclaré le 4 septembre à son collègue indonésien, Prabowo Subianto, une photo de la lettre publiée dimanche par le journal viennois Krone Zeitung, qui a annoncé pour la première fois son existence.

"Mes experts contacteront vos bureaux pour clarifier d'autres questions détaillées. Nous serons heureux de vous informer du résultat une fois nos évaluations terminées », a conclu Tanner.

Le colonel Michael Bauer, porte-parole du ministre autrichien de la Défense, a confirmé l’authenticité de la lettre et que l’Autriche est prête à ouvrir des négociations sur la vente. Aucune déclaration n'est prévue pour le moment, mais "Nous en publierons une lorsque les négociations seront terminées ».

Une solution pour l’Autriche ?

La demande indonésienne sonne comme la dernière des options pour Vienne. Le pays ne peut se séparer de ses Eurofighter sans avoir trouvé un repreneur. En effet, dans une déclaration datant de mai dernier, la ministre de la Défense Klaudia Tanner avait signifié qu’un retour des avions chez le constructeur serait un gouffre financier. Un repreneur tel que l’Indonésie serait donc une solution viable.

L’Autriche cherche en effet à se débarrasser de ses 15 Eurofighter T1 pour acquérir un appareil plus performant et en plus grand nombre.

Photo : Eurofighter autrichiens @ Eurofighter Group

 

 

 

18/03/2020

L’Indonésie semble confirmer l’achat de Su-35 !

EBB79D4E-3C6A-491E-97E7-BF96F684F0F6.jpeg

En janvier 2018, Jakarta avait annoncé la finalisation de sa commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat est estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre Grâce de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense Russe.

Pressions américaines :

L’année dernière, Washington avait fait pression sur l'Indonésie sur l'achat des Su-35.  Le pays avait semble-t-il bloqué les discussions avec les russes en raison de plusieurs facteurs, notamment l'élection présidentielle indonésienne tenue en avril de la même année, des problèmes de financement et d'échanges compensés et des préoccupations à Jakarta concernant la législation américaine CAATSA.  

Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’Indonésie a démenti le 16 mars dernier, les informations des médias selon lesquelles Jakarta, sous la pression des États-Unis, a abandonné un accord pour acheter 11 des combattants de fabrication russe.

Du côté russe, on déclare : "Il n'y a pas d'annulation officielle de l'ordre indonésien pour les Su-35". Nous n'avons reçu aucun document sur la question et nous n'en avons pas été informés. « La Russie confirme que l'Indonésie souhaitait toujours acquérir les Su-35 ».

Rappel : 

Le ministère indonésien de la Défense (MoD) a choisi le Sukhoi Su-35 «Flanker-E » pour remplacer les actuels Northrop F-5E Tiger II de la Force aérienne. Ce programme représente la première commande à l'exportation du Su-35 russe. A l’origine, Jakarta avait exprimé son intérêt pour 16 Su-35, mais cette exigence a été réduite faute de moyens financiers suffisants.

Le Sukhoi Su-35 " Flanker-E " :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

2724286805.jpg

Photos : Su-35 « Flanker-E » @ Sukhoi

 

 

03/11/2019

L’Indonésie veut des F-16 et des Su-35 !

2224224314.jpg

L’armée de l’air indonésienne envisage d’acheter deux escadrons de chasseurs Lockheed-Martin F-16 Block 70/72 « Viper », tout en poursuivant son plan d’achat d’un escadron de Sukhoi Su-35 « Flanker-E » auprès de la Russie. Ces appareils doivent venir remplacer les Northrop F-5-E/F « Tiger II » en service.

Première étape :

Jakarta prévoit de faire une demande officielle pour l’achat de F-16 au début janvier 2020, a annoncé le 28 octobre le maréchal Yuyu Sutisna, chef d'état-major de l'armée de l'air, à l'agence de presse locale Antara. Cet achat, a pour but de venir compléter la flotte de F-16A/B, plus anciens déjà en service dans la Force arienne.

Seconde étape :

Dans un second temps le pays prévoit de poursuivre les négociations en vue de l’achat de chasseurs Sukhoi Su-35. En août 2017, Jakarta a annoncé une discussion portant sur l’acquisition de 11 Su-35 pour 1,14 milliards de dollars. Un accord de trésorerie et de troc qui inclurait probablement un mélange de produits agricoles locaux tels que l'huile de palme et le café.

Double approvisionnement :

Le pays compte continuer sa politique de double approvisionnement. En effet, la Force aérienne compte actuellement un mélange de 33 Lockheed-Martin F-16A/B « Fighting Falcon » et 5 Su-27SK et 11 Su-30MK. Ces derniers ayant été achetés suite à l’embargo américain décrété suite aux violences au Timor Oriental en 1999. Mais cette politique du « non alignement » sera difficile à poursuivre.

En effet, l’embargo décrété cette fois contre la Russie complique sévèrement les plans indonésiens. La loi américaine CAATSA, pourrait contraindre Djarkarta à faire un choix entre avions américains ou russes. L’essentiel de la Force aérienne dépend du matériel fabriqué aux États-Unis. Si, par exemple, les fabricants américains cessent de fournir des pièces de rechange, cessent de supporter des équipements fabriqués aux États-Unis, la sécurité de la défense nationale en Indonésie sera complètement affaiblie. 

L’opération d’une flotte mixte d’avions russes et américains permet à l’Indonésie de jouer diplomatiquement entre les deux pays, tout en protégeant la dépendance de Jakarta vis-à-vis d’un seul fournisseur. Cependant, les flottes mixtes sont plus difficiles à entretenir, car moins d’avions partagent des pièces et du personnel de service. Les appareils ne sont pas non plus équipés des mêmes radios et réseaux de partage de données, ce qui rend la coopération en vol plus difficile.

Reste une troisième voie pour l’Indonésie, l’achat d’avions de combat Saab JAS-39 Gripen E, qui pourraient ainsi contourner l’embargo.

Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 :

3966379636.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

1780173359.jpg

Le Su-35 « Flanker-E » est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multifonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électrohydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

Photos : 1 F-5F indonésien @Fai 2 F-16 Viper Block70/72 @Lockheed Martin 3 Su-35 @Sukhoi

 

 

12/01/2019

L’Indonésie opte pour plus de H225M !

H225-indonesia.jpg

L’Indonésie a signé un contrat avec Airbus Helicopters un contrat portatn sur 8 hélicoptères H225M « Caracal ». Ces appareils seront livrés à l'armée de l'air après le réassemblage et la finalisation de l'équipement et de la personnalisation des équipements de mission dans les  locaux de Bandung, en Indonésie. Ces hélicoptères supplémentaires rejoindront la flotte existante de six H225M de la force aérienne pour effectuer des missions de recherche et de sauvetage au combat similaires. 

«Nous nous félicitons de la sélection par l’Indonésie de nos hélicoptères H225M pour leur flotte en expansion. Le H225M est un hélicoptère éprouvé au combat qui est bien considéré par les clients militaires du monde entier. La commande additionnelle de l’Indonésie témoigne de leur confiance en les hélicoptères Airbus », a déclaré Ben Bridge, vice-président exécutif, Global Business, d’Airbus Helicopters. «L’Indonésie continue de jouer un rôle vital dans l’empreinte industrielle mondiale d’Airbus Helicopters. Avec un partenaire de confiance dans PTDI, nous sommes prêts à soutenir la disponibilité de la flotte indonésienne. "

PT Dirgantara Indonesia est chargé pour le compte d'Airbus Helicopters des ventes en Indonésie et réalise aussi sur son site de Bandung l'installation et la personnalisation des équipements de mission des appareils.

 Le H225M "Caracal": 

Le H225M « Caracal » ( ex EC725)  est la dernière version du « Super Puma » et de la famille « Cougar ». Cet hélicoptère de 11 tonnes  bimoteur est équipé d'un rotor à  cinq pales et d'un réservoir de carburant de grande capacité, offrant des performances et une autonomie plus grande de vol. Il a été conçu pour effectuer de multiples missions, telles que la recherche et sauvetage de combat (SAR), Le  de transport aérien tactique, longue distance le  transport en ambulance aérienne (MEDEVAC), l'appui logistique et les missions navales. Le H225M est également équipé d'une tourelle FLIR.

Photo :H225M indonésien @ Airbus Helicopters