02/01/2021

Boeing livre le 200ème B777 Freighter !

qatar airways cargo,boeing,b777f,fret aérien,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Première livraison de la nouvelle année avec trois B777F à destination de Qatar Airways Cargo. Cette étape marque également la livraison du 200ème B777ème « Freighter ».

Cette triple livraison intervient alors que le fret aérien joue un rôle central dans la pandémie de COVID-19, y compris le transport de vaccins nouvellement approuvés et devrait augmenter de plus de 4% au cours des deux prochaines décennies.

Avec l'arrivée du trio de B777 Freighters, Qatar Airways Cargo exploite désormais 24 appareils de ce modèle d'avion ainsi que deux B747-8 Freighters. En tant que l'un des principaux transporteurs aériens de fret au monde, la flotte de cargo dédiée du Qatar dessert plus de 60 destinations de fret dans le monde via son hub de classe mondiale à Doha et achemine également le fret sur le pont ventral des avions de passagers à un vaste réseau.

Le B777 Freighter peut parcourir 9’200 km et transporter une charge utile de 102 ‘010 kg. Le long rayon d'action de l'avion se traduit par des économies importantes pour des opérateurs comme Qatar Airways Cargo, car le nombre d'escales réduit les frais d'atterrissage, la congestion, les coûts de manutention du fret et les délais de livraison.

Le B777 Freighter est désormais le cargo le plus vendu de Boeing. Des clients du monde entier ont commandé 242 B777 Freighters depuis le début du programme en 2005, dont un record de 45 unités en 2018. Boeing, le leader du marché des avions de fret aérien, fournit plus de 90% de la capacité de cargo dédiée dans le monde, y compris nouvelle production et cargos convertis.

qatar airways cargo,boeing,b777f,fret aérien,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone

Photos : les trois B777F pour Qatar Airways Cargo@ Boeing

 

 

18/12/2020

FedEx Express réceptionne son premier ATR 72-600F !

A116011A-DD8E-45F8-A77E-4D5ED246653A.jpeg


ATR Aircraft a livré hier le premier exemplaire de son turbopropulseur cargo régional ATR 72-600F (Freighter) à la plus grande entreprise de transport express au monde, FedEx Express.

La société avait en effet signé en 2017 une commande ferme portant sur 30 appareils, assortie d’une option d’achat de 20 avions supplémentaires. L’appareil arrivera à l’aéroport de Shannon et sera exploité par ASL Airlines Ireland, opérateur FedEx ATR depuis 2000, intégrant ainsi la flotte FedEx Express Feeder. Cette flotte mondiale permet à l’entreprise de fournir des services économiques et rapides aux petites et moyennes entreprises du monde entier.

Le turbopropulseur ATR, l’avion régional le plus économe en carburant, est un choix répandu auprès des opérateurs fret et passagers engagés en faveur d’une industrie de l’aviation plus responsable. ATR dispose d’une expérience approfondie du marché du cargo régional. Près de 130 ATR cargos convertis sont actuellement en service, représentant un tiers de la flotte mondiale de cargos régionaux. Le tout nouvel ATR 72-600F intègre tous les bénéfices de ce savoir-faire, et offre à FedEx un appareil cargo répondant à toutes les exigences requises. Compte tenu de l’évolution du marché et de la croissance de l’e-commerce, l’ATR s’impose comme l’appareil idéal pour relier les communautés et les économies du monde entier.

Les opérations de FedEx Express pourront désormais bénéficier des avantages uniques offerts par la capacité de fret de 75 m3 de l’ATR 72-600F. Le fuselage de cet appareil conçu spécifiquement pour les opérations cargo présente un design épuré, optimisé pour le fret et produit par Leonardo, actionnaire italien du fabricant de turbopropulseurs, depuis ses sites napolitains. La grande porte cargo de l’appareil permet de faciliter et d’optimiser le chargement de neuf tonnes de charge utile et offre la possibilité de transporter soit des marchandises en vrac, soit, en mode unités de chargement (UC), cinq palettes de 88″ x 108″ ou jusqu’à sept conteneurs LD3. Les pilotes bénéficient de la toute dernière suite avionique évolutive Standard 3 de l’ATR 72-600, permettant d’introduire au sein du cockpit des innovations continues qui améliorent encore l’efficacité de l’appareil.

Photo : ATR 72-600F aux couleurs de FedEx Express@ ATR Aircraft

22/10/2020

L’aviation se prépare au transport du vaccin contre le COVID-19 !

image.jpg

L’industrie de l’aviation subit comme tant d’autres toujours les effets négatifs de la pandémie de COVID-19. L’arrivée prochaine d’un vaccin devrait permettre de sortir définitivement de cette dernière. Le fret aérien sera l’élément clé pour le transport de ce dernier, mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, le transport de vaccins en avion n’est pas simple.  

Le fret aérien moteur de la distribution :

Mis à mal par la pandémie et également par la fronde écologique contre l’aviation, c’est pourtant bien l’industrie de l’aviation qui sera au centre d’une distribution des doses de vaccins. Le déploiement en vue de ce transport doit être organiser, planifier à l’avance, sans quoi il ne sera pas efficace et pire, des millions de doses de vaccins pourraient être involontairement détériorées.

Le transport des vaccins est un processus très délicat et exigeant qui nécessite des installations et des équipements de stockage spécialisés. Les vaccins doivent généralement être stockés à des températures basses entre 2 et 8°C. A ce sujet, l’IATA a lancé dès le mois de septembre des avis demandant que les gouvernements et intervenants du monde de l’aviation d’engager des mesures de préparations minutieuses.

En temps normal, le fret aérien joue un rôle clé dans la distribution des vaccins grâce à son système mondial bien établi de distribution de produits périssables et sensibles à la température. Cette capacité́ sera cruciale pour le transport rapide et efficace ainsi que la distribution des vaccins contre la COVID-19 lorsque ces derniers seront disponibles, et cela exigera une planification minutieuse de la part des gouvernements et le soutien des intervenants de l’industrie.  

Les vaccins doivent être manutentionnés et transportés conformément aux exigences réglementaires internationales, à température contrôlée et sans retard, afin d’assurer la qualité du produit. Bien qu’il subsiste plusieurs inconnus (nombre de doses, vulnérabilité à la température, lieux de fabrications, etc.), il est évident que les activités seront de grande ampleur, qu’il faudra des installations pour assurer la chaîne du froid, et qu’il faudra livrer dans tous les coins de la planète.

Il faudra donc :

Disposer d’installations et d’équipements doté d’un contrôle de température de taille et ne nombre suffisant.

Du personnel formé à la manutention des vaccins.

Des systèmes de contrôle à chaque étape du stockage et du transport.

Une étroite collaboration entre les pays, les services de santé et des douanes.

Mettre en place des procédures accélérées pour les survols de territoires et les permis d’atterrissage à l’intention des vols transportant des vaccins contre la COVID-19.

Exempter les membres d’équipage des exigences de quarantaine pour assurer le maintien des chaînes d’approvisionnement du fret.

Soutenir les droits de trafic temporaires pour les vols transportant les vaccins contre la COVID-19 là où des restrictions peuvent s’appliquer.

Assurer et maintenir une couverture mondiale du réseau aérien.  

Préparer des alternatives pour relier les villes et régions du monde ou la connectivité aérienne est limitée.

 Un énorme défi :

Selon l’analyse de l’IATA, le défi est énorme car une simple dose à 7,8 milliards de personnes suffirait à̀ remplir 8’000 avions-cargos de type B747. Le transport terrestre va contribuer, en particulier dans les économies développées ayant une capacité́ de fabrication locale. Mais les vaccins ne peuvent être distribués dans l’ensemble du monde sans l’utilisation importante du fret aérien.

« Même en supposant que la moitié des vaccins nécessaires pourront être transportés par voie terrestre, l’industrie du fret aérien devra tout de même relever le plus grand défi de son histoire. Dans la planification de leurs programmes de vaccination, en particulier dans les pays en développement, les gouvernements doivent soigneusement tenir compte de la capacité́ limitée du fret aérien offerte en ce moment. Si les frontières demeurent fermées, les voyages interrompus, les flottes clouées au sol et les employés mis à pied, la capacité́ de livrer les vaccins qui sauvent des vies sera gravement compromise », selon M. de Juniac, Directeur de l’IATA. (Sources: IATA, OACI, OMS)

Photo : A330 @ Fret Air France/KLM

 

29/07/2020

Lente amélioration du fret aérien !

unnamed.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur les marchés mondiaux de fret aérien pour le mois de juin, qui indiquent une amélioration, quoiqu’à un rythme plus lent que ce que suggèrent les principaux indicateurs traditionnels.

  • La demande à l’échelle mondiale, mesurée en tonnes-kilomètres de chargement (CTK), a diminué de 17,6 % en juin (-19,9 % pour les opérations internationales) par rapport à l’année précédente. Il s’agit d’une modeste amélioration comparativement à la chute de 20,1 % en glissement annuel observée en mai.
  • La capacité mondiale, mesurée en tonnes-kilomètres de chargement offertes (ACTK), a diminué de 34,1 % en juin (-33,9 % pour les opérations internationales) par rapport à l’année précédente. Cela est semblable à la contraction de 34,8 % en glissement annuel enregistrée en mai.
  • La capacité de soute du fret international a diminué de 70 % en juin, comparativement à l’année précédente, en raison de l’interruption des services de passagers attribuable à la COVID-19. Cela a été en partie compensé par l’augmentation de capacité de 32 % obtenue par l’utilisation accrue d’avions- cargos.
  • La demande dans le secteur de la fabrication s’est stabilisée en juin :

La composante de nouvelles commandes d’exportations de l’indice des directeurs d’achats (PMI) a augmenté de 11 points par rapport au mois de mai, soit la plus importante augmentation mensuelle depuis de début de la série en 1999. L’indice PMI qui suit la production manufacturière mondiale a rebondi en juin pour atteindre son plus haut niveau depuis janvier.

Les statistiques montrent que la santé du fret aérien est de loin meilleure que celle des marchés de passagers, mais les affaires demeurent exceptionnellement difficiles. Alors que l’activité économique reprend après les importantes perturbations liées au confinement, il n’y a pas eu de stimulation importante de la demande. La course pour acheminer des équipements de protection personnelle (ÉPP) vers les marchés s’est atténuée alors que les chaînes d’approvisionnement se sont régularisées, ce qui a permis aux expéditeurs d’utiliser les options de transport ferroviaire et maritime moins coûteuses. Et la pénurie de capacité se poursuit parce que les opérations passagers se rétablissent très lentement.

Toutes les régions affichent des baisses en juin :

Les transporteurs d’Asie-Pacifique et du Moyen-Orient ont connu des baisses moins dramatiques. Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord et d’Afrique ont subi des baisses modérées, comparativement aux autres régions.

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont vu la demande de transport de fret international chuter de 20 % en juin 2020, par rapport à la même période l’année précédente. Il s’agit d’une légère détérioration comparativement à la baisse de 18,8 % observée en mai. Malgré la reprise de la production manufacturière dans la région, la demande a été affectée par la réduction des expéditions aériennes d’ÉPP. La capacité internationale a diminué de 32,3 %.

Les transporteurs d’Amérique du Nord affichent une diminution à un chiffre de la demande de transport de fret international, avec une baisse de 8,8 % en juin, en glissement annuel. C’est la plus faible contraction parmi toutes les régions. Cette performance résiliente est attribuable aux grandes flottes d’avions-cargos de quelques transporteurs de la région, et au soutien fiscal accordé aux compagnies aériennes américaines en vertu du CARES Act. La capacité internationale a diminué de 30,7 %.

Les transporteurs d’Europe signalent une diminution des volumes de fret international de 27,6 % en juin, en glissement annuel. Il s’agit d’une légère amélioration par rapport à la baisse de 29,5 % enregistrée en mai, mais cela demeure la deuxième pire performance parmi toutes les régions. La capacité

Résultats régionaux en juin

Les transporteurs du Moyen-Orient affichent un déclin de 19,1 % en juin, en glissement annuel, soit une amélioration par rapport à la chute de 24,9 % enregistrée en mai. La capacité internationale a diminué de 25,8 %, le meilleur résultat parmi les régions. Cela provient des stratégies opérationnelles dynamiques de certains transporteurs de la région.

Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré une baisse de 29,4 % de la demande internationale en juin, en glissement annuel. Il s’agit de la pire performance parmi toutes les régions. La capacité internationale a diminué de 43,6%, ce qui indique une pénurie considérable de capacité. La crise de la COVID-19 est particulièrement difficile actuellement pour les compagnies aériennes basées en Amérique latine, en raison des strictes mesures de confinement.

Les transporteurs d’Afrique affichent une contraction de 13,8 % en juin. Cette performance est moins bonne que celle du mois de mai, alors que la baisse de la demande était de 7,3 %. Le petit marché Afrique-Asie a poursuivi sa progression en juin, avec un taux de croissance de 20,1 %. Toutefois, la région a subi en juin des effets plus graves de la pandémie. La capacité internationale dans la région a diminué de 46,2 %.

avion-min_3.jpg

Photos : 1 MD-11 freighter de Lufhansa 2 A330 KLM

 

28/04/2020

SWISS va reconfigurer trois B777 en mode cargo !

4083025339.JPG

Pandémie du coronavirus oblige, les transporteurs doivent s’adapter aux besoins actuels. Swiss prévoit de reconfigurer trois Boeing B777-300ER  en tant qu'avions cargo dans le cadre d'un plan visant à exploiter un services de fret vers l'Asie et l'Amérique du Nord d'ici la fin mai. Il s’agit pour cela de retirer les sièges à bord des avions.

Le transporteur du groupe Lufthansa a annoncé qu'il mettrait en place «un nouveau réseau de services de fret uniquement» pour opérer jusqu'à trois vols quotidiens vers Shanghai et jusqu'à deux par jour vers Pékin au départ de Zurich.Chicago et Tokyo seront desservies deux fois par semaine, tandis que des vols vers Bangkok et Singapour seront opérés sur une base hebdomadaire.

Par ailleurs, un porte-parole de la compagnie a déclaré que d'autres destinations devraient être ajoutées au nouveau réseau au cours des prochaines semaines.

Des vols pour les besoins sanitaires:

Depuis fin mars, Swiss a effectué plus de 80 vols cargo d'Asie vers la Suisse pour transporter «principalement» des fournitures et équipements médicaux pour le système de santé suisse. Les vols supplémentaires prévus seront opérés «pour le compte de diverses entités privées et publiques».

Les modifications vont permettre d’assurer les livraisons de marchandises cohérentes et régulières et contribueraient ainsi à maintenir la Suisse en contact optimal avec le monde dans les conditions actuelles difficiles.

Quelques avions en service :

Pour l’instant SWISS maintien trois A220-100 et trois A220-300, le seul A320neo, un A330, les cinq A340-300 de la compagnie aérienne et quatre B777-300ER en service, le reste de la flotte étant répertorié comme étant en stock.

A propos du B777300ER :

Le B777-300ER a été introduit en ligne service en 2005, il se distingue par son efficacité énergétique et son aménagement intérieur primé à de nombreuses reprises. Le B777-300ER a été commandé par 37 clients à travers le monde entier. Vingt-sept clients opèrent maintenant le B777-300ER. Le B777-300ER compte 35 % de différence vis-à-vis du modèle de base «777». Chaque aile a été prolongée de 6,5 pieds (1,98 m) avec des stabilisateurs qui réduisent la longueur de piste au décollage et augmentent  les performances de montée et permettent de réduire la consommation de carburant. L’avion dispose d’un nouveau train d'atterrissage spécialement adapté pour les pistes courtes. Les entretoises et les nacelles ont été modifiées pour tenir compte de la poussée nettement plus élevée des moteurs. Les avions sont alimentés exclusivement par le General Electric GE90-115BL soit,  le plus grand et le plus puissant des moteurs à réaction commercial, la production est de 115 300lbs (512 kN) de poussée. 

Photo : le tout premierB777-300ER à Genève@ P.Kümmerling