28/11/2016

Saab prépare la certification des logiciels du Gripen E !

Cx9nbT0XUAANsEH.jpg-large.jpeg

L’avionneur suédois Saab a choisi de retarder de six mois le premier vol de son Gripen E pour répondre aux exigences de qualification de logiciels. Cette décision doit permettre de gagner au final du temps et de pouvoir ainsi répondre aux exigences commerciales.

Initialement, le premier Gripen E de présérie 39-8 devait voler au début du mois de décembre. Mais l’avionneur suédois a revu son calendrier dans le but de qualifier l’ensemble des logiciels de l’avion d’ici la fin du premier trimestre de 2017. Cette solution doit permettre d’effectuer les essais en vol directement avec les versions finales des logiciels. Le second objectif de cette opération doit permettre d’installer directement les logiciels sur les deux Gripen E suivant de préséries sans avoir a refaire de nombreux tests en vol. Selon l’avionneur suédois, cette solution lui permettra ensuite de disposer à fin 2017 des trois appareils à 99.9 % de la version de série finale qui sera livrée en 2019 aux forces aériennes suédoises et brésiliennes.

Disponible pour les clients potentiels :

La seconde raison de ce changement doit permettre à Saab de disposer en plus des essais finaux, d’un Gripen E MS21 pour les évaluations des clients potentiels. En effet, l’avionneur suédois de devra présenter son nouvel avion pour des essais en Finlande, en Belgique et en Suisse. L’occasion pour ces pays de pouvoir voler et essayer l’avion au plus près de ce qu’il pourra fournir.

Une réalisation qui progresse :

Selon le chef d'exploitation de Saab Aeronautics, Lars Ydreskog le premier vol aura lieu au second trimestre de 2017 avec la qualification complète de la conception de l'avionique modulaire intégrée (DIMA) aux normes commerciales et validée par l'autorité suédoise de l'aviation militaire. L’ensemble des logiciels sont actuellement en phase finale d’essais sur simulateur en vue de la certification.

CsPP-HFWAAAE9cp.jpg

«Ce n'est pas une exigence des clients ou de l’autorité aérienne, c'est une décision commerciale que nous avons prise. Nous sommes persuadés qu'il sera bénéfique pour nos clients de tester un avion stable et robuste dès le premier jour ", explique Ydreskog. "Nous gagnerons en le faisant maintenant et cela enlèvera tout point d'interrogation sur la stabilité et la robustesse des logiciel et des systèmes."

A ce jour plus de 500 heures de tests en vol ont eu lieu avec le démonstrateur Gripen 39-7 de Saab et les attentes ont été dépassées. A fin octobre, Saab a terminé l’intégration du moteur GE F414G sur le Grièpen E 39-8. Les essais au sol à pleine puissance sont terminés. Les essais de roulage à grande vitesse devraient se dérouler sur le site de Linköping en Suède très prochainement.

gripen,gripen e,gripen ef,foce aérienne suédoisem fab,embraer,gripen blog,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Le point avec le Brésil :

L’un des trois avions de préséries sera livré en 2018 au Brésil. En novembre, Saab et Embraer ont ouvert une installation dédiée au Gripen E sur le site Gavião Peixoto. Environ 20 des 100 ingénieurs d'Embraer qui ont reçu une formation à Linköping sont récemment retournés au Brésil, et la nouvelle installation est «pleine d'activité». Le personnel brésilien travaille maintenant à l'intégration de nouvelles armes et l'achèvement d'un modèle F biplace qui sera fabriqué exclusivement au Brésil.

Embraer serait également impliqué dans la livraison du Gripen E/F pour les clients potentiels d’Amérique Latines. On parle aujourd’hui de la Colombie et du Chili.

 

maxresdefault.jpg

Photos : 1 &3 Tests moteur Gripen E 2 Cockpit avec le WAD Elbits Systems 4 Présentation en mai dernier @ Saab

 

28/08/2012

Gripen :garantie du prix et de la livraison !

796856156.jpg

 
La facture pour l'achat de 22 avions de combat Gripen s'élèvera à 3,126 milliards de francs, a assuré la Suède à la Suisse. Tous les coûts de développement sont inclus dans cette somme, selon Ueli Maurer.

11/07/2012

Le Gripen F vole avec son radar AESA !

 

 

Gripen with ES 05 Raven pic3.jpg


 

Le démonstrateur Gripen NG est depuis quelques temps, doté de la version définitive du radar ES-05 «Raven» de type AESA (Active Electronically Scanned Area). L’avion a été présenté à la presse, lors du Salon aéronautique de Farnborough. Cette présentation était réalisée avec le fournisseur de l’antenne à balayage électronique SELEX Galileo.

Le Gripen E/F, de part son démonstrateur atteint maintenant la phase finale de tests,  avec l’adaptation de son radar AESA définitif et se terminera avec le montage du capteur IRST (SKYWARD-G). Ce radar AESA vient de débuter, par ailleurs, la phase de tests en vol pour sa qualification. La version du radar ES-05 «Raven » installé dans le nez du Gripen F, est issues des modèles antérieurs, qui ont servit de banc d’essais depuis 2008. Cette version du radar AESA a subit au préalable une batterie de tests, servant à son homologation depuis les installations de Finmeccanica d'Edimbourg en Ecosse en vue de son installation sur l’avion développeur.

Le radar AESA en version définitive sera présenté un peu plus tard, dans l’année, en vol aux équipes de pilotes d’essais suisses d’Armasuisse et des Forces Aériennes (nous aurons l’occasion d’y revenir le moment venu).

 

radar%202936%2072%20400.jpg
radar%202991%2072%20400.jpg

 

L’ES-05 « Raven » :

Le radar à antenne à balayage électronique qui doit équiper les versions « Echos & Fox » du Gripen est développé par Saab et SELEX Galileo. Le corps du système reprend les éléments du radar PS-05 Ericsson auquel on y a ajouté l’antenne active de SELEX Galileo ainsi que des éléments du Vixen 1000E. Celle-ci, est par ailleurs montée sur un plateau cyclique (swashplate) repositionnable qui permet de fournir une plage de détection de  ± 100 º.

Selex-Galileo-Raven-ES-05-AESA-2.jpg

 

 

La série de capteurs comprend des capteurs actifs et passifs intégrés pour permettre une commande centrale et la fusion de capteurs. Ces éléments permettront d’améliorer de façon significative la capacité multirôle et la performance des capteurs face aux menaces futures et à des scénarios plus complexes.

Le RAVEN ES-05 bénéficie de la technologie extrêmement fiable du module émetteur/récepteur de l’AESA, ce qui améliore considérablement la disponibilité du système et permet de réduire le coût de cycle de vie. Les radars AESA de SELEX Galileo présentent des performances exceptionnelles et une fiabilité accrue supérieures aux radars à balayage mécanique traditionnels. Ils offrent également tous les avantages des antennes AESA multifonctions et garantissent des économies de coûts à long terme.

Le radar Raven ES-05 a été conçu dès le départ comme un système modulaire unique et efficace à même de répondre aux exigences mondiales en matière de détection radar de conduite de tir et de suivi de cibles. Il s’appuie sur des unités modulaires courantes qui permettent d’offrir une architecture de système évolutive capable de répondre aux besoins de conduite de tir et aux exigences opérationnelles des radars d’interception tout en restant résistant aux contre-mesures radar.

L’antenne AESA est couplée à des unités remplaçables en ligne (LRU) d’un récepteur-excitateur multichaîne entièrement numérique et d’un processeur. Ces dernières fournissent une suite complète de modes dont les modes air-air et air-sol, des fonctions de brouillage et de support pouvant être facilement adaptées ou étendues au logiciel afin de satisfaire les besoins futurs.

Le radar exploite les techniques de confirmation d’alertes de l’AESA pour confirmer les cibles lors de la première détection. Ces techniques, associées aux formes d’onde optimisées d’AESA, permettent d’augmenter les champs d’initialisation de la trajectoire, tout en conservant simultanément une capacité d’appréhension totale de la situation. La capacité de balayage instantanée de l’AESA fournit également une suite complète de modes simultanés air et sol, afin de conférer au pilote une appréhension totale et fidèle de la situation.

Au cœur de la conception du radar AESA se trouve la capacité de gérer la panne individuelle d’un seul composant. Les pannes de composants dans l’antenne entraînent une dégradation progressive de la performance et non une panne complète du système, fournissant ainsi une disponibilité opérationnelle plus élevée que les systèmes de radar traditionnels. Des économies de coût sur la durée de vie du système sont réalisées grâce à la haute fiabilité, l’amélioration de la disponibilité et la réduction des exigences relatives à la maintenance.

 

Les avantages de l’antenne AESA :

Un radar ainsi équipé offre une extrême flexibilité. Les modules (TRM) peuvent être divisés en "sous-radars" ayant chacun une tâche différente (air-air, air-sol, brouillage ).

Ce type d’antenne permet un accroissement de la portée. La puissance émise et leur portée sont augmentées de 20 à 70 %.

Discrétion et résistance au brouillage (travail simultané sur des fréquences différentes).

Fiabilité (pas de mécanique, redondance des antennes).

Nombreuses applications potentielles (arme à énergie dirigée, transmission de haut débit ).

Ce type de radar permet un champs d’application à de nouvelles tactiques, comme par exemple, de maintenir la liaison de données de missiles et de s’en détourner, tandis,  que le scénario se poursuit le radar acquiert d'autres cibles et/ou effectue d’autres tâches.

getasset.jpg

 

 

Photos : 1 Radar AESA ES-05 avec son antenne montée sur le Gripen F 2 & 3 Présentation à la presse au Salon de Farnborough 4 Version test avec l’IRST (SKYWARD-G) @ Saab/Selex Galileo

 

05/05/2012

Gripen F : Pilotes suisses très satisfaits !

 

foto.parsys.48988.2.photo.Photogallery.gif.png


 

C’est dans un ciel bleu que les pilotes suisses d’armasuisse ainsi que des Forces aériennes en compagnie d’une équipe d’ingénieurs se sont rendu chez Saab à Linköping, en Suède, dans le but d'effectuer des vols d'essai avec le Gripen E/F (Demonstrator).

Les négociations sont toujours dans les délais et les vols d'essai en Suède font partie des préparatifs en cours.

Le programme de trois jours entre le 2 et 4 Mai inclus des vols en simulateurs d'entraînement et quatre vols d'essai. Les vols d'essai ont principalement ciblé la défense aérienne et la surveillance de l'air avec des armes diverses, comme les missiles IRIS-T et AMRAAM-120C7 et le METEOR (systèmes d’armes sélectionnés par la Suisse sur le Gripen E/F).

foto.parsys.48988.4.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Les réactions des pilotes :

«Nous avons testé les performances de vol, nous avons simulé une mission de défense aérienne complète. Sur le vol, il y avait beaucoup de points de test. Nous avons été en mesure de terminer l’ensemble des vol avec succès! », dixit, le lieutenant-colonel Fabio Antognini  des Forces aériennes suisses.»

"Nous avons pu testé les performances de vol dans un scénario de surveillance de l'air. Nous avons simulé une alarme spéciale (Quick Reaction Alert) et une utilisation de puissance de à haute altitude et à une vitesse supersonique. Nous avons testé le moteur et l’ensemble de l’enveloppe de vol, et nous sommes très satisfaits des résultats », Bernhard Berset, chef pilote d'essai chez Armasuisse.

Le Gripen-E/F se déroule selon le plan. Dans la phase des prochains essais, permettra de qualifier les nouvelles technologies de pointes. En outre, le système radar particulièrement performant de type  AESA permet d’envisager l’entrée des Forces aériennes suisses avec sérénité dans un avenir en performances inégalées jusqu’ici .

L’ensemble des améliorations du Gripen E/F notamment en ce qui concerne la nouvelle motorisations du GE F414G et une augmentation des charges en armement couplées  avec  l'introduction de nouveaux capteurs (IRST) et de l'avionique de nouvelles  génération font du Gripen E/F un appareil ayant un rapport coût/efficacité sans pareil.


Très bonne collaboration suédo-suisse:

La coopération entre les deux équipes était vraiment fantastique. Nous avons effectué quatre vols d'essai avec le Gripen-E/F. Les différents scénari imaginés ont démontré l’excellence des systèmes. Nous étions en mesure de démontrer les capacités croissantes de cet avion ainsi que les performances, la maniabilité et la durabilité », explique Richard Ljungberg, chef pilote d'essai chez Saab.

foto.parsys.29394.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : Gripen F @ Saab/Armasuisse

 

04/05/2012

Les pilotes suisses volent le Gripen F !

 

foto.parsys.61797.4.photo.Photogallery.gif.png


 

Une équipe de spécialistes des Forces aériennes et d’armasuisse a effectué, du 2 au 4 mai 2012, à Linköping en Suède, une série de vols d’essai avec le Gripen F Demonstrator. Les quatre vols effectués en biplace ont servi à vérifier les évaluations du Gripen E/F ainsi qu’à réduire les risques liés au développement de l’aéronef. L’ensemble de ces vols d’essai a pu être effectué comme prévu.

Linköping, Suède. Avec la décision du Conseil fédéral du 30 novembre 2011 concernant le choix du type d'appareil, une étape importante a été franchie dans l'acquisition des nouveaux avions de combat pour les Forces aériennes suisses. Suite à cette décision, le DDPS a été chargé par le Conseil fédéral de prendre en mains la préparation de l'acquisition du Gripen. Au sein du DDPS, cette tâche est effectuée par une équipe de projet intégrée (EPI) dirigée par armasuisse avec des représentants des Forces aériennes ainsi que d'autres services du DDPS.

dsc0024058.jpg



Parallèlement aux négociations en cours avec le gouvernement suédois concernant l'optimisation du processus d'achat, d'autres discussions techniques ont lieu de manière intensive entre les partenaires concernés en Suède et en Suisse. Il est prévu de régler les détails techniques de l'acquisition coordonnée du Gripen par la Suède et la Suisse d'ici à la fin du deuxième trimestre 2012.

Etat d'avancement des préparatifs d'acquisition :

 

L'EPI suit de très près l'évolution du projet auprès de l'industrie, comme cela est d'usage lors d'acquisitions complexes. Cet accompagnement des travaux permet non seulement de vérifier les évaluations du Gripen E/F mais aussi de réduire les risques liés au développement du Gripen C/D vers le modèle E/F.

Dans ce cadre, les premiers vols d'essai ont maintenant eu lieu avec le Gripen F Demonstrator du constructeur Saab en Suède. Une petite équipe composée de pilotes et d'ingénieurs d'essais en vol des Forces aériennes et d'armasuisse a effectué une série de vols de vérification, en étroite collaboration avec le fabricant.

foto.parsys.61797.1.photo.Photogallery.gif.png



Programme et vols d'essai :

 

Le programme, qui s'est déroulé sur trois jours, comprenait les éléments « entraînement en simulateur » de même que « vols d'essai ». Durant la première journée, les deux pilotes ont rafraîchi leurs connaissances du Gripen dans le simulateur et se sont plus particulièrement familiarisés avec les nouvelles capacités du Gripen F Demonstrator. Les deux jours suivants ont permis d'effectuer les vols qui ont servi à vérifier les évaluations du Gripen E/F dont il a déjà été fait mention ainsi qu'à réduire les risques liés à l'achat prévu. Afin que les essais soient aussi réalistes que possible, ils ont été exécutés sur la base de divers scénarios d'engagement, tels qu'on pourrait les imaginer en Suisse. Ils comptaient chacun deux avions avec le profil d'engagement de défense aérienne et de police aérienne. Les engagements ont eu lieu avec des configurations d'armes différentes et l'appui d'avions-cibles.

Le point de départ pour les vols d'essai était l'aéroport de Linköping en Suède. Les différents vols d'essai ont eu lieu principalement au-dessus de la mer Baltique, à une altitude variant entre le niveau de la mer et 12 000 mètres.

Tous les vols d'essai ont pu être effectués avec succès.

foto.parsys.29394.2.photo.Photogallery.gif.png



Gripen F Demonstrator :

Le Gripen F Demonstrator, testé par les pilotes suisses en Suède, est un modèle intermédiaire entre le Gripen C/D et le Gripen E/F. Ce biplace dérivé du Gripen D a pris son premier envol le 27 mai 2008 et a, depuis, plus de 200 heures de vol à son actif. Ce démonstrateur sert de plateforme pour tester les systèmes partiels du Gripen E/F.


Le Gripen F Demonstrator est motorisé par le réacteur General Electric F414G. Il est équipé d'un réservoir de kérosène interne plus grand, de pièces de la nouvelle avionique (cockpit) et de deux postes d'arme supplémentaires sous le fuselage. En outre, son train d'atterrissage a été repositionné.

Les différences entre le Gripen C/D et le Gripen E/F :


Les principales différences entre le Gripen E/F que la Suisse a choisi d'acquérir et le Gripen D testé en 2008 sont les suivantes :

Réacteur plus puissant avec mode SuperCruise;

Capacité de stockage du kérosène plus importante;

Nouveau radar à la pointe de la technologie (Active Electronically Scanned Array /AESA);

Capteur infrarouge de détection et de poursuite de cible (passif) (IRST, Skyword-G);

Nouvelle avionique, cockpit nouvelle génération inclus, viseur de casque Cobra;

Nouveau système de guerre électronique (analyse électronique et mode infrarouge) couplage avec fusion des données, liaisons Link16;

Deux postes d'arme supplémentaires (au total 10 points d'attaches);

Nouveau train d'atterrissage.

Nouvelle génétation d'armement comme le missile européen hyper-véloce METEOR.

foto.parsys.48988.3.photo.Photogallery.gif.png

 

 

Photos : vols depuis Linköping avec le Gripen F, pilotes suisses d'armasuisse en tenue orange et des FA en gris  @ Saab Gripen/Armasuisse