28/04/2015

Pas d’avion européen en Argentine !

4028657168.jpg

 

 

Une page se tourne de manière définitive en ce qui concerne le marché de la défense en Argentine pour l’Europe. Si l’Argentine était intéressée un temps  à l’achat d’avions de combat suédois de type Gripen E, l’avionneur suédois a officiellement jeté l’éponge cette semaine.

 

Pressions britanniques :

 

Il y a quelques jours, le Foreign Office déclarait pourtant ne pas vouloir gêner la vente d’avions de combat Gripen, dotés d’éléments produit en Angleterre. Certes, les industriels anglais y voyaient un gros intérêt. Mais la politique en a décidé autrement. 

 

Cet ultime épilogue rappel la tentative de Dassault aviation de ventre des Mirage 2000 à Buenos Aires il y a quelques années. Sans parler de la tentative allemande pour vendre des Eurofighter T1. Mais là encore les pressions de la politique anglaise eurent raison de toute vente.

 

La Russie qui rit : 

 

Cette décision ne fait pas que des malheureux, la Russie peut aujourd’hui sourire ! Et ceci juste après la fin de la visite de Cristina Kirchner à Moscou. Les deux dirigeants ont accordé une importance particulière aux liens qui les rapprochent, avec notamment près de 20 traités bilatéraux, dont la déclaration conjointe de l’établissement d’un partenariat stratégique russo-argentin en ce qui concerne l’énergie, mais aussi la vente de matériels militaires. 

 

5538db13c4618885128b4593.jpg

 

Une perte pour l’Europe: 

 

La réaction politique britannique, vient de clore définitivement toute possibilité pour l’Europe de ventre avions, mais aussi navires, systèmes anti-aériens et chars à l’Argentine. Ce pays en passe de devenir une chasse gardée pour la Russie, mais aussi peut-être pour la Chine. 

 

Quoi qu’il en soit, l’Argentine va devoir prochainement  remplacer ses actuels Mirage IIIEA/DA, Mirage 5PA et autres IAI Dagger  en service. La Russie et la Chine disposent maintenant de toutes les cartes pour conquérir le pays !

 

 

Photos: 1 IAI Dagger @ Cris Lofting 2 Visite de C. Kirchner à Moscou, V. Poutine peut sourire @ REUTERS