02/09/2016

Washington autorise la vente de Super Hornet au Koweït !

p479642591-5.jpg

Washington, le Département d’Etat et le Pentagone viennent de donner le feu vert à la vente de 28 avions de combat Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » au Koweït. Le montant du contrat est estimé à près de 3 milliards de dollars. Cette commande tombe à point nommé pour l’avionneur américain qui va pouvoir ainsi prolonger de deux ans sa chaîne de montage de « Super Hornet » jusqu’en 2020.

Profonde modernisation :

Le remplacement de la flotte koweitienne actuelle de F/A-18 C/D «Hornet» sera donc, bien plus vaste que prévu, avec une double flotte d’avions composée de 28 Airbus DS Eurofighter T3 et du «Super Hornet». Ce double choix semble également s’inscrire comme une sécurité pour le pays, qui désire protéger ses intérêts et futurs choix politiques en ayant deux sources d’approvisionnement. Les craintes des pays arabes se sont accentuées ces derniers temps avec le conflit en Syrie de se retrouver un jour sous embargo en étant trop dépendant d’un seul fournisseur. La tendance semble ainsi se confirmer dans la région.

Le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » :

Le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» est un avion multirôle, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

1896356377.jpg

Photos : Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » @ US Navy

 

01/05/2016

La flotte de Su-30MKII vietnamienne bientôt au complet !

140013805348.jpg

Moscou va prochainement livrer les deux derniers avions de combat de type Sukhoi Su-30MkII au Vietnam. Cette livraison sera également la dernière pour cette version du Su-30. Dorénavant l’avionneur russe produira les versions Su-30SM, Su-34 et Su-35, soit les générations 4 ++.

Les deux derniers Su-30MKII destinés au Vietnam, font partie du troisième lot commandé en 2013. En 2009, Moscou et Hanoï avaient conclu un contrat de livraison de huit chasseurs Su-30MKII sans armement. En février 2010, un deuxième contrat avait été signé pour la livraison de 12 chasseurs Su-30MKII avec armement, estimé à près d'un milliard de dollars. Précédemment, en 1995 et 1997 le Vietnam a pris livraison de 7 Su-27SK et 5 Su-27UB.

Modernisation de la Force aérienne:

Les Forces aériennes vietnamiennes disposaient de 150 MiG-21 et 50 Su-22 vieillissants. Une soixantaine d’hélicoptères dont une trentaine de Mi-24 « Hind » épaulent  des Mi-2. En parallèle à l’achat de Su-27/30, le pays s’est doté de batteries de missiles de défense contre-avions de type S-300 et prévoit un renouvellement de son parc de radars particulièrement obsolètes.

Sukhoi Su-30MKII : 

La génération Su-30M est une version améliorée et totalement multi-rôles du Su-30 ayant vu le jour en 1991. Son premier prototype, développé à partir du Su-27UB, vola pour la première fois en 1992. La masse maximale au décollage a été portée à 34,5 tonnes et la motorisation est assurée par deux réacteurs AL-35F. L’avionique et les systèmes embarqués comme l’autoprotection de guerre électronique ou les communications peuvent être remplacées par des modèles occidentaux (français ou israéliens généralement). L’intégration de nacelles et d’armements occidentaux, de radars russes ou de moteurs dotés de la poussée vectorielle est également possible en option, selon les souhaits du client.

 

1177074437.jpg

Photos : Sukhoi Su-30MkII vietnamiens @ FAV

07/04/2016

Coincée, la RAF doit maintenir l’Eurofighter T1 !

1280px-Typhoon_f2_zj910_arp.jpg

La Royal Air Force britannique (RAF) se retrouve coincée tout comme la Luftwaffe allemande avec la première tranche d’avions de combat Eurofighter T1 et devra, faute de moyens, être conservée en service, au-delà de la date de retraite d'origine.

Les 53 avions de combat Eurofighter « Typhoon II » T1 (Tranche1) vont être prolongé de 2019 à 2040 au sein de la défense stratégique et de sécurité (SDSR). La grande question est de savoir comment faire fonctionner les deux escadrons de la Tranche 1 aux côtés des Tranche 2 et 3 ? En effet, il ne subsiste que très peu de points communs entre le T1 et les modèles T2/T3.

Compte tenu des limites des logiciels du T1, la RAF a décidé de ne pas essayer de mettre à niveau ces plateformes particulières avec les améliorations des mises à niveau destinées aux standards T2/T3. De fait, les Eurofighter T1 de la RAF ne peuvent être utilisés qu’exclusivement que pour des tâches de défense aérienne.

Maintenir une dotation suffisante :

Si, la version T1 du « Typhoon II » reste limitée et ne permet pas une mise à jour avancée, comme c’est le cas avec le T2 et prochainement le T3, cette version reste incontournable au sein de la RAF, afin garder une dotation suffisante pour assurer les nombreuses missions qui lui incombent. Le but étant d’éviter à la prestigieuse RAF de tomber au plus bas en matière de capacité numérique.

Le maintien du standard T1 doit permettre de combler le départ à la retraite des Panavia Tornado GR4. L’éventualité d’un départ des Tornado et des Eurofighter T1 pour 2019, plongerait la RAF inexorablement dans une sous dotation difficile à combler à l’avenir.

La RAF aujourd’hui :

La Royal Air Force dispose à ce jour de 192 avions de combat de première ligne, composée de 87 Tornados, 53 Typhoon T1 et 52 en version T2.  La RAF va prochainement débuter la réception de 40 Eurofighter T3A. Il faut également tenir compte dès 2019 des premières livraisons de Lockheed-Martin F-35 « Lightning II », mais avec un rythme particulièrement lent. Selon les prévisions de la RAF, en 2019, celle-ci ne disposera donc que de 127 avions de combat, soit le seuil le plus bas jamais comptabilisé.

Typhoon-ZJ803-BA-1-XL.jpg

Photos : Airbus DS Eurofighter T1 de la RAF @ RAF

 

 

 

 

25/03/2014

Marketing Award pour AIR14 !

 

1385087801674.jpg

 

 

Voilà une nouvelle qui doit aller droit au cœur de toutes les personnes connues ou non qui œuvre à la préparation du meeting de Payerne AIR14 ! Cet évènement vient en effet d’être primé.

 

logan.jpg

 

Dans le cadre d’une assemblée du « European Airshow Council » à Anvers en Belgique, le directeur d’AIR14 PAYERNE le Colonel EMG Ian Logan a eu l’honneur de se voir décerné le premier prix pour le meilleur marketing (MARKETING AWARD 1st PRIZE).  Ceci représente pour lui, pour son comité ainsi que pour toutes les personnes qui se sont engagées jusqu’à présent au profit de cette grande manifestation un premier témoignage de gratitude pour la qualité du travail accompli.

 

Voilà une belle reconnaissance pour la dynamique équipe d'AIR14 !

 

 

Rappel :

 

home_parsys_00013_Image.jpg

 

En 2014, les Forces aériennes suisses fêteront leurs 100 ans: Dans le but de célébrer dignement ce centenaire, mais aussi d’honorer tous ceux qui ont marqué par leur engagement et leur volonté les Forces aériennes, différentes activités seront organisés en 2014.

Une année qui verra également la Patrouille Suisse souffler ses 50 ans et le PC-7 TEAM ses 25 ans.
Un tel anniversaire ne peut pas se fêter sans un airshow. Et en 2014, ce sera plutôt deux fois qu’une. Fin août et début septembre, lors de deux week-ends consécutifs (30-31 août et 6-7 septembre 2014), Payerne sera le rendez-vous international de l’aviation avec AIR 14 PAYERNE: Oldtimer, patrouilles, avions et hommes de légende se retrouveront dans la Broye pour célébrer et honorer comme il se doit les Forces aériennes. Entre ces deux événements majeurs, durant toute la semaine, Payerne sera un lieu de rencontres, de découvertes, de discussions, de débat, d’animations.

 

 

Photo : Le Col EMG Ian Logan reçoit l’Award au nom d’AIR14 @ Air14

12:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : air14, meeting payerne, forces aériennes |  Facebook | |

13/02/2014

Gripen, l’avenir des Forces Aériennes !

ankunft_gripen.parsys.00011.Image.direct.jpg


 

 

Dans ce quatrième volet consacré à l’acquisition de l’avion de combat Gripen E, nous allons compléter les informations évoquées avec l’article «Gripen, un besoin fondamental». Nous allons retracer l’évolution des FA ces dernières années et placer le Gripen E, dans le contexte des besoins avenir.

 

Evolution des Forces Aériennes : 


 

kennzahlen.parsys.29494.Image.jpg


 

Ces vingt dernières années, nos Forces aériennes ont été du point de vue des aéronefs, en pleine mutation. Avec une dotation de plus de 300 appareils, l’aviation militaire est progressivement descendue à moins d’une centaine aujourd’hui. L’arrivée du Boeing F/A-18 C/D «Hornet» a notamment permis de repositionner notre aviation au plus haut niveau technologique. Celui-ci avait été perdu depuis plusieurs années, les Mirages IIIS n’étant depuis le milieu des années quatre-vingts plus à la pointe de la technologie en matière d’interception hors de la portée visuelle (BVR). Avec le retrait des Hawker Hunter MK58 en 1994, notre aviation perdait également sa capacité d’attaque au sol tactique, puis avec le départ des Mirages IIIRS au début des années 2000, la capacité de reconnaissance tactique se perdit également.

 

Avec le départ des derniers Northrop F-5 E/F «Tiger II» prévu en 2016, dont l’obsolescence à la fois technique, conjuguée à une maintenance toujours plus onéreuse, ne laisse donc plus qu’un seul appareil en activité, le F/A-18 «Hornet». 

 

 

Les difficultés d’une flotte trop petite : 

 

En cas d’événement nécessitant un contrôle et une protection accrus, tel le Forum économique mondial (WEF), à Davos, ou l’Euro 08, la conférence Genève 2, les avions de combat peuvent, pendant une période limitée, être opérationnels après un temps de préparation très bref.

Les Forces aériennes effectuent en permanence des missions de police aérienne. Cela inclut la surveillance et le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent une « diplomatic clearance » pour survoler le territoire suisse, ainsi que l’interception des avions violant gravement les règles du trafic ou la souveraineté sur l’espace aérien. Conformément aux directives de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), ces avions sont interceptés et accompagnés en dehors de l’espace interdit ou jusqu’à une base aérienne où ils pourront se poser en toute sécurité. En outre, les Forces aériennes aident aussi les aéronefs ayant des problème de radio ou de navigation.

 

Lors de crises ou de conflits armés jusqu’ici, les Forces aériennes suisses étaient en mesure d’assurer, pendant une période très limitée, leur mission de défense aérienne avec leurs 32 jets de combat du type F/A-18 «Hornet», utilisant leurs 54 F-5 Tiger, de jour et par bonne visibilité, pour appuyer ces derniers. 

En raison de l’exigüité de l’espace aérien suisse, les avions sont engagés à partir de secteurs d’attente en l’air pour contrôler et imposer les interdictions de survol, car leur maintien au sol, même en état d’alarme, ne leur permettrait généralement pas de décoller en temps voulu pour mener à bien une intervention. Lorsqu’il est nécessaire d’assurer un maximum de sécurité, il doit être possible de surveiller intégralement l’espace aérien et d’aller immédiatement au devant d’objets volants non identifiés ou non coopératifs.

 

Pour ce faire, il est indispensable de maintenir en l’air 2 patrouilles à 2 appareils voire plus selon la situation, soit 4 appareils au moins : lorsqu’une patrouille est engagée dans une intervention, l’autre peut continuer sa surveillance de l’espace aérien. Selon les modèles mathématiques des Forces aériennes, une telle mission, effectuée par 32 F/A-18 à eux seuls, pourrait être menée 24 heures sur 24 pendant deux semaines environ. Mais au-delà, il n’y aurait pas suffisamment d’avions pour assurer pleinement la relève. Cette capacité pourrait être améliorée avec le remplacement du F-5  Tiger II par un avion de combat plus performant.

 

La dotation minimale : 


 

fb3.jpg


Pour répondre à l’état situationnelle des menaces, on établit les dotations minimales suivantes (besoins en aéronefs) :

 

Temps de paix : 50 appareils soit 5 escadrilles d’avions multirôles.

 

Conflits : un minimum de 60 à 70 appareils soit 6 à 7 escadrilles d’avions multirôles.



 

gripen,forces aériennes,oui au gripen,référendum gripen,votation gripen,loi gripen,gripen schweiz,gripen blog,saab gripen e


 

Le terme dotation minimale, comprend le nombre minimum d’avions de combat permettant d’assurer l’ensemble des missions assignées à la chasse. Cela comprend les missions de souverainetés aériennes (police du ciel), la reconnaissance, l’appuis au sol, la formation de nouveaux pilotes et le maintien des capacités opérationnelles des pilotes confirmés ainsi que des unités de maintenance au sol (milices & professionnels). On doit également tenir compte des temps de révisions des appareils (maintenance) dans la dotation journalière de la flotte. 


 

fb2.jpg


 

Les Forces Aériennes de demain :

 

Avec l’arrivée de l’avion de combat multirôle Saab JAS Gripen E en 2018, nos Forces Aériennes pourront retrouver les compétences de l’attaque au sol tactique, la reconnaissance aérienne tactique. En matière de combat aérien l’arrivée du radar AESA couplé à un IRST (capteur infrarouge passif/actif) permettra à celles-ci, d’entrer de pleins pieds dans la capacité de détection d’appareils furtifs (aéronefs & drones), ainsi que la compétence antibalistique à longue portée, soit la compétence de réponse efficacement aux nouvelles menaces. De plus, afin de pouvoir (enfin) offrir une surveillance 24/24, l’arrivée de l’avion suédois est indispensable.


 

sui.parsys.90773.1.photo.Photogallery.jpg


 

En conclusion:

 

Sans l’acquisition de l’avion de combat Gripen E, nos Forces Aériennes ne pourront plus garantir une police du ciel efficace lors d’évènements particuliers et cas de situations conflictuelles. De plus, nos FA ne pourront pas non plus fournir de prestation complètes en matière de reconnaissance ni d’appuis au sol ! Nos Forces Aériennes ne pourront pas non plus se préparer à contrer les nouvelles menaces engendrées par la multiplication des aéronefs furtifs et la prolifération de missile balistique.

 

Au contraire, le Gripen E permettra à nos Forces Aériennes de continuer à être performantes ! Le nouvel avion de combat s’inscrit dans un objectif de modernisation des FA tout azimut, qui comprend : le renouvellement des systèmes de DCA (Rapier & canon 35mm) avec un système de nouvelle génération, l’arrivée du nouveau drone de reconnaissance, le remplacement des radars tactiques mobiles à basse altitudes TAFLIR. 


 

551327_625820127483377_2638354_n.jpg


 

 

Liens sur les articles précédents : 

 

Les mensonges des référendaires : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

 

Gripen, un besoin fondamental :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

 

 

Infographies : DDPS/FA

 

Photos : Gripen F de développement en Suisse @ DDPA/Swiss Air Force