31/05/2018

L’Inde prépare la modernisation des Su-30 !

1404823.jpg

Le ministère indien de la défense, de l'armée de l'air et des entreprises russes discutent activement de la mise à niveau à mi-vie des 44 premiers avions de combat Sukhoi Su-30 MKI .

Le programme de mise à niveau comprend l'intégration de cinq nouveaux missiles et l'installation de systèmes russes, occidentaux et développés localement. Les améliorations majeures sont liées au radar, au système de contrôle des armes, à l'ordinateur de mission et aux systèmes de communication.

L'avionneur indien Hindustan Aeronautics (HAL) poursuit agressivement le rôle de chef de file du programme de modernisation, car il continue de produire l'aéronef sous licence. Plus tôt cette semaine, le Defence Acquisition Council (DAC), dirigé par le ministre indien de la Défense, a également approuvé la conception et le développement d'un système de recherche et de poursuite d'imagerie infrarouge bi-bande longue distance (IRST) pour le Su-30 MKI. Au moins 100 unités doivent être achetées.

Par ailleurs il est prévu de modifier les Su-30MkI pour emporter le missile BrahMos. De son côté, HAL propose de construire de nouveaux avions  supplémentaires pour cette exigence afin de maintenir en vie la ligne de production de Nasik pendant au moins quatre ans.

L'avionneur a maintenant 30 Su-30 MKI à produire, ayant livré 192 avions à partir d'avril selon les chiffres du ministère de la Défense. Les avions restants seront livrés d'ici 2020-21. Les Su-30 MKI forment l'épine dorsale de la flotte de chasseurs de l'armée de l'air, formant 14 de ses 31 escadrons de chasse actifs. Sept ont été perdus depuis l'introduction du type en 2002.

Le Sukhoi Su-30MKI amélioré:

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30» bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion dispose d’une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indien BrahMos et du KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême.

3977993920.jpg

Photos : 1Su-30MkI @ Kevin Scott 2Su-30 amélioré pour tester le BrahMos @ IAF

22/05/2018

Israël, premiers engagements du F-35 !

17050091398_16aa81fc9f_k-e1459778906921-965x5431-1024x640.jpg

Les bonnes nouvelles sur le programme F-35 nous arrivent de l’Etat Hébreu, le chef d'état-major de l'armée de l'air israélienne (IAF) a revendiqué le statut de pionnier en tant que première force aérienne à utiliser le Lockheed-Martin F-35 au combat. Mais entre la retenue des informations et les premières « fake news » disponibles sur web, je vous propose un petit retour sur information.

On ne connaît pas la valeur des objectifs du F-35 :

Premier élément, nous ne connaissons pas la valeur précise des deux cibles qui ont été touchée par l’engagement des F-35, ce qui est parfaitement normal, le « modus operandi » reste confidentiel.

 Ce matin lors d’une convention internationale regroupant des représentants d’une vingtaine de forces aériennes,  le commandant de la force aérienne pays le général de division Amikam Norkin: à annoncé : «Nous avons effectué la toute première frappe opérationnelle du F-35 » et d’ajouter « nous avons attaqué deux fois au Moyen-Orient avec le F-35 ».

Selon le commandant de la force aérienne israélienne, plusieurs frappes ont été réalisées ces dernières semaines avec des F-16, F-15 et dernièrement le F-35 contre des objectifs Iraniens

(Force Qods) basés au sein des installations de la base aérienne T-4 à 250 kilomètres d'Israël. Par ailleurs, les vols de reconnaissances ont montrés que les forces iraniennes continuaient à stocker des munitions dans cette base, y compris avec des capacités de défense aérienne.

"Au cours des dernières semaines, nous avons compris que l'Iran transportait des missiles à longue portée et des roquettes vers la Syrie, dont des missiles" Uragan "que nous avons attaqués, juste au nord de Damas", a ajouté le général Norkin. "Les Iraniens ont tiré 32 roquettes sur Israël, nous en avons intercepté quatre, tandis que le reste est tombé en dehors du territoire israélien.

"Par la suite, nous avons attaqué des dizaines de cibles iraniennes en Syrie. Malheureusement, les systèmes de défense aérienne syriens ont tiré plus de 100 SAM (missiles surface-air) en utilisant des batteries de missiles de types : SA-5, SA-17 et SA-22. En réponse, nous avons détruit leurs batteries SAM.

Cependant, on ne connait pas exactement où et comment les F-35 ont été utilisés. Ont-ils frappé en Syrie ou au Liban ? Quel genre de mission ont-ils effectué? Attaque aérienne réelle ou reconnaissance «simple» armée ou électronique ?

 

idf-strikes-iranian-targets-in-syria1.jpeg

Fausse rumeur :

En effet, depuis quelques semaines, des rumeurs parlent d’une prétendue mission de F-35 dans l'espace aérien iranien rapportée par le journal koweïtien Al-Jarida. Deux avions furtifs F-35 « Adir » auraient survolé la Syrie et l'Irak et se sont faufilés dans l'espace aérien iranien, effectuant des missions de reconnaissance sur les villes iraniennes Bandar Abbas, Esfahan et Shiraz. L’Etat major israélien a de son côté totalement démystifié cette rumeur.

Ce que l’on sait :

Pour l’instant la Force aérienne israélienne a débuté des essais réels à petite échelle avec le F-35. Ceux-ci doivent permettre de valider plusieurs éléments : l’adaptation du système israéliens de guerre-électronique installé sur l’avion, valider la formation des pilotes et l’engagement du nouvel avion avec notamment les F-16 « Sufa » et F-15I.

L’arrivée du F-35 demande une adaptation de fonctionnement et donc de la formation des pilotes. Pour les pilotes de F-35, il faut une formation basée à 50% sur simulateur contre 30% avec les autres appareils et ceci pour faire face au volume d'informations et des systèmes technologiques complexes de l’avion. Et pour autant, les pilotes de F-35 doivent apprendre à pouvoir travailler avec les F-16 et F-15 plus maniables et dont l’engagement est différent. 

Les F-35 israéliens vont progressivement être impliqués dans des opérations toujours plus importantes, incluant d'autres avions de missions spéciales de type EW (Electronic Warfare). L’objectif à terme et de géolocaliser et classer les systèmes ennemis. Le F-35 fournira progressivement des renseignements électroniques haut de gamme combinés à des capacités avancées de fusion de capteurs pour créer une image intégrée unique du champ de bataille. Le F-35 deviendra à terme le noyau en de la force aérienne pour mener une attaque et diriger des frappes aériennes d'autres des F-16 et F15.

 Rappel : 

Le F-35 permettra progressivement à l’Etat d’Israël de maintenir une suprématie aérienne et son avance qualitative technologique dans la région, notamment en matière de dissuasion, mais également en cas de frappes préventives. Par contre, du fait du nombre réduit de F-35, l’ossature du combat aérien sera maintenu avec les F-15 et F-16 modernisés. Une nouvelle commande de F-15 est actuellement en fin négociation avec Boeing. Pour les israéliens, le système centralisé de maintenance de Lockheed-Martin représente une dépendance vis-à-vis des Etats-Unis inacceptable d’une part et dangereuse de l’autre. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) dispsoent dorénavant d’un service de maintenance complet. Israël à mis en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS)

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit. A noter que les israéliens sont les seuls à diposer des « codes sources » du F-35.

Un F-35 différent :

Les israéliens participent au programme F-35 avec notamment la production de 811 paires d’ailes par Israel Aerospace Industries (IAI). De plus, Elbit Systems fournit le viseur de casque du pilote. Il faut également noter, que les F-35 "Adir" israéliens sont sensiblement différents avec un système de communication unique dans le cockpit. De plus, les F-35 "Adir" disposent d’un second système de liaison de données, connu sous le nom de "Ravnet-300" et produit par la société Rafael Défense. Ce système qui est à certains égards comparables au système « Link16 » standard de l'OTAN, fonctionne nettement plus rapidement et permet plusieurs applications. Mais les israéliens vont encore plus loin, avec le remplacement du système de guerre-électronique ASQ-239 «  Barracuda » de BAE Systems par un système indigène.

 

1280px-IAF-F-35I-2016-12-13.jpg

Photos : 1 & 3 F-35 « Adir » israéliens Lance roquettes iranien @ IAF

 Remerciements : mon ami "Jarod" de la Heyl ha'avir pour les infos.

 

 

 

19/05/2018

L’Inde prépare l’achat de 200 Ka-226T !

 

kamov,ka226t,iaf,amrée indienne,blog défense,aviation et défense,hélicoptères multiple,infos aviation

 

L'Inde a franchi une étape supplémentaire dans son projet d'acquisition et de coproduction de 200 hélicoptères Kamov Ka-226T pour l'armée indienne et l'armée de l'air indienne. Le choix avait été annoncé en mai 2015, et les discussions se poursuivent depuis.

Le ministère a, il y a quelques jours, lancé une demande de propositions (RFP) pour le projet auprès du fabricant, Russian Helicopters, qui fait partie de la société russe Rostec. "La RFP pour les 200 hélicoptères Kamov a été signée et transmise il y a une semaine à Russian Helicopters. C'est un jalon dans le processus de leur procurer ", a déclaré un officiel indien.

L'année dernière, des responsables indiens et russes s'étaient réunis à plusieurs reprises pour régler la demande de propositions, notamment pour comprendre comment le programme allait se dérouler en Inde. L’Inde avait clairement indiqué son intention d'acheter 200 hélicoptères, soit : 135 pour l'armée et 65 pour l'IAF.

Le Kamov Ka-226T : 

Le Kamov Ka-226 est un petit hélicoptère bimoteur utilitaire russe, il d’une cabine arrière interchangeables, plutôt que d'une cabine classique, ce qui permet l'utilisation de différentes configurations d'équipement. Le Ka-226 est entré en service en 2002. Le Ka-226T est équipé de moteurs Turbomeca Arrius 2G1.

 

Photo. Kamov Ka-226T

 

 

11/02/2018

Avions de combat, l’Inde a-t-elle encore les moyens de ses ambitions ?

1032530204.jpg

L’Inde multiplie les acquisitions en matière d’achat d’armement et notamment en ce qui concerne ses Forces aériennes. Le pays dispose d’un budget colossal qui fait de nombreux envieux en Europe. Pourtant certains signaux semblent montrer un début d’essoufflement de la part de l’Inde.

De l’achat de nouveaux avions écoles BAe Hawk et Pilatus PC-7, de Sukhoi MKI, de MiG-29MK pour la Marine en passant par la première tranche de Rafale, de Boeing P-8A et la modernisation de la flotte de Jaquar et le soutien au programme national Tejas sans oublier les hélicoptères Apache et Chinook. A cela s’ajoute les différentes compétitions avenir entre le Gripen le F-16 et la relance d’un avion ravitailleur.

Trop de programme :

Les premiers signes d’une limitation des projets semblent aujourd’hui se mettre en place. Le premier concerne la participation de l’Inde au développement du Sukhoi Su-57. L’Inde aurait dû déjà franchir la prochaine étape du processus, qui consiste à s'engager dans un effort de plusieurs milliards de dollars pour développer une variante réelle de l'avion qui serait modifiée pour répondre aux besoins de l'Inde. Pour l’instant rien à l’horizon. La seconde et inévitable tranche d’avions de combat Rafale n’est pas pour l’heure prévue et reste théorique, alors que le renforcement de l’épine dorsale de l’IAF est devenue prioritaire.

Certes, l’Inde semble ces dernières années vouloir diminuer ses liens en matière d’approvisionnement auprès de la seule Russie, et d’opérer une diversification en direction de fournisseurs Occidents. La grande problématique de l’Inde vient du fait que celle-ci ne connaît pas la rationalisation des projets et multiplie les fournisseurs, créant ainsi une montagne de procédures qui ont également un coût.

La difficulté pour l’Inde, est de pouvoir au final acquérir un nombre suffisant d’appareils et non une panoplie hétéroclique d’aéronefs. A plus forte raison, que l’achat d’un ou deux avions de type multirôles d’avèrerait plus efficient et rentable que quatre ou cinq modèles.

A terme l’Inde devra sacrifier un deux projet d’envergure pour pouvoir rentrer dans ses comptes, la question est : le ou lesquels ?

Light-Combat-Aircraft-LCA-Tejas-India-01-Naval-Prototype-NP-1.jpg

 

Photos 1 Su-57 @ Sukhoi 2 le Tejas marine @ HAL

30/12/2017

Inde, fin de carrière pour le MiG-27ML !

32.jpg

L’Indian Air Force (IAF) vient de se séparer de sa flotte d’avions de combat MiG-27ML « Bahadur » (Vaillant). L’avion a effectué sa dernière mission le 28 décembre 2017, depuis la base aérienne de Hasimara au Bengale.

Le MiG-27ML au sein de l’IAF :

Le MiG-27 ML, nom de code « Bahadur » en Inde, a connu un parcours de plus de trois décennies de service à la nation, a déclaré le porte-parole de l’IAF dans un communiqué. Les pilotes indiens ont particulièrement appréciés la précision de l'armement et la puissance de la motorisation permettant une accélération rapide de l'avion. Avec son avionique sophistiquée pour l’époque et ses ordinateurs d'armes, il était capable de fournir une variété de charges dans différents modes d'attaque avec une immense précision.

Le MiG-27ML est une plateforme d'armes très stable avec une bonne visibilité vers l'avant, elle peut larguer des bombes, des roquettes, des munitions de précision guidées par TV / laser et également tirer des missiles air-air pour une autodéfense qui en fait une arme meurtrière. Le MiG-27 ML avait fait ses preuves dans diverses opérations, y compris à Kargil et a reçu de nombreuses récompenses lors de nombreux exercices internationaux organisés en Inde.

C’est au milieu des années 1980 que l’Inde signa un contrat pour produire sous licence le MiG-27M. Au total, se sont 50 exemplaires qui ont été assemblés localement à partir des pièces fournis par les soviétiques, et les autres entièrement construits en Inde. Le premier avion assemblé par Hindustan Aeronautics (HAL) fit son vol inaugural le 11 janvier 1986 et fut suivi par 164 exemplaires appelés localement « Bahadur » (Vaillant" et désignés MiG-27ML.

Au début des années 2000, les MiG-27ML indiens subirent un programme de remise à niveau pour prolonger leur durée de vie, concernant une première tranche de 40 avions avec une provision pour une centaine de plus. L'avionique fut sérieusement modifiée à cette occasion, en particulier par l'ajout d'un GPS, d'un nouveau viseur tête haute et d'écrans couleurs multifonctions. Le premier MiG-27ML modifié fit son vol inaugural le 25 mars 2004 et les livraisons commencèrent en 2006.

0864716.jpg

Le MiG-27 « Flogger » :

Le Mikoyan-Gourevitch MiG-27 « Flogger » est un avion d’attaque au sol russe dérivé du chasseur MiG-23 « Flogger ».Au début de 1970 Mikoyan-Gourevitch avait réalisé une version du MiG-23 spécialisée dans des missions d'attaque au sol : le MiG-23BN (Flogger H). Une nouvelle version améliorée fut réalisée recevant initialement la désignation MiG-23BM mais finalement renommée MiG-27 (Flogger D).

Les modifications par rapport au MiG-23BN étaient les suivantes : une nouvelles entrées d'air plus simples, réduisant la vitesse maximale à mach 1,7, un train d'atterrissage et pylônes d'armement renforcées pour permettre d'emporter jusqu'à 4 000 kg de charge. Le remplacement du canon de 23 mm par un canon de 30 mm à 6 tubes pouvant tirer à une cadence de 5000 coups par minute et l’amélioration de l'avionique avec en particulier un nouveau système de navigation et d'attaque plus précis. Le premier MiG-27 fit son vol inaugural le 17 novembre 1972  et l'avion fut mis en service dans l’armée d el’air soviétique en 1975.

435.jpg

Photos : 1 MiG-27ML @Bharat Rakshak 2 Cockpit @ Poumir Baradawan 3 MiG-27MK en vol @ Angad Singh