09/01/2022

Allemagne, regain d’intérêt pour le F-35 !

IMG_7990.jpeg

Surprise, Berlin va reconsidérer l’avion de combat Lockheed Martin F-35A au détriment du Boeing F/A-18 E/F. Si tout semblait plier il y a quelques mois encore avec la commande effective d’Eurofighter et la préparation d’une commande mixte de Super Hornet et de Growler pour 2022, les essais en Suisse et en Finlande ont relancé le débat en Allemagne.  

Réflexion de la nouvelle coalition

Le changement de gouvernement en Allemagne jour un rôle prépondérant dans l’analyse des dossiers en cours, notamment ceux de la Défense. De plus, depuis les essais en Suisse et en Finlande, de nombreuses voix tant militaires que politiques font état d’un besoin de réévaluer le choix premier du binôme Super Hornet / Growler.

« Les Suisses ont été remarquablement transparents dans la façon dont ils ont pris leurs décisions, la qualité des tests effectués dans le cadre d’air2030 a été exemplaire de qualité » dixit la nouvelle ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht.

Cette dernière a pris des mesures en vue d'une décision sur le successeur de l'avion de combat Tornado. La ministre de la Défense s'est entretenue jeudi avec le chancelier fédéral Olaf Scholz au sujet du projet d'armement. L’objectif maintenant et d’effectuer une réévaluation est de préciser une nouvelle fois si l'achat d'avions F-35 plus modernes pourrait être une alternative plus sérieuse que le Super Hornet. Après des années de dispute, les choses pourraient aller vite : les décisions pourraient bientôt être prises.

Rappel

2420917353.jpeg

Lors de son entrée en fonction en décembre 2021, la nouvelle coalition gouvernementale allemande composée du SPD, des Verts et du FDP s'est engagée à doter la Luftwaffe d'un avion pour succéder au Tornado. Le point crucial concerne l’emploi de bombes atomiques B61-12 et la participation allemande au programme de défense nucléaire.  La nouvelle coalition semble acquise à cet état de fait.

Le concept de dissuasion nucléaire de l'OTAN prévoit qu'en cas de guerre, les alliés ont accès aux armes nucléaires américaines, c'est-à-dire doivent pouvoir transporter les bombes jusqu'à la cible.

Pas de B61 sur le Super Hornet

Trois éléments motivent donc ce revirement en faveur du F-35. D’une part, le Boeing F/A-18 « Super Hornet » semble aujourd’hui dans une position de faiblesse. L’avion n’a plus les faveurs de l’US Navy qui veut aller de l’avant avec le F-35 et le futur F/A-XX. L’avion a été recalé lors des deux évaluations en Suisse et en Finlande, même si visiblement ce dernier n’était pas au dernier rang des évaluations. Et dernier point, la bombe B61 n’est pas pour l’instant installée à bord de l’avion et selon la NNSA, il n’est pas prévu de le faire. De plus, il faudrait que le Parlement allemand autorise en cas de sélection du Super Hornet l’intégration de la B61. Or, pour la écologistes allemands membres de la coalition, il n’est pas question de payer un supplément financier pour intégrer une bombe sujette à controverse. Par contre, les écologistes semblent enclins à fermer les yeux sur le fait que cette dernière est déjà certifiée à bord du F-35.

Pas de contre-indication

Si le choix du F-35 par l’ancien gouvernement allemand pouvait éventuellement froisser la politique européenne à l’époque, cette question n’est plus d’actualité avec les récents accords de développement du SCaf entre la France, l’Espagne et l’Allemagne. Berlin de son côté semble également particulièrement motivé à ne pas rater l’arrivée d’un avion de 5 ème génération, alors même que le futur SCaf n’est encore qu’en phase de préparation.  

Pour le chef de la Luftwaffe le futur avion doit pouvoir survivre dans un environnement contesté grâce à une faible observabilité par radar et signature infrarouge, avoir de faibles émissions électromagnétiques, offrir une capacité d'attente avec ses capteurs et ses armes et être capable de fusion de capteurs. De plus, une solution basée sur le F-35 renforcerait l'interopérabilité car d'autres membres de l'OTAN l'acquièrent et contribuerait à équilibrer l’excédent commercial avec les États-Unis. 

La B61 sur le F-35

Le F-35A est le premier chasseur de cinquième génération à être pratiquement certifié en tant que plate-forme à capacité nucléaire après avoir terminé la première démonstration complète de système d'armes et terminé le processus de certification de conception nucléaire. Au cours de la démonstration, deux F-35 ont largué des assemblages d'essais conjoints (JTA) B61-12, qui imitent une arme nucléaire à gravité tactique du monde réel, sur le champ d'essai de Tonopah dans le Nevada.

La prochaine étape est la certification opérationnelle nucléaire pour assurer la formation et la validation des équipages de maintenance et des aéronefs aux emplacements souhaités des escadres où existent des missions F-35 à capacité nucléaire. L'approbation signifierait que les États-Unis ont un chasseur capable de frapper des cibles avec des armes nucléaires tactiques à l'intérieur d'un territoire hostile sans détection

Berlin optera-t-elle au final pour le F-35 ? La réponse, cette année encore.

web11-2017-2-f-35-cockpit-demo.jpg

Photos : 1 F-35 & B61 @USAF 2 Tornado @ Luftwaffe 3 Démonstration sim F-35@LM

 

 

 

01/01/2022

La Thaïlande s’intéresse de près au F-35 !

 

IMG_8487.jpeg

La Thaïlande veut conserver son statut de première force aérienne en Asie du Sud-Est, mais pour ce faire, elle a besoin de nouveaux avions de combat. La Royal Thaï Air Force (RTAF) prépare activement le remplacement des derniers Northrop F-5 E/F « Tiger II » et un remplacement partiel de son parc de Lockheed Martin F-16 A/B « Fighting Falcon ».

Le F-35 plutôt que le Gripen E

Utilisatrice très satisfaite du Gripen C/D, le RTAF semblait jusqu’ici se diriger tout naturellement en direction du Gripen E du suédois SAAB. Mais une analyse des coûts effectuées dernièrement montre que le Saab Gripen E est au prix de 85 millions de dollars l'unité, alors que le Lockheed Martin F-35 est maintenant proposé à un peu plus de 70 millions de dollars. La baisse des coûts à l’heure de vol est également un argument retenu par la RTAF. 

8 à 12 appareils

Selon le commandant en chef de la RTAF Napadej Dhupatemiya, il est envisagé un premier achat de 8 Lockheed Martin F-35A « Lightning II », puis un second lot de 4 quatre appareils additionnels. D’autres pourraient suivre par la suite. Pour la RTAF, les avions de types F-5 et F-16 les plus vieillissants sont en service depuis plus de trois décennies et à mesure que les avions vieillissent, les coûts de maintenance et les risques pour la sécurité sont susceptibles d'augmenter. 

En parallèle, Napadej Dhupatemiya explique que le F-35A pourrait être acquis avec une petite flotte de drone Boeing Loyal Wingman. Le duo formerait un multiplicateur de puissance sans précédent dans la région.

Toujours selon de Cmdt de la RTAF, la planification budgétaire d'un projet d'acquisition de F-35 sera lancée au cours de l'exercice 2023 et que l'armée de l'air est prête à répondre à toutes les questions si elle choisit de poursuivre l'achat.  Une proposition sera soumise au Premier ministre Prayut Chan-o-cha pour examen, lorsqu'il sera finalisé par l'armée de l'air. Selon le plan initial les nouveaux avions de combat  F-35 seraient déployés à partir la base aérienne de Nakhon Ratchasima.

14 F-5 dans l’attente de mieux

En 2017, la Thaïlande a prolongé 14 avions de type Northrop F-5E « Tiger II » afin de soulager les Gripen C/D. Cette amélioration devait permettre à la RTAF de tenir en attendant mieux. D’une part ces 14 appareils ont remplacé 4 appareils qui sont hors service.  Le tout dans l’attente d’un nouvel appareil. 

F-16 améliorés

La flotte de 55 F-16 a été elle aussi modernisée et doit pouvoir tenir jusqu’en 2035 avec le radar APG-68(V) un nouvel interrogateur IFF AN/APX-113 de BAe Systems avec un nouveau Transpondeur. La protection des appareils n’a pas été oubliée, avec le distributeur de leurres AN/ALE-47, ainsi que du système de gestion de guerre électronique AN/ALQ-213 de Terma System. Sans oublier l’arrivée du missile Diehl BGT Défense IRIS-T.

Modernisation des Gripen C/D

En parallèle, le RTAF est engagée dans un plan de modernisation de ses 11 avions combat multirôles Saab JAS 39 Gripen C/D à la dernière norme MS20. Le contrat est estimé à 20,84 millions de dollars.

L'exigence de la mise à niveau au standard MS20 est désirée depuis 2018 afin de garder la flotte d’avion de combat Gripen C/D à un haut niveau opérationnel. Selon les informations disponibles, l’objectif de la RTAF est de doté les Gripen des dernières capacités disponibles pour l’avion. L’achat d’armement complémentaire comme le missile à longue portée MBDA Meteor et la mise à jour des AMRAAM et diverses bombes sera effectué plus tard avec un autre programme d’équipement.

La modernisation au standard MS20 du Gripen C/D englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05. Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Cette nouvelle version à antenne mécanique permet à la version actuelle du Gripen d’emporter le missile MBDA Meteor et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM. 

Le Saab JAS-39 Gripen C/D MS20 comprend : 

Le missile MBDA Meteor.

La bombe SDB (Small Diameter Bombe) GBU-39 ainsi que les GBU-22, GBU-10.

Une nouvelle application radar.

Amélioration de l’autoprotection.

Le GCA Ground Collision Avoidance System.

Des nouveaux équipements de protection (CBRN) qui permettent un vol dans une zone contaminée.

Diverses sécurités en matière de cyberguerre.

Amélioration de liaison électronique Link16 (OTAN) et Link TAU (liaison Gripen).

Amélioration de la liaison au sol CAA/JTAC.

Fonctions de reconnaissance étendues.

2107220852.jpeg

Photos : 1 F-35 US & anglais @ LM 2 Gripen C @ RTAF

 

 

 

28/12/2021

La flotte de F-35 néerlandais en capacité opérationnelle initiale !

FHmwsKUWYAwILNp.jpeg

Le ministère néerlandais de la Défense et la Royal Netherland Air Force (RNLAF) ont officiellement déclaré la capacité opérationnelle initiale (IOC) de leur flotte de F-35A. Avec cette annonce, les Pays-Bas deviennent le huitième pays et le 12ème à déclarer l’IOC pour sa flotte de F-35. 

"La déclaration d'IOC inaugure une nouvelle ère de puissance aérienne qui donne à la RNLAF des capacités de transformation", a déclaré Bridget Lauderdale, vice-présidente du programme F-35 et directrice générale. « Je suis fier de l'engagement de l'équipe Lockheed Martin à fournir le chasseur le plus efficace, le plus résistant et le plus connecté à nos partenaires aux Pays-Bas. » 

L'avion de chasse le plus avancé jamais construit, le F-35 offre à la RNLAF une supériorité aérienne inégalée. Grâce à ses capteurs et à sa technologie peu observable, le F-35 peut opérer en toute impunité dans l'espace aérien contesté et fusionner une image de l'espace de bataille pour d'autres moyens aériens, terrestres et maritimes. Outre sa capacité d'armement avancée et sa portée supérieure, le F-35 offre des capacités de combat inégalées. Le F-35 garantira que la RNLAF peut protéger l'intérêt national des Pays-Bas et contribuer aux missions de dissuasion alliées régionales critiques pour les décennies à venir. 

Le programme F-35 s'appuie sur l'expérience industrielle et l'expertise des Pays-Bas acquises sur le programme F-16 pour contribuer au développement technologique et à la production du F-35. Chaque F-35 contient des composants fabriqués par des entreprises néerlandaises, avec plus de 25 fournisseurs de toute l'industrie néerlandaise contribuant au programme. Avec l'introduction de technologies de pointe, l'industrie néerlandaise est stratégiquement positionnée pour participer à la production de plus de 3 000 avions F-35 pendant la durée du programme. 

Actuellement se sont 24 F-35A ont été livrés à la RNLAF sur un total de 37 commandés. La RNLAF a dépassé plus de 9’085 heures de vol à ce jour, avec 55 pilotes et 262 spécialistes de maintenance soutenant la flotte. 

Le premier escadron de F-35 de la RNLAF opère à partir de la base aérienne de Leeuwarden. À l'avenir, la base aérienne de Volkel abritera également des F-35.

Le F-35 aux Pays-Bas

Royal-NLR-contribution-to-the-RNLAF-F-35-Lighting-1030x295.jpg

Les Pays-Bas ont été le deuxième partenaire international à recevoir le F-35 et continuent de jouer un rôle clé dans la production et le maintien en puissance du F-35 « Lightning II ». Les Néerlandais envisagent maintenant d’augmenter leur flotte de F-35 d’ici 2030. La baisse des coûts et les qualités de l’avion motivent aujourd’hui cette réflexion.

Au Pays-Bas, se sont plus de 25 fournisseurs de l'ensemble de l'industrie néerlandaise qui participent au développement technologique critique et aux projets de conception structurelle stratégique faisant partie intégrante du programme F-35, ainsi qu'à une production en grand volume, qui comprend des composites, des assemblages collés et des câbles d'avion. Ce travail de haute technologie s'appuie sur l'expérience et l'expertise des Pays-Bas en matière de performances passées sur le programme F-16 pour maintenir une exécution de programme de haute qualité. Chaque F-35 contient des composants fabriqués par des entreprises néerlandaises. Avec l'introduction de technologies de pointe, les industries néerlandaises sont stratégiquement positionnées pour participer à la production de plus de 3’000 avions F-35 pendant la durée du programme.

Viseur de casque et motorisation

collins-16thJuly.jpg

Collins Aerospace et la Royal Netherland Air Force (RNLAF) ont établi un centre de préparation des pilotes de F-35 aux Pays-Bas. Le Center for Man in Aviation de la RNLAF à Soesterberg est le premier du genre en dehors des États-Unis. L'installation dédiée dans la région sera utilisée pour fournir l'ajustement du viseur de casque, l'étalonnage, la centrifugation, les simulateurs de vol et la formation en chambre d'altitude. Cela aidera la RNLAF et ses clients internationaux à maintenir et à améliorer l'état de préparation de la flotte et des pilotes.

Le département américain de la Défense a sélectionné les Pays-Bas comme l'un des dépôts régionaux européens de F135 MRO&U à la fin de 2014. Depuis lors, le ministère néerlandais de la Défense, le F-35 Joint Program Office, StandardAero et Pratt & Whitney ont travaillé en collaboration sur le au cours des six dernières années pour mettre en place cette capacité régionale de MRO&U qui soutient la Royal Netherland Air Force ainsi que d'autres opérateurs de F-35 dans la région dans le cadre du système de soutien mondial du F-35. StandardAero aux Pays-Bas a satisfait à toutes les exigences initiales de capacité de dépôt (IDC) pour la réparation et la révision du moteur Pratt & Whitney F135.

16280750424291.jpg

Grâce à cette réalisation, l'installation de maintenance, de réparation, de révision et de mise à niveau (MRO&U) F135 de StandardAero aux Pays-Bas devient le premier dépôt de moteurs F135 entièrement opérationnel en dehors des États-Unis. Les modules seront démontés, réparés et remontés par le personnel de StandardAero avec l'assistance technique de Pratt & Whitney, suivis des tests et de la remise en service du module pour une utilisation par les opérateurs mondiaux du moteur F135.

Cette capacité F135 MRO&U apporte des avantages significatifs à la main-d'œuvre et à l'industrie néerlandaises, des emplois de haute qualité à l'expertise technique et au savoir-faire acquis grâce à la maintenance et à la réparation du moteur de combat le plus avancé au monde. 

FHm035EWQAMqM0x.jpeg

Photos : 1 & 4 F-35A aux couleurs des Pays-Bas@ RNLAF 2 Viseur de casque @ Collins Aerospace 3 moteur P&W F-135 @ PW

 

25/12/2021

Toujours plus de F-35 pour le Japon !

3747120412.jpeg

Tokyo est engagé dans un programme de modernisation de ses Forces d’autodéfense sans précédent. Un ajout de 12 avions de combat F-35 est prévu, dont quatre seront des variantes à décollage court et à atterrissage vertical F-35B opérant à partir de porte-hélicoptères convertis. Les autres appareils étant des F-35A

Le décompte des F-35A pour le Japon est maintenant de 170 appareils commandés en deux lots de 65 et 105 aéronefs. En ce qui concerne le F-35B, se sont 84 appareils en deux commandes qui finalisées.

Pressions chinoises

Le gouvernement japonais a annoncé les chiffres concernant les violations de l’espace aérien japonais au cours de ces dernière années :  Tokyo dénombre 851 violations au cours de l'exercice 2016 et 675 fois au cours de l'exercice 2019. 331 au cours des neuf premiers mois de l'exercice 2020. La diminution des intrusions chinoises et parfois russes est le résultat du COVID d’une part et de l’autre du transfert d’unités chinoises en direction de Taïwan.

Remplacer le F-4 et certains F-15  

L’achat massif de F-35 doit permettre de remplacer les McDonnell F-4 « Phantom II » et les plus anciens Boeing F-15 « Eagle » en service. Environ 200 F-15 sont en service au sein de la JASDF mais la moitié ne peuvent pas être modernisés.  

En face, la Chine a commencé à déployer ses premiers avions de combat furtif à long rayon d’action Shenyang J-20. Moscou  de son côté, prépare le déploiement du Sukhoi Su-57 « Felon ». Le Japon est maintenant convaincu qu’il est urgent d'augmenter considérablement son approvisionnement en avions de combat furtifs les plus sophistiqués. En parallèle le Japon continue de développer son programme indigène d’avion de combat de 5 ème génération, mais il faudra encore plusieurs années avant que ce dernier n’entre en service.  

Renaissance de l’aéronavale japonaise : 

jasdf,lockheed martin,f-35a,f-35b,japon,les nouvelles de l'aviation,blog défense

Pour accueillir les F-35B, deux navires, les porte-hélicoptères Izumo et Kaga sont modifiés pour recevoir le F-35B. Le premier des bâtiments, l’Izumo a débuté ses essais cet été avec succès, une unité du Corps des Marines a testé l’emplois du F-35B à son bord. Pour pouvoir réceptionner le F-35B, les navires doivent être modifiés sur le chantier naval de Japan Marine United  dans le port de Yokohama. Les modifications comprennent l’application d’un revêtement résistant à la chaleur due au réacteur de l’avion. L’aménagement interne du navire et une correction de la forme du pont. Des modifications concernant l’éclairage et la signalisation font également partie des travaux.

Avec l’arrivée du F-35B sur deux bâtiments de surface, le Japon voit ainsi son aéronavale reconstituée depuis la fin de la Seconde Guerre-Mondiale. De plus le pays pourra compter sur une force de frappe avancée, qui de fait permettra au Japon de disposer d’une véritable nouvelle force de combat.

unnamed.jpg

Photos : 1 & 3 F-35A au Japon 2 L’Izumo & Kaga à Yokohama @JASDF

 

10/12/2021

Le F-35A grand vainqueur des tests en Finlande !

unnamed.jpg

La Finlande a choisi son nouvel avion de combat avec le F-35A Block 4 de Lockheed Martin pour son appel d'offres d’un montant de 11,3 milliards de dollars pour remplacer les actuels Boeing F/A-18C/D « Hornet » bientôt obsolètes. Le choix s’est fait sur la base de tests grandeur nature effectués dans le pays. Ces essais et le choix final offrent de nombreuses similitudes avec le programme suisse.

Un choix sans appel

Comme en Suisse, le F-35 à démontré des capacités sans commune mesure avec ses concurrents. Concernant les prix là encore, l’avion américain offre le meilleur prix à l’achat et une coûts d’exploitation très bas. La Finlande comme la Suisse met un point d’honneur à tester de manière très poussée les appareils qui concourent pour venir équiper sa Force aérienne. Le programme de tests en Finlande était assez similaire à celui de la Suisse, mais comprenait deux thèmes additionnels : la suppression des menaces sol-air (SEAD) et la lutte contre les bâtiments de surface.

Pour autant, les débuts des essais ont été compliqués pour l’équipe de Lockheed Martin en Finlande, seulement deux F-35 sur quatre sont arrivés dans le pays et le système ALIS n’a pas été très coopératif. Mais le  F-35 a survolé les essais, et confirment avec une plus large plage les résultats obtenus en Suisse. Le F-35 sort ainsi nettement vainqueur des deux compétitions les plus difficiles et complètes en matière de test.

Rappel

Le programme HX pour le remplacement des Boeing F/A-18 C/D  Hornet a été lancé en 2015 par décision du ministre de la Défense et la phase de demande d'informations (RFI) qui a suivi. Le concours d'appel d'offres HX a commencé en 2018 avec les premières demandes de devis (RFQ) envoyées aux gouvernements de France, de Suède, du Royaume-Uni et des États-Unis. L'objectif de l'appel d'offres était de construire avec chaque soumissionnaire une solution complète répondant aux exigences et produisant la meilleure capacité possible pour remplacer la flotte de Hornet pour le système de défense finlandais dans l'environnement opérationnel des années 2030 ainsi que dans la durée de vie du système HX.

L'appel d'offres était basé sur quatre domaines décisionnels : capacité militaire, sécurité d'approvisionnement, participation industrielle et abordabilité. Lorsqu'un soumissionnaire a satisfait aux critères de sécurité d'approvisionnement, de participation industrielle et d'abordabilité, il est passé à la phase finale de l'évaluation de la capacité militaire au cours de laquelle les solutions proposées ont été classées. 

Les Forces de défense ont évalué la capacité des solutions complètes proposées en trois phases sur la base des performances démontrées lors d'événements de test. Dans la phase finale, l'efficacité des capacités militaires du système HX de chaque candidat a été évaluée via un jeu de guerre approfondi et à long terme soutenu par la simulation. La proposition des Forces de défense pour le système à sélectionner était basée sur les résultats des jeux de guerre et le potentiel de développement futur estimé.

cover-r4x3w1000-60dc97dbed5b0-181014-f-bq566-928.jpg

Le F-35 s’impose nettement

Lors du concours d'appel d'offres HX, le F-35 a réussi les domaines de prise de décision en matière de sécurité d'approvisionnement, de participation industrielle et d'abordabilité. La solution F-35 a atteint l'efficacité opérationnelle la plus élevée et le potentiel de croissance future dans l'évaluation des capacités. La capacité du système F-35 était la mieux adaptée à l'environnement d'exploitation finlandais et aux exigences HX. Le système complet et les capacités de l'avion au combat, à la reconnaissance et à la survie sont inégalés. Le F-35 est arrivé premier dans l'évaluation ou a partagé le meilleur score dans toutes les zones de mission et a obtenu le score total le plus élevé.

Résultats en chiffres

Le gouvernement finlandais a communiqué les résultats selon les autorisations d’une parties des avionneurs en ce qui concerne certains tests. En ce qui concerne la comparaison des performances, le général de division Pasi Jokinen a mentionné les données suivantes sur un total global de 5 points :

  1. F-35A = 4,47
  2. Super Hornet & Gripen E = 3,81

Pour les 3 & 4 ème places, elles sont tenues par le Rafale et l’Eurofighter. Les avionneurs ayant refusés la divulgation exacte des résultats.

Question offre financière, un élément a fuité avec l’offre du suédois Saab qui se positionnait en seconde place en termes de prix. Soit environ 900 millions d'euros plus chers que l’offre de Lockheed Martin.

Abordabilité

La solution F-35 adaptée au cadre de financement alloué était la plus rentable. Le F-35 avait le coût d'approvisionnement le plus bas compte tenu de tous les aspects de l'offre. Les coûts d'exploitation et de maintenance du système seront inférieurs au budget annuel de 254 millions d'euros. Les opérations du F-35 et le développement de sa durée de vie seront réalisables avec les ressources des Forces de défense. Aucune offre n'était significativement moins chère que d'autres en termes de coûts d'exploitation et de maintenance. 

Participation industrielle 

L'offre de participation industrielle du F-35 répondait aux exigences de qualité et de contenu. L'objectif principal de la participation industrielle offerte est la coopération industrielle directe qui créera des capacités de maintenance indépendantes importantes. La solution de participation industrielle développera un savoir-faire crédible dans l'industrie nationale du point de vue de la sécurité d'approvisionnement et deviendra importante dans l'économie nationale. Les principaux projets de participation industrielle comprennent la production à grande échelle du fuselage avant du F-35 en Finlande également pour d'autres utilisateurs, la production de composants structurels ainsi que les tests d'équipement et la capacité de maintenance. En outre, la Finlande s'est vu proposer un projet d'assemblage final de moteurs pour l'avion de l'armée de l'air. L'impact sur l'emploi domestique de la participation industrielle sera de 4 500 et l'impact indirect de 1’500 personnes à l’année. Le contrat de participation industrielle sera signé par le ministère de la Défense ainsi que Lockheed Martin et le motoriste Pratt & Whitney. 

Paquet d'approvisionnement 

L'objet de l'approvisionnement est de 64 chasseurs multirôles F-35A dans la configuration la plus récente du Bloc 4. L'approvisionnement comprend des armes de combat polyvalentes. L'ensemble F-35 proposé comprend les types d'armes suivants : AMRAAM, Sidewinder, SDB I et II, armement de la famille JDAM, JSM et JASSM-ER. L'armement doit être acheté dans le cadre de la disponibilité du financement du programme d'ici la fin de l'année 2035. L'ensemble d'armes sera optimisé au cours du processus d'achat, en tenant compte de la disponibilité des types d'armes les plus récents et des changements dans l'environnement opérationnel. Avec un approvisionnement en armes optimisé, la capacité du système sera maximisée dans l'environnement opérationnel finlandais et le cycle de vie du système F-35 sera garanti le plus longtemps possible. Un nombre remarquable de produits et services supplémentaires à acquérir simultanément sont liés à l'acquisition du système de combat et à son utilisation. Ceux-ci comprennent le système de maintien en puissance, y compris l'équipement de test, les outils, les services d'assemblage et de pièces de rechange remplaçables, ainsi que les systèmes d'information, les systèmes et services de formation, les systèmes de soutien à la mission et les services connexes, ainsi que le processus d'approvisionnement des ventes militaires à l'étranger (FMS) du gouvernement américain, services administratifs à utiliser. Le package d'approvisionnement comprend également les coûts de maintien de la flotte pour les années 2025-2030.  

Financement des achats  

Le financement du programme HX s'élève à 10 milliards d'euros. Le Parlement a accordé au programme de chasse une autorisation d'achat de 9,4 milliards d'euros pour l'acquisition du système de remplacement Hornet et 579 millions d'euros d'une allocation transférable sur cinq ans. L'allocation transférable vise à garantir que l'entité achetée sera mise en service dans le cadre du système de défense finlandais. Vingt et un millions d'euros ont été dépensés à ce jour pour préparer l'appel d'offres.  

Coûts d'approvisionnement  

L'acquisition s'élève à environ 8,378 milliards d'euros. Le coût des chasseurs polyvalents est de 4,703 milliards d'euros et des missiles air-air AMRAAM et Sidewinder de 754,6 millions d'euros. Les équipements de service, les pièces de rechange et d'échange, les solutions de formation et de maintenance, d'autres systèmes connexes ainsi que les services de maintenance et de maintenance jusqu'à la fin de 2030 ont coûté 2 920 milliards d'euros. Les installations opérationnelles, les hangars et les stockages d'avions ainsi que les structures de piste et l'infrastructure pour le système acheté seront construits en Finlande. Ceci est basé sur les exigences nationales et internationales de sûreté et de sécurité. Les coûts de construction, les coûts de participation industrielle, les frais de personnel et les autres coûts du projet s'élèvent à 777 millions d'euros. 

De plus, 823,8 millions d'euros sont réservés pour le paquet final d'armes optimisées et pour contrôler les futurs avenants aux contrats. Une partie de l'armement sera obtenue à une date ultérieure selon le calendrier de livraison de l'avion. (Sources :  Gouvernement finlandais, Force aérienne finlandaise, Pälvi Lakka, STT)

Finland-F-35.jpg

Photos : 1 F-35 et Hornet en Finlande 2 & 3 F-35A@ LM