08/04/2013

Gripen C en Suisse pour des tirs à Axalp !

 

 

gripen c,gripen e,saab gripen,swiss air force,gripen suisse,gripen avia news

 

Deux avions de combat monoplaces Gripen C ont atterri ce matin sur l'aérodrome militaire d'Emmen, après un vol de transfert d'environ deux heures au départ de Linköping.

Programme :

Il est prévu que les deux Gripen C effectuent, dans le courant de cette semaine, des vols de vérification technique sur la place de tir des Forces aériennes, sur l'Axalp. Cinq engagements comptant chacun plusieurs survols sont prévus au total. Seuls les deux derniers comporteront des tirs réels. L'arme utilisée sera le canon de bord de 27 mm du Gripen. Pour les vols de vérification, les commandes seront tenues par des pilotes d'essais de Saab et d'armasuisse.

Motifs et explications techniques :
Jusqu'à ce jour, le Gripen a volé comme suit en Suisse :

§  juillet / août 2008 - évaluation de l'appareil destiné au remplacement partiel de la flotte de Tiger (TTE) avec deux Gripen D

§  octobre 2012 - tirs de l'aviation sur l'Axalp - présentation du démonstrateur Gripen F

§  janvier 2013 - programme d'armement 2012 - présentation du démonstrateur Gripen F.

Contrairement aux monoplaces ( Gripen C et Gripen E ), les biplaces ( Gripen D et démonstrateur Gripen F ) ne sont pas équipés d'un canon de bord, raison pour laquelle aucun vol avec tir d'essai du canon de bord n'a pu être effectué jusqu'ici en Suisse avec le Gripen. Vu le choix du type en faveur du Gripen, des vols de vérification portant sur le canon de bord sont effectués maintenant dans l'environnement topographique suisse avec l'avion monoplace Gripen C. Un pilote suisse a également été formé à cet effet sur le monoplace Gripen C.

Les motifs et les objectifs des tirs de vérification technique en Suisse avec le canon de bord sont :

§  réalisation en Suisse, la topographie suisse étant différente de la topographie suédoise;

§  après le choix du type, première possibilité de vérification technique du canon de bord du Gripen dans la topographie suisse;

§  vérification du système de visée et du canon de bord ;

§  vérification et apport du justificatif de la fonction, des performances et de la fiabilité.

 

Canon Mauser 27 mm :

 

 

300px-Mauser_BK-27_LKCV.jpg

La famille d’avions de combat Gripen  (A, B, C, D, E) est dotée d’un canon allemand Rheinmetall Mauser BK-27 de 27mm (acronyme allemand pour « Bordkanone).  Le BK-27 a été initialement  développé pour équiper le Panavia Tornado.

 

Le BK-27 est un canon à gaz fonctionnant sur une nouvelle série de projectiles 27x145mm avec un poids de 260g. Le BK-27 offre de hautes performances, la cadence de tir atteint 1700 coups minutes

 

Le canon BK-27 équipe plusieurs appareils : Le Tornado, l’Alpha jet, l’Eurofighter Typhoon II, le Gripen.

 

Photos : 1 Gripen C suédois à Emmen, Lundi  @ Flygvapnet 2 canon Mauser BK-27 @ Rheinmetall

05/03/2013

Gripen, les stratégies politiciennes !

gripen_ef__saab_.jpg

Le Conseil des Etats a accepté le crédit pour les 22 avions de combat suédois par 22 voix contre 20.Mais,  il n'a pas libéré les 3,126 milliards faute d'une majorité de 24 sénateurs pour lever le frein aux dépenses. Le projet Gripen revient de loin, et quelques trâces subsistent encore et de la désinformation subie dands les médias, mais il faut aussi affronter maintenant les stratégies de couloir de la Berne Fédérale.

La bataille du financement :

A gauche on ne veut pas d’avion, peut importe qu’il porte le nom de Gripen, Rafale ou Eurofighter, d’ailleurs à gauche on ne veut tout simplement pas d’armée et puis, si jamais le besoin s’en faisait sentir, en trois semaines, il serait aisé de monter une armée de toute pièce !!

A droite, les choses sont inverses, on veut bien d’un avion pour la majorité et du Gripen de surcroît. Par contre la problématique concerne le financement de celui-ci. En effet, deux variantes sont possibles :

a)     Celle proposée par le Conseil Fédéral qui propose un budget de 4,7 milliards avec un fond spécial pour l’achat de l’avion.

b)    Celle de la commission de sécurité du National s’appuie sur la décision du parlement en octobre 2011 qui consiste en un montant de 5 milliards.

Pour un certain nombre d’observateurs, la variante  « a » est insuffisante pour compenser les baisses de budgets de l’armée entre 2003 et 2010 soit un manque à gagner de 500 millions par année.

La variante  « b »  a pour but de permettre l'achat de 22 nouveaux avions de combat et garantir une armée de 100'000 militaires et combler les lacunes en équipement.

En conséquence, la grande question avenir concerne donc la variante qui sera finalement retenue pour non seulement financer l’achat des 22 avions Gripen E, mais l’ensemble de l’armée.

On imagine à peine la situation, si le DDPS avait choisi un avion plus cher à 4 milliards par exemple !

Soutien «officiel» à droite :

Les orateurs de droite ont quasiment tous plaidé la nécessité d'acquérir de nouveaux avions afin que l'armée assure ses missions de surveillance et défense de l'espace aérien. La vieille flotte de 54 Tiger ne sera plus utilisée (les moderniser coûterait trop cher) et les 33 F/A-18 restants ne suffiront pas, selon Hans Hess.Après une analyse détaillée, la commission préparatoire a jugé limités les risques techniques, financiers, politiques et de calendrier liés à l'achat des Gripen. La Suède est un partenaire à qui l'on peut faire confiance, selon le président de la commission préparatoire.Cette dernière n'a pas non plus remis en cause le recours à la location d'appareils, en attendant le dernier modèle commandé. Les premiers onze Gripen de type D seraient remis entre mi-2018 et 2019. En attendant la livraison complète, Berne louera de 2016 à 2020 huit Gripen C et trois Gripen D.Les partisans du nouvel avion ont également mis en avant les affaires compensatoires qui profiteront à l'économie suisse. Et d'appeler à ce que l'objectif de répartition entre les régions linguistiques (65% en Suisse alémanique, 30% en Romandie, 5% au Tessin) soit tenu.

La mauvaise foi :

Retenons également la mauvaise foi de certain : A gauche, on soutien qu’il faut bien de l’argent mais pour des avions de transport ! C’est pourtant la gauche qui ‘s’était opposée à l’achat d’avions de transport en 1997 ! On apprécie !

La dernière en date, l'interview de L. Recordon (Verts) qui déclare à propos du besoin d'un avion de combat : "Cela nécessite un intercepteur relativement rapide, mais pas un chasseur de combat" (.) ! Je vous laisse juge de ce genre de déclaration ! 

Ne pas faiblir :

Combattre les dernières fausses idées sur l'avion, mieux informer nos élus et la populations sur les besoins des Forces aériennes, tels sont les points qu'il va falloir poursuivre dans les semaines avenirs.

 

 


 

 

 

 

 

 

24/02/2013

Gripen E : Les appuis politiques !

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg

Les ambiguïtés sur l’achat de l’avion de combat Gripen E tombent les une après les autres, Les falsifications et les tentatives de dés-informations concernant l’avion suédois sont aujourd’hui caducs. Les commissions révèlent (enfin) la vérité sur le sujet.

Commissions favorables : 

Suite à l’approbation favorable de la commission des finances sur l’achat de l’avion de combat Gripen E, la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats a donné son aval à l'achat de 22 Gripen par 9 voix contre 4. L'objet devrait donc franchir facilement le cap du Conseil des Etats le 5 mars prochain. «La capacité des Gripen n'est pas contestée de notre côté», avait expliqué le président de la commission Hans Hess (PLR/OW). En outre, il s'est dit convaincu que les risques financiers liés à l'acquisition peuvent être écartés.

 

La droite monte au front :

 

DSC_2880.jpg


Les libéraux-radicaux ont indiqué dans un communiqué qu'ils soutiendraient la création du fonds spécial et l'achat du Gripen E. Les quatre conditions qu'ils avaient fixées dans le cadre de la polémique autour du processus d'évaluation sont désormais remplies dans les contrats provisoires, écrivent-ils.

Le groupe parlementaire UDC, réuni vendredi et samedi à Wattwil (SG) en présence du ministre de la défense Ueli Maurer est du même avis. A la quasi unanimité, 40 voix contre une et 2 abstentions, il a décidé de soutenir l'achat du jet de combat suédois au nom de la souveraineté et de la neutralité du pays.

Le PDC s'était déjà dit satisfait des explications fournies par Ueli Maurer et du message du gouvernement sur le Gripen. 

Rappel sur le sujet de l’avion Gripen E : 

 

Solid_base_continuous_upgrades_illustration_750.jpg


  • Le coût d’acquisition du Gripen est de 40% inférieur à celui de ses concurrents.
  • Les frais d’exploitation du Gripen représentent un quart de ceux de ses concurrents.
  • Grâce à sa haute fiabilité et à des temps de réparation réduits, le Gripen assure davantage d’heures de vol aux forces aériennes.
  • Le gouvernement suédois garantit le développement constant de l’avion de combat dans le futur.
  • L’impact du Gripen sur l’environnement est sensiblement plus faible que celui de ses concurrents.
  • Saab crée des emplois et des activités à long terme en Suisse et garantit à l’industrie helvétique des volumes d’affaires supérieurs à 100% du prix d’acquisition.
  • La Suède propose à la Suisse une large coopération en matière d’armement et des opportunités d’entraînement incomparables en Suède.

Au lieu de construire un avion et de devoir ensuite effectuer une mise à jour de mi-durée majeure et très coûteuse, Saab apporte des améliorations critiques mais de moindre importance tous les deux à trois ans. Cette philosophie de développement implique de nombreux avantages. 

Chaque étape de mise à jour de cette échelle de développement est appelée un « Materiel System », ou MS. Chaque MS concerne aussi bien l'avion que les systèmes de support opérationnels et de maintenance. L'illustration ci-dessus présente toutes les étapes du MS14 au MS22. L'étape du MS14 a été nommée le Gripen A/B, tout comme le MS15 et le MS16. Mais par la suite, lors de l'introduction du MS17, le nom de l'avion a changé pour devenir le Gripen C/D. Voilà comment cela fonctionne. Après une série d'étapes  MS, la somme des mises à jour devient tellement importante que le nom de l'avion change pour refléter cette évolution. Partant de cette logique, on peut observer que le prochain changement de nom interviendra lors de l'introduction du MS21.


 

613430_pic_970x641.jpg


Lien sur le programme Gripen E : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/25/une-premie...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...

 

Photos : 1 Gripen F de démonstration en vol avec un F/A-18D à Axalp @ Swiss Air Force 2 Au roulage à Emmen 3 Nacelle ATFLIR III sur le Gripen C @ Pascal Kümmerling


17/01/2013

Le Gripen F de retour en Suisse !

DSC_2797.jpg


EMMEN, dans le cadre de la présentation du programme d’armement 2012 (PA12), armasuisse en collaboration avec le DDPS et le constructeur suédois Saab ont présenté l’ensemble des objets concernant cette acquisition, avec la venue de deux exemplaires du Gripen, un Gripen C et le démonstrateur F dont c’était la seconde visite dans notre pays. Signalons également la venue du général Micael Bydén, commandant des Forces aériennes suédoises, qui a répondu à l'invitation de son homologue suisse, le commandant de corps Aldo C. Schellenberg, avec au programme la visite de l'école de pilotes et du simulateur du PC-21. 

Large présentation : 

La présentation de ce jour était assez large et comprenait l’éventail du programme d’armement. La matin les politiques, qui compose sous-commission de sécurité ont débuté la présentation et pu se rendre compte de l’état des travaux, l’après-midi c’était au tour des médias d’être convié à celle-ci avec à la clef une petite, mais efficace ( avec bidon ventral, METEOR et IRIS-T) démonstration en vol. Cette présentation fut pour m’à part l’occasion de vérifier plusieurs points qui confirment ce que j’écris depuis un certain temps. Et de pouvoir également vous transmettre de très bonnes nouvelles concernant le Gripen E. 

 

DSC_2810.jpg


Le Gripen E est un très bon avion :

Lors de la présentation du Gripen E, l’équipe d’armasuisse, nous a confirmé que les différents capteurs de dernières générations comme le radar AESA et l’architecture électronique offrent ce qu’il y a de mieux sur le marché, et combiné aux divers armement confère au Gripen E une capacité très à la pointe de la technologie.  « Le Gripen a une longueur d'avance dans les critères décisifs » a déclaré André Blattmann aux médias. Il dispose aussi du meilleur rapport entre ses coûts et ses avantages. Les autres alternatives étudiées ne tiennent pas la comparaison.

 

DSC_2819.jpg


Le Chef Pilote d’armasuisse Bernhard Berset me confirme ses très bonnes impressions : «  le développement de l’avion est parfaitement en phase avec le calendrier du constructeur suédois, tous les éléments testés à ce jour correspondent aux cahier des charges, nous n’avons pas de mauvaise surprise ». Confiant dans le système « Gripen » notre chef pilote     est très positif quant à la suite des essais prévu et la bonne continuité du programme.

Le chef pilote d’essais des Forces aériennes Fabio Antognini, confirme la bonne tenue du programme et me confirme qu’il n’y aura effectivement plus besoin d’un appareil biplaces pour assurer la transition du simulateur au Gripen E : « le pilotage du Gripen est extrêmement simple, comme sur un F-22 ou un F-35, nous concentrerons la gestion des multiples données que nous apportent, les différents capteurs de l’avion, c’est à ce moment qu’un pilote doit apprendre à faire le bon choix ». Fabio Antognini nous confirme également le vaste choix des éléments disponibles pour le Gripen E, comme le pod de désignation laser ou de reconnaissance associés aux divers armement qui rendent le Gripen E parfaitement multirôles : « le Gripen E peur assurer plusieurs missions lors d'un même vol». 

 

DSC_2852.jpg


Concernant la location de 12 Gripen C/D, ceux-ci, vont combler les lacunes actuelles des F-5 et nous permettre de préparer au mieux l’arrivée des «E» en ce qui concerne la maintenance et la préparation des pilotes, de plus une économie sur les coûts de fonctionnement, sera établie, me confirme le Div B. Müller, resp. de l’Engagement de FA.

Autres points forts :

Du côté de chez Saab, on me confirme plusieurs éléments importants :

  • Saab vient de commencer les demandes en approvisionnement pour le lancement d’une pré-séries de Gripen E, soit 3 exemplaires. Le calendrier prévoit que le premier Gripen E doit effectuer son premier l’année prochaine probablement en décembre, il sera suivi en 2015 de deux autres appareils. 2015-2016 un pilote et un technicien suisses seront à temps plein en Suède, pour suivre de près, le développement et rejoint ponctuellement pour des essais complémentaire par une équipe plus importante.
  • 2013, Le démonstrateur Gripen F (NG) sera doté de l’IRST et de la version définitive du radar ES-05 «Raven», s’en suivra la poursuite du développement à grande échelle du radar.

Feu vert au 60 Gripen E :

Dans la  matinée, le gouvernement suédois a donné son feu vert à la commande de 60 Gripen E et à la vente des 22 exemplaires destinés à la Suisse. La ministre de la défense Karin Enström a qualifié jeudi la décision d'« historique », car assurant pour 30 ans les capacités aériennes de l'armée suédoise.Le parlement suédois avait approuvé en décembre à une large majorité la possibilité de commander entre 40 et 60 avions. Les premiers modèles doivent être livrés en 2018.

 

DSC_2825.jpg


Liens sur les articles précédents du dossier Gripen :

http://psk.blog.24heures.ch/tag/avia+news+gripen+e

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...


http://psk.blog.24heures.ch/tag/gripen+biocarburant


Photos : 1 Gripen F au hangar 2 & 5 au roulage 3  Les F-5 regardent passer le remplaçant 4 en vol @ Pascal Kümmerling

14/11/2012

Programme d’armement : le Gripen E !

sui.parsys.16804.3.photo.Photogallery.jpg


 

 

C’est fait, le Conseil Fédéral vient de présenter le programme d’armement 2012 (PA12) aujourd’hui, avec au menu l’acquisition de 22 avions de combat Saab JAS-39E «Gripen» (Griffon) multirôle. Une telle acquisition exige un crédit d’engagement de 3,126 milliards de francs. 

 

Je vous propose ici un premier volet consacrer en détail au programme d’acquisition de l’avion suédois. Ce premier volet va se consacrer à l’aspect technique de l’avion et va venir compléter les informations que j’ai pu vous donner sur le sujet précédemment. Dans un second temps, je vous parlerais des considérations financières, des Offsets et des emplois qui dépendront de ce contrat ainsi que du partenariat entre nos deux pays. Puis nous traiterons du  volet consacrer au mode de financement qui sera choisit en mars prochain par le parlement. Nous aurons aussi l’occasion de parler du besoin de renouveler notre flotte aérienne. Entre temps, je reviendrais sur l’avancée des testes du radar et de l’IRST, ceci au début de 2013.

 

Le choix du Gripen E:

 

Le Conseil fédéral a opté pour le Gripen E. Pour ce faire, il s’est fondé sur les résultats de l’évaluation et a motivé sa décision comme suit :

–le Gripen remplit les exigences militaires ;

–comparativement à ses concurrents, le Gripen présente clairement les coûts d’acquisition et d’exploitation les plus bas ;

–il offre clairement le meilleur rapport coûts-utilité ;

–il est financièrement supportable pour l’armée, c’est-à-dire que l’acquisition et l’exploitation du Gripen permettent de maintenir à un niveau approprié également d’autres parties de l’armée.

Ainsi, le Conseil fédéral propose l’acquisition d’un système adéquat et financièrement avantageux, sans chercher à obtenir les performances maximales possibles dans tous les domaines.

Les coûts ont joué un rôle important pour le choix du type, mais ils n’ont pas été à eux seuls déterminants. L’avion choisi doit offrir les performances indispensables pour l’accomplissement des tâches des Forces aériennes. Une offre techniquement insatisfaisante ne serait pas compétitive même avec un prix inférieur.

Par contre, le prix devient un critère très important dès le moment où les exigences militaires sont remplies. 

 

L’avion :


 

Gripen with ES 05 Raven pic3.jpg


 

Le Gripen E est un développement des appareils monoplaces Gripen A et Gripen C, qui ont fait leurs preuves. Il est conforme à l’état le plus récent de la technique et présente notamment les améliorations suivantes comparativement au Gripen C/D :

–Réacteur F414G plus performant avec mode Supercruise.

–Réservoirs de carburant internes de plus grande capacité. 

–Deux points d’ancrage supplémentaires pour des armes sous le fuselage 

–Structure modifiée du fuselage et de l’aile, train d’atterrissage principal modifié 

–Nouveau radar, ES-05 «RAVEN» disposant de la technologie AESA (Active Electronically Scanned Array) qui permet un balayage avec un débatement total de ± 100 ° (+20% vis-à-vis de la concurrence) qui offre la possibilité de voir vers l’arrière et d’engager directement les adversaires et ceci grâce au système SWASHPLATE, couplé à un capteur passif fonctionnant sur une base infrarouge soit:  l’IRST  (Infra-Red Seach and Track) de type Skyward-G produit par SelexGalileo. 


 

access.jpg


 

–nouvel équipement de guerre électronique (EW System MAW300) de type électro-optique qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS).

 

  • Une nouvelle architecture électronique (au minimum 5x plus rapide que la concurrence) et une avionique nouvelle génération dotée d’un cockpit avec grand écran qui offre la possibilité de personnalisation pour chaque pilote et l’adaptation immédiate en fonction de l’évolution de la mission (air-air, reco, air-sol).

 

Le Gripen E dispose d’une liaison électronique Link16 à large bande, d’un système de communication satellitaire SATCOM et d’un fusion des données (Net Centric Warfare - NCW). La fusion de données complètement intégrée au système d'arme permet la fusion des informations  de la liaison 16 (pistes des équipiers, messages PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW300, pod ATFLIR, RecceLite).

Le pilote dispose d’une commande vocale et d’un HUD large également de la nouvelle génération. Grâce au regroupement et au traitement ciblés des données de tous les capteurs, le pilote dispose d’une excellente vue d’ensemble de la situation tactique momentanée, et donc d’un excellent soutien pour l’accomplissement de la mission et le pilotage de l’appareil. De plus, les données importantes pour l’engagement des armes sont projetées sur la visière du casque du pilote (viseur de casque COBRA II).

Enfin, un générateur d'oxygène embarqué (On-Board Oxygen Generation System, OBOGS) permet d’augmenter la teneur en oxygène de l'air prélevé au niveau d'un compresseur du moteur, afin, qu'il soit fourni directement aux pilotes. Avec l'OBOGS, la production d'oxygène est quasiment infinie et facilite la logistique : pas de production au sol, ni de chargement et d'installation des bouteilles à bord.

Le siège éjectable Matin-Baker dispose de deux airbag latéraux pour protéger le pilote en cas d’éjection.


 

cockpit2ng.png


Doté de commandes de vol électriques à triple chaîne qui garantissent en tout temps un comportement de vol stable. Dans les cas rares d’état de vol incontrôlé, la commande de vol rétablit automatiquement l’assiette de vol normale. La famille Gripen  a été entièrement dessiné autour du pilote. Ses commandes sont ainsi entièrement regroupées sur le mini manche et sur la manette des gaz selon le concept HOTAS (Hands On Thrust And Stick).

 

Le réacteur à double flux F414G du fabricant américain General Electric génère, avec postcombustion, une poussée de 10,3 tonnes. Il s’agit d’une version du réacteur F414-GE-400, qui a fait ses preuves depuis des années sur les F/A-18E/F de l’US Navy, conçue en vue de l’utilisation dans l’avion monomoteur Gripen. Le réacteur F414G est un moteur de construction modulaire ultramoderne qui se caractérise par une exploitation efficace et une grande fiabilité. Il est doté du mode Supercruise qui permet d’atteindre la vitesse de croisière supersonique (Mach 1.02) sans avoir recours à la postcombustion, ce mode permet également de décoller à pleine charge également sans la postcombustion. En résulte une diminution du bruit et de la consommation de kérosène.

 

Interopérabilité avec les autres systèmes :


 

aware2.jpg



 

 


 

Le Gripen est équipé à la fois du système de transmission de données Link16, utilisé actuellement en Suisse par le F/A-18 et par FLORAKO, et d’un système supplémentaire indépendant pour l’échange de données à l’intérieur des formations de Gripen. L’avion doit de fait pouvoir communiquer avec les systèmes déjà en services et ceux qui seront en cours d’acquisition comme les nouveaux drones. 

L’équipement électronique du Gripen comporte également un système actif d’identification ami-ennemi, compatible avec les autres systèmes de la navigation aérienne et avec FLORAKO. 

 

Le Gripen E est doté d’une perche rétractable de ravitaillement en vol lui permettant d’être compatible avec les avions ravitailleurs de nos voisins comme l’Allemagne et la France.

 

Armement et équipement spécifiques d’engagement :


 

Sans titre 2.jpg


 

L’avion est équipé de dix points d’ancrage de telles charges de combat. Un missile à guidage infrarouge peut être ancré au bout de chaque aile. Selon la mission à accomplir, des engins guidés air-air et air-sol ou des réservoirs supplémentaires de carburant peuvent être fixés aux deux points d’ancrage sous chacune des ailes et aux trois points d’ancrage sous le fuselage. Les nacelles de reconnaissance aérienne et d’illumination de cibles sont fixées au point d’ancrage sous l’admission d’air du côté droit.


 

variation.jpg


 

Variantes de chargement prévues pour la Suisse doit être de type multirôle et comprend  les engagements air-air, reconnaissance et air-sol :

 

L’armement principal pour les engagements air-air se compose des missiles ultramodernes suivants : 

 

–missile à guidage infrarouge IRIS-T (Diehl BGT Defence).

–missile à guidage radar Meteor BVRAAM  (MBDA).

 

Le Gripen pourra également reprendre les AIM-120C7 AMRAAM qui équipent les F/A-18 C/D.

Pour la reconnaissance l’avion sera doté du pod de type «RecceLite» (Rafael Advanced Defence System) qui est équipé d’une liaison de données avec le sol, si bien que les informations disponibles sont transmises quasiment en temps réel. En mission de reconnaissance, le Gripen E doit fournir de nuit comme de jour et indépendamment des conditions météorologiques des informations à haute résolution. L’engagement des capteurs de reconnaissance doit être possible indépendamment de l’altitude de vol et jusqu’à une vitesse d’environ 900 km/h. Les résultats de la reconnaissance doivent être enregistrés à bord de l’appareil et simultanément transmis à une station au sol au moyen d’une liaison de données protégée cryptée.

 

 

Pour les engagements air-sol de bombes guidées, il est prévu d’utiliser des nacelles d’illumination de cibles par laser du type AN/AAQ-28(V)« Litening ATFLIR » (Northrop-Grumman/Rafael), également en service dans les forces aériennes suédoises. Les bombes guidées prévues sont des bombes explosives de 220 kg, dont le guidage par laser ou GPS programmable.L’armement air-sol doit pouvoir être choisi de manière flexible lors de chaque engagement en fonction de la menace et du type d’objectif à combattre. Pour le combat simultané de plusieurs cibles au moyen de bombes guidées, l’ordinateur de bord doit pouvoir calculer la zone idéale de largage et l’indiquer au pilote.


 

479.jpg


 

Prochain volet : les considérations financières, les Offsets et les emplois pour notre industries. 


 

sui.parsys.0200.2.photo.Photogallery.jpg


 

Photos : 1 Gripen NG en Suisse en octobre dernier 2 Antenne AESA avec technologie SWASHPLATE 3 Cockpit 4 pod RecceLite En vol dans les alpes @ Armasuisse/Saab