07/04/2021

Un nouvel espion dans le ciel israélien !

IAF-Oron-aircraft.jpeg

La Force aérienne et spatiale israélienne a réceptionné dimanche un avion espion considéré comme l'avion le plus avancé du genre au monde. L’avion, un Gulfstream G550 modifié aura une pertinence particulière pour les missions de collecte de renseignements et d'identification de cibles contre des objectifs.

Le G550 « ORON » :

Sous la désignation de G550 « ORON », l’avion est une nouvelle variante des modèles G550 « Shavit » (renseignement électromagnétique) et G550 « Eitam » (alerte et contrôle rapides aéroportés). L’ORON se distingue par le fait qu’il est équipé d'une technologie d'intelligence artificielle et se distingue par ses excellentes capacités de vol et ses faibles coûts de maintenance. L'avion est équipé d'un radar avancé fabriqué par Israel Aerospace Industries, ainsi que d'autres systèmes avancés de collecte de renseignements, offrant de nouvelles capacités en termes de couverture dans tous les types de temps et dans tous les niveaux de visibilité. L'avion est conçu pour donner à l'armée de l'air une image complète d'une zone en temps réel, y compris la cartographie des forces terrestres ennemies.

Selon Israel Aerospace Industries (IAI), le développement de l'avion a duré huit ans, avec la participation de l'organisme de recherche et développement conjoint du ministère de la Défense et des Forces de défense israéliennes, de la Force aérienne, du renseignement militaire, de la marine et des industries aérospatiales israéliennes. L'Oron est censé permettre aux divisions interarmes d'opérer plus efficacement en obtenant une lecture en temps réel d'une situation rendue disponible simultanément aux différentes branches de l'armée. Ceci est cohérent avec un changement de stratégie actuellement entrepris par l'armée, consistant en une augmentation de la coordination entre les différentes branches de l'armée sur le champ de bataille.

L’Oron dispose de postes de travail pour un plus grand nombre d'équipages de mission, y compris des agents du renseignement pour analyser les données collectées en temps réel. Le nombre exact de membres d'équipage n'a pas été divulgué. Le G550 « ORON » sera intégré 122e escadron « Nachshon » de la Force aérienne et spatiale israélienne une unité spécialisée dans le renseignement, la surveillance et la reconnaissance (ISR) sur la base aérienne de Nevatim dans le désert du Néguev en Israël. Le nombre exact d'exemples d'Oron que l'IAF acquerra n'a pas été révélé. L’avion doit encore recevoir des équipements complémentaires, ce processus prendra jusqu'à deux ans, après quoi l'avion sera déclaré opérationnel.

IAF-Oron-aircraft-2.jpeg

Photos : G550 « ORON » @ Amit Agronov

20/12/2020

G550 SIGINT pour l’Italie !

56.jpeg

Le département d'État américain a approuvé la vente de deux Gulfstream G550 au gouvernement italien. Ces avions seront équipés pour le rôle de renseignement aérien, de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (AISREW/SIGINT)

Évaluée à 500 millions de dollars, cette vente comprend une suite de systèmes de mission, qui est composée du système de renseignement des communications « RIO » et la tourelle électro-optique MX-20HD de L3 Harris, la suite de guerre électronique AISREW et le radar Leonardo Osprey 50 de type AESA. Un système d'alerte de missiles et des distributeurs de contre-mesures AN/ALE-47 et des systèmes de navigation GPS / inertiels intégrés sécurisés et d'identification des amis ou ennemis (IFF) seront installés. Les communications comprennent le système multifonctionnel de distribution d'informations, Système radio tactique interarmées (MIDS JTRS). Du point de vue externe les deux avions devraient ressembler aux Gulfstream ISR « SHAVIT » exploités par Israël (photo ci-dessus). 

Les équipements sélectionnés par l’Italie : 

Le système L3Harris « RIO » :

Les capacités de renseignement électromagnétique de L3Harris « RIO » (SIGINT) répondent aux exigences de mission rigoureuses des petites plateformes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance habitées et non habitées, avec la capacité d'intercepter, de localiser, de surveiller et d'enregistrer les signaux de communication à l'aide d'un ensemble commun d'applications logicielles.

La conception à architecture ouverte prend en charge les applications de signaux spéciaux tiers.

Enregistrement et lecture audio en temps réel.

Recherche spectrale d'arrière-plan (2-6 000 MHz).

Un affichage en trois dimensions de la zone d'intérêt est fourni.

Matériel évolutif disponible dans le commerce (COTS).

La taille, le poids et la puissance configurables (SWaP) permettent des applications SIGINT sur différentes plateformes aéroportées habitées et non habitées.

Recherche spectrale de fond automatique et continue avec surveillance et enregistrement simultanés du signal.

Géolocalisation de l'émetteur déterminée à partir des lignes de relèvement dans le temps ou des techniques de différence de temps d'arrivée (TDOA) et de différence de fréquence d'arrivée (FDOA).

Formation de faisceau numérique adoptive pour une atténuation des interférences de 30 dB sur plusieurs interféreurs.

Fonctionnement local ou à distance à l'aide de la liaison de données réseau du protocole de contrôle de transmission / protocole Internet (TCP / IP) en utilisant aussi peu que 300 Kbps de bande passante.

Conforme au Joint Interface Control Document (JICD) : interopérable avec les réseaux de fusion de capteurs Network-Centric Collaborative Targeting (NCCT) et Theater Net-Centric Geolocation (TNG).

Leonardo Osprey 50 :

IMG_5540 2.jpeg

Le radar Leonardo Osprey 50 à antenne Active Electronically Scanned Array (AESA) à semi-conducteurs est l’un des seuls systèmes de ce type actuellement disponible qui offre une couverture sphérique complète sans pièces mobiles. Entre autres avantages, cela permet au radar d'être installé sur des plates-formes où une antenne rotative ne serait pas adaptée. 

En complément des E-550A « EITAM » :

L'Italien Aeronautica Militare Italiana dispose déjà de deux Gulfstream 550 « EITAM » de mission spéciale en service, après avoir acheté la version d'alerte avancée aéroportée (AEW&C) désignée localement E-550A auprès de l'IAI. Ils sont pilotés par le 71 ° Gruppo dans le cadre du 14 ° Stormo à Pratica di Mare. On s'attend à ce que les Gulfstream AISREW opèrent à partir de la même base.

Basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550, le système « EITAM » (E-550A en Italie) est un appareil de surveillance et d’alerte lointaine AEW & C. Israël Aerospace Industries (IAI) a installé un radar EL/W-2085 à antenne active (AESA) en bandes L et S. La matrice d'émission / réception (T / R) des modules permet au faisceau d'être dirigé électroniquement, ce qui permet au système de pouvoir se passer d’un rotodome et de voir à 360°. Les israéliens étant très discrets sur les performances du système, on retiendra que celui-ci peut suivre au minimum 100 cibles en même temps et permet l’assistance du suivi d’interception air-air et air-sol de manière simultanée et ceci sur une distance de 200 mille nautiques (370 km). Le G550 « SHAVIT » d’IAI est la version « SIGINT » qui analyse les communications adverses et mène la guerre-électronique. L’Italie pouvait opter pour cette dernière version, mais pour des raisons de soutien aux entreprises régionales, Rome a préféré une version SIGINT plus standardisée Europe. 

165861119.jpg

Photos : 1 G550 « SHAVIT » 2 Radar Oprey 50 @ Leonardo  3 G550 EITAM destiné à l’Armée de l’air italienne @ IAI

 

 

 

19/06/2020

Gulfstream, le G600 éclipse le G550 !

g550web.jpg

Gulfstream Aerospace va bientôt cesser de produire le G550 biréacteur ultra longue portée. Au terme de ce qui sera une production de 18 ans, la version commerciale finale sera livrée à un client en 2021.

Rappel :

Après un lancement du programme en 2000, le G550 est entré en service en 2003 avec les débuts du poste de pilotage de type « PlaneView » qui a remporté le trophée Robert J. Collier pour ses innovations technologiques et ses améliorations en matière de sécurité. Le G550 a depuis été supplanté dans la gamme de produits de l'entreprise par le G600, qui est entré en service l'année dernière.

Le G550 a établi la norme pour les avions ultérieurs et l'industrie avec plus de 600 appareils en service, le G550 a gagné sa place de leader dans l'aviation d'affaires. Avec un rayon d’action de 6’750 nm, l'avion peut emporter jusqu’à 19 passagers a également été utilisé comme plate-forme de mission spéciale.

L’avionneur confirme toutefois que le support produit de l'avion se poursuivra sans relâche dans plus de 30 centres de service appartenant à l'entreprise et autorisés par l'usine à travers le monde.

Place au G600 : 

En août dernier, Gulfstream a livré le premier jet d’affaires G600 qui remplace le G550 à un client américain non identifié,  depuis les installations de son siège de Savannah, en Géorgie (USA). Cette étape intervient un peu plus d’un mois après que l’avion ait obtenu sa certification de type et de production de la FAA des États-Unis.

Le Gulfstream G600 :

2666776824.jpeg

Le G600 représentent l'aube d'une nouvelle ère dans la conception du poste de pilotage, l'intégration, la fonctionnalité, l'ergonomie et même l’esthétique. Gulfstream intègre un nouveau mini-manche de contrôle actif.  L’avionique est dotée du système Gufstream Symmetry Flight Deck dérivée du Primus Epic d’Honeywell.

En matière de cabine le G600 offre un environnement de cabine pressurisée à l'altitude la plus basse sur le marché. Alors qu'ils volent à 51’000 pieds (15’545 mètres), les passagers se sentiront comme s'ils étaient debout sur la terre ferme à une altitude de 4’850 pieds (1’478 mètres). Quant à l'air frais, les ingénieurs de Gulfstream ont mis au point, un moyen d'introduire 100% d’air frais dans la cabine. Ce système permettra de renouveler l’air toutes les deux minutes. L’avion est propulsé par une paire de turboréacteurs PW815GA Pratt & Whitney Canada de 15,680 livres.

La cabine du G600, peut inclure quatre zones distinctes pouvant accueillir jusqu'à 19 passagers (avec un logement pour 9). Comme le G500, il dispose de 14 grandes fenêtres offrant beaucoup de lumière naturelle et des vues panoramique.

Photos : 1 le G550 2 le G600 @ Gulfstream

 

 

19/12/2016

L’Italie a réceptionné son premier G550 « Eitam » !

yourfile.jpg

Le premier exemplaire du Gulfstream G550 AEW « EITAM » destiné à la Force aérienne italienne vient d’être livré. Le second se joindra prochainement. Le contrat a été signé en 2012 dans le cadre d'un accord bilatéral entre les gouvernements italien et israélien pour deux appareils d'alerte et de contrôle aéroportés pour un montant de 750 millions de dollars.

Le nouvel avion a été accepté lors d'une cérémonie au sein des installations de la société IAI en Israël, à laquelle ont participé l'ambassadeur d'Italie, des responsables de la Direction de la Recherche et du Développement de la Défense d'Israël et des représentants de l'armée de l'air italienne.

Le G550 «EITAM» :

Basé sur une cellule d’avion d’affaires Gulfstream G550, le système EITAM est un appareil   de surveillance et d’alerte lointaine AEW & C. Israël Aerospace Industries (IAI) a installé un radar EL/W-2085 à antenne active (AESA) en bandes L et S. La matrice d'émission / réception (T / R) des modules permet au faisceau d'être dirigé électroniquement, ce qui permet au système ne pouvoir se passer d’un rotodome et de voir à 360°. Les israéliens étant très discrets sur les performances du système, on retiendra que celui-ci peut suivre au minimum 100 cibles en même temps et permet l’assistance du suivi d’interception air-air et air-sol de manière simultanée et ceci sur une distance de 200 mille nautiques (370 km).

En plus de ses capacités de détection, le système permet d’analyser les communications adverses et de mener la guerre-électronique. L’EITAM dispose également d’un système complet d’autoprotection. Le G550 permet de patrouiller sur 12.500 km (6.750nm) et dispose d’une autonomie de 11heures de vol.

Les opérateurs aux nombres de six disposent pour leur confort, d’une petite cuisine située au centre de l’avion, les ingénieurs d’IAI ayant également travaillés à un aménagement permettant de diminuer les risques de claustrophobie ou de suffocation dû, à la suppression des hublots. 

En service en Israël, le G550 «EITAM» aurait été utilisé pour gérer la frappe de destruction d’un réacteur nucléaire secret à Al-Kibar en Syrie (opération «Orchard» en 2007) ainsi que des convois transportant des armes au Soudan.

Utilisateurs du G550 «EITAM» :

Israël (nombre confidentiel), Singapour (4), Italie 2 dès 2016.

3925791487.JPG

 

Photos : G550 Eitam destiné à l’aviation militaire italienne @ IAI

18/01/2016

L’Australie a choisi le G550 de guerre-électronique !

d_g550_sema_print_1330_425_70.jpg

Canberra, l’Austalie a choisi son futur avion de guerre électronique, il s’agit du système monté sur deux Gulfstream G550. La nouvelle a été confirmée par le ministère australien de la Défense (DOD. Le contrat est estimé à près de 93,6 millions de dollars.

Les avions de base seront des Gulfstream G550 qui seront dotés d’un système complet de guerre électronique et de renseignement fournit par L-3 Communications à Greenville au Texas. Le système doit fournir le renseignement aérien en matière de surveillance, de reconnaissance et de guerre électronique (ISREW) en vue du soutien des opérations de la Force de défense australienne.

Basé sur une cellule de Gulfstream G550, le système permettra d’analyser les communications adverses et de mener la guerre-électronique. Le G550 permet de patrouiller sur 12.500 km et dispose d’une autonomie de 11 heures de vol. Ce nouveau système viendra compléter la flotte de Boeing P-8A « Poseidon » qui entrera en service en 2017 ainsi que les drone de surveillance de type Northrop-Grumman MQ-4C.

A noter, que ce système est également en compétition aux Etats-Unis dans le cadre du remplacement des actuels E-8C JSTAR. Le Pentagone n’a pour l’instant pas donnée sa réponse en ce qui concerne le choix du système.

Photo : Système L-3 monté sur un G-550 @ L-3