13/06/2020

Vols de mesure de la radioactivité !

61602.jpg

Les vols de mesure de la radioactivité annuels de la Centrale nationale d’alarme (CENAL), rattachée à l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), auront lieu du 15 au 19 juin 2020. Un hélicoptère Super Puma survolera des couloirs parallèles à une hauteur d’environ 90 m au-dessus de la zone mesurée. De cette façon, la radioactivité au sol peut être mesurée rapidement et sur une vaste surface. Les nuisances sonores seront réduites dans la mesure du possible.

Cette année, ce seront la ville de Saint-Gall (17 juin), les côtes est et ouest du lac de Zurich (17 juin) ainsi que la partie nord-ouest du canton de Zurich (16 juin) qui seront survolées et mesurées. On effectuera en outre des vols de routine aux environs des centrales nucléaires de Beznau et de Leibstadt. Les vols de mesure seront étendus en direction du nord-ouest jusqu’à la frontière avec l’Allemagne (15 juin). Afin de comparer les différents instruments de l’organisation de prélèvement d’échantillons et de mesure, des mesures seront effectuées sur la place d’armes de Thoune et au-dessus du lac de Thoune (18 juin).

Depuis plusieurs années, la CENAL poursuit un programme de mesure de la radioactivité des villes suisses. En cas de doute suite à un événement, les valeurs récoltées fourniront une base permettant de détecter tout écart par rapport à la situation normale. Les vols au-dessus des centrales nucléaires sont réalisés à la demande de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

Pour procéder aux mesures, un hélicoptère survolera les régions concernées en effectuant des lignes parallèles à 90 m d’altitude. Afin de réduire le plus possible les nuisances sonores pour la population, une pause sera observée entre 12 h 00 et 13 h 00 et les vols se termineront vers 17 h 00. En cas de mauvais temps, les vols seront déplacés à un autre jour de la semaine de mesure. Les éventuelles modifications du programme seront publiées sur le site www.naz.ch. Tous les résultats pourront être consultés sur le même site à partir du 19 juin 2020.

Mesure de la radioactivité normale :

Les mesures aéroradiométriques, effectuées depuis un aéronef, permettent de relever la radioactivité au sol rapidement et sur une vaste surface. Chaque été, la CENAL organise une semaine de vols afin de collecter des valeurs et de garantir la capacité d’intervention des équipes de mesure et des appareils. Le programme se concentre sur les mesures de la radioactivité des agglomérations urbaines. Les années précédentes, elles ont été réalisées au-dessus de Zurich, Bâle, Genève, Berne et d’autres villes. (Sources DDPS)

Photo : Hélicoptère Super Puma équipé pour effectuer les mesures de radioactivité @ DDPS

27/05/2020

Hornet suisses engagés au Wild Boar Challenge 2020 !

wbc_1_article_pleine_colonne.jpg

Si l’ensemble des exercices aériens internationaux ont été annulés à cause du COVID-19, les Forces aériennes européennes ont continué à s’entraîner malgré la Pandémie. Afin de vérifier la capacité d’engagement, l’Armée de l’Air française a planifié une mission d’engagement avec ses partenaires italiens et suisses.

Discrètement au début mai, les escadrons de chasse stationnés dans le Nord-Est de la France ont conduit une mission d’entraînement. Avec un total de 22 avions de chasse qui ont survolés les zones de combat aériennes, des rives du Rhin aux portes de Paris, de la pointe de Givet aux contreforts de Bourgogne.

Blue Force / Red Force :

Sous la bannière « Blue Force », 6 Mirage 2000D de la 3e escadre de chasse (Nancy), 2 Rafale de la 4e escadre de chasse (Saint-Dizier), 4 F/A-18 C/D « Hornet » suisses et 4 Eurofighter « Typhoon II » italiens, assistés d’un ravitailleur de l’Aeronautica Militare et d’un E-3F français a engagé  la « Red Force » composée de 2 Rafale de la 4e escadre de chasse, 2 Mirage 2000-5 de la 2e escadre de chasse (Luxeuil), 2 Alphajet de la 8e escadre de chasse (Cazaux), d’une section de défense sol-air Mamba (EDSA de Saint-Dizier) et du centre de détection et de contrôle de Cinq-Mars La Pile.  

Exercice de combat aérien :

Pendant deux heures, les forces de la coalition « Blue Force » enchaînent les manœuvres offensives d’Air Interdiction, en tentant d’atteindre leurs objectifs à l’aide de frappes dans la profondeur. Les adversaires leur offrent une opposition de haut niveau, en défendant leur territoire dans une logique d’engagement des armes. Les « Blue » finissent par prendre le dessus mais essuient malgré tout quelques pertes qu’il faudra analyser finement pour progresser. Systématique, le débriefing offrira son lot d’enseignements, notamment grâce à des outils de rediffusion numériques permettant de passer au peigne fin les différentes étapes de la mission à des fins d’instruction. 

Particulièrement intense, cette séquence d’entraînement entre dans le cadre des missions imposées de consolidation des aptitudes (MICA), régies par la BAAC. Ces vols, mettant en œuvre des moyens aériens diversifiés, visent à valider des modules du référentiel d’entraînement du « socle de base » des équipages de chasse. L’occasion d’optimiser la préparation au combat des forces et d’entretenir l’interopérabilité de l’ensemble des participants. Objectif atteint pour cette mission d’ampleur organisée par l’escadron de chasse 3/3 « Ardennes ». Le personnel du 3/3 aura relevé le défi, d’une part en permettant de tenir les échéances d’entraînement malgré le contexte actuel et, d’autre part, en montant un scenario au cours duquel contrôleurs aériens, équipages chasse et opérateurs de défense sol-air ont opéré dans un environnement complexe pour maintenir un haut niveau de performance. 

Cet exercice démontre une fois encore les besoins de sécurisation centre-europe en matière de défense aérienne. Notre pays est un acteur reconnu par nos voisins, donc indispensable !

wbc_4.jpg

Sources et photos  : Armée de l’air 

Photos : 1 Hornet suisses et Typhoon italiens ravitaillés 2 Mirage 2000 D du 3/3  @ Armée de l’Air

08/05/2020

STAC : une meilleure efficience en 2019 !

 

Falcon-suisse-AF-900x470.jpg


Au début de l’année 2019, le Conseil fédéral a pris des mesures pour utiliser encore mieux le Service de transport aérien de la Confédération (STAC) pour des vols VIP et éviter les vols de ligne. La modification de l’ordonnance sur le STAC, entrée en vigueur à cette même période, doit permettre des réductions des frais externes, du nombre de vols d'entraînement et de positionnement sans passagers et des charges administratives.


30 % de vols sans passagers en moins et diminution des charges administratives :

Le Conseil fédéral a notamment élargi le cercle des ayants droit au STAC. Dorénavant, les secrétaires d’État peuvent aussi faire appel à ces prestations et cette mesure a eu des effets positifs. En effet, cet élargissement a permis d’optimiser l’utilisation des avions. Les locations d’avions auprès d’exploitants externes ont reculé, passant de 48 heures de vol en 2018 à environ 2,5 heures seulement en 2019. De ce fait, les coûts externes ont aussi diminué.

De plus, le nombre de vols d’entraînement sans passagers a baissé de près de 30 %. Ainsi, les départements n’ont pas dû s’acquitter des frais pour des vols de ligne puisqu’ils ont pu bénéficier de vols avec le STAC. Les vols sans passagers pour le nouveau jet du Conseil fédéral le Pilatus PC24 ne sont pas compris dans les calculs aboutissant au constat de cette diminution, car l’introduction de ce nouveau système a nécessité des entraînements pour les pilotes.
Pour ce qui est des charges administratives, les mesures montrent les effets souhaités. Avec la suppression de l’imputation interne des prestations des vols de service pour le Conseil fédéral et les départements, il n’y a plus de moyens financiers alloués pour les heures de vol dans les différents départements. De ce fait, la réduction des charges administratives internes est tout à fait tangible. Mais il n’est pas possible de chiffrer cet effet, car le temps qui devrait être consacré à la saisie de ces données serait considérable.


Vols sur mandat de la Confédération :

En 2019, le STAC a comptabilisé près de 680 heures de vol, dont 555 pour le Conseil fédéral, et le reste pour le compte des différents départements. Les avions ont volé 520 heures, tandis que les hélicoptères 160. Ces chiffres sont plus bas que ceux de l’année dernière ; mais ils ne sont pas comparables en raison de la modification de l’ordonnance.

2908754895.jpg


Standard de sécurité élevé, disponibilité à court terme :

Le STAC est une formation militaire des Forces aériennes qui effectue des vols sur mandat du gouvernement, des départements, de l’Assemblée fédérale, de la Chancellerie fédérale, des tribunaux fédéraux et de l’Armée suisse. Pour garantir une disponibilité à court terme 365 jours par an le STAC engage ses propres avions et hélicoptères. Il peut recourir à des avions de location si tous ses appareils sont occupés, si ses capacités sont limitées ou si l’autonomie de ses appareils est insuffisante pour parcourir la distance requise.
Standards de sécurité élevés, possibilités d’engagements dans des régions en crise, disponibilité à court terme et respect des délais fixes des délégations, autant de prestations dont la couverture n’est pas toujours garantie par les vols de ligne et qui comptent au nombre des avantages offerts par le STAC, sans oublier la fonction de représentation, la protection de l’information et la discrétion diplomatique. Ainsi, les prestations du STAC servent directement les intérêts de la Suisse, et les coûts d’un vol du STAC ne peuvent pas être comparés à ceux d’un vol de ligne. De plus, étant donné que les pilotes doivent accomplir un certain nombre d’heures de vol par année afin de garder leur licence, les vols effectués pour le STAC permettent d’éviter les vols d’entraînement sans passagers. Des directives similaires s’appliquent aux aéronefs. (Sources DDPS).

2202049045.jpg

Photos : Les avions du STAC, Falcon 900, PC-24, Challenger 604 @ Forces aériennes suisses

02/04/2020

COVID-19, des EC635 de l’armée modifiés pour le transport !

0-1.jpeg

Pour transporter des patients atteint du COVID-19, des hélicoptères de l’armée suisse ont été modifiés pour répondre aux exigences de sécurité en matière de transmission du virus.

L’Armée suisse utilise l’hélicoptère de type Airbus EC635 (H135M*) généralement à des fins de formation et d’entraînement, de surveillance et de transport léger. Grâce à ses généreux volumes intérieurs, il est également idéal pour les missions opérationnelles et reste l’hélicoptèrele plus utilisé au monde pour les missions de sauvetage. Au sein de l’Armée suisse, il est aussi mis en œuvre pour des missionsspécifiques comme le transport de personnes et de patients et est à ce titre doté d’un équipement médical de base.

Au vu de la situation actuelle en lien avec le coronavirus (COVID-19), les Forces aériennes suisses ont chargé RUAG MRO Suisse de modifier spécifiquement l’infrastructure de ce type d’appareil pour transporter des patients atteints de COVID-19. Il s’agissait, d’une part,d’installer une séparation entre le poste de pilotage et la cabine afin de protéger du mieux possible les pilotes de tout risque de contagion et ainsi de préserver leur capacité opérationnelle. D’autre part, une méthode adaptée de désinfection intégrale de l’appareil devait être mise au point. En outre, il a été indispensable de contrôler les différents appareils médicaux accompagnant les patients COVID-19 afin dedétecter les éventuels signaux parasites et d’en tenir compte.

Deux hélicoptères ont été convertis en seulement quelques jours et sont déjà opérationnels au sein des Forces aériennes. RUAG MROSuisse a d’ores et déjà veillé à la fabrication d’équipements supplémentaires et est ainsi en mesure de convertir rapidement d’autres hélicoptères de type EC 635.

 

L’étroite collaboration entre RUAG MRO Suisse et ses partenaires armasuisse et les Forces aériennes a permis de mettre à dispositiondes solutions adaptées dans des délais extrêmement courts. «Ce rapprochement n’est pas uniquement lié à la dissociation de l’entreprise.Cette situation hors du commun a démontré toute l’étendue de la confiance mutuelle et de l’excellente collaboration qui nous unissent. Nous sommes ainsi capables de développer ensemble des solutions adaptées pour venir en aide à ceux et celles qui ont besoin de nous», explique Andreas Baumann, General Manager Helicopters, RUAG MRO Suisse.

covid-19,force aérienne suisse,ec635,airbus helicopters,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation

* Avec le chagement de nom de Eurocopter à Airbus Helicopters, la dénomination de l'EC635 et devenue H135M. 

Photos: EC635 des Forces aériennes suisses, un appareil multi-missions @ DDPS

20/01/2020

Fin du contrôle des fissures sur la flotte de F/A-18 !

EOfa4R3XkAEXsjI.jpeg

Grâce aux mesures mises en œuvre, la disponibilité opérationnelle des Forces aériennes dans le cadre du prochain World Economic Forum (WEF) est assurée au terme des travaux de contrôle.

Le 9 octobre 2019, à l'occasion de contrôles, des fissures sur les charnières des volets d’atterrissage des F/A-18 C/D « Hornet » des Forces Aériennes suisses ont été découvertes. Sur la base de ce constat, les Forces Aériennes ont ordonné, parmi autres mesures, l'inspection des 30 F/A-18 C/D « Hornet ».

Réalisés par RUAG MRO Suisse, les travaux d’inspection se sont achevés mardi 13 janvier 2020. Des fissures dues à la fatigue du matériau ont été constatées sur près des deux tiers des charnières contrôlées, chaque appareil en disposant de deux.

Dans l’intervalle, une grande partie des volets d’atterrissage concernés ont été réparés et installés sur les F/A-18 C/D « Hornet ». Les restrictions de vol ordonnées en lien avec les fissures ont été levées pour tous les appareils.

Des travaux de réparation sont en cours sur les volets d’atterrissage restants. La date de clôture de l’ensemble des travaux n’est pas connue pour le moment.

Rappel : 

Une charnière fissurée a été découverte sur un volet d’atterrissage d’un F/A-18C lors d’un contrôle intermédiaire le 29 janvier 2018. Il a été décidé, à titre préventif, de soumettre tous les F/A-18C/D des Forces aériennes à un contrôle des charnières, au moyen d’un appareil spécial permettant de détecter les fissures même minimes. Il s’agit là d’une analyse dite non destructive des microstructures.
Un travail de deux à trois heures est requis par appareil en moyenne, préparatifs compris. La procédure a commencé ce mercredi. Pour ce faire, on utilise un appareil spécial permettant de détecter les fissures même les plus minimes.

Photo : F/A-18 C « Hornet » @ DDPS