22/01/2015

L’US Navy approuve l’IRST pour le Super Hornet !

mfc-irst-photo-03-h.jpg

 

Orlando en Floride, le système de recherche infrarouge IRST21 destiné aux avions de combat Boeing F/A-18E/F « Super Hornet » a reçu l’approbation de l’US Navy pour une première production à taux faible. 

 

L’AN/ASG-34 :

 

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  (IRST21) destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmentera ainsi, la conscience de la situation du pilote. 

 

L’AN/ASG-34 issus des systèmes de capteurs de Lockheed-Martin qui ont accumulés plus de 300 ‘00 heures de vol sur le F-14 de l'US Navy et le F-15.

L’ajout d’un capteur IRST sur le « Super Hornet » permettra à celui-ci de combler son retard en ce qui concerne la détection passive (sans révéler sa propre position) et permettra au « Super Hornet » d’évoluer jusqu’en 2035/40 en parallèle avec le Lockheed-Martin F-35.

 

Commentaire :

 

Bien que l’emplacement de l’IRST21 AN/ASG-34 ne soit pas spécialement idéal, celui-ci occupe le point central de l’avion, l’US Navy démontre vouloir investir encore pour son « Super Hornet » afin, de le garder en service durant une vingtaine d’années et épauler le jeune F-35. 

Ces investissements se font par contre au détriment du F/A-18C/D « Hornet » qui devrait donc,quitter progressivement l’US Navy à partir de 2023, pour être définitivement retiré du service en 2030.

 

mfc-irst-photo-side07-h.jpg

 

Photos : Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» doté de l’IRST21 ventral @ Lockheed-Martin/Boeing

 

20/11/2013

Envol du troisième B787-900 !

 

K66016[1].jpg

 

 

EVERETT, Washington, Boeing annonce que le troisième B787-900 « Dreamliner » no : ZB021 a effectué son vol inaugural. Ce B787-900 est également le premier appareil de cette version, doté d’une motorisation General Electric GEnx.

 

Le troisième B787-900 no : ZB021 a décollé de Paine Field à Everett, Washington, à 12h15 heure locale et a atterri deux heures et 44 minutes plus tard au sein des installations de  Boeing Field de Seattle.

Boeing va utiliser le ZB021, afin de tester les performances du moteur, ainsi que les caractéristiques de manipulation, tels que les performances à faible vitesse et le freinage.

 

A propos de la motorisation :

 

787genx.jpg

 

Le GEnx (General Electric Next-generation) est un turboréacteur basé sur la famille des GE90. Il remplacera la vénérable famille CF6, dont l'origine remonte aux années 1960 Il est destiné en particulier : aux appareils de la famille B787 & B747 et A350. La plupart des réacteurs d'avion pressurisent des fluides pour alimenter les systèmes de bord (commandes, dégrivrages des ailes). Le B787 n'a pas besoin d’air comprimé (ses systèmes étant « tout électrique »), la version du GEnx qui lui est destinée, tout comme le Rolls-Royce Trent 1000 n'aura donc pas cet équipement. Cependant, les versions destinées au B747-800 et à l'A350 en seront pourvues.

Le Trent 1000 et le GEnx partagent la même interface avion/moteur, ce qui les rend interchangeables. Il s'agit là d'une petite révolution, jusqu'ici les différents moteurs proposés sur un même avion demandaient toujours des mats d'accrochage différents.

 

 

Photos : 1 Le troisième B787-900 en vol 2 GEnx sous un B787 @ Boeing

 

 

11:27 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b787-900, general electric, genx |  Facebook | |

16/03/2013

La future gamme B777X !

12971_538373632850460_2057109631_n.jpg


 

SEATTLE, Boeing poursuit l’étude de développement de la futur gamme du B777. Les futurs B777X comprendront deux versions les 8X et 9X. Ces appareils vont contribuer à valoriser encore plus la famille «777» et permettront à Boeing d’étoffer son offre avec le B787 face à la nouvelle gamme de biréacteur A350 d’Airbus. La gamme B777X devrait entrer en service pour 2019.

 

Le B777-8X, une version allongée du B777-200ER (69,5m), il sera un concurrent direct de l’A350-900, avec 353 sièges. La seconde version de la gamme, le B777-9X (407 sièges), sera quant à elle une version allongée du B777-300ER (76,4m), les deux possédant un rayon d’action approchant les 15 ‘000 km. Leur particularité provient des ailes qui seront en matériaux composite, plus légers et engendrant une moindre consommation de carburant. Boeing exploite ainsi ce qu’il fait déjà avec le «Dreamliner».

Boeing réfléchit également à une version à très long rayon d’action, le B777-8LX, d’une portée de 9480 miles nautiques, soit 85 de plus que le B7777-200LR actuel, ce qui permettrait, par exemple, de relier Londres à Sydney sans arrêt dans le sud-est asiatique. 

Alliance Boeing & General-Electric :

Pour motoriser cette nouvelle gamme B777X, Boeing vient de confirmer vendredi dernier qu’il fera appel au motoriste General-Electric. General-Electric travaille à la mise au point du GE-9X qui sera le successeur du bestseller GE90. Pour équiper le B777-8X, GE prépare une version du G9X d’une poussée de 88 000 livres. Le B777-9X disposera lui de deux GE 9X de 99 500 livres.

La gestion du développement : 

Pour le constructeur de Seattle, ce nouveau projet doit permettre de maintenir son avance avec la gamme des gros bimoteurs, mais il faudra être très attentifs à la marge de manoeuvre en ce qui concerne le développement. En effet, Boeing se retrouve avec plusieurs nouveaux appareils (B787 et les problèmes de batteries, le B737MAX et le B787-10X). Il faudra donc à Boeing trouver le bon dosage de risque technique et de gestion des ressources, car le B777X va être plus compliqué à développer, il va prendre beaucoup de ressources, coûter plus d’argent et avoir les plus gros risques associés et ceci notamment avec le développement d’une nouvelle aile en composites et d’un nouveau moteur, c’est un changement majeur. La jonction d’une aile en composites sur un fuselage en aluminium, reste un élément compliqué à gérer en terme d’industrialisation.

Intérêt d’Emirates :

Le Boeing 777X semble grandement intéresser la compagnie Emirates Airlines qui s’est dite prête à en acquérir une centaine d’exemplaires ou même plus pour remplacer ses B777-300ER.

 

B777X_graphic.jpg


Photos : 1 gamme B777-8X,-9X 2 Projet B777X @ Boeing


18:00 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : boeing, b777, general electric, b777x, b7778x, b777-9x, ge-9x |  Facebook | |