20/02/2019

Lockheed-Martin crée la surprise avec le F-21 !

EDE773C6-2D30-4F3E-A75E-2B61B6F9E265.jpeg

Salon aéronautique Aero India 2019, l’avionneur américain Lockheed-Martin vient de créer la surprise avec la présentation du F-21 pour répondre aux besoins de l’Indian Air Force (IAF). L’offre est spécifique dans le cadre de la demande indienne (RFI) en vue d’acquérir 110 nouveaux avions de combat pour une  valeur supérieure à 15 milliards de dollars.

Effet marketing ou réelle nouveauté ?

Surnommé F-21 et introduit par les slogans "Make in India" et "India’s Pathway to F-35", l’avion serait construit localement en partenariat avec Tata Advanced Systems (Inde). Selon le communiqué de Lockheed-Martin. De prime abord, le F-21 n’est en fait qu’une adaptation du F-16 Block70/75 « Viper ». Mais celui-ci serait également spécialement configuré pour répondre aux besoins spécifiques de l'armée de l'air indienne. 

L’offre de l’avionneur américain comprend une cellule de F-16 Block70/75 dotée du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) Northrop Grumman APG-83 qui permet une détection allongée haute résolution. Des cartes radar à synthèse d'ouverture (SAR) pour les opérations en mode frappe par air de précision, air-sol et air-sol entrelacées et entrelacées afin d'améliorer la connaissance de la situation, l'efficacité opérationnelle, le système de repérage AN/APX-126 Advanced IFF (CFT), un sous-système d’avionique COTS, un bus de données à haut débit et à grande vitesse, ainsi que d'autres fonctionnalités de base telles qu'une liaison de données de théâtre Link-16, une nacelle de ciblage avancée « Sniper », un système de navigation GPS de précision et le système anticollision automatique au sol (GCAS automatique). L’avion est doté des réservoirs de carburant additionnels. L'avion est doté d'une perche de ravitaillement pour permettre d'utiliser les ravitailleurs en service au sein de l'IAF.

 

Le partenariat de Lockheed Martin avec l’Inde, proposé au-travers du F-21, fournira à l’armée de l’air indienne des capacités évoluées et évolutives, des possibilités industrielles inégalées et une coopération accrue entre l’Inde et les États-Unis sur les technologies de pointe.

Lockheed-Martin affirme également que le F-21 disposera de composants issus des F-22 et F-35 de 5e génération et partagera une chaîne d’approvisionnement commune pour divers composants. Environ la moitié des chaînes d'approvisionnement des F-21 et F-16 sont communes aux F-22 et F-35.

Au final, il semble donc bien que le « F-21 » ne soit en fait qu’un début d’évolution du F-16 Block70/75 déjà annoncée il y a deux ans, avec le standard Block80.  Mais voilà, pour le service de vente de Lockheed-Martin pouvoir renommer l’avion « F-21 » permet de rafraîchir un peu plus l’image du « Fighting Falcon » et attirer du même coup l’attention.

 

D91E65A6-501A-4648-A891-95AD5DC9561F.jpeg

Photos : F-21  @Lockheed-Martin

 

04/09/2018

Premier essai de ravitaillement en vol pour le Tejas !

tejas-with-flight-refuelling.jpg

 New Dehli, ce qui pourrait paraître commun pour la plus part des avions de combat et un événement pour l’avion de combat indien HAL Tejas. Ce mardi, l’équipe d’essais en vol de HAL en collaboration avec l’Indian Air Force a procédé au premier essai de ravitaillement en vol d’un avion Tejas MKIA avec un IL-78MKI ravitailleur. C’est une étape majeure qui assurera l'expansion de la portée jusqu'à laquelle l'avion de chasse indigène indien peut frapper dans des situations de combat.

Selon le communiqué de l’avionneur HAL, il n'y avait pas eu de transfert réel de carburant en direction de l’avion. Il s’agissait d’un premier pas en de vérification de verrouillage compatible entre le perche du Tejas et le tuyau ravitailleur. Plusieurs autres tests doivent être effectués pour valider les capacités du chasseur Tejas en vue de sa certification au ravitaillement en vol. Le transfert de carburant finalisera les essais.

L’avion utilisé est un Tejas MKIA (LSP-8) qui fait partie du l’escadron de qualification de l’Indian Air Force «The Flying Daggers». En 2017, le Conseil d’acquisition de la défense (DAC) avait autorisé l’acquisition de 83 avions LCA Tejas Mk1A.

Une intégration longue :

Ce premier test fait suite à la longue et complexe intégration complexe de la sonde de ravitaillement en vol sur le chasseur Tejas. La série LCA Tejas Limited Production-8 (LSP-8) est le premier équipé d'une sonde air-air, fournie par Cobham, basée au Royaume-Uni. Elle est fixée à l’avant du cockpit sur le côté droit de l'avion. Tout comme la famille des « Mirage » le Tejas dispose d'une sonde de ravitaillement aérienne fixe. L’intégration de la sonde de ravitaillement est un élément clef voulu par le cahier des charges de l’IAF. A terme l’ensemble de la flotte sera dotée de la capacité de ravitaillment en vol.

La sonde de ravitaillement en air à mi-hauteur est l’un des paramètres clés que HAL-ADA doit combiner, avant l’approbation opérationnelle finale. Selon HAL, dès le premier avion Tejas MKI-A (21ème chasseur dans les plans de production de la série), toutes les plates-formes seront équipées de la sonde de ravitaillement en vol.

Le Tejas MK-1A : 

Hindustan Aeronautics et l'Agence de développement aéronautique (ADA) sont actuellement en phase de finalisation du développement du Tejas Mk-1A. Selon l’avionneur indien, la production du Mk-1A pourra commencer immédiatement après la fin des livraisons du premier lot de 20 avions au standard MK-1 en configuration d'Operational Operation (IOC).

Le Tejas Mk-1A emportera un radar israélien Elta 2052 AESA, une suite de guerre électronique (EW) et une sonde de ravitaillement en vol Cobham. De nouveaux missiles air-air et des munitions de précision sont également envisagés par l’ADA, en plus des R-73 et du Rafael Derby BVRAAM, déjà intégrés sur les avions Tejas Mk1.

3483670450.2.jpg

Photos : 1Le Tejas LSP-8 avec sonde de ravitaillment 2Tejas Mkii@ HAL

27/07/2018

Premiers « Apache » & Chinook » pour L’Inde !

SMF18-G-0058-0027-high-res.jpg

Boeing vient de réaliser les premiers  vols des hélicoptères AH-64 E « Apache » et CH-47F « Chinook » destinés à l’Indian Air Force (IAF). Les livraisons débuteront l’année prochaine.

« Nous sommes impatients de livrer cette capacité phénoménale à l'Inde », a déclaré David Koopersmith, vice-président et directeur général, Boeing Vertical Lift.

L’Inde reçevera 22 hélicoptères d’attaque AH-64E Apache, et 15 CH-47F  « Chinook » de transport

Rappel :

C’est le 28 mai 2015 que le Ministère indien de la Défense (MoD) a autorisé l'acquisition de 22 hélicoptères Boeing AH-64 E « Apache » et 15 hélicoptères Boeing  CH-47F « Chinook » pour un montant de 2,5 milliards de dollars US.

La vente de 22 hélicoptères de combat AH-64D Apache comprend également une large panoplie d’armement tel que : 812 missiles AGM-114L-3 Hellfire Longbow, 542 missiles AGM-114R-3 Hellfire-II, 245 missiles Stinger Block I-92H. Des munitions de 30mm pour approvisionner les canons. Il faut également ajouter  12 radars de définition de cible AN/APG-78, 12 Interféromètres AN/APR-48A à fréquence radar. L’Inde prévoit également de se doter d’un important stock de moteur de réserve avec 50 turbines General-El T700-GE-701D.

Nouvelle victoire de Boeing en Inde, après avoir remporté le contrat portant sur 22 AH-64 Apache Block III pour un montant de l’ordre de 1,4 milliards de dollars. L’Inde par l’intermédiaire de son ministère de la défense a confirmé le choix en matière d’hélicoptère lourd du CH-47F « Chinook ».

India-2401-FF_232-high-res.jpg

 

Photos : 1le premier Apache de l’IAF 2le premier Chinook @ Boeing

 

24/07/2018

L’Inde finalise l’achat de Mi-17-V5 supplémentaires !

3632666754.jpg

Le ministère indien de la Défense (MoD) conclut des négociations avec la Russie pour l'acquisition de 48 hélicoptères de transport militaire de type Mi-17-V5 supplémentaires pour 1,1 milliard de dollars pour l'armée de l'air indienne et le ministère de l'Intérieur.

Le 23 juillet, des sources officielles indiennes ont indiqué que le contrat pour les hélicoptères bimoteurs dont 38 destinés à l'IAF devrait être signé lors de la visite du président russe Vladimir Poutine en Inde au début d'octobre pour le sommet bilatéral annuel entre les deux pays.

L'accord proposé comprend également une obligation de compensation qui oblige tous les fournisseurs à investir 30% de la valeur contractuelle globale de tous les achats militaires de plus de 20 milliards de couronnes dans les secteurs de la défense, de la sécurité intérieure et de l'aviation.

Le MIL MI17-V5 :

Le Mi-17V-5 est la dernière version de l'hélicoptère Mi-17. Cet appareil est destiné à transporter des cargaisons et des parachutistes, ainsi que du fret de grande dimension sur un support extérieur. La version armée du Mi-17V-5 a pour tâches d'appuyer par le feu les forces terrestres ou les parachutistes, lors du débarquement ou de l'évacuation, ainsi que de mener des bombardements de précision. Un système de guerre-électronique équipe l’appareil contre les missiles sol-air ennemis.

Photo :Mil Mi-17V5@ Dusivan Sharamod

27/06/2018

Inde, le Tejas s’avère trop cher !

IAF_Tejas_full_size_(32941198511).jpg

New Dehli, l'introduction du premier avion de combat léger indigène de type HAL Tejas Mk1A au sein l'Indian Air Force (IAF) s’avère bien plus élevé que prévu. Ce constat enfin révélé semble avoir motivé les besoins de relance d’un avion de combat mono-réacteur et même d’une refonte du programme MMRCA.

Selon les premières informations disponibles, les 83 avions de combat Tejas Mark1A délivrés par  HAL pour venir équiper l’IAF en décembre dernier, ont un coût estimé à 68 millions de dollars par jet soit un prix défavorable avec des combattants étrangers plus modernes.

Selon l’estimation du gouvernement le Sukhoi russe plus moderne, qu'il est assemblé en Inde à Nashik est estimé à 67 millions de dollars sans armement ni équipement connexe. Les Russes peuvent même fournir l’avion pour un montant de 60 millions de dollars sans armement ni équipement connexe . Le Gripen E suédois a été offert pour 66 millions sans armement ni équipement connexe et le F-16 pour 55 millions sans armement ni équipement connexe , et tous deux devaient être fabriqués en Inde.

Préoccupé par le prix d'un avion de chasse indigène, le gouvernement indien a voulu promouvoir dans le cadre du programme « Make in India », diverses solutions qui doivent devenir abordable pour le pays.

Une fois que le comité aura soumis son rapport, le ministère formera un comité de négociations commerciales (CNC) pour faire baisser le prix du Tejas de  HAL, pour autant que cela puisse être réalisable avec les nombreux retards de mise au point de l’avion.  De fait, une signature pour un lot complet de Tejas n’est pas encore acquis.

Inquiétudes :

Selon des sources, le ministère de la Défense est également préoccupé par le retard dans la fourniture de l'ordre existant du premier lot de 40 avions de combat Tejas. Au cours des trois dernières années, seulement neuf avions de combat en mode de fonctionnement initial (IOC) ont été livrés contre une commande de 20. La commande de 20 Tejas en Final Operational Clearance (FOC) n'a même pas commencé, car le FOC n'a pas encore été atteint par l'avion. Le ministère a également accepté que la HAL fournisse huit avions d'entraînement sur 40, après que les 36 Tejas Mark1 aient été fournis.

On comprend un peu mieux les inquiétudes du programme Tejas et les besoins de l’IAF en constante augmentation. Il semble une fois de plus que l’urgence aura peut-être le dernier mot dans le choix d’une acquisition en grand nombre d’un nouvel avion de combat, reste à savoir lequel ou lesquels !

tejas-navy_647_120316083705.jpg

 

Photos :Le HAL Tejas @ IAF