07/05/2017

Le premier F-35B assemblé en Italie !

C_Emb-KUIAATVtj.jpg

Le premier Lockheed-Martin F-35B assemblé hors des Etats-Unis est sorti de la chaine d’assemblage italienne de Cameri. L’avionneur italien Leonardo est partenaire de Lockheed-Martin pour le montage des F-35A et dorénavant du F-35B. L’entreprise italienne assemble également des ailes pour le F-35A en tant que fournisseur de deuxième source de Lockheed-Martin.

Parallèlement à Cameri, Lockheed-Martin exploite deux autres centres, à Fort Worth et à Nagoya, au Japon. Cameri est le seul établissement étranger à construire la variante STOVL et produira 30 F-35B et 60 F-35A pour l'Italie, ainsi que 29 F-35A pour l'Aviation royale néerlandaise. L’usine Leonardo de Cameri a déjà livré sept F-35A.

Ce premier F-35B n° BL-1 doit effectuer son vol inaugural pour la fin du mois d'août, avec une livraison prévue au ministère italien de la Défense en novembre. À la suite d'essais en vol, un pilote italien pilotera le BL-1 jusqu’au centre du Naval Air Station de Patuxent River dans le Maryland, au début de l’année 2018 pour effectuer la certification des effets environnementaux électromagnétiques requis.

C_EPmxrXgAULA-D.jpg

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A).Cette variante du F-35 est celle qui sera livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

C_EPnYgXcAAj-Iz.jpg

Photos : Le premier F-35B assemblé en Italie@ Leonardo/Lockheed-Martin

 

 

19/03/2017

Tirs d’ASRAAM depuis un F-35 !

yourfile.jpg

Les Lockheed-Martin F-35 ont tiré leurs premiers missiles non produits aux Etats-Unis dans le cadre d'essais pour équiper la Royal Air Force. En en effet, la RAF a choisi d’équiper ses futurs F-35 de missile à courtes portées MBDA ASRAAM.

Le 15 mars, MBDA a annoncé que les essais en vol et des tirs aériens ont eu lieu en utilisant des F-35 de test opérant à Edwards AFB en Californie et à Patuxent River dans le Maryland. L’objectif étant de valider l’intégration du missile ASRAAM à courte portée et à guidage infrarouge sur la variante du F-35B à décollage court et à atterrissage vertical destinée au Royaume-Uni.

Jouer la carte de l’exportation :

La société européenne MBDA espère que d'autres clients du F-35 pourraient opter pour l'acquisition de l’ASRAAM, de préférence au Raytheon AIM-9X. L'Australie utilise déjà l’ASRAAM sur son avion de combat Boeing F/A-18A/B et a déjà exprimé un certain intérêt à l'utiliser également avec ses « Joint Strike Fighter ».

 

Photo : F-35B tirant l’ASRAAM@ MBDA

04/02/2017

F-35, le paradoxe Trump !

Cmq2FfeWgAA0_J5.jpg-large.jpeg

Washington, le truculent nouveau président américain D. Trump très critiqué sur de nombreuses décisions, semble au moins avoir réussi une chose : faire baisser de manière significative le prix du F-35. Après une année de négociations, suivie d’une pression sans égale ces derniers mois de la part de la nouvelle administration, Lockheed-Martin assure que le contrat de production initiale à faible taux numéro 10 concernant 90 avions de chasse F-35 sera moins élevé de 728 millions de dollars.

Sur cette base, le Bureau du Programme conjoint F-35 a annoncé des économies à hauteur de 728 millions de dollars sur le lot 10 par rapport au lot 9, ce qui représente plus de 128 millions de dollars de réduction de coûts voulu par le président Donald Trump au début de cette semaine.

Selon les premiers calculs le prix du F-35A a diminué de 7,3% pour atteindre 94,6 millions de dollars, y compris le moteur Pratt & Whitney F135. La variante B est passée à 122,8 millions de dollars, en baisse de 6,7%, tandis que la varainte C a diminué de 7,9% pour s'établir à 121,8 millions de dollars. Le contrat de 90 avions inclut 55 jets pour les services américains et 35 pour des partenaires internationaux et des clients militaires étrangers. Lockheed-Martin construira 44 F-35A pour l'US Air Force, neuf F-35B pour le Corps des Marines américain et deux F-35C pour la Marine américaine.

L'addition du prix unitaire des trois variantes s'élève à une valeur totale de 8,9 milliards de dollars pour 90 cellules et moteurs achetés dans le cadre de ce lot 10.

Oui mais…

Cependant, le prix total du contrat et les chiffres disponibles sont en contradiction avec les prix par unité. Le Bureau du programme estime la valeur totale du contrat pour les véhicules aériens à 8,2 milliards de dollars. Pratt & Whitney a déjà reçu un contrat de 1,5 milliard de dollars en juillet pour la fabrication des moteurs F135 pour le lot 10 et un contrat de 157 millions de dollars l'année précédente pour les composants à longue portée. Cela représente 9,8 milliards de dollars pour les cellules et les moteurs du lot 10, soit environ 950 millions de dollars de plus que la valeur de 8,9 milliards de dollars disponible dans le communiqué. Lockheed-Martin n'a pas pu expliquer l'écart pour l’instant.

Du côté de la Maison-Blanche :

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a confirmé une économie de 455 millions de dollars. Les économies restantes, soit 273 millions de dollars proviennent de ventes à des partenaires internationaux et à des clients militaires étrangers. Plus tôt cette semaine, le président D.Trump a assuré que les pressions faite de sa part sur Lockheed-Martin ont permis d’abaissé le prix pour les avions du lot 10 d’environ 150 millions de dollars sur l’ensemble des 455 millions.

Du côté de Lockheed-Martin :

De son côté Lockheed-Martin confirme que ces réductions sont le résultat notable d’une table ronde qui a eu lie en décembre avec la nouvelle administration américaine. L’avionneur confirme une baisse du prix et cible un coût moyen de l’ordre de 80 à 85 millions de dollars pour chaque F-35A d'ici l'exercice 2019.

«L'implication personnelle du président Trump dans le programme F-35 a accéléré les négociations et a accentué notre attention sur la baisse du prix», a déclaré Lockheed. "L'accord a été atteint en quelques semaines et représente des économies importantes par rapport aux contrats précédents."

Une situation qui s’améliore mais pas partout :

Cette situation économique semble enfin être bonne pour l’avenir du F-35, dont l’avenir était menacé par D. Trump. Certes, les ennuis ne sont pas encore terminés, car de nombreux problèmes subsistent du point de vue technique et ne seront pas résolus avant plusieurs années. On notera les dernières critiques des pilotes de F-35C qui se plaignent d’oscillations verticales excessives et violentes, lors de lancement avec catapultes. Pire, la plupart des pilotes ont verrouillé leur harnais pendant le lancement catapulté ce qui a rendu les commutateurs d'urgence difficiles à atteindre, créant de nouveau, à leur avis, une situation inacceptable et dangereuse. De plus, il est rapporté que la capacité de ciblage électro-optique du F-35 est inférieur par rapport à l’A-10 et au F-/A-18.

Si l’effort Trump sur les coûts à du bon, il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne le développement du programme F-35.

12187775_978952018817075_5150452574881133453_n.jpg

 

Photos : F-35 @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

11/11/2016

Encore un incendie à bord d’un F-35 !

maxresdefault.jpg

L’information a été gardée secrète le plus longtemps possible, mais elle vient d’être réveillée, un nouvel incendie a éclaté à bord d’un avion de type Lockheed-Martin F-35 « Lightning II ».

L’incident a eu lieu le 27 octobre dernier à bord d’un avion de combat Lockheed-Martin F-35B « Lightning II » en service au sein de l’US Marine Corps (USMC). L’incendie s’est déclaré à l’intérieur de la baie d’arme ventrale de l’avion au court d’une d'une mission d'entraînement. L’avion appartient à l’escadron VMFAT 501 du Marine Aircraft Group 31.

Quatrième incendie :

Ce nouvel incendie porte à quatre le nombre d’incidents de ce type à venir frapper les F-35. Le premier incident du genre s’était déroulé en 2011 sur l’avion d’essais AF-4. Une défaillance du système électrique intégré avait causé le départ du feu. En 2014, le F-35 n°AF-27 avait pris feu suite à une défaillance qui s'est produite à hauteur du troisième étage du rotor de la soufflante. Il semble que l’avion ne sera jamais réparé et restera cloué au sol. Et puis en septembre dernier, un incendie s’est déclaré lors du démarrage du moteur d’un F-35 sur la base aérienne de Mountain Home dans l’Idaho. L'avion endommagé est l'un des sept F-35A de l'escadron 61 basé à Luke en déplacement à Mountain Home.

Une série noire :

Avec ce quatrième incendie, le terme de « série noire » commence à être employé à propos du programme F-35. Des incidents qui viennent s’ajouter aux trop nombreux déboires de l’avion. Si certains problèmes dont l’isolation des réservoirs sont aujourd’hui réglés, les incendies sont eux issus de problèmes plus graves et qui rendent l’avion peu fiable. L’image du F-35 ne cesse d’être écornée par la révélation constante de nouveaux problèmes, comme ceux apparus ce printemps avec le « bug » du système d’exploitation qui perturbait le bon fonctionnement du radar AESA.

 

Photo : F-35B du VMFAT 501@ USMC

14/05/2016

F-35B, 1’000ème atterrissage vertical !

f-35bvtol.jpg

Une fois n’est pas coutume, voici une bonne nouvelle dans le cadre du programme F-35 avec le cap des 1'000 atterrissages verticaux réussi pour la version F-35B « STOVL ».

Le pilote d’essai Peter Wilson de la RAF a passé le cap du 1’000ème atterrissage vertical avec un F-35B « Lightning II » dans le cadre des essais en vol continu. Cette étape a été réalisée sur le site de Patuxent River dans le Maryland aux Etats-Unis et ceci 6 ans après le premier atterrissage vertical.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A).Cette variante du F-35 est celle qui sera livrée à l'US Marines Corps, et la Royal Air Force.

À la suite des premiers essais, Lockheed a annoncé que le F-35B ne décollerait verticalement qu'en configuration « lisse » (sans arme ou réservoir auxiliaire) et avec un minimum de carburant sur de courts déplacements, afin de se repositionner à un emplacement où il pourra décoller de manière plus conventionnelle (Short TakeOff). Lors des missions nécessitant des munitions ou du carburant pour obtenir une capacité opérationnelle, le F-35B devra être utilisé comme un avion STOL (Short Take Off/ Landing) avec le tremplin du bâtiment porteur.

Cependant, lors des essais d'évaluation effectués sur l’USS Wasp de la Navy, ont mis en évidence d'énormes problèmes de fiabilité, avec seulement deux à trois appareils disponible sur les six embarqués. La déclaration de capacité opérationnelle, établie en 2001, aurait du intervenir en avril 2010 et n'est toujours pas prononcée. Le logiciel doit être modifié pour permettre à l'appareil d'emporter une caméra avec flux en diffusion continu, la capacité vision de nuit et surtout plus d'armement, en particulier un canon en nacelle. Le problème de résistance thermique des ponts d'envol sur les navires amphibies, a été résolu par l'usage de Thermion, une peinture appliquée au pistolet et à base de céramique et de poudre d'aluminium.

 

lockheed-martin,f-35b,avions stovl,raf,us marines corps,programme f-35,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : F-35B STOVL @ Lockheed-Martin