03/05/2022

La Royal Air Force prépare l’achat F-35 supplémentaires !

56349190_10157273268354885_7086646968398643200_n.jpg

Le Royaume-Uni est en négociation avec  Lockheed Martin pour acheter une autre tranche de F-35B. Ce deuxième lot sera composé de 26 appareils, en plus des 48 déjà sous contrat.

S'exprimant lors d'une session du Comité spécial de la défense, le maréchal de l'Air Richard Knighton, sous-chef d'état-major de la Défense, a précisé le chiffre exact pour la première fois en public. La tranche initiale de 48 avions déjà commandés sera livrée d'ici 2025 et Knighton a déclaré que le ministère de la Défense avait désormais le financement en place pour l'achat de 26 autres avions, y compris les frais de soutien et de personnel. Cela portera la flotte britannique à un total de 74 avions.

Lors des négociations avec Lockheed Martin et le JPO, le secrétaire à la Défense a déclaré que l'entrepreneur doit démontrer des réductions des coûts de soutien et appliquer plus d'urgence à l'intégration des armes au Royaume-Uni. Les travaux sur l'intégration de Meteor BVRAAM et SPEAR-3 ont commencé, mais il n'y a pas de date définitive pour leur entrée en service qui dépend en grande partie de la rapidité avec laquelle Lockheed Martin peut livrer la mise à jour logicielle du Block 4 pour l'avion. Le coût d'un F-35B est maintenant d'environ 85 millions de livres sterling, de sorte que le ministère de la Défense dispose d'un effet de levier considérable lors de la négociation d'un accord potentiel de 2,2 milliards de livres sterling. On ne sait pas quand le Royaume-Uni peut s'attendre à la livraison de ce deuxième lot, mais devra réserver des avions à partir des séries de production qui sont divisées en « lots ». L'objectif de LM est de construire 156 jets par an pour les clients du monde entier, mais récemment, les problèmes de COVID, d'inflation et de chaîne d'approvisionnement ont compliqué les négociations pour les lots 15-17 et le prix pourrait commencer à augmenter, inversant la tendance à la baisse à mesure que la production s'est accélérée.

Une troisième tranche

Le maréchal de l'Air Richard Knighton a noté que : «la décision concernant un achat supplémentaire au-delà des 74 appareils sera prise au milieu de la décennie ». « Il est parfaitement plausible que nous ayons une flotte de 138 F-35 comme nous l'avons décrit au début des années 2000. ».  

La RAF prévoit désormais d'avoir 3 escadrons de F-35B de première ligne (le quatrième fera partie de la 3 ème tranche potentielle). Chacun aura une force de 12 à 16 appareils.

Changement de vision

Cette annonce tranche complètement avec celle faite en mars 2021, lorsque Londres  indiquait que le pays ne pouvait pas se permettre d’acheter plus de 48 F-35B. Les commandes devaient même s’arrêter en 2025. Plusieurs éléments ont fait changer la vision de Londres. La Guerre en Ukraine et le besoin de moderniser très vite en est un élément important. De l’autre, les capacités du F-35 qui surpassent celles de l’Eurofighter montrent également que la RAF doit impérativement renforcer sa capacité tous azimut avec l’avion qui représente le mieux ce que sera l’aviation de combat des 30 prochaines années. Le budget militaire va lui aussi augmenté pour répondre à la modernisation des forces. Et dernier point, le futur Tempest ne sera pas opérationnel avant 2045 - 2050, la RAF ne peut tout simplement pas attendre.

La variante F-35B 

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

56502773_10157273267569885_3565498758978338816_n.jpg

Photos : F-35B britannique @ RAF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/12/2021

Toujours plus de F-35 pour le Japon !

3747120412.jpeg

Tokyo est engagé dans un programme de modernisation de ses Forces d’autodéfense sans précédent. Un ajout de 12 avions de combat F-35 est prévu, dont quatre seront des variantes à décollage court et à atterrissage vertical F-35B opérant à partir de porte-hélicoptères convertis. Les autres appareils étant des F-35A

Le décompte des F-35A pour le Japon est maintenant de 170 appareils commandés en deux lots de 65 et 105 aéronefs. En ce qui concerne le F-35B, se sont 84 appareils en deux commandes qui finalisées.

Pressions chinoises

Le gouvernement japonais a annoncé les chiffres concernant les violations de l’espace aérien japonais au cours de ces dernière années :  Tokyo dénombre 851 violations au cours de l'exercice 2016 et 675 fois au cours de l'exercice 2019. 331 au cours des neuf premiers mois de l'exercice 2020. La diminution des intrusions chinoises et parfois russes est le résultat du COVID d’une part et de l’autre du transfert d’unités chinoises en direction de Taïwan.

Remplacer le F-4 et certains F-15  

L’achat massif de F-35 doit permettre de remplacer les McDonnell F-4 « Phantom II » et les plus anciens Boeing F-15 « Eagle » en service. Environ 200 F-15 sont en service au sein de la JASDF mais la moitié ne peuvent pas être modernisés.  

En face, la Chine a commencé à déployer ses premiers avions de combat furtif à long rayon d’action Shenyang J-20. Moscou  de son côté, prépare le déploiement du Sukhoi Su-57 « Felon ». Le Japon est maintenant convaincu qu’il est urgent d'augmenter considérablement son approvisionnement en avions de combat furtifs les plus sophistiqués. En parallèle le Japon continue de développer son programme indigène d’avion de combat de 5 ème génération, mais il faudra encore plusieurs années avant que ce dernier n’entre en service.  

Renaissance de l’aéronavale japonaise : 

jasdf,lockheed martin,f-35a,f-35b,japon,les nouvelles de l'aviation,blog défense

Pour accueillir les F-35B, deux navires, les porte-hélicoptères Izumo et Kaga sont modifiés pour recevoir le F-35B. Le premier des bâtiments, l’Izumo a débuté ses essais cet été avec succès, une unité du Corps des Marines a testé l’emplois du F-35B à son bord. Pour pouvoir réceptionner le F-35B, les navires doivent être modifiés sur le chantier naval de Japan Marine United  dans le port de Yokohama. Les modifications comprennent l’application d’un revêtement résistant à la chaleur due au réacteur de l’avion. L’aménagement interne du navire et une correction de la forme du pont. Des modifications concernant l’éclairage et la signalisation font également partie des travaux.

Avec l’arrivée du F-35B sur deux bâtiments de surface, le Japon voit ainsi son aéronavale reconstituée depuis la fin de la Seconde Guerre-Mondiale. De plus le pays pourra compter sur une force de frappe avancée, qui de fait permettra au Japon de disposer d’une véritable nouvelle force de combat.

unnamed.jpg

Photos : 1 & 3 F-35A au Japon 2 L’Izumo & Kaga à Yokohama @JASDF

 

14/09/2021

L’Italie confirme l’achat de 90 F-35 !

ita_f-35_twoship-gcolla-419RN1.jpg

C’est un retournement de situation qui vient de se produire en Italie, le Département de défense italienne confirme l’acquisition d’un total de 90 avions de combat Lockheed Martin F-35A/B, soit la dotation initialement souhaitée. Il n’y aura donc pas de réduction du nombre de F-35, comme il était envisagé à une certaine époque.

Actuellement l’Italie dispose de 28 F-35A commandés dans le programme de la phase 1. S’ajoutent les 27 appareils pour la phase 2A et un troisième lot de 35 appareils pour la phase 2B est maintenant officiellement prévu. Une étude travaille sur une éventuelle phase 3 pouvant porter le nombre de F-35 à 131 aéronefs au sein de l’Armée italienne.

Le F-35B en approche

Sur les 90 F-35A/B prévus, 30 F-35B vont venir prochainement remplacer les anciens avions AV-8B+ à décollage court et atterrissage vertical. Des essais de qualifications sur le pont d’envol du Cavour de la Marina Militare ont eu lieu avec des F-35B de l'US Marine Corps rattachés à l'escadron de test et d'évaluation VX-23. Les avions se sont posés verticalement sur le porte-aéronefs italien avant de repartir au moyen de son tremplin situé à la proue. Ces tests ont marqué le début d’une campagne de quatre semaines à la mer visant à certifier le bâtiment amiral de la flotte italienne à l’emploi du F-35B.

Baisses généralisées des coûts

Cette décision a pour origine plusieurs raisons. D’une part les coûts décriés à l’époque sur le programme F-35 fondent comme neige au soleil. On parlait à l’époque d’un prix unitaire de 106 millions d’euros pour le F-35A produit en Italie. Aujourd’hui le prix à fondu à moins de 66 millions d’euros.

A l’achat, l’avion est devenu le moins cher du marché et en ce qui concerne les coûts de maintenance ceux-ci baissent également à plus forte raison d’un achat complet (contrairement au Pentagone). Il faut y ajouter l’intérêt européen dont la Suisse. Les installations de Cameri seront directement liées à l’assemblage des futurs F-35 suisses et la demande européenne va encore faire progresser le développement et l’intérêt de la chaine d’assemblage italienne. De fait l’Italie peut aujourd’hui envisager plus sereinement la relance de son programme F-35.

IMG_7445.jpeg

Intégration réussie

Du côté de l’utilisation du F-35A au sein de l’Aeronautica Militare c’est parfaitement réalisé et les remarques positives ont remplacé les critiques du début. Dans le cadre de son premier déploiement, l’Armée de l’air Italienne a engagé pour la première fois ses F-35A au sein de la Baltic Air Policing depuis la base aérienne d’Amari en Estonie en mai de cette année. Les F-35 italiens ont eu l’occasion de tester la police du ciel avec des décollages (Quick Reaction Alert/QRA) pour aller intercepter de nombreux avions de combat russes. L'intégration des capacités avancées du F-35 montre comment les Alliés apportent leur technologie de pointe et soutiennent la mission défensive durable de l'OTAN dans la région et face aux avions adverses les plus modernes. 

Le programme F-35 en Italie

Leonardo en plus de la responsabilité de l'assemblage de tous les avions pour les forces armées italiennes et néerlandaises, est le deuxième fournisseur source pour l'ensemble des sections d'aile (la partie centrale du fuselage avec les ailes) pour tous les F-35 en production. Leonardo a participé à la conception de la voilure qui représente environ 38 % de l'ensemble des avions et dont les parties de composants sont fabriquées dans les usines de Foggia et Nola (Naples), respectivement pour les structures composites et métalliques. En parallèle, Leonardo a remporté ce printemps un nouveau contrat avec Cubic Mission and Performance Solutions (CMPS), une division de Cubic Corporation, pour fournir une formation au combat P5 supplémentaire Systèmes (P5CTS) pour le F-35 Lightning II. Dans le cadre de ce contrat, Leonardo DRS fournira deux autres lots de production de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le système ACMI (Air Combat Maneuvering Instrumentation) de Lockheed Martin. Depuis 2013, Leonardo DRS a livré plus de 779 de ses sous-systèmes internes P5CTS pour le F-35 afin de fournir une formation pour contrer et garder une longueur d'avance sur les menaces contradictoires mondiales croissantes. Le sous-système interne P5CTS est différent des modules d'entraînement externes traditionnels utilisés sur les avions de combat de 4e génération. Le sous-système interne prend en charge les opérations d'entraînement au combat de 5e génération.

IMG_7436.jpeg

Photos : F-35A italiens @ Aeronautica Militare

 

 

 

 

09/03/2021

Entre le F-35 et le Tempest, Londres va devoir choisir !

5810eb6d-83a1-4636-8ca6-c04e8dd032db.jpg

Je vous en parlais en août dernier, Londres ne va pas pouvoir assurer l’ensemble de ses programmes en matière d’avions de combat. Des choix s’imposent entre l’Eurofighter, le F-35 et le futur Tempest. Le sort des 24 anciens Eurofighter de la Tranche 1 est déjà scellé avec un retrait définitif en préparation. Mais le coup d’assommoir reste à venir avec le F-35B.

48 F-35 et pas un de plus :

Le Royaume-Uni s’est engagé à l’achat de 48 F-35 d'ici la fin de 2025 pour un montant de 11 milliards dollars. Initialement, Londres avait en projet l’acquisition de 138 avions de combat F-35 Lightning II, selon une étude du gouvernement. La Grande-Bretagne a commandé la variante à décollage court et atterrissage vertical de type F-35B qui est conçu pour voler à partir de porte-avions. Les porte-avions de classe Queen Elizabeth de la Royal Navy devraient se déployer avec 12 ou 36 F-35B à bord, selon l’opération. Selon le nombre d’appareils en déploiement, la dotation sur deux porte-avions de classe Queen Elizabeth serait donc insuffisant. Selon le Naval Forces and Maritime Security à l'International Institute for Strategic Studies, il faudrait une dotation de l’ordre de 60 à 70 F-35B.

Une augmentation du nombre de F-35 est certes souhaitée, mais financièrement impossible pour l’instant. Pour Londres, le maintien des versions modernisées de l’Eurofighter et le développement du système aérien « Tempest » sont prioritaires.

Inquiétudes concernant le revêtement :

Pour Londres, un autre sujet pousse à un éloignement du programme F-35. Il s’agit de deux problèmes, l’un concerne les températures moteur qui provoquent un décollement du revêtement furtif dès que la vitesse dépasse Mach 1,2 et l’autre se situe lorsque l’avion évolue par temps chaud, le réacteur est susceptible de ne pas donner toute la puissance nécessaire à la sustention du F-35B. Soit une situation particulièrement gênante pour une appareil de la catégorie STOVL.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

Photo : F-35B britannique @ RAF

 

26/08/2020

Londres, moins de F-35 que prévu ?

72742544_3186084031464665_4039760889027493888_n.jpg

Londres devra-t-elle revoir sa copie à propos de l’achat de F-35 ? La question est ouverte, car l’Angleterre semble ne plus pouvoir assurer les programme Eurofighter, Tempest et F-35 en même temps. Le Royaume-Uni a accepté d'acheter 48 F-35 d'ici la fin de 2025 pour 11 milliards dollars. C'est le système d'armes le plus cher de l'histoire militaire.

Mais, il semble bien que les finances anglaises ne permettront que l’achat de la moitié des 138 avions de combat F-35 Lightning II, selon une étude gouvernement. La Grande-Bretagne a commandé la variante à décollage court et atterrissage vertical du jet, qui est conçu pour voler à partir de porte-avions. Les porte-avions de classe Queen Elizabeth de la Royal Navy devraient se déployer avec 12 ou 36 F-35 à bord, selon l’opération.

Le chiffre de 138 a été confirmé comme une ambition dans l'examen de la défense britannique en 2015, mais le comité de défense des Communes a noté plus tard que cette décision avait été prise « après quelques hésitations ». La Grande-Bretagne n'est pas contractuellement obligée d'en acheter plus de 48. Il est entendu que dans le cadre de l'examen intégré de politique étrangère, de défense et de sécurité qui doit s'achever en novembre, les responsables militaires ont discuté d’un chiffre proche de 70 F-35 en tant que commande totale minimale crédible.

La variante F-35B :

La variante du F-35B STOVL (Short TakeOff/Vertical Landing, ou décollage court et atterrissage vertical) cette version possède une soufflante intégrée verticalement dans le fuselage, à l'arrière du cockpit (utilisée uniquement pour le décollage ou l'atterrissage), ainsi qu'une tuyère principale orientable vers le bas. La soufflante est reliée à la turbine basse pression du réacteur principal. La capacité interne en carburant est réduite à 6,35 tonnes (- 24,22 % par rapport à la version F-35A). Cette variante du F-35 est celle qui est livrée à l'US Marines Corps et la Royal Air Force.

2_f351.jpg

Photos : F-35B de la RAF @ RAF