10/09/2020

Croatie : quatre offres pour le futur avion de combat !

unnamed.jpg

On en sait un peu plus sur les offres des avionneurs pour le remplacement de la flotte d’avions de combat MiG-21 croate. La commission interministérielle croate pour l'acquisition d'avions de combat polyvalents a annoncé avoir finalement reçu quatre offres, la cinquième étant n’étant pas arrivée à temps.

Remplacer les MiG-21 :

En 2015 et dans l’attente d’une décision sur un nouvel avion de combat qui tarde à venir, la Croatie a reçu douze MiG-21L qui ont subi une remise à niveau en attendant mieux. L’avionique et les communications et l’augmentation de la sécurité du pilote sont au menu. Ukspecexport a installé son système de navigation GLONASS (GPS russe) qui permet la navigation autonome et le ciblage. Les appareils ont également reçu un système de communication crypté de nouvelle génération. L’avionique comprend un écran EFIS en remplacement des instruments de vol de base de type analogiques. Des améliorations ont été apportées en ce qui concerne le siège éjectable.

Pour autant, les vieux MiG-21L ne peuvent aujourd’hui assurer que le strict minimum en matière de police du ciel et seraient incapables de survivre à une attaque aérienne face à des avions modernes. 

Il s’agit de la troisième fois que le pays se lance dans une compétition en vue d’un nouvel avion et selon les responsables de l’aviation, il a y urgence cette fois-ci.  

Les quatre offres :

Au total quatre pays sont engagés dans la compétition croate, il s’agit : d’Israël avec le F-16 « Barak », les USA avec le Lockheed-Martin F-16 « Viper », la Suède avec le Saab Gripen C/D MS20 et la France avec le Dassault Aviation Rafale F3. 

IAI F-16 « Barak » :

120267519.jpg

Israël propose une nouvelle fois des F-16 « Barak » d’occasions. Le modèle offert dispose des systèmes électroniques et radar sophistiqués d'origine autochtone comme le système radar Elta L-8240, la mise à niveau des commandes de vol du système, ainsi que son unité d'affichage central, de plus les appareils sont équipés de nouveaux écrans haute résolution visant à accroître la qualité situationnelle des pilotes. Le viseur tête haute est remplacé par un nouveau modèle produit par Elbit System et les appareils disposent du viseur de casque. Par ailleurs, un nouveau système d’enregistreur numérique a été installé et permet d’améliorer les débriefings.

Lockheed-Martin F-16 Viper :

1883603481.jpg

Le Lockheed-Martin F-16 « Viper » Block70/72 est le dernier et le plus avancé de la famille des « Fighting Falcon ». La configuration F-16V comprend de nombreuses améliorations destinées à maintenir le F-16 à la pointe des avions de combat. Selon Lockheed-Martin, cette nouvelle version va fournir des capacités de combat de pointe tout en restant une solution évolutive et abordable pour le client.

Le F-16V dispose d’un nouveau radar à antenne électronique Electronically Scanned Array (AESA) Northrop-Grumman APG-83 « Radar Scalable Agile Beam ». L'APG-83 fournit aux pilotes une vision inégalée en matière de détail de la zone de cibles et d’affichages cartographiques numérique couplé à un système IRST. L’avionique est également améliorée avec un écran géant 6x8 central (CPD) à haute résolution, un nouveau bus de données à haute vitesse. Les capacités opérationnelles sont améliorées grâce à un nouveau système de liaisons de données Link-16 « Theater Data Link », l’adjonction de la dernière version de la nacelle de désignation « Sniper », d’un nouveau système de navigation et de précision par GPS. L’avion est également doté du système automatique Ground Collision Avoidance (Auto GCAS). En matière d’armement, le F-16V permet d’emporter l’ensemble des armes disponibles et futures en de l’US Air Force.

Saab JAS-39 Gripen C/D MS20:

gripen_eajp_2340.jpg

Le nouveau standard C/D offert par l’avionneur suédois au standard MS20 englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05 radar, développé à l'origine pour l'avion de combat Gripen. Il est également possible de monter en rattrapage le nouveau radar AESA (avia news du 25.04.20). Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Dans les deux cas le Gripen C/D MS20 permet d’emporter le missile MBDA METEOR (premier avion officiellement porteur) et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM.  

Dassault Rafale F3 :

W1I0345-1.jpg

De son côté la France offre le Dassault Rafale F3 capables d'assumer de nombreux rôles de mission différents avec une gamme d'équipements, à savoir des missions de défense aérienne, de supériorité avec des missiles air-air Mica IR et EM, et des attaques au sol de précision utilisant généralement des missiles de croisière SCALP EG et AASM Hammer air- missiles à la surface. En outre, des missions antinavires peuvent être menées à l'aide du missile AM39 Exocet, tandis que les vols de reconnaissance utilisent une combinaison d'équipements de capteurs embarqués et externes basés sur des nacelles. L’avion est doté du radar AESA Thales RBE2 avec les fonctions de suivi de terrain. Il n’est pas précisé pour l’instant quel type de F3 (F3.3 ou F3.4 ou F3.04T) est offert.

Photos : 1 MiG-21 croate @ FAC 2 F-16 Barak @ IAF 3 F-16 Viper @ LM 4 Rafale F3 @ Dassault

 

 

 

 

 

 

29/08/2020

Suède : 3'000 heures de vol pour un Gripen !

IMG_4983.jpeg

Cette semaine, l’escadron F17 de la base aérienne de Ronneby / Kallinge en Suède a franchi une étape importante, lorsque l'un des avions de combat un Saab JAS39C Gripen a atteint les 3’000 heures de vol. C'est le premier Gripen à avoir atteint ce nombre d'heures.

Pour l’occasion, le JAS39C Gripen, série 39210 a été décoré spécialement pour l’occasion. Le 39210, souvent appelé le "210", a, comme beaucoup d'autres, été modifié et mis à jour avec du nouveau matériel et des logiciels depuis sa mise en service en 2005. Mais la longue durée de vol totale du « 210 » est très rare pour les avions de combat suédois. Le seul avion de combat opérationnel en Suède qui atteint ce nombre d’heures et le Saab 37 Viggen avec 3’100 heures de vol, qui a été utilisé à une époque où les heures de vols étaient plus importantes qu'aujourd'hui.

Le 210 a en ce sens fonctionné comme un avion d'essai et sans aucun incident majeur. Cette étape va permettre à l’avionneur de travailler en vue de l’augmentation du potentiel cellule des Gripen C/D. La famille Gripen montre une bien plus grande résistance que les appareils antérieurs de l’avionneur suédois.

Actuellement les JAS-39 Gripen C/D subissent une inspection toutes les 200 heures et avec 3’000 heures de vol derrière lui, le « 210 » est le seul à avoir subi l'inspection numéro 15. Cette étape permet également aux équipes de maintenance de l’aviation suédoise de travailler avec de nouvelles données qui serviront pour augmenter la capacité opérationnelle.

EgkTakvXsAA5HCL.jpeg

Photos : le « 210 » et sa décoration @ Flygvapnet F17

19/08/2020

Finlande : 12 milliards pour son nouvel avion de combat ! 

ilmav_hx-_1577960804.jpg

La proposition de budget du gouvernement finlandais pour 2021 a dissipé les craintes de retards ou de réduction du financement du programme de chasseurs HX des forces armées (FAF). Mieux, le budget alloué à l’achat du nouvel avion de combat sera même en augmentation. Le programme HX doit permettre le remplacement de la flotte de 64 Boeing F/A-18 C/D « Hornet » actuellement en service.

Un budget à 12 milliards de dollars :

Initialement le ministère finlandais de la Défense envisageait un budget de 11 milliards de dollars pour l’achat du nouvel avion de combat. La crise du COVID a fait peser un doute sur ce montant durant quelques mois. Au lieu de cela, le budget 2021 protège et fait progresser l'investissement à 12 milliards de dollars. Le plan augmentera effectivement le cadre budgétaire de l’armée en 2021 de 2 milliards de dollars à 5,8 milliards de dollars pour couvrir la première phase des coûts d’achat du projet HX.

L'allocation de 5,8 milliards de dollars représente une augmentation massive de 54% du budget de défense des FAF pour 2021 par rapport à 2020. De plus, la provision financière plus élevée fera passer les dépenses militaires de défense de la Finlande non alignée, en proportion du PIB, de 1,4% en 2020 à plus 2 % l'année prochaine.

64 nouveaux avions de combat :

La Finlande prévoit d'acquérir jusqu'à 64 avions de combat pour remplacer sa flotte vieillissante de F/ A-18C/ D « Hornet ». Pour Helsinki, il n’est pas question de baisser la garde, il est primordial de maintenir une dotation suffisante d’avions pour garantir la sécurité dans la région. Le gouvernement devrait finaliser sa décision sur le choix de l'avion de combat au premier trimestre de 2021.

Le calendrier du projet, sous la supervision du Commandement logistique du FDF, prévoit que l’armée de l’air finlandaise prendra livraison de nouveaux avions au cours de la période 2025 à 2030.

Rappel sur le projet HX :

Unknown.png

Les essais des appareils sont terminés. La phase deux du projet HX est actuellement en cours. Celle-ci est axée sur le contenu du marché pour chaque soumissionnaire individuel. Une demande de meilleures offres finales sera sollicitée à l'issue de la deuxième phase de négociations au quatrième trimestre 2020, et en amont la décision du gouvernement sur le type d’avion.

Les avions de combat internationaux en lice pour le contrat de 12 milliards de dollars comprennent le Boeing F/A-18 Super Hornet BlockIII, le Dassault Rafale F4, l'Eurofighter Typhoon T3/4, le Lockheed Martin F-35-F4 et le Saab Gripen E MS21.

Photos : projet HX, les concurrents@ FAF

 

06/11/2019

Saab teste son nouveau brouilleur d’attaque pour le Gripen !

aed8ffdef040a5fa_800x800ar.jpg

L’avionneur Saab a effectué les premiers tests en vol avec son nouveau module avancé de brouillage d’attaque électronique EAJP (Electronic Attack Jammer Pod). La nouvelle nacelle de brouillage a été testée sur un avion de combat JAS-39D Gripen. Les interfaces du module avec le matériel et les logiciels de l’appareil, ainsi que le contrôle et la surveillance du poste de pilotage ont été testés au cours du vol.

Le nouveau module EAJP de Saab a pour objectif de protéger les aéronefs contre les radars grâce à des fonctions de brouillage sophistiquées, empêchant ainsi l’opposant de les attaquer. Le premier vol marque une étape importante du programme de développement de la nacelle.

Saab affine ses capacités d’attaque électronique et le nouveau module avancé constitue un élément important de ce développement. L’EAJP complète parfaitement les capacités d’attaque électronique intégrées du système de guerre électronique embarqué de pointe sur le nouveau chasseur Gripen E/ F de Saab. Il peut également être utilisé sur d'autres types d'aéronefs. La nacelle fait partie de la famille de systèmes de guerre électronique AREXIS de Saab, qui comprend : récepteur de signal d’alerte radar (RWR), renseignement, surveillance et reconnaissance (ISR) et contre-mesure électronique (ECM), répondant aux besoins des avions de combat.

Les systèmes de guerre électronique sont également utilisés pour l'autoprotection en détectant passivement les systèmes radasr et les missiles hostiles et en protégeant l'avion ou la plate-forme à l'aide de contre-mesures actives et passives. La guerre électronique offensive, également appelée attaque électronique, consiste à envoyer activement des signaux de brouillage afin de perturber les capteurs des systèmes de défense aérienne de l’ennemi afin qu’ils ne constituent plus une menace.

La nacelle EAJP :

Le nouveau brouilleur à bande basse est contenu dans un module de démonstration de 4 m de long et d'un poids de 350 kg. Des surfaces en forme d'ailes sont utilisées pour contenir ses antennes basses fréquence. Selon l’avionneur suédois, actuellement seul le Boeing EA-18G « Growler » de la marine américaine est capable de neutraliser les défenses électroniques adverses.  L’EAJP a la capacité de filtrer et donc de protéger l’approche et le départ de formations entières contre des radars basses fréquences grâce à l’utilisation intelligente des techniques de brouillage DRFM (mémoire radiofréquence numérique) qui créent de fausses cibles cohérentes et diverses techniques de saturation. Le système repose sur des récepteurs numériques et dispositifs DRFM à bande ultra-large des émetteurs de brouillage en réseau à l'état solide à base de nitrure de gallium (GaN) et des systèmes de radiogoniométrie interférométriques. Pour l'application d'attaque électronique avancée, ces technologies sont adaptées aux basses fréquences requises pour bloquer les systèmes de défense anti-furtifs modernes.

yourfile.jpg

Destiné à une large palette d’avions :

Si, l’EAJP sera préalablement utilisé en Suède sur les avions de la famille Gripen C/D et E/F, Saab fait également la promotion de la nacelle EAJP en vue d'une intégration possible sur d'autres types d'aéronefs, y compris potentiellement l'Eurofighter. En Allemagne, par exemple, pour remplacer les Tornado ECR et venir équiper l’Eurofighter T3 ECR « SEAD »* (article demain). Mais d’autre pays pourraient avoir besoin d’une telle solution pour équiper leur flotte d’avions. Saab pense pouvoir fournir un système opérationnel aux normes Otan dans les 12 mois avenir.

*Notes : ECR : Eletronic Combat Reconnaissance. SEAD : Suppression Enemy Air Defenses.

Photos : 1 l’EAJP sous un Gripen D 2 l’EAJP du programme AREXIS@ SAAB

13/06/2019

air2030, Le Gripen E ne participera pas aux essais !

CF5761E3-CD88-4491-8538-7033EAD2D31F.jpeg

L'Office fédéral de l'armement, armasuisse, a officiellement recommandé à Saab de ne pas soumettre le Gripen E aux prochains tests en vol en Suisse. Raison invoquée: les essais en vol ont été conçus afin d’évaluer uniquement des avions prévus pour être opérationnels en 2019. Or les tests en vol font partie de la procédure d’évaluation d’avions de chasse dont la livraison est attendue pour 2025. Si le Gripen E entrera en service et répondra à tous les critères requis plusieurs années avant les livraisons prévues par la Suisse, le plan de développement du Gripen E ne coïncide cependant pas avec le plan suisse et ne permet pas de procéder à des essais en vol avec des avions opérationnels en 2019. Saab a donc décidé de ne pas participer aux essais en vol suisses prévus du 24 au 28 juin à Payerne.

Il faut comprendre que certains systèmes à bord des Gripen E de préséries (39-8, 39-9, 39-10) sont encore à l’état de tests et non pleinement opérationnels. Il était spécifiquement précisé dans la demande d’armasuisse que l’ensemble des systèmes des avions qui participent aux essais en vol doivent incorporés une maturité opérationnelle.

À l’invitation d’armasuisse, Saab a transmis une offre pour le Gripen E le 25 janvier 2019. Depuis la soumission de cette offre en janvier, les attentes d’armasuisse en termes d’essais en vol ont évolué et l’Office attend désormais la participation d’avions entièrement opérationnels. Le Gripen E étant encore en cours de développement, Saab a présenté des solutions afin d’effectuer malgré tous les essais en vol suisses en 2019. Mais armasuisse a refusé la proposition consistant à compléter les essais en vol du Gripen E en effectuant les tests prévus pour juin.

Saab reste en course pour l’instant :

Pour l’avionneur suédois c’est coup dur, celui-ci a communiqué publiquement sur l’avancement du développement du Gripen E à chaque fois qu’une nouvelle étape était franchie. Au moment de transmettre à Saab son invitation à participer à l’appel d’offres en 2018. Selon le communiqué de l’avionneur, celui-ci maintient pour l’instant son offre et déclare : « Nous sommes convaincus que le Gripen E est le meilleur choix que la Suisse puisse faire, et l’offre présentée en janvier 2019 tient toujours. Saab s’engage à livrer au moins 40 avions de chasse Gripen E en temps voulu ainsi qu’à respecter les critères requis et le budget planifié, y compris un concept d’assistance avec délégation locale qui garantira les coûts d’exploitation les plus abordables et le niveau d’autonomie le plus élevé ».

Analyse :

Si le programme du Gripen E évolue correctement selon le calendrier prévu, on pouvait effectivement craindre que l’avionneur suédois ne soit pas complètement prêt pour les essais. Le cadre fixé par armasuisse est particulièrement strict à tout point de vue et il n’y a pas de passe-droit, les avionneurs doivent cadrés avec les demandes sous peine d’être écartés. Finalement, il aura manqué quelques mois à Saab pour venir présenter un avion ayant atteint assez de maturité. Dommage.

 

Pour l’instant l’avionneur maintien son offre pour notre pays, mais les choses se compliquent énormément pour Saab. Il n’y aura pas de seconde chance et il est maintenant presque sûr que le choix se portera sur un autre concurrent. Et ceci d'autant plus que du côté du DDPS on se dirige clairement en direction de l'éviction du Gripen E !