15/11/2021

Les Forces aériennes débutent l’exercice YORKNITE 21 !

image.jpg

Du 15 novembre au 10 décembre 2021, des membres des Forces aériennes suisses s’entraîneront avec un maximum de neuf avions de combat F/A-18 « Hornet » et trois hélicoptères Cougar sur la base de la Royal Air Force de Leeming (GB). Cet exercice dans le Nord de l’Angleterre, baptisé YORKNITE, est un élément central de l’entraînement au vol de nuit des Forces aériennes (FA). Ces dernières y accomplissent ainsi environ la moitié de leur quota annuel d’entraînement sur avions à réaction dans ce domaine. Les hélicoptères des FA suisses participeront pour la première fois à YORKNITE. La situation épidémiologique complique cependant l’organisation de l’exercice. Un concept de protection approuvé par les deux parties, qui pose notamment comme condition que le personnel participant soit complètement vacciné, garantit une protection optimale contre les risques d’infection.

Le module d’instruction dispensé dans le cadre de YORKNITE vise à assurer l’instruction de base au vol de nuit pour les pilotes de F/A 18 (service de police aérienne nocturne) ainsi que l’approfondissement et la consolidation des tactiques d’engagement nocturne de la guerre aérienne. Les pilotes d’hélicoptères acquerront ou approfondiront leurs compétences dans les domaines du vol tactique à basse altitude, de jour comme de nuit, associé à l’utilisation de systèmes de la guerre électronique. Les conflits des dernières décennies ont montré que les engagements menés pour des raisons tactiques le sont de plus en plus dans l’obscurité et dans le champ d’action des systèmes de la guerre électronique et des moyens de défense aérienne.

image.png

Au total, deux relèves composées de quelque 55 pilotes et 120 membres du personnel au sol se rendront en Grande-Bretagne. La base de la Royal Air Force de Leeming, dans le North Yorkshire offre aux FA suisses un cadre idéal pour s’entraîner. Les vastes secteurs d’entraînement, situés à une distance avantageuse de la base en mer du Nord et dans des régions peu peuplées du nord de l’Angleterre, permettent de s’entraîner efficacement à tous les types d’engagements tactiques, y compris au vol supersonique.


En raison de diverses limitations s’appliquant en Suisse, les FA ne peuvent pas atteindre aux mêmes standards que d’autres pays dans les domaines du vol de nuit et à basse altitude. De nombreux facteurs restreignent ces types d’entraînements en Suisse : des secteurs d’engagement exigus et peu nombreux, une altitude et une vitesse de vol limitées (entraînement au vol supersonique presque inexistant), des horaires restreints pour le service de vol, une disponibilité limitée des systèmes au sol dans les domaines de la guerre électronique et des scénarios de menace par des systèmes de défense contre avions, des restrictions concernant le nombre de mouvements de vol sur les bases aériennes, une densité élevée du trafic dans l’espace aérien suisse et une densité de peuplement également élevée, obligeant à une certaine retenue eu égard aux nuisances sonores. Ainsi, les pilotes suisses ne peuvent consacrer au vol de nuit et à basse altitude qu’environ la moitié des heures de vol que leurs homologues européens consacrent.

La santé en priorité

La santé et la protection du personnel des FA et de leurs hôtes sont prioritaires. Aussi, pendant YORKNITE, un concept de protection approuvé par l’Armée suisse et le ministère de la défense britannique, incluant également toutes les prescriptions de l’Office fédéral de la santé publique et du ministère de la santé britannique, sera appliqué de manière systématique. Tous les participants doivent avoir déjà reçu les deux doses de vaccin et se soumettre à un test PCR avant leur départ et pendant l’exercice.

Un accord entre le Royaume-Uni et la Suisse constitue le cadre légal de l’exercice YORKNITE. (Sources et photos DDPS).

image-1.jpg

 

 

09/07/2020

L’Espagne prévoit de remplacer ses Hornet par des Eurofighter !

2839094898.jpg

L'Espagne est en pleine négociations avec Airbus DS en vue de la commande d’une tranche de 20 Eurofighter. Le montant de la transaction est estimé à plus de 2 milliards d’euros. Les sociétés Hensoldt (GER)  et  Indra (E) seront en charge de diriger le consortium qui prendra en compte la construction des radars. Ceux-ci seront intégrés dans les avions des usines Airbus de Getafe et Manching.

Remplacement des F/A-18 « Hornet » :

Cet achat s’inscrit dans le but du remplacement des Boeing EF-18 A/B « Hornet » en service. Le remplacement des EF-18 est l’une des priorités de la Force aérienne pour les prochaines années.

En complément des allemands :

Cette future commande doit venir compléter celle passée le 28 juin dernier par les allemands. Les futurs Eurofighter espagnols seront du même type que ceux des allemands et doté du nouveau radar Captor-E MKI à balayage électronique le plus avancé au monde pour les avions de chasse. La conception de la cellule du fuselage avant permet à Eurofighter de fournir le plus grand réseau à balayage électronique pour des portées de détection et de poursuite accrues, des capacités Air-to-Surface avancées et des mesures de protection électronique améliorées. La grande surface de l’antenne permet également un champ d’observation plus large que toute autre plate-forme, ce qui stimule les performances de l’avion et garantit son rôle en tant qu’atout précieux dans l’environnement du Future Aircraft Combat Aircraft System.

Antenne dotée du SWASHPLATE : 

Tout comme le radar du Gripen e ES-05 RAVEN, le CAPTOR-E MKI est doté d’une antenne rotative « SWASHPLATE » offrant une plage de détection particulièrement large. Le pilote dispose de fait d’une meilleure connaissance de la situation et une sécurité accrue au combat par rapport aux radars AESA à plateau fixe, enfin en ce qui concerne les AESA non dotés de TRM d'arséniure de gallium (GaAs). 

L'Espagne un acteur clef au sein du consortium Eurofighter:

L'Espagne est l'un des quatre pays membre du consortium "Eurofighter" d'Airbus DS et participe au développement de l'avion, ainsi qu'à la fabrication de pièces importantes comme les ailes. Les appareils destinés à l'Espagne sont assemblés à Getafe, dans la banlieue de Madrid.

3227563770.jpg

Photos : 1 EF-18 espagnols 2 Eurofighter T2 espagnols @ FAE

 



21/08/2019

Mirage 2000 à Payerne !

7934DAEA-A56D-4EE2-B33D-4463832F982E.jpeg

Le jeudi 22 août 2019 dans la matinée, six Mirages 2000 de l'Armée de l'air française se poseront sur la base aérienne de Payerne pour différents entrainements lors d'un exercice commun pendant une semaine. Ils repartiront le vendredi 30 août. Les français et les suisses utiliseront cette occasion pour s'entraîner conjointement et échanger leurs expériences. De tels exercices ont lieu régulièrement.

L'objectif de cet exercice sont la mise en commun d'expérience dans les domaines de la police aérienne et de la défense aérienne, mais aussi l'entrainement des procédures communes. Les Forces aériennes suisses profiteront aussi de ces journées pour comparer leurs capacités vis-à-vis d'une nation qui a une grande expérience opérationnelle.

Cet exercice a lieu régulièrement et en alternance entre les deux pays. Sur le plan juridique, cet entraînement se fonde sur l’accord entre la Suisse et la France relatif aux activités communes d’instruction et d’entraînement des forces armées françaises et suisses.(Sources DDPS).

Exercice « Epervier » :

L’Exercice « Epervier » n’est pas une première, il existe depuis plusieurs années entre nos deux pays. Dans le cadre des échanges bilatéraux, l’exercice “Epervier” se déroule chaque année à tour de rôle en Suisse et en France. Mais pour des raisons d’engagement sur des théâtres d’opération étrangers de l’Armée de l’air française, cet exercice avait été momentanément reporté ces dernières années.

Epervier, c’est l’occasion pour les deux Forces aériennes de s’entrainer conjointement au combat aérien longue portée BVR (Beyond Visual Range = hors de portée visuelle) et combat aérien rapproché (Dogfight) en enchaînant des missions simples 1 vs 1 puis, plus complexes 4 vs 4.

Il s’agit également de peaufiner les procédures d’engagement afin de parfaire la capacité commune d’engagement en matière de partenariat de défense aérienne.

Il faut rappeler que depuis plusieurs années le partenariat entre les deux pays à fortement augmenté dans le domaine de la sécurité en Europe et ce genre d’exercice, ainsi que l’entraînement au ravitaillement en vol des F/A-18 suisses sont devenus chose courante.

armée de l’air,payerne,hornet,blog défense,aviation militaire,romandie aviation

05/07/2019

Police du ciel: interception d’un aéronef ce matin !

D9E5D58F-DF62-4F68-9936-27CA93092B22.jpeg

Le 5 juillet 2019, à midi, deux F/A-18 armés ont décollé de la base aérienne de Payerne suite à une alarme. L'engagement a eu lieu sur ordre de la centrale d'engagement de la défense aérienne dans le cadre du service de police aérienne. Un avion civil italien du type PC-12 volant sans liaison radio en était la cause. Il traversait l'espace aérien suisse en provenance d'Italie. Les avions de chasse l'ont atteint au-dessus du lac de Wägital. Ils ont pu l'identifier visuellement. Le contact radio a pu être rétabli et l'avion civil a pu continuer son vol en direction de l'Allemagne.

En raison du peu de temps dont ils disposaient, les deux F/A-18 ont passé le mur du son à plus de 10'000 mètres d'altitude. La mission a eu lieu en étroite coordination avec l'Italie et l'Allemagne.  Source DDPS

Image reflètant la police du ciel et non l'interception de vendredi!

08/01/2019

Hornet d’occasions, la polémique enfle au Canada !

1200px-Three_RAAF_FA-18_Hornets_in_flight_at_Red_Flag_2012.JPG

Le gouvernement canadien a conclu un accord pour l'achat d’avions de combat Boeing F/A-18 « Hornet » d’occasions australiens. Le premier des 25 avions à réaction de seconde main devrait arriver ce printemps, a confirmé le ministère de la Défense nationale canadienne.

Le gouvernement Trudeau a annoncé en 2017 qu'il achèterait 18 F-18 australiens usagés à titre de mesure provisoire pour renforcer l'armée de l'air jusqu'à ce que toute la flotte canadienne de CF-18 soit remplacée, à compter du milieu des années 2020. Les sept autres jets australiens achetés seront utilisés pour les tests et les pièces de rechange.

Les représentants du MDN affirment que les deux premiers avions arriveront ce printemps. Le ministère a indiqué que les premiers arrivants pourraient être opérationnels d'ici l'été, tandis qu'un deuxième groupe d'avions pourrait arriver plus tard cette année.

Le coût total du projet d’acquisition (améliorations, salaires et plan d’urgence) sera plus proche de 500 millions de dollars. 

Dans l’attente du futur avion :

Le ministre de la Défense canadien, Harjit Sajjan, a annoncé son intention d’acheter les avions d’avion australiens et a lancé en parallèle un concours pour remplacer les CF-18 « Hornet » canadiens.  Sajjan a déclaré que les avions à réaction utilisés sont nécessaires pour combler le "fossé de capacité urgent" du Canada et que le Canada ne dispose pas d'assez d'avions pour respecter ses engagements vis-à-vis de l'OTAN et du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (Norad) en même temps.

Une mauvaise solution : 

Cette solution de remplacement en attendant mieux n’est pourtant pas forcément une bonne idée. En effet, il faut se rappeler que l’US Navy va progressivement retirer ses « Hornet » à partir de 2023. De fait, Boeing ne livrera plus de mises à jour des logiciels à cette date. Un problème d’obsolescence va venir se poser rapidement pour ces avions en service. De plus, le potentiel cellule arrivant en fin de vie, il faudra à la Royal Canadian Air Force les utiliser avec une extrème économie, qui prendra d’autant plus raison, si le nouvel avion tarde à être choisi. Du côté de l’opposition c’est l’insatisfaction qui prédomine. En effet, l’argent investit aurait pu être mieux utlisés dans l’achat d’un nouvel avion. Pour de nombreux observateurs, les vieux « Hornet » australiens souffent déjà de nombreuses pannes et problèmes techniques, en cause le vieillissement des avions.

Pour certains, cette solution permet au gouvernement Trudeau de jouer la montre avec l'achat du futur avion et surtout évite de reparler du contrat F-35. 

Photo :Hornet australiens @RAAF