11/05/2017

L’US Air Force teste le Talon HATE !

TalonHATE_high-res.jpg

L’US Air Force en collaboration avec Boeing ont récemment démontré que plusieurs aéronefs et stations terrestres peuvent communiquer efficacement et de manière sécurisée en utilisant le système de réseau aérien Talon HATE développé par Boeing.

Lors des essais en vol depuis la base de Nellis AFB, le système de communication Talon HATE installé sur deux avions de combat F-15C ont permis aux utilisateurs d'échanger des informations via les satellites SATCOM et la liaison 16 8Link16), Common Data Link et Wide Satellites Global de l'armée. Les tests ont également validé les capacités de réseau de liaison de données intra-vol utilisées par les avions de type F-22.

Les pilotes utilisant le système peuvent transmettre rapidement des informations entre le F-15C et d'autres appareils et systèmes d'armes de la Force aérienne, ce qui permet un partage efficace de l'information en temps réel.

Boeing effectuera des tests supplémentaires plus tard cette année avec des capteurs avancés, ce qui offrira des capacités améliorées de ciblage d'aéronef.

Le Talon HATE :

Développé initialement au sein du très secret bureau d’étude Phantom Works, la nacelle Talon HATE est un système qui combine une capacité d'échange de données secrète et un capteur infrarouge intégré de type Infrared Search-and-Track (IRST). Le système doit permettre d’assimiler en temps réel de nombreuses informations en créant une meilleure image opérationnelle commune pour la conscience tactique entre les flottes de F-15 et de F-22.

 

3798180764.jpg

Photo : F-15C doté du Talon HATE@ Boeing

 

03/04/2017

Les F-22 et F-35 ne peuvent communiquer !

141105-F-XC395-173.JPG

Le problème est connu, mais il n’est toujours pas réglé, les avions de la cinquième génération qui équipent l’US Air Force n’arrivent pas à communiquer. Le Lockheed-Martin F-35A « Joint Strike Fighter » et F-22A « Raptor », ne peuvent toujours pas transmettre des données entre eux.

Aujourd'hui, le réseau de données du F-22 (Link16) ne peut recevoir que des données du F-35. De son côté le F-35 peut à la fois transmettre et recevoir des données avec des avions plus anciens comme les F-16 et les F-15 et ceci à travers le réseau de liaisons16 existant pour ces appareils. Mais le F-35 n’arrive toujours pas à recevoir les informations transmises par les F-22.

Les raisons du problème :

Les F-22 fonctionne avec une liaison Link 16 en lien avec des données intra-vol (IFDL), tandis que le F-35 utilise une liaison Link 16 qui englobe le Multi -Function Advanced Datalink (MADL). Hors, Les essais montrent que l’IFDL et le MADL ont une capacité d'interception à faible probabilité d'interception entre-elles. A contrario, les F-15C et F-22 peuvent communiquer à l'aide du de la nacelle « Talon HATE ».

De plus, il apparaît que le système MADL du F-35 a été conçu pour afficher des informations et les donner au pilote du F-35 uniquement. Les ingénieurs du système MADL semblent avoir oubliés d’y avoir intégré une passerelle permettant de transférer les informations sur le réseau de données Link16 permettant ainsi le partage des communications.

Le drame de cette histoire oblige l’US Air Force à revoir complément ses tactiques de combat avec le F-35 en pointe de l’attaque ,car celui-ci se retrouve isolé des autres appareils et surtout du F-22, dont il est pourtant le binôme de supériorité aérienne. Pour terminer cette navrante histoire, il n’est pas prévu pour l’instant dans le budget du F-35 d’amélioration pour ce problème.

 

Photo : Les F-22 et F-35 peuvent voler ensemble mais ne peuvent partager des informations @ USAF

 

 

 

24/09/2015

Un Super F-15 pour compenser le manque de F-22 ?

yourfile.jpg

 

Le chef du commandement de combat l’US Air Force voudrait relancer la production du Lockheed-Martin F-22 « Raptor », afin de pouvoir contrer efficacement, l’arrivée de nouveaux avions de combat russes et chinois. Mais cette idée est en soi un rêve qui ne se réalisera pas.

 

Boeing offre un « Super F-15 » :

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » doit permettre d'étendre la durée de vie de la quatrième génération F-15C en service au sein de l’US Air Force, afin de renforcer la cinquième génération d’avion de combat.  La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions.

 

1692004897.jpg

Un kit de modernisation :

Pour transformer une partie de la flotte actuelle de F-15C/D, Boeing prévoit un paquet de mesures qui comprendraient une mise à niveau du radar Raytheon APG-63 (V) 3 radar à balayage électronique actif avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

 

Un défi :

Il semble donc que les Etats-Unis se retrouvent avec un véritable défi en ce qui concerne la supériorité aérienne d’ici les quinze à vingt prochaines années, entre les soucis du F-35 et le maintien d’une partie de la flotte de F-15 et peut-être même des A-10 et autres F-16, il va falloir choisir quoi retirer et si, il faut moderniser certains aéronefs.

 

531907724.jpg

Photos : 1F-15 2.040C  2 Silent Eagle 3 Trappes d’armement @Boeing

23/09/2014

Syrie, le F-22 entre en scène !

1109609307.jpg

 

 

C’est une grande première, l’US Air Force a déployé et utilisé pour la première fois en opération réelle le F-22 «Raptor», lors des attaques menées mardi contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) en Syrie.

 

Ces raids (combinés avec tirs de missiles de croisières Tomahawk) ont visé des sites d'entraînement, des centres de commandement, des bases, des dépôts et véhicules armés et des camions de ravitaillement dans les régions de Raqa (nord), le centre du pouvoir de l'EI, de Deir Ezzor (nord-est), d'Hassaka (nord-est) et de Boukamal (nord), selon la même source. Les cibles ont été détruites ou endommagées

 

Plusieurs types d’avions : 

 

En plus des F-22 «Raptor», l’US Air Force et l'US Navy  ont engagé des F/A/18C/D «Hornet», F/A-18E/F «Super Hornet», F-15E «Strike Eagle», F-16C/D «Fighting Falcon», mais aussi des Rockwell B1-B «Lancer». 

Le F-22 «Raptor» ont engagés des bombes à guidage laser GBU-39 de 113kg. 

 

Rappel :

 

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22  dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance  du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor  dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 «Sidewinder»chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM 120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes  GBU39. Le F-22 dispose cependant de 4 pylônes sous les ailes, utilisables quand la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyé dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est  d’environ Mach 2,2 et l’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité, lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multi-fonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.

892506395.jpg

 

Photos:  F-22 «Raptor» @ USAF

20:30 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : boeing, f-22, f-22 raptor, syrie |  Facebook | |

26/07/2012

Les problèmes du F-22 enfin résolus !

 

425031_505542499461212_726347474_n.jpg

 

 

 

 

L'enquête menée tambour battant par l'US Air Force semble avoir trouvé son épilogue, les  causes d’hypoxies des pilotes de F-22 auraient (enfin) étées identifiées.

L’US Air Force a transmis ses résultats d’enquête au secrétaire d’État à la Défense Leon Panetta le 20 juillet. Le problème en cause viendrait  d’une valve située sur le gilet anti-G porté par les pilotes du Raptor. Cette valve aurait causé un gonflement de la veste lors de missions à très haute altitude, veste qui restait gonflée alors que ce n’était plus nécessaire, et qui empêchait donc les pilotes de respirer correctement.

 

En juin, l’US Air Force avait déjà recommandé aux pilotes de ne plus porter la veste, tant que les causes n’étaient pas identifiées.

 

Pour compléter les mesures, l’US Air Force va faire enlever le filtre à oxygène qui avait été précédemment installé pour tester et évaluer d’éventuelles infiltrations de particules ou gaz dangereux. Enfin, un nouveau système de fourniture d’oxygène d’urgence devrait être intégré à l’avion. Ce kit ayant déjà été testé avec succès depuis ce printemps.

 

Les vols de longue durée pour des déploiements sont à nouveau autorisés. Ainsi, un escadron de F-22 va être envoyé à la BA de Kadena, au Japon, en raison de « nécessités opérationnelles ». Par mesure de sécurité, un pilote de F-22 sera présent dans l’avion ravitailleur qui suivra l’escadron, en cas de problème. Les pilotes devront tout de même manœuvrer pour passer près de bases aériennes, par mesure de sécurité.

 

Photo : Lockheed-Martin F-22@ USAF

14:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lockheed-martin, f-22, raptor, usage |  Facebook | |