31/05/2021

Transport aérien, la reprise se précise !

AdobeStock_232752673-copie-1000x438.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) en collaboration avec la firme Tourism Economics ont publié un aperçu à long terme de la demande du secteur passagers après la crise du COVID-19, qui indique que les gens sont désireux de voyager à court terme et à long terme. Pour que l’aviation puisse dispenser ses bienfaits sociaux et économiques de façon durable en répondant à cette demande à long terme, il est essentiel que les gouvernements accentuent leur soutien
à l’efficience des opérations et favorisent une transition énergétique efficace.

La prévision

  • En 2021, le nombre total de passagers devrait atteindre 52 % de ce qu’il était avant la COVID-19 (2019).
  • En 2022, le nombre total de passagers devrait atteindre 88 % de ce qu’il était avant la COVID-19 (2019).
  • En 2023, le nombre total de passagers devrait dépasser le nombre d’avant la COVID-19 (105 %).
  • D’ici 2030, le nombre total de passagers devrait atteindre 5,6 milliards. Cela serait inférieur de 7 % à la prévision établie avant la COVID-19, et constituerait une perte estimée de 2 à 3 ans de croissance due à la pandémie.
  • Au-delà de 2030, les voyages aériens devraient ralentir, en raison d’une plus faible démographie et de l’hypothèse de base d’une libéralisation limitée du marché, ce qui se traduirait par une croissance annuelle moyenne de 3,2 % de 2019 à 2039. La prévision de croissance établie par l’IATA avant la COVID-19 était de 3,8 % pour cette période.

Le rétablissement du nombre de passagers est légèrement plus fort que la reprise de la demande mesurée en kilomètres-passagers payants (RPK), laquelle devrait connaître une croissance annuelle moyenne de 3 % de 2019 à 2039. Cela s’explique par la force des marchés intérieurs comme celui de la Chine, où le nombre de passagers est élevé et les distances sont moindres.

« Je suis toujours optimiste lorsqu’il s’agit de l’aviation. Nous traversons la crise la plus profonde et la plus grave de notre histoire. Mais la croissance rapide de la population vaccinée et les progrès en matière de dépistage vont nous redonner la liberté de voler dans les mois qui viennent. Et lorsque cela se produira, les gens vont vouloir voyager. Le défi immédiat réside dans la réouverture des frontières, l’élimination des mesures de quarantaine et les certificats de vaccination et de test gérés numériquement. En même temps, nous devons nous assurer que les prévisions de croissance à long terme de l’aviation sont soutenues par un engagement indéfectible envers la durabilité. Les deux défis exigent que les gouvernements et l’industrie travaillent en partenariat. L’aviation est prête. Mais les gouvernements ne bougent pas assez vite », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

À court terme : le redémarrage

Les dommages causés par la crise de la COVID-19 se feront sentir durant des années, mais tout indique que les gens ont conservé leur besoin et le désir de voyager :

  • Toute évocation de la réouverture des frontières donne lieu à une augmentation instantanée des réservations. Le plus récent exemple en est le bond de 100 points de pourcentage des réservations du Royaume-Uni vers le Portugal lorsque la « liste verte » du Royaume-Uni a été publiée en mai.
  • L’économie est forte et elle peut alimenter la croissance des voyages. Le niveau de la production industrielle en février 2021 dépassait de 2 % la production de février 2019.
  • Les consommateurs ont accumulé de l’épargne durant le confinement, dans une proportion qui dépasse parfois 10 % du PIB.
  • Les taux de vaccination des pays développés (avec l’exception notable du Japon) devraient dépasser 50 % de la population d’ici le troisième trimestre de 2021.

« Cela devrait appeler les gouvernements à se préparer. Le secteur des voyages et du tourisme contribue au PIB de façon majeure. Les moyens de subsistance des gens sont en jeu. Pour éviter des dommages économiques et sociaux à long terme, le redémarrage ne doit pas être retardé. Les gouvernements peuvent faciliter une reprise sécuritaire par des politiques qui permettront des voyages sans restriction pour les personnes vaccinées, et des solutions de dépistage pour celles qui ne peuvent recevoir le vaccin. Les gouvernements doivent aussi se préparer au moyen de processus de gestion numérique des certificats de vaccination ou de test, pour s’assurer que la reprise est non seulement sécuritaire, mais également efficiente », selon M. Walsh.

Durabilité

  1. Walsh ajoute : « L’aviation va croître parce que les gens veulent et doivent voyager. Mais nous devons pouvoir satisfaire cette demande des consommateurs de façon durable. C’est là une règle de base pour toute entreprise. Il est notoire que cela représente un plus grand défi pour l’aviation que pour d’autres secteurs qui disposent de plus d’options sur le plan énergétique. Mais avec l’appui des gouvernements, nous y arriverons grâce à un ensemble de moyens. »

L’aviation s’est engagée à réduire de moitié ses émissions nettes de carbone d’ici 2050, par rapport au niveau de 2005. L’industrie a déjà de bons antécédents pour ce qui est de dissocier les émissions et la croissance de la demande, ayant réduit de moitié les émissions par trajet de passager depuis 1990 grâce à des gains d’efficience, mais les gouvernements doivent aussi intensifier leurs efforts.

En plus des gains d’efficience et technologiques, le CORSIA (le premier mécanisme mondial de compensation du carbone pour un secteur industriel) stabilise les émissions des vols internationaux au niveau de 2019. La transition vers une énergie faible en carbone pour l’aviation a débuté avec les carburants d’aviation durables qui alimentent les vols aujourd’hui, qui seront suivis par des aéronefs qui fonctionneront avec l’électricité et l’hydrogène. Et on peut faire davantage sur le plan des infrastructures, la gestion des aéroports et de la circulation aérienne, pour opérer avec le maximum d’efficience et le minimum d’émissions.

« Si nous travaillons en partenariat avec les gouvernements, le potentiel est énorme dans tous ces domaines. Mais on néglige des possibilités de gains faciles en matière de durabilité. En Europe, qui a pris plusieurs initiatives en vue de la durabilité, pourquoi sommes-nous toujours en attente du Ciel unique européen ? Cela pourrait immédiatement procurer des réductions d’émissions pouvant atteindre 10 %. Il n’y a pas d’excuse, puisque la technologie nécessaire existe depuis deux décennies ou plus. Le partenariat avec les gouvernements en vue de la durabilité doit s’exprimer en actions, et non seulement en paroles », selon M. Walsh. (Sources IATA).

 

14/05/2021

Premier rebond du trafic aérien intérieur !

iata,re-démarrage du trafic aérien,transport aérien,les nouvelles de l'aviation


L’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé que le trafic de passagers a diminué en mars 2021, par rapport à la période d’avant la COVID. Cependant, la demande a augmenté par rapport au mois précédent. 

Étant donné que les comparaisons entre 2021 et 2020 sont biaisées en raison de l’impact extraordinaire de la COVID-19, toutes les comparaisons qui suivent, à moins d’indication contraire, réfèrent à mars 2019, alors que le schéma de la demande était normal.

La demande totale de voyages aériens en mars 2021 (mesurée en kilomètres- passagers payants, ou RPK) était en baisse de 67,2 % par rapport à mars 2019. Il s’agit d’une amélioration comparativement au déclin de 74,9 % enregistré en février 2021 par rapport à février 2019. Cette performance améliorée est attribuable aux gains obtenus dans les marchés intérieurs, notamment en Chine. Le trafic international demeure grandement restreint.

Le trafic de passagers internationaux en mars était inférieur de 87,8 % à celui de mars 2019, ce qui marque une légère amélioration par rapport au déclin de 89,0 % enregistré en février 2021 par rapport à février 2019.

Le trafic intérieur total était en baisse de 32,3 % par rapport à avant la crise (mars 2019), ce qui constitue une nette amélioration par rapport à février 2021, alors que le trafic intérieur était en baisse de 51,2 % par rapport à février 2019. Tous les marchés ont connu des améliorations par rapport à février 2021, sauf le Brésil et l’Inde, la Chine étant le principal contributeur, comme on l’a déjà mentionné.

« L’élan positif observé en mars dans certains marchés intérieurs clés est révélateur de la forte reprise à laquelle nous nous attendons dans les marchés internationaux à mesure que les restrictions de voyage seront levées. Les gens veulent voyager, et ils en ont besoin. Et nous avons confiance qu’ils le feront lorsque les restrictions seront éliminées », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l'IATA.

Détails des marchés de passagers  mars 2021

Chez les transporteurs d’Asie-Pacifique, le trafic international était en baisse de 94,8 % par rapport à mars 2019, ce qui est à peine mieux que le déclin de 95,4 % observé en février 2021, comparativement à février 2019. La région subit encore les pires chutes de trafic pour un neuvième mois consécutif. La capacité était en baisse de 87,0 % et le coefficient d’occupation des sièges perdait 48,6 points de pourcentage pour s’établir à 31,9 %, le taux le plus faible parmi toutes les régions.

Les transporteurs d’Europe ont enregistré une diminution du trafic de 88,3 % en mars, par rapport à mars 2019, légèrement inférieure au déclin de 89,1 % observé en février, comparativement à février 2019. La capacité a diminué de 80,0 % et le coefficient d’occupation a perdu 35,0 points de pourcentage pour s’établir à 49,4 %. 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont vu la demande diminuer de 81,6 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui constitue une amélioration par rapport au déclin de 83,1 % observé en février, comparativement au même mois en 2019. La capacité a diminué de 67,2 % et le coefficient d’occupation a perdu 32,3 points de pourcentage pour s’établir à 41,3 %. 

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une chute de trafic de 80,9 % par rapport à mars 2019, ce qui constitue un gain si on compare au déclin de 83,4 % observé en février, comparativement à février 2019. La capacité a diminué de 62,6 %et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 41,0 points de pourcentage pour s’établir à 42,9 %.

Les compagnies aériennes d’Amérique latine ont subi une baisse de la demande de 82,4 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui marque une légère amélioration si on compare au déclin de 83,7 % observé en février, par rapport à février 2019. La capacité était en baisse de 77,4 % par rapport à mars 2019 et le coefficient d’occupation a perdu 18,1 points de pourcentage pour s’établir à 63,6 %, le taux le plus élevé parmi les régions pour un sixième mois consécutif.

Les transporteurs d’Afrique ont vu leur trafic diminuer de 73,7 % en mars, par rapport à la même période il y a deux ans, ce qui constitue une détérioration si on compare au déclin de 72,3 % enregistré en février, par rapport à février 2019. La capacité a diminué de 61,8 % par rapport à mars 2019, et le coefficient d’occupation a perdu.

Au Brésil, le trafic intérieur était en baisse de 54,0 % en mars, par rapport à mars 2019, alors que les autorités ont resserré les restrictions en raison de l’augmentation des cas de COVID-19. Ce résultat était radicalement pire que le déclin de 34,9 % observé en février, par rapport à février 2019.

Au Japon, le trafic intérieur a diminué de 58,3 % en mars, par rapport à mars 2019, ce qui marque une importante amélioration si on compare au déclin de 73,2 % observé en février, par rapport à février 2019.

Le bilan

« L’apparition de nouveaux variants de la COVID-19 et l’augmentation des cas dans certains pays expliquent la réticence des gouvernements à lever les restrictions de voyages et les mesures de quarantaine. Toutefois, nous commençons à voir des développements positifs, comme la déclaration récente de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, annonçant que les passagers vaccinés en provenance des États-Unis seraient autorisés à entrer sur le territoire de l’Union européenne. Au moins 24 pays ont déjà annoncé qu’ils accueilleraient les voyageurs vaccinés. Nous nous attendons à ce que cela se poursuive et s’accélère à mesure que le nombre de personnes vaccinées augmentera. Toutefois, les gouvernements ne doivent pas s’appuyer uniquement sur la vaccination, car cela risque d’entraîner de la discrimination à l’endroit des personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales ou autres, ou qui n’ont pas accès au vaccin, ce qui est le cas.

Ce dernier ajoute: « Plus encore, tant que ces mesures sanitaires seront requises, les gouvernements doivent accepter les certificats numériques de test de COVID-19 et de vaccination et appliquer des normes mondiales pour la délivrance de leurs propres certificats de vaccination et résultats de tests. Nous observons déjà des attentes intolérables dans certains aéroports, alors que les compagnies aériennes, les passagers et les autorités frontalières doivent s’en remettre à des processus papier à une époque où les aéroports ne sont plus conçus pour répondre à leurs besoins. Le Travel Pass de l’IATA relève ce défi en permettant aux voyageurs de contrôler et de partager leurs certificats numériques de vaccination ou leurs résultats de test avec les compagnies aériennes et les autorités frontalières, facilitant les procédures et réduisant les risques associés aux documents frauduleux. » (sources IATA).

Photo : L’industrie est prête pour un redémarrage

 

20/01/2021

Essai d’un COVID Travel Pass pour les passagers !

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

L'Association du transport aérien international et Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, ont annoncé en début de semaine la mise en place d’un partenariat pour le lancement du « Pass de voyage IATA » pour les clients d'Etihad Airways. Le IATA Travel Pass est une application mobile pour aider les passagers à gérer facilement et en toute sécurité leur voyage conformément aux exigences gouvernementales en matière de tests ou de vaccins COVID-19.

L’IATA Travel Pass sera initialement offert aux clients d'Etihad sur certains vols au départ d'Abu Dhabi au premier trimestre de 2021. En cas de succès, le pass sera étendu à d'autres destinations du réseau Etihad.

Un passeport numérique :

L'IATA Travel Pass permettra aux clients d'Etihad de créer un « passeport numérique »' pour recevoir les résultats des tests COVID et vérifier qu'ils sont éligibles pour entreprendre leur voyage. Surtout, IATA Travel Pass permettra aux passagers de garder le contrôle de leurs données et facilitera le partage de leur test avec les compagnies aériennes et les autorités pour les voyages. Cela permettra également aux passagers de gérer facilement les documents de voyage tout au long de leur périple.

Permettre un retour du transport aérien et du tourisme :

« Les tests et les vaccinations COVID-19 seront essentiels pour relancer le monde. Depuis le 1er août 2020, les transporteurs demandent maintenant un résultat de test PCR négatif avant le départ pour tous les passagers. Cette mesure va se généraliser au monde entier. Pour Etihad, ce test est un moyen pour permettre aux clients de disposer d'un moyen simple, sécurisé et efficace d'identifier et de vérifier leurs informations.

Etihad explore activement le déploiement de la certification de la santé numérique pour ses clients, et ce dernier partenariat avec l'IATA, aux côtés de programmes similaires en cours de développement, montre que la technologie progresse rapidement pour en faire une réalité. Pour normaliser la manière dont le bien-être des passagers peut être assuré pendant la pandémie COVID-19, au niveau de l'industrie, Etihad fait activement campagne pour la collaboration et une réponse réglementaire unifiée pour restaurer la confiance dans le vol.

L’IATA Travel Pass :

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

IATA Travel Pass a été développé sous forme de quatre modules indépendants qui peuvent interagir les uns avec les autres. Ces modules couvrent les registres des exigences réglementaires d'entrée et des laboratoires / centres de test, la délivrance de certificats vérifiés, l'identité numérique et la possibilité pour les passagers de partager les résultats de leurs tests tout au long de leur voyage via leur appareil mobile. Ces modules peuvent fonctionner ensemble comme une solution complète de bout en bout. Ou ils peuvent être utilisés séparément pour compléter les systèmes que d'autres construisent. L'IATA a développé ces modules pour garantir leur interopérabilité avec d'autres solutions industrielles.

Pour rouvrir les frontières sans quarantaine et redémarrer l'aviation, les gouvernements doivent être convaincus qu'ils atténuent efficacement le risque d'importation de COVID-19. Cela signifie avoir des informations précises sur l'état de santé COVID-19 des passagers.

Informer les passagers des tests, vaccins et autres mesures dont ils ont besoin avant le voyage, des détails sur les endroits où ils peuvent se faire tester et leur donner la possibilité de partager leurs tests et résultats de vaccination de manière vérifiable, sûre et respectueuse de la vie privée est la clé pour donner les gouvernements la confiance d'ouvrir les frontières.

Défis actuels pour une information sanitaire précise :

L'ensemble fragmenté et diversifié d'exigences de test COVID-19 pour l'entrée et la sortie ainsi que la gamme de différents types de tests (PCR, LAMP, antigène et spectroscopique) requis par les gouvernements ont créé un environnement difficile et complexe pour les autorités d'immigration, les passagers et compagnies aériennes pour naviguer.

Les passagers sont confus et ont besoin d'informations précises. Mais ils ne savent pas où le trouver - ni le comprendre, même s'ils le trouvent.

Inefficacités, erreurs, fraudes:

Les agents d'enregistrement doivent suivre des directives détaillées sur les exigences d'entrée et essayer de déterminer l'authenticité de plusieurs documents de test non standard que les passagers leur présentent. Cela conduit à des inefficacités, des erreurs et des fraudes dans les bilans de santé - un problème croissant dans le monde.

L'infrastructure de flux d'informations nécessaire aux tests systématiques doit prendre en charge:

Les gouvernements ayant les moyens de vérifier l'authenticité des tests et l'identité de ceux qui présentent les certificats de test.

Les compagnies aériennes ont la capacité de fournir des informations précises à leurs passagers sur les exigences de test et de vérifier qu'un passager satisfait aux exigences de voyage.

Des laboratoires ayant les moyens de délivrer des certificats aux passagers qui seront reconnus par les gouvernements, et

Les voyageurs disposant d'informations précises sur les exigences en matière de tests, où ils peuvent se faire tester ou vacciner, et les moyens de transmettre en toute sécurité les informations sur les tests aux compagnies aériennes et aux autorités frontalières

Solution:

Une solution globale et standardisée pour valider et authentifier toutes les réglementations nationales concernant les exigences de voyage des passagers COVID-19. L IATA Travel Pass comprendra quatre modules open source et interopérables qui peuvent être combinés pour une solution de bout en bout:

Permet aux passagers de trouver des informations précises sur les voyages, les tests et les vaccins requis pour leur voyage

Permet aux passagers de trouver des centres de test et des laboratoires à leur lieu de départ qui répondent aux normes de test / vaccination de leur destination

Permet aux laboratoires et centres de test autorisés d'envoyer en toute sécurité les résultats des tests ou les certificats de vaccination aux passagers

Permet aux passagers de créer un « passeport numérique », de vérifier que leur test / vaccination est conforme à la réglementation et de partager les certificats de test ou de vaccination avec les autorités pour faciliter les voyages.

Peut être utilisé par les voyageurs pour gérer les documents de voyage de manière numérique et transparente tout au long de l'expérience de voyage.

La principale priorité est de faire voyager à nouveau les personnes en toute sécurité. Dans l'immédiat, cela signifie établir la confiance dans les gouvernements que les tests systématiques du COVID-19 avant le départ peuvent remplacer les exigences de quarantaine. Et cela finira par devenir un programme de vaccination. (Sources IATA/Etihad)

Commentaire :

Cette initiative est un élément de simplification des informations et de transparence en vue d’un retour progressif à la normale du transport aérien, mais également du tourisme en général. Une telle application pourrait également être mise en place pour les voyages internationaux en trains comme pour les croisières et peut-être même lors de passages frontières en voiture. Bien évidemment, si les tests au COVID sont obligatoires, la vaccination risque fort de devoir se généraliser. La Grèce par exemple a lancé une initiative dans ce sens au sein de L’UE. Des pays comme les l’île Maurice ou le Nouvelle Zélande s’emblent également aller dans ce sens.

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

Photos : 1 B787 Etihad Airways @ Etihad 2 Passagers @ IATA

Essai d’un COVID Travel Pass pour les passagers !

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

L'Association du transport aérien international et Etihad Airways, la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, ont annoncé en début de semaine la mise en place d’un partenariat pour le lancement du « Pass de voyage IATA » pour les clients d'Etihad Airways. Le IATA Travel Pass est une application mobile pour aider les passagers à gérer facilement et en toute sécurité leur voyage conformément aux exigences gouvernementales en matière de tests ou de vaccins COVID-19.

L’IATA Travel Pass sera initialement offert aux clients d'Etihad sur certains vols au départ d'Abu Dhabi au premier trimestre de 2021. En cas de succès, le pass sera étendu à d'autres destinations du réseau Etihad.

Un passeport numérique :

L'IATA Travel Pass permettra aux clients d'Etihad de créer un « passeport numérique »' pour recevoir les résultats des tests COVID et vérifier qu'ils sont éligibles pour entreprendre leur voyage. Surtout, IATA Travel Pass permettra aux passagers de garder le contrôle de leurs données et facilitera le partage de leur test avec les compagnies aériennes et les autorités pour les voyages. Cela permettra également aux passagers de gérer facilement les documents de voyage tout au long de leur périple.

Permettre un retour du transport aérien et du tourisme :

« Les tests et les vaccinations COVID-19 seront essentiels pour relancer le monde. Depuis le 1er août 2020, les transporteurs demandent maintenant un résultat de test PCR négatif avant le départ pour tous les passagers. Cette mesure va se généraliser au monde entier. Pour Etihad, ce test est un moyen pour permettre aux clients de disposer d'un moyen simple, sécurisé et efficace d'identifier et de vérifier leurs informations.

Etihad explore activement le déploiement de la certification de la santé numérique pour ses clients, et ce dernier partenariat avec l'IATA, aux côtés de programmes similaires en cours de développement, montre que la technologie progresse rapidement pour en faire une réalité. Pour normaliser la manière dont le bien-être des passagers peut être assuré pendant la pandémie COVID-19, au niveau de l'industrie, Etihad fait activement campagne pour la collaboration et une réponse réglementaire unifiée pour restaurer la confiance dans le vol.

L’IATA Travel Pass :

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

IATA Travel Pass a été développé sous forme de quatre modules indépendants qui peuvent interagir les uns avec les autres. Ces modules couvrent les registres des exigences réglementaires d'entrée et des laboratoires / centres de test, la délivrance de certificats vérifiés, l'identité numérique et la possibilité pour les passagers de partager les résultats de leurs tests tout au long de leur voyage via leur appareil mobile. Ces modules peuvent fonctionner ensemble comme une solution complète de bout en bout. Ou ils peuvent être utilisés séparément pour compléter les systèmes que d'autres construisent. L'IATA a développé ces modules pour garantir leur interopérabilité avec d'autres solutions industrielles.

Pour rouvrir les frontières sans quarantaine et redémarrer l'aviation, les gouvernements doivent être convaincus qu'ils atténuent efficacement le risque d'importation de COVID-19. Cela signifie avoir des informations précises sur l'état de santé COVID-19 des passagers.

Informer les passagers des tests, vaccins et autres mesures dont ils ont besoin avant le voyage, des détails sur les endroits où ils peuvent se faire tester et leur donner la possibilité de partager leurs tests et résultats de vaccination de manière vérifiable, sûre et respectueuse de la vie privée est la clé pour donner les gouvernements la confiance d'ouvrir les frontières.

Défis actuels pour une information sanitaire précise :

L'ensemble fragmenté et diversifié d'exigences de test COVID-19 pour l'entrée et la sortie ainsi que la gamme de différents types de tests (PCR, LAMP, antigène et spectroscopique) requis par les gouvernements ont créé un environnement difficile et complexe pour les autorités d'immigration, les passagers et compagnies aériennes pour naviguer.

Les passagers sont confus et ont besoin d'informations précises. Mais ils ne savent pas où le trouver - ni le comprendre, même s'ils le trouvent.

Inefficacités, erreurs, fraudes:

Les agents d'enregistrement doivent suivre des directives détaillées sur les exigences d'entrée et essayer de déterminer l'authenticité de plusieurs documents de test non standard que les passagers leur présentent. Cela conduit à des inefficacités, des erreurs et des fraudes dans les bilans de santé - un problème croissant dans le monde.

L'infrastructure de flux d'informations nécessaire aux tests systématiques doit prendre en charge:

Les gouvernements ayant les moyens de vérifier l'authenticité des tests et l'identité de ceux qui présentent les certificats de test.

Les compagnies aériennes ont la capacité de fournir des informations précises à leurs passagers sur les exigences de test et de vérifier qu'un passager satisfait aux exigences de voyage.

Des laboratoires ayant les moyens de délivrer des certificats aux passagers qui seront reconnus par les gouvernements, et

Les voyageurs disposant d'informations précises sur les exigences en matière de tests, où ils peuvent se faire tester ou vacciner, et les moyens de transmettre en toute sécurité les informations sur les tests aux compagnies aériennes et aux autorités frontalières

Solution:

Une solution globale et standardisée pour valider et authentifier toutes les réglementations nationales concernant les exigences de voyage des passagers COVID-19. L IATA Travel Pass comprendra quatre modules open source et interopérables qui peuvent être combinés pour une solution de bout en bout:

Permet aux passagers de trouver des informations précises sur les voyages, les tests et les vaccins requis pour leur voyage

Permet aux passagers de trouver des centres de test et des laboratoires à leur lieu de départ qui répondent aux normes de test / vaccination de leur destination

Permet aux laboratoires et centres de test autorisés d'envoyer en toute sécurité les résultats des tests ou les certificats de vaccination aux passagers

Permet aux passagers de créer un « passeport numérique », de vérifier que leur test / vaccination est conforme à la réglementation et de partager les certificats de test ou de vaccination avec les autorités pour faciliter les voyages.

Peut être utilisé par les voyageurs pour gérer les documents de voyage de manière numérique et transparente tout au long de l'expérience de voyage.

La principale priorité est de faire voyager à nouveau les personnes en toute sécurité. Dans l'immédiat, cela signifie établir la confiance dans les gouvernements que les tests systématiques du COVID-19 avant le départ peuvent remplacer les exigences de quarantaine. Et cela finira par devenir un programme de vaccination. (Sources IATA/Etihad)

Commentaire :

Cette initiative est un élément de simplification des informations et de transparence en vue d’un retour progressif à la normale du transport aérien, mais également du tourisme en général. Une telle application pourrait également être mise en place pour les voyages internationaux en trains comme pour les croisières et peut-être même lors de passages frontières en voiture. Bien évidemment, si les tests au COVID sont obligatoires, la vaccination risque fort de devoir se généraliser. La Grèce par exemple a lancé une initiative dans ce sens au sein de L’UE. Des pays comme les l’île Maurice ou le Nouvelle Zélande s’emblent également aller dans ce sens.

iata,boeing,etihad airways,covid-19,les nouvelles de l'aviation,iata

Photos : 1 B787 Etihad Airways @ Etihad 2 Passagers @ IATA

22/04/2020

La demande passagers dans l’attente de mesures !

vol-multi-destinations.jpg

La demande passagers est encore faible et dépend non seulement de la situation par région, mais également de mesures pour rétablir la confiance.

L’IATA a effectué la première étude de marché, depuis le début de la crise afin de révéler les intentions des passagers, celle-ci montre que :


60% prévoient un retour à voyage dans un à deux mois, mais 40% indiquent qu'ils pourraient attendre six mois ou plus après le déconfinement.

69% ont indiqué qu'ils pourraient retarder un retour en avion, jusqu'à ce que leur situation financière se stabilise.

Les premières indications de ce comportement de retour aux voyagex sont perçus sur les marchés intérieurs de la Chine et de l'Australie, où les taux d'infection par le coronavirus ont chuté à des niveaux très bas:  

Chine: La demande intérieure a commencé à se redresser lorsque le taux de nouveaux d’infection du Covid-19 en Chine est tombé en un seul chiffre et rapidement dirigé vers zéro (mesurée par les nouvelles infections en pourcentage des sept jours la moyenne). Bien qu'il y ait une reprise au début de la mi-février et dans la première semaine de mars, le nombre de vols intérieurs à un peu plus atteint un plateau de 40% des niveaux d'avant-Covid-19. La demande réelle devrait être nettement plus faible que les facteurs de charge sur ces vols. La Chine représente environ 24% de tous les passagers.  

Australie: La demande intérieure a continué de se détériorer, même après que le taux de nouvelles infections est tombé dans un seul chiffre qui a déclenché une reprise initiale sur le marché intérieur chinois. En fait, il n'y a toujours aucun signe d'une reprise (vols intérieurs au total à 10% des niveaux d'avant-Covid-19) de même que les nouvelles infections son approche de zéro. L'Australie représente 3% de tous les voyageurs domestiques. 

Le comportement du marché intérieur est un indicateur critique de la reprise post-pandémique pour la reprise des voyages intérieurs. Les décisions gouvernementales auront un impact plus fort lors de la décision de supprimer progressivement les restrictions pour les vols intercontinentaux. Un rebond immédiat de la demande des passagers semble peu probable, même si les indicateurs montrent que les gens désirent toujours prendre l’avion.

Les passagers attendent une clarification de la situation économique et sanitaire.  Il faudra encore quelques semaines avant de retourner dans le ciel. (Sources IATA).

Une solution  pour un retour des passagers :

69463_glasssafecaviointeriors_449692.jpg

Chacun à sa manière, travaille au retour des vols passagers. Mais pour cela, il faut dans un premier temps garantir la sécurité sanitaire. La société italienne Aviointeriors propose par exemple une solution avec un kit qui peut être installée sur les sièges existants pour rendre la proximité plus sûre entre les passagers partageant le même siège.

«Glassafe» est en matériau transparent pour rendre l'ensemble de la cabine harmonieux et esthétiquement léger, mais remplissant parfaitement l'objectif de créer un volume isolé autour du passager afin d'éviter ou de minimiser les contacts et interactions via l'air entre le passager et le passager, de manière à réduire la probabilité de contamination par des virus ou autres.

«Glassafe» est fourni en différentes exécutions avec des systèmes de fixation au siège qui permettent une installation et un retrait faciles.

«Glassafe» peut être fourni en matériau opaque ou avec différents degrés de transparence, tous faciles à nettoyer et adaptés à une hygiénisation sûre.

Reste que pour l’instant cette solution doit encore être testée et validée au niveau international pour une mise en place d’ici quelques mois.

Photos : 1  Dans l’attente de reprendre l’avion 2 le Glassafe @ Aviointeriors