29/04/2019

Brésil, 14 AMX seront modernisés !

270874267.jpg

L’armée de l’air brésilienne (FAB) ne modernisera finalement que14 avions d’attaque légers Alenia-Embraer AMX au lieu des 43 initialement prévus à confirmé l’organisme de passation des marchés de la Comissão Coordenadora do Programme (COPAC).

Le Brésil a reçu 56 avions AMX soit 45 A-1A et 11 A-1B). Cependant, le nombre d’avions à moderniser a été réduit en raison de contraintes budgétaires.  

Le dernier plan de modernisation vise la modernisation de 11 A-1As et de trois A-1B. Le premier A-1M modernisé a été reçu en septembre 2013.

Par ailleurs, la FAB va recevoir à la fin de cette année,  ses premiers avions de combat multirôles Saab Gripen E/F MS21. De fait, le besoin de maintenir l’AMX en service se fait moins important.

L’AMX modernisé :

1173983627.jpg

La modernisation des AMX italo-brésilien comprend une adaptation des systèmes similaires à ceux montés en rattrapages sur les F-5M et A29 «Super Tucano» en activités au sein de la FAB. Afin, d'offrir le plus grand bénéfice possible, le programme de mise à niveau a pour but une avionique commune, contribuant à une meilleure standardisation de l'orientation et de la formation des pilotes aux instruments. Cette communauté offre un niveau de standardisation et de nombreux avantages opérationnels, tels que l'amélioration de la doctrine d'emploi au sein de la FAB et un meilleur rendement en termes d'heures de vol. Le cockpit de l’AMX A-M1 comprend un système numérique axé avec trois écrans multifonctions, qui remplace les instruments conventionnels. Une centrale inertiel laser a été ajoutée, ainsi qu’un HUD de nouvelle génération. L’avion est doté d’un système de régénération d’oxygène de type OBOG. En matière de radar, le «Grifo» de Selex-ES est amélioré et reçoit des améliorations en matière de détection et de contre-mesures électronique. L’adjonction d’un nouveau câblage permet l’usage d’une nouvelle génération d’armement guidé par laser, par exemple.

Rappel :

L'AMX italo-brésilien est le seul avion d'attaque léger en service qui ne soit pas dérivé d'un avion d'entrainement. Conçu pour succéder au Fiat G.91 et équiper l'Aeronautica Militare Italiana (AMI), l'AMX a été lancé en 1978 par Aeritalia (alias Alenia) et Aermacchi, rejoints en 1980 par Embraer qui produisait l'Aermacchi MB 326 alias AT-26 « Xavante » sous licence pour la Força Aérea Brasileira (FAB). L'AMX monoplace a volé le 15 mai 1984. Les premiers AMX sont entrés en service fin 1989 dans l'AMI et la FAB. Propulsé par un turboréacteur Rolls-Royce Spey, l'actuel AMX est pourvu d'une avionique moderne comprenant un viseur tête-haute et d'un écran multifonction d'Alenia ainsi que d'une centrale inertielle Litton LN39. Il est équipé d'un télémètre-radar Elta EL/M-200 1B (AMI) ou Tecnasa/SMA SCP01 (FAB). Les versions italiennes et brésiliennes se distinguent aussi par leur armement fixe: un canon de 20 mm GE Vulcan M61 pour l'AMI ou deux canons GIAT DEFA 554 de 30 mm pour la FAB.

3109466763.jpg

Photos : 1 le premier AMX de la FAB modernisé Cockpit modernisé l’AMX @ FAB

03/04/2019

L’armée de l’air brésilienne prépare l’arrivée du KC-390 !

D3GKSRZX0AMesDY.jpg-large.jpeg

L'armée de l'air brésilienne (FAB) a débuté le compte à rebours en vue de la réception des premiers avions de transport tactiques multirôles Embraer KC-390. Lors d'une conférence de presse tenue mardi au Salon LAAD 2019 à Rio de Janeiro, RJ, Ing. Walter Pinto Junior, directeur du programme KC-390 d'Embraer, s'est entretenu avec la presse à propos des perspectives pour le dernier tronçon du processus de livraison du KC-390.

"Dans cette édition 2019 du LAAD, nous sommes heureux de célébrer une étape importante du programme, qui marque le début de la production de la série KC-390", a-t-il déclaré, montrant l'état actuel des trois premiers appareils qui seront livrés à la FAB. "Il convient de mentionner la participation de la  FAB depuis la rédaction des exigences, des concepts, jusqu'à la vérification des tests", a-t-il ajouté.

Le premier avion devrait être livré au cours du premier semestre de 2019 et la FAB recevra plus tard cette année le second appareil. En 2014, FAB a signé le contrat d’achat portant sur un total de 28 avions. Le 1er groupe de transport de troupes (1re GTT), établi à Ala 2, à Anápolis (GO), sera la première unité opérationnelle de la FAB à recevoir le nouvel avion.

Le président du comité de coordination du programme des avions de combat (COPAC), le brigadier de l'air, Marcio Bruno Bonotto, a confirmé de son côté l’avancée les préparatifs pour la réception de l'avion par l’Ala 2. Un groupe de travail constitué de membres de la Force aérienne et de l’avionneur Embraer travail à la réception du premier aéronef en préparant les cours de maintenance et de formation des pilotes. La campagne de certification se poursuivra jusqu'en 2020, afin de libérer les capacités de l'aéronef et de répondre aux besoins des utilisateurs.

En 2018, le KC-390 a déjà reçu la certification de l'Agence nationale de l'aviation civile (ANAC). En 2019, il a subi des tests de certification pour diverses missions, telles que le lancement de fret, l'atterrissage d'assaut (atterrissage, lancement et décollage successifs) et le ravitaillement en vol (REVO).

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

3325534645.jpg

Photos : KC-390 @ Embraer

 

22/11/2018

Le KC-390 qualifié pour le largage de parachutistes !

Paratroops-evaluation.jpg

Embraer a passé avec succès le test de largage de parachutistes par les portes avant et arrière de son KC-390. Les tests sont nécessaires pour que l'aéronef puisse atteindre la capacité opérationnelle finale, qui fait partie de la certification militaire finale de l'aéronef, qui devrait avoir lieu au cours du dernier trimestre de 2019, explique l’avionneur brésilien Embraer.

Selon Embraer, le KC-390 peut emporter et larguer 64 parachutistes complètement équipés pour le combat. La certification du KC-390, l'avion le plus vaste et le plus complexe développé au cours de son histoire, témoigne du haut niveau technologique atteint par la société", a déclaré Paulo Cesar de Souza e Silva, président et chef de la direction d'Embraer. 

L'aéronef devrait atteindre la capacité opérationnelle finale d'ici la fin de 2019,  lorsqu'il recevra sa certification militaire. Embraer a annoncé que le premier avion de série serait livré à l'armée de l'air brésilienne au premier semestre 2019. Actuellement l’avion compte 28 commandes fermes.

Le premier exemplaire de série du KC-390 a effectué son vol inaugural le 9 octobre. Cet avion a rejoint deux autres avions de test. Au début de novembre, ils avaient enregistré 1’900 heures de vol.

Le KC-390 est conçu pour effectuer des missions telles que le transport de fret et de troupes, le transport aérien de troupes et de fret, le ravitaillement en vol, la recherche et le sauvetage ainsi que la lutte contre les incendies de forêt. Embraer tente de propulser l'avion de transport de taille moyenne à deux turbines dans un marché du transport militaire dominé depuis des décennies par le Lockheed Martin C-130, en décrochant ce qu'il prétend être le coût de cycle de vie le plus bas du marché.

Embraer compte sur  38 lettres d'intention de clients internationaux, dont six lettres d'intention de l'Argentine, six du Chili, 12 de la Colombie, deux de la République tchèque et six du Portugal.

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

11-2017-4_kc-390_paradrop.jpg

Photos :Largage de parachutistes militaires depuis le KC-390 @ Embraer

13/02/2018

Remplacement des F-16 Belges, l’évaluation des offres débute ce jeudi !

1476377267.jpg

Demain, la Belgique entame de plein pied la compétition en vue de remplacer la flotte actuelle d’avions de combat F-16 « Fighting Falcon » avec l’évaluation des offres reçues. Pour le gouvernement il s’agit également de boucler l’épineux dossier d’ici l’été.

Selon la demande, les offres "Request for Government Proposal" ou RfGP des avionneurs doivent être rendues ce jeudi 14 février. Grâce à celles.ci, il sera alors possible d’évaluer celle qui sera la plus comptatible avec les besoins de la Froce aérienne belge.

Pour ce faire, l’évaluation sera effectuée jusqu’en mai par l’intermédiaire de groupes de travail en ce qui concerne trois domaines: les capacités (avec une pondération de 57%), les coûts (33%) et les "intérêts de sécurité essentiels" (NSI, ou retours économiques, 10%). Sur la base de ces données, une recommandation sera transmise au ministre de la Défense, Steven Vandeput en ce qui concerne le choix définitif.

Deux concurrents :

belgique,f-16,fab,eurofighter,f-35,rafale,dassault,blog défense,aviation belge,aviation et défense

Selon la demande officielle, deux concurrents sont en compétition, Lockheed-Martin avec le F-35A « Lightning II » et Airbus DS avec l’Eurofighter « Typhoon II » T3. L’avionneur français ayant choisi de contouner la demande d’offre, celui-ci tente d’entrer en négociation directement de gouvernement à gouvernement pour offir le Rafale F-3R.

La question de l’offre parallèle de la France n’est pour l’instant pas réglée, le gouvernement belge n'a toujours pas tranché sur la suite à donner à cette proposition politique. "Nous sommes toujours dans l'analyse juridique", a récemment affirmé le Premier ministre Charles Michel et d’ajouter "D'abord, la clarté juridique. Ensuite, l'appréciation politique".

La France maintien sa position :

Ce matin le président-directeur général du groupe français Dassault Aviation, Éric Trappier, a signé en Belgique un total de treize accords de coopération « Memorandums of Understanding" (MoU) avec des industriels belges dans le cadre de la proposition de partenariat stratégique franco-belge relatif à l’avion de comabt Rafale, que Paris présente en dehors du cadre légal défini. Par ailleurs la France promet un retour global industriel et sociétal d'au moins 20 milliards d'euros sur 20 ans, répartis en fonction du poids économique des régions, a réaffirmé mardi M. Trappier.

1434601506976.jpg

Une situation rocambolesque :

Les mauvaises langues parlent d’une « histoire belge » pour qualifier cette compétition. Mieux certains s’interrogent aujourd’hui dans la presse sur la réelle valeur de celle-ci. Pour bons nombres d’observateurs, le F-35 de Lockheed-Martin est le favori et cela explique les déffections de Boeing avec le « Super Hornet » et de Saab avec son Gripen E et confirme la stratégie de Dassault.

Le gouvernement aurait dû, par ailleurs, trancher le cas juridique de l’offre française avanr la date du 14 février pour clarifier non seulement sa position, mais également le cadre de la démarche française, il n’en est rien.

Au moins du côté de chez Dassault on aura permis d’une part, de parler du Rafale dans ce dossier et de  l'autre de créer un peu plus le débat en ce qui concerne la volonté ou non de maintenir une industrie européenne de défense.

La suite au prochain épisode !

DA00030423_Si.jpg

Photos : 1 F-16 belge@ FAB 2 F-3@ USAF 3 Eurofighter@ BAe 4 Rafael @ Dassault

23/01/2018

Un troisième C-295 SAR pour le Brésil !

yourfile.jpg

Le Brésil a exercé une option contractuelle qui l'amènera à exploiter un troisième aéronef Airbus C-295 en version recherche et de sauvetage (SAR) d'ici 2020.

Signée à la fin de l'année dernière, la mise à jour "constitue le raffermissement d'une option incluse dans un contrat antérieur datant de 2014. L'engagement précédent portait sur deux C-295 SAR dont le premier, n° 6550, a été remis en juin 2017.

Le second C-295 SAR sera livré en 2019 et le troisième en 2020 confirme AirbusDS. L’avionneur européen a déjà fourni à l'armée de l'air brésilienne 12 exemplaires affectés à des tâches de transport moyen. Au Brésil le C-295 prend la dénomination de C-105A.

Le C-295 :

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.
Plus de 85 avions C295 sont en service aujourd’hui avec 14 opérateurs différents.

1602970310.jpg

Photos : 1 C295 SAR de la FAB 2 C-295 de transport @ Airbus