29/10/2017

F-35, pas assez de pièces de rechanges !

1920px-thumbnail.jpg

Un nouveau problème gangrène la mise en service du nouvel avion de combat américain Lockheed-Martin F-35. En effet, il s’avère que les besoins en matière de pièces de rechange ont été jusqu’ici sous-estimés.

Actuellement, près de 250 F-35 sont en service et cette flotte devrait tripler d’ici 2021. Hors, le nouveau jet n’a pas pu voler durant 22% du temps entre janvier et août en 2017 en raison de la pénurie de pièces de rechange, selon un rapport du Government Accountability Office (GAO) publié cette semaine à Washington.

La maintenance a accumulé six ans de retard, ce qui a entraîné un délai moyen de réparation des pièces de 172 jours, soit le double de l'objectif du programme. L'achat de pièces prend de deux à trois ans, y compris une longue période contractuelle suivie d'un délai supplémentaire pour produire des pièces.

Soucis pour l’US Navy et l’USMC :

Le US Marine Corps et l’US Navy prévoient de déployer le F-35 sur les navires après 2018, mais ils ne pourront pas le faire sans une maintenance nécessaire en mer. Pendant ce temps, le programme continue de se heurter à des retards dans le système d'information logistique autonome (ALIS), un système de maintien en puissance complexe que certains partenaires internationaux du F-35 rejettent.

Il semble donc, qu’une fois les livraisons terminées, le programme continuera de faire face à des problèmes de maintien en puissance, puisque le Pentagone n'a pas identifié toutes les données techniques requises de l'entrepreneur principal pour assurer la performance et le soutien du système d'armes, selon le GAO. 

« En 2014, nous avons recommandé que le bureau du programme élabore une stratégie à long terme pour inclure l'identification de tous les besoins des données techniques critiques et de leurs coûts associés », déclare le GAO. "En septembre 2017, le programme a pris quelques mesures pour développer une stratégie, mais il n'a pas identifié tous les besoins critiques et leurs coûts associés."

 

Photo : le F-35 de Lockheed-Martin @ USAF

 

26/07/2016

Israël confirme vouloir son autonomie sur le F-35 !

Israel-F-35-Adir-Debut-Profile-1.jpg

Tel Aviv, une nouvelle fois Israël a confirmé vouloir se distancer du système de maintenance centralisé du F-35. Normalement, les F-35 israéliens devraient effectués les travaux de grande maintenance au sein du futur centre européen situé sur la base aérienne de Cameri en Italie.

A prendre ou à laisser :

Selon l’Etat major général de la force aérienne israélienne, il n’est pas question de sous-traiter la maintenance à l’extérieur du pays. L’ensemble des travaux seront effectués en Israël. Seul, certains sous-systèmes seront envoyés à l’étranger et dans certains cas seulement. La question n’est pas négociable et en cas de refus, le gouvernement annulera la commande de Lockheed-Martin F-35.

De bonnes raisons :

Si les israéliens se montrent intraitables sur ce dossier, c’est qu’ils ont de bonnes raisons. En cas de conflits par exemple, en Europe ou en Israël comment pourra-t-on envoyer de manière sécuritaire des appareils en Italie ? De plus, en cas de conflits graves en Europe, le centre de Cameri pourra-t-il survenir à la demande des utilisateurs du F-35 en temps et en heures ? Un officier de l’armée de l’air israélienne faisait la constatation suivante : qu’arriverait-il, si le centre de Cameri était bombardé ou victime d’une attaque terroriste sévère ? Pour Israël, ce centre unique en Europe représente un "talon d’Achille" sérieux pour les utilisateurs de F-35.

Le second problème de la maintenance concerne le système de maintenance ALIS (Autonomic Logistics information System) centralisé au Etats-Unis pour l’ensemble des utilisateurs n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Mais pour Israël, il existe également un autre problème avec ALIS, en cas de guerre électronique généralisée, il sera impossible pour les utilisateurs de l’avion d’avoir la garantie de pouvoir en permanence rester en contact avec le centre de maintenance aux Etats-Unis pour recevoir les correctifs de logiciels. De plus, la chaine d’approvisionnement en pièces détachées risques d’être sévèrement compromise clouant ainsi au sol les flottes de F-35. Israël est principalement lié à la vulnérabilité des systèmes externes qui relient le F-35 à la fois aux réseaux militaires américains et aux réseaux des partenaires de l’avion.

Assurer sa propre maintenance :

Pour les israéliens, le système centralisé de maintenance de Lockheed-Martin représente une dépendance vis-à-vis des Etats-Unis inacceptable d’une part et dangereuse de l’autre. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) se préparent à l’installation d’un service de maintenance complet. Israël prévoit de mettre en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS).

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit.

Commentaires :

Les israéliens ont parfaitement mis à jour les faiblesses du système de maintenance du F-35, ainsi que la capacité des USA à garder la main sur chaque avion vendu à l’exportation. Il n’est pas question pour l’Etat Hébreu de voir un jour un changement de politique de la Maison Blanche venir bloquer la flotte israélienne à distance. Une situation qui commence d’ailleurs à inquiéter d’autres acquéreurs de l’avion.

 

IS-F-35_2_LaraSeligman-AWST.jpg

Photos : Le premier F-35A israéliens @ Lockheed-Martin

 

16/07/2014

Le F-35 peut revoler, mais de manière limitée !

image.jpg

Les Lockheed-Martin F-35 «Lightning II» peuvent à nouveau prendre l’air, mais avec des restrictions. Cependant cette levée d’interdiction ne permettra pas à l’avion de voler au salon aéronautique de Farnborough qui se tient actuellement en Angleterre.

Selon les règles de la reprise des vols, les F-35 sont toutefois limités à une vitesse maximale de Mach 0,9 et à un angle d’attaque de 18 degrés. Ils peuvent aller de moins de 1g à 3G. pas plus. Et, après trois heures de temps de vol, chaque section avant de ventilation de chaque moteur doit être inspectée à l’aide d’un endoscope. Ces restrictions seront maintenues jusqu’à ce que les causes de l’incendie du moteur soient clairement identifiées et corrigées.

Rappel: 

Le 3 juillet dernier, la flotte de F-35 avait été interdite de vol suite à incendie survenu avant le décollage le 23 juin à bord d’un F-35A sur une la base d’Elgin en Floride. L’une des causes de l’incendie pourrait selon les premiers indices de l’enquête, provenir d’un frottement excessif d’une pale de turbine contre une partie du moteur.

Programme bloqué :

Cet incident moteur provoque une nouvelle réaction en ce qui concerne les futurs commandes, en effet, le Pentagone à stopper toute négociation concernant le nouveau lot d’acquisition du F-35, soit le lot n°8 (LRIP8). Le lot n°8 avait été défini en décembre 2013 pour une signature de contrat ce printemps. Les problèmes à répétition du programme F-35 avaient déjà repoussés la signature, l’incident moteur de ces dernières semaines n’arrange pas les affaires de l’avionneur Lockheed-Martin.

 

Photo : Lockheed-Martin F-35 @ USAF 


22:18 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lockheed-martin, f-35 jsf, f-35 lightning 2 |  Facebook | |

07/06/2014

Le Canada devrait opter pour le F-35!

v31882_f35-joint-strike-fighter.jpg


 

 

Ottawa, le Canada devrait prochainement confirmer la commande de 65 Lockheed-Martin F-35 Joint Strike Fighter. Cette décision qui ne sera pas une surprise, fait suite au ré-examen de 18 mois concernant l’évaluation de plusieurs candidats potentiel comme le Rafale, l’Eurofighter, le Super Hornet et le Gripen.

 

Il faut dire, que le Canada par l’entremise du cabinet du premier ministre s’était déjà engagé financièrement dans le programme F-35 à hauteur de 332 millions de dollars. Cette argent aurait été perdu en cas de retour en arrière.

 

La décision doit encore être finalisée par le cabinet du premier ministre Stephen Harper et devrait être annoncée prochainement. 

 

Estimation des coûts pour le Canada: 

 

Le principal gros problème du gouvernement canadien teint dans l’estimation des coûts réels du F-35. La Canada prévoit de commander au minimum 65 appareils de ce type, la Royal Canadian Air Force désirerait en réalité 85 à 100 appareils afin de disposer d’une dotation suffisante. 

 

Deux études diffères en ce qui concerne la facture que devra honorer le Canada pour 65 appareils au minimum :

 

  1. Selon le Government Accountability Office des Etats-Unis, le coût par appareils serait de 115 millions soit 7,475 milliards de dollars pour l’achat + 18,7 milliards pour l’entretien sur 30 ans. Soit un total de 26,2 milliards.

      B.  Selon directeur du budget canadien Kévin Page : les douze premiers F-35 couteront à l’unité 148    millions, et 128 millions pour les 53 unités suivantes. Les coûts d’exploitations sont estimé à 19,6 milliards sur 30 ans, soit un total de 28,2 milliards.

 

On le voit il existe deux visions en ce qui concerne les coûts approximatifs du F-35, la seconde tient à juste titre compte du différentiel actuel des coûts de fabrication en évolution sur le programme et ceci jusqu’en 2020. 

Il faut encore signaler en ce qui concerne les coûts d’exploitation du F-35 que  jamais un chasseur n’aura eu autant de lignes de code informatique que le F-35. En plus, sa structure en composite sera délicate à entretenir notamment sur le long terme avec de possible dégradations en augmentation. 

4053746888.jpg

Photos : F-35 en vol 2 maquette aux couleurs du Canada @ Lockheed-Martin


16:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : f-35 canada, lockheed-martin, f-35 jsf |  Facebook | |

01/10/2013

Le Pentagone commande des F-35 sous conditions !

f-35-formation.jpg


 

 

Le Pentagone vient de finaliser un accord fin septembre pour l’achat de 71 Lockheed-Martin F-35 «Joint Strike Fighters» pour un coût de 7,8 milliards de dollars. Cette commande lance la programmation du 6ème et 7ème lot de production à faible taux (CRTR). Cependant, cet achat est lié à une demande d’amélioration du processus de qualité et de la baisse des coûts de production.

 

 CRTR 6 & 7 en détails : 

 

Ce contrat reflète une expansion des livraisons d'avions pour les pays partenaires. En effet, le lot numéro 6 (CRTR 6) inclura la première livraison de F-35 à l'Italie et l'Australie, soit : 23 F-35A, 6 F-35B et 7 F-35C, tandis que la CRTR 7 inclura, la première livraison à la Norvège, dont : 24F-35A, 7 F-35B et 4 F-35C.

 

Le gouvernement américain s'attend à ce que Lockheed-Martin commence à livrer les appareil du sixième lot au deuxième trimestre de 2014 et ceux du septième au deuxième trimestre de 2015.

 

Sans les moteurs :

 

Il faut rappeler qu’avec ces coûts, il faut également tenir compte du supplément moteur, en effet, un contrat additionnel, doit être signé avec le motoriste Pratt & Whitney pour doter les appareils du standard moteur correspondant, soit : CRTR 6, 23 F-35A à 103 millions de dollars par appareil, tandis que 6F-35B coûteront 109 millions de dollars chacun. Les 7 F -35C coûteront 120 de dollars millions par jet.

 

En ce qui concerne la CRTR7, sans l'inclusion du moteur est de 98 millions de dollars chacun pour les 24 avions de modèle F- 35A, 104 millions de dollars pour chacun des sept modèles de F- 35B et 116 millions de dollars par avion pour quatre avions F-35C.

 

La «bonne nouvelle» vient du fait que le coût unitaire moyen d’un avion sera d'environ 6% inférieur CRTR 5 ! 


 

jsf-f-35-variantes-pentagone_0902E8022E00078173.jpg


 

Demandes d’améliorations :

 

En parallèle à cette commande, le Pentagone demande plusieurs améliorations au constructeur Lockheed-Martin, ainsi, qu’aux divers équipementiers. Il s’agit notamment de poursuivre et d’accélérer le processus de diminution des coûts et de continuer à mettre en place le concept de suppression des problèmes, liés à la conception et à la réalisation du F-35. Pour mémoire, le bureau d'inspection du programme avait signalé 363 problèmes de conception qui touchent Lockheed-Martin et cinq de ses principaux sous-traitants. A ce jour, 269 améliorations ont déjà été appliquées et 74 sont encore en cours. 

 

Par ailleurs, le Pentagone se montre toujours inquiet en ce qui concerne le programme d’essais qui  n’a pas encore atteint les 80%, ce qui contribue à des causes sous-jacentes d’augmentations des coûts et pourraient donc à l’avenir être susceptibles de péjorer les négociations en vue de futurs commandes.


 

1441212-main.jpg


 

Photos : 1 & 2 F-35A @ Lockheed-Martin

20:48 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : lockheed martin, f-35 jsf, f-35a, f-35b, f-35c |  Facebook | |