13/05/2016

L’Harpoon II bientôt qualifié sur « Super Hornet » !

F18_Super_Hornet_4_Harpoons_Boeing.jpg

L'US Navy va terminer les essais en vol de développement en vue de la qualification du missile antinavire AGM-84Harpoon II sur les Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » la semaine prochaine. L’objectif de la Navy est de pouvoir aligner la nouvelle version du missile, d’ici la fin juin de cette année.

La dernière variante du missile « Harpoon » dispose d’un système de navigation assisté par satellite introduit dans le bloc II, ainsi qu’une liaison de données, qui lui permet d’être reciblée selon les besoins. De plus, cette amélioration permettra au missile une plus grande précision contre des navires ennemis de surface, dans les régions côtières encombrées.

Les améliorations principales de la version Block II sont obtenues en adaptant la centrale inertielle du Joint Direct Attack Munition (JDAM, Munition d'attaque directe commune), ainsi que de nouveaux logiciels, ordinateurs, et systèmes de guidage, tirés de la version SLAM-ER, version amélioré du SLAM, lui-même dérivé du Harpoon.

 

RGM-84-Harpoon-006.jpg

Photos : Super Hornet doté de Harpoon BlockI @ USN

 

 

 

 

22/02/2016

Intégration de la variante C1 du JSOW sur le Super Hornet !

Joint-Standoff-Weapon-C-1.jpg

Les essais opérationnels de la nouvelle variante du missile Raytheon AGM-154 Joint Stand-off (JSOW) sur avion de combat Boeing F/A-18 « Super Hornet » ont débuté avec un tir réussi.

Un Boeing Marine F/A-18F « Super Hornet » a réalisé un coup direct, contre une cible navale dans le cadre de l’intégration de la variante C1 du missile AGM-154. Cette nouvelle variante de l'arme ajoute la possibilité de lutter contre des cibles mobiles maritimes, en plus de cibles terrestres.

L'AGM-154 Joint Standoff Weapon « JSOW », est une bombe planante fabriquée par Raytheon. Elle est le fruit d'une collaboration entre l'US Navy et l'US Air Force visant à produire une arme standardisée de précision à moyenne portée, plus particulièrement destinée à engager les cibles bien défendues tout en restant à bonne distance des systèmes de défenses antiaériennes classiques. L'AGM-154 est une famille de bombes planantes appartenant à la classe des 454 kg. Destinées à être des armes hautement létales et à faible coût, elles apportent à leur utilisateur des capacités « Standoff » (tirs effectués à distance de sécurité), permettant d'atteindre des cibles à des distances d'environ 22 km (largage à basse altitude) et allant jusqu'à plus de 120 km (largage à haute altitude). De par ces caractéristiques, la JSOW peut être utilisée en toute sécurité contre de très nombreux types de cibles, même bien défendues. La nouvelle version AGM-154C est dotée d’une liaison de données et dispose d’une capacité à engager des cibles maritimes en mouvement. Elle devrait être délivrée aux forces à partir de 2016.

 

yourfile.jpg

Photos : 1 JSOW sur un super Hornet 2 Frappe sur un navire en mouvement @ USN

 

 

16/12/2015

Essais en vol du LRSAM sur Super Hornet !

yourfile.jpg

Orlando en Floride, l'US Navy a récemment procédé aux essais d’intégration en vol du missile antinavire LRSAM à bord d’un avion de combat de type Boeing F/A-18 E« Super Hornet ».

Les vols ont été effectués depuis les installations de la base aérienne de Patuxent River Naval Air Station à Maryland. Ces essais en vol de navigabilité ont été réalisé avec un simulateur de masse du LRSAM attaché sous l’aile d’un F/A-18 E de la Marine, pour évaluer les caractéristiques de vol et de manutention, ainsi que pour mesurer les charges et les tensions structurelles sur l'avion. La prochaine étape des tests va concerner les données de bruit et de vibrations entre l'avion et le missile.

Les données de vol déjà acquises permettent de valider le concept d’intégration du système LRASM sur ce type d’aéronef et ouvre la voie pour la suite du programme.

 

Le Lockheed-Martin LRASM :

Le LRASM (Long Range Anti-Ship Missile) a déjà été intégré sur le bombardier Boeing B-1B de l'US Air Force. Ce nouveau missile antinavire est furtif, il doit a terme devenir le remplaçant de l’actuel missile « Harpoon » au sein de l’US Navy.

Contrairement aux missiles antinavires actuels le LRASM sera capable de mener un ciblage entièrement autonome. Il devra être capable d’identifier des cibles et d’engager avec précision des navires ennemis dans un environnement extrêmement hostile. Le missile est conçu avec des contre-contre-mesures avancées. Le LRASM est basé sur la plateforme AGM-158B « JASSM-ER », mais intègre un capteur multi-mode à fréquence radio, une nouvelle liaison de données et d'un altimètre, un système d'alimentation revalorisée. Il peut être dirigé pour attaquer les navires ennemis depuis sa plate-forme de lancement, et recevoir des mises à jour via sa liaison de données, ou d'utiliser des capteurs  de bord pour trouver sa cible. LRASM volera vers son objectif à moyenne altitude, puis descendra basse altitude pour une approche au ras de l’eau pour contrer les défenses anti-missiles. Selon le DARPA, sa portée est supérieure à 200 milles nautiques (370 km).

La marine espère mettre en œuvre le LRASM sur le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet » en 2019.

 

1304581369.2.jpg

Photos : 1 LRSAM en noir sous les ailes du Super Hornet 2 Au sol @ US Navy

 

25/06/2013

Exercice des Forces aériennes !

DSC_3240.jpg


 

 

 

Du mardi 25 juin 2013, 8h30, au vendredi 28 juin 2013, 12h00, les Forces aériennes effectueront un cours d’entraînement dans l’Oberland bernois. Elles exerceront la coordination entre la centrale d’engagement, les avions de combat et les moyens de défense contre avions. 

Il y aura donc davantage d’activités aériennes durant cette période. Les régions concernées sont l’Obersimmental, le Saanenland et le Pays d’Enhaut (Oberwil, Boltigen, Zweisimmen, St. Stephan, Lenk, Saanen, Gstaad, Gsteig et Château d’Oex,). 


 

DSC_3122.jpg


 

L’exercice comprendra avant tout des opérations de police aérienne à basse altitude avec des F/A-18, des F-5 Tiger et des avions à hélices. L’altitude minimale pour des activités aériennes est fixée à 300 mètres au-dessus du sol. 

 

Des canons de défense contre avions et des radars mobiles seront stationnés dans le secteur d’engagement. Il n’y aura pas de tir réel, mais uniquement des simulations.  

 

Signalons au passage qu’un exercice de récupération de pilote éjecté aura lieu durant l’exercice. 

 

Un grand merci à l’équipe de la base de Payerne et «Anthony» pour l’organisation de ce «Spotting Days» !!!

 

DSC_3168.jpg

 

Photos : 1 F/A18C  de retour d’exercice 2 F-5F avec pod de guerre électronique 3 Décollage d’un F/a-18C Hornet @ Pascal Kümmerling

17/04/2013

La Navy réfléchit au successeur du Super Hornet !

F-18 Super Hornet.jpg


 

 

L’US Navy a débuté il y a quelques temps, une réflexion sur le processus de remplacement du Boeing F/A-18E/F «Super Hornet». Deux solutions semblent intéresser la marine américaine pour les années avenirs.

 

Les Boeing F/A-18C/D «Hornet» commenceront à être remplacé à partir de 2025 par le Lockheed-Martin F-35C «Lighning II», puis en 2030, se seront les Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» qui commenceront à atteindre la limite d’âge en ce qui concerne la cellule.

Par conséquent, la Navy commence à réfléchir à l’avenir de sa capacité aérienne.

Une première idée consistait à augmenter le nombre de F-35, mais la Navy idéalise sur un appareil plus puissant et ayant un rayon d’action supérieur.

 

Deux projets sont à l’étude :

 

Le premier projet qui a les faveurs des marins, concerne une solution à court terme ayant un coût relativement faible et qui pourrait être réalisable malgré les économies demandée par l’Administration Obama. 

 

L’Advanced Super Hornet : 


 

2048643.jpg


 

Le projet «Advanced Super Hornet» est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 «Silent Eagle». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de  coût-efficacité concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Efficace et ayant donné de très bons résultats avec les essais du «Silent Eagle», le projet «Advanced Super Hornet» en reprendrait donc les lignes pour une application sur les «Super Hornet» et autres «Growler» actuels. 

 

Tout comme sur le «Silent Eagle», on appliquerait une amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, soit : l’emport de carburant et armes en externes.

 

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

 

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA)  permet une optimisation des différents capteurs et senseurs.

 

Boeing n'a pas l'intention de construire une nouvelle cellule, mais plutôt de développer une série de fonctionnalités modulaires qui peuvent être installées directement sur le parc des Super Hornet de l'USN. Le constructeur n’exclut pas non plus la possibilité d’équiper les flottes de «Super Hornet» à l’étranger.

 

Ce projet semble déjà bien avancé, puisque le capitaine Frank Morley de l'US Navy et gestionnaire du programme EA-18G «Growler» a déclaré que le Bureau des opérations navales (OPNAV) travaille sur le projet avec Boieng et prévoit de dévoiler cette année encore, un prototype de l’Advanced Super Hornet.

 

Programme F/A-XX (NGAD) :


 

A-XX-1.jpg


 

Le second projet de l’US Navy concerne cette fois-ci, le développement à moyen terme d’un nouvel avion. Certes, ce programme est encore à ses balbutiements, mais  pourrait  très bien être lancé d’ici quelques années pendant que les Advanced Super Hornet assurent la jointure entre les Hornet actuels et le nouveau projet.

 

Une chose intéressante est à noter, qui concerne le nom du programme lui-même, qui est désigné comme le prochain «Dominance Generation Air» (NGAD). Ce qui pourrait impliquer, que l’accent du nouvel avion est placé la supériorité de l'aérienne, plutôt que le rôle polyvalent du F-35. La Navy souhaiterait-elle un nouvel avion dont le rôle serait celui de feu le F-14 «Tomcat» ? Possible, car le F-35 assurerait les missions polyvalentes alors que le F/A-XX aurait pour tâche d’anéantir, les nouvelles menaces que représenterons alors, les Sukhoi T-50 (PAK-FA) et J-20 chinois, par exemple.

 

Photos : 1 Boeing F/A-18E Super Hornet @ USN  2 Camouflage d’essais sur un Super Hornet F @ Ralph Duenas 3 Image de synthèse projet F/A-XX @ Boeing/USN