15/06/2009

Le Brésil va remplacer ses F-5EM !

F5emMauroLinsDeBarros.JPG

Tout comme la Suisse, la Force Aérienne Brésilienne (FAB) prévoit de remplacer ses avions de combat F-5EM/FM (version E/F modernisée) d’ici à 2014. Petit retour sur un choix où l’on retrouve quelques similitudes avec notre pays !

100 à 120 avions :

Lancée en 2001 déjà, cette compétition visant à remplacer en premier lieu les F-5EM/FM Tiger II puis dans un deuxième temps d’ici 2020 les AMX et Mirage 2000 d’occasions, et suspendue pour des raisons politiques, puis relancée en 2008. Plusieurs avions sont en compétition : Le Sukhoi SU-35, le F-16, le F35, le F/A-18 E/F Super Hornet, l’Eurofighter Typhoon, le Rafale et le Gripen. L’avion choisit sera commandé en trois tranches, 36 avions d’ici 2010, 50 avions en 2015 puis selon les réserves financières une dernière tranche d’une trentaine d’avions entre 2020 et 2025.

superHornetPhilVabre.JPG

Des favoris rapidement écartés :

Si certains constructeurs semblaient faire figure de favori comme le russe Sukhoi et le Su-35 , l’américain Lockheed avec le F-16 modernisé et le nouveau F-35 et le consortium européen de l’Eurofighter, tous ont été assez rapidement écarté du choix.

Remise de la dernière offre :

Ce vendredi, les trois derniers constructeurs, l’américain Boeing avec le F/A-18 Super Hornet, le français Dassault avec le Rafale et le suédois SAAB avec le Gripen NG, on donc rendu leur dernière copie d’offre pour le choix définitif.

Ce contrat s'inscrit dans un vaste projet de renouvellement de la flotte aérienne de l'armée brésilienne dans les quinze prochaines années. Le Brésil, qui souhaite acquérir des appareils polyvalents de nouvelle génération capables d'effectuer plusieurs types de mission, réclame un transfert de technologie (avec éventuellement assemblage sur place) avec son futur fournisseur, afin de développer sa propre industrie de défense et gérer la maintenance des appareils achetés.

Boeing a déjà laissé entendre que le gouvernement américain pourrait donner son aval à ce transfert de technologie, mais pas d’entrée dans le programme de modernisation. Dassault et l'Etat français devraient en faire de même, étant donné la virginité du carnet de commandes du Rafale à l'étranger. Brasilia doit également conclure en décembre une alliance stratégique avec la France, comprenant la construction, au Brésil, d'un sous-marin à propulsion nucléaire.

 

Cette première tranche s’inscrit dans un cadre financier de près de 3 milliards de dollars et l’ensemble de cette acquisition devrait atteindre les 8 milliards de dollars (acquisition de 110 à 120 avions).

rafale-7[1].jpg

 

Les différences avec notre pays :

 

Vous l’aurez noté, le Brésil désir remplacer ses « bons vieux » F-5 tout comme nous, mais également à terme ses AMX et ses Mirage 2000. Deux concurrents se retrouvent en finale soit le Rafale et le Gripen NG (pour la Suisse il s’agit du Gripen +). Mais l’un des éléments fondamental qui diffère entre les deux demandes concerne la participation et le développement industriel. Le Brésil ne désire en  fait qu’une autonomie de maintenance et la fabrication éventuelle des avions sous licence avec en retour, une possibilité d’obtenir des contrats de compensation. Bref, ce qui se faisait par le passé dans notre pays ! Là où les choses sont intéressantes et diffèrent, c’est la demande de participation suisse dans le programme de modernisation développement, chose qui ne s’était jamais faite par le passé et qui doit permettre un véritable retour sur investissement.

 

Au-delà des questions industrielles, il est intéressant de suivre cet achat du point de vue du choix final, car si l’avion choisit devait être le même que pour notre pays, nous deviendrions à moyen terme un fournisseur des éléments de modernisation de l’avion pour le Brésil !

GripenNGKatsuhikoTokunaga.JPG

 

 

Photos : 1 F-5 EM de la FAB noté la perche de ravitaillement fixe ! @ Mauros Lins De Barros. 2 F/A-18 Super Hornet de l’US Navy @ Phil Vabre. 3 Rafale ici à Emmen, @ Hermann Keist. 4 Gripen NG en vol, @ Katsuhiko Tokunaga.