11/11/2018

Le Chili prépare la modernisation de ses F-16 !

image.php.jpeg

Pour la Force aérienne chilienne, la priorité est  la modernisation des chasseurs Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » ainsi qu’à l’achat de nouveaux avions F-16 au standard Block 50 pour renforcer la flotte.

On vise le standard « Viper » :

Selon les autorités, les F-16 mis à niveau doivent être équipés de radars AESA (Scanning-Arcan Scanning) électroniquement actifs, livrés avec la variante F-16V Block 70 de l'avion. Il est difficile de savoir par contre si les avions au Block 50 qui seront nouvellement achetés seront également mis à niveau avec l'AESA.

Dans le cadre de ce programme, 36 des 44 F-16 achetés d'occasion aux Pays-Bas entre 2006 et 2011 seront mis à jour. Huit à dix autres F-16 seront achetés pour compléter le parc existant.

En 2005, la Force aérienne du Chili a acquis 10 appareils de combat multirôle F-16 C/D Block 50/52. Ces aéronefs ont été achetés neufs, et intègrent des technologies de pointe pour la défense aérienne et l'attaque en profondeur. Le version Block 50 Plus dispose d'un certain nombre d'améliorations par rapport aux autres blocs et aux versions A/B. Pour compléter la flotte de F-16 C/D Block 50, il fut décidé d'acheter 18 F-16 MLU Block 50 de seconde main aux Pays-Bas, pour uniformiser la flotte et remplacer les Mirage V « Elkan ». Ces F-16 ont été portées à la norme MLU (Mid Life Upgrade) aux Pays-Bas, qui sont en cours de rénovation à Pacer Amstel. En plus et du programme MLU, les appareils subiront la mise à jour du programme ENAER Star Falcon, une modernisation qui permettra à ces bombardiers d'étendre leur durée de vie et d'améliorer leurs performances au combat, ce qui leur permettra d'utiliser des bombes lisses ou guidées. Pour étendre ses capacités, la FACH a acquis des systèmes de combat modernes tels que les missiles AIM-120C5 AMRAAM, qui permettent d'engager le combat au-delà de la portée visuelle, une qualité qu'ils partagent avec les F-16 MLU Block 50. Soulignons également l'introduction d'armes d'attaque au sol dont les bombes guidées SPICE et les missiles Harpoonanti-navires.

 

Photo : F-16 de la FAC @ FAC

 

 

17/12/2017

Les F-16 indonésiens bientôt au complet !

FG6PCSWFGRDIFGZ4GG5PWACZ4E.jpg

L'Indonésie va prochainement mettre en service les six derniers avions de combat Lockheed-Martin F-16 « Fighting Falcon » acquis d’occasions auprès de l'US Air Force (USAF). Ces avions de type F-16 C Block 25 monoplaces font partie d’un lot remis à neuf et modernisés par l'USAF et commandés en 2014 par l’Indonésie.

Les six derniers F-16 sont maintenant modernisés et vont prochainement entreprendre leur vol de convoyage pour rejoindre la force aérienne indonésienne. Les 24 F-16 acquis par l’Indonésie viennent renforcer une flotte actuelle composée de 12 F-16 A/B Block20 livrés en 1989. Outre les F-16, la flotte de combat de première ligne comprend six chasseurs Northrop F-5E « Tiger II », cinq Sukhoi Su-27SK/SKM «Flanker-B» et 11 chasseurs multirôles «Flanker» Su-30MK/MK2, et 21 BAe Systems Hawk 200 d'attaque légère.

24 F-16 modernisés :

La mise à niveau inclut les principaux systèmes et composants suivants: lanceurs LAU-129A / A, récepteurs d'alerte radar ALR-69, radios ARC-164/186, contrôle de tir amélioré étendu (EEFC) 213 Systèmes de gestion de guerre électronique, Systèmes de distribution de contre-mesures ALE-47, dispositifs à cartouche activée / Dispositifs actionnés par propulseur (CAD / PAD), modernisation de la liaisons de données, amélioration des systèmes de localisation de position (EPLRS), LN-260 ). Adaptation des logiciels de ciblage pour nacelle AN/AAQ-33 SNIPER ou AN/AAQ-28 LITENING. Le contrat comprend également du matériel de soutien et d'essai, des pièces de rechange et de réparation, des publications et des documents techniques, des équipements de formation et de formation du personnel, des services de soutien techniques et logistiques et d'autres éléments connexes de soutien logistique. 

L'Indonésie désire que les avions F-16 modernisent la flotte de l'armée de l'air indonésienne (IAF) pour mener des opérations dans les régions frontalières les plus périphériques de l'Indonésie. La flotte actuelle des F-16 de l'IAF ne peut pas remplir ce rôle et les avions Northrop F-5 vieillissants sont coûteux à entretenir et à exploiter en raison de la diminution des ressources existantes pour soutenir l'aéronef. La modernisation de l'avionique fournira à l'IAF une capacité supplémentaire qui bénéficiera pour la sécurité en modernisant la structure des forces et en améliorant l'interopérabilité en utilisant davantage l'équipement produit par les Etats-Unis.

567.jpg

Photos : 1 F-16 indonésien @ TNI AU 2 F-16 au sol @ Tri Bowo

 

19/03/2016

La fin de la production du F-16 !

f-16-desktop-wallpaper.jpg

L’avionneur Lockheed-Martin se retrouve face à la perspective prochaine, de devoir fermer la chaine de production du F-16. A ce jour, plus de 4'500 exemplaires du « Fighting Falcon » ont été produit dans 140 configurations.

La chaine de montage du F-16 de Fort Worth au Texas produit actuellement les derniers exemplaires du F-16 destinés à l’Irak. Les dernières livraisons sont prévues pour la fin de l’année 2017. L’avionneur américain espère pouvoir compter sur une nouvelle commande en provenance du Pakistan, d’ici cette année pour maintenir encore un peu la ligne de production. Deux autres commandes en provenance du Moyen-Orient et d’Asie du Sud-Est pourraient éventuellement permettre de prolonger la fabrication du F-16 jusqu’en 2020.

Au pic de la production en 1987, sous la direction de General-Dynamics, qui a vendu son activité de fabrication d'aéronefs à Lockheed en 1993, l’usine de Fort Worth produisait un avion par jour. L'an dernier, Lockheed-Martin a livré seulement 11 avions.

L’option Viper :

La dernière version du F-16, le standard « Viper » n’a pas encore trouvé de client pour la production d’avions neufs. Cette variante n’est pour l’instant commandée que pour des modernisations de flottes déjà existantes. Les responsables de Lockheed-Martin sont conscients que certains clients ne pourront tout simplement pas se permettre l’achat du F-35 ou n’ont pas besoin de ses capacités avancées de combat furtifs, ce qui laisse quelques possibilités de ventes.

 

Photo : F-16 Block60 des EAU @Lockheed-Martin

 

 

14/02/2016

Les enjeux du remplacement des F-16 belges !

342.jpg

Bruxelles, en juin 2014, le ministère de la Défense a adressé à cinq avionneurs, une première demande d'informations dans le but de préparer le lancement de la compétition en vue du remplacement des avions de combats Lockheed-Martin F-16A/B Block15 «Fighting Falcon» en service depuis 1980.

Situation de la flotte de F-16 :

Au printemps dernier, la Belgique avait anticipé le long processus d’évaluation en se lançant dans une dernière mise à jour de sa flotte de F-16, celle-ci doit permettre à l’avion de tenir une dizaine d’années, le temps de voir venir le nouvel appareil. Les F-16 belges auront atteint la limite d’âge en 2023.

Le projet :

En décembre dernier, le ministre de la défense Steven Vandeput a annoncé que, grâce à un plan stratégique en cours d'approbation, 34 nouveaux combattants seraient acquis pour une enveloppe estimée à 4 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros). Un appel d'offres va être publié à la mi-2016 pour un choix en 2018 et permettre le début des livraisons en 2023.

Premières sélections : 

La Belgique a lancé une première demande d’information qui lui a permis d’évaluer les coûts en vue de l’établissement du budget. L’appel d’offre officiel qui sera effectué prochainement servira à établir une «Short List» qui conduira progressivement à la sélection finale d’un avion de combat. 

Les concurrents :

On retrouve tout naturellement les avions suivants, le Lockheed-Martin F-35, Boeing avec le F/A-18E/F «Super Hornet» et trois européens : Dassault avec le Rafale F-3R, Airbus DS avec l’Eurofighter T-3 Block20/25 et Saab avec le Gripen E MS21.

Les questions de fond :

Tout paraît donc dans le meilleur des mondes, pour offrir une véritable compétition en vue du remplacement de la flotte de F-16 en Belgique. Sauf, qu’il y a un détail important qui risque de faire basculer la compétition en la rendant purement et simplement inutile.

Il faut se rappeler, que la Belgique jour un rôle important dans le cadre de l'OTAN, par conséquent le nombre d’avion en dotation minimale pour que la Belgique continue d’être un acteur important dans les opérations de l’OTAN, devrait normalement être supérieur à 40 unités. Hors, le choix primaire de n’acquérir que 34 aéronefs, va poser un sérieux problème en terme de dotation. De plus, le manque actuel de moyens aériens au sein l’OTAN est justement une faiblesse qu’il faut combler.

Le second problème posé par le remplacement du F-16 vient de la capacité de celui-ci à emporter la bombe nucléaire B-61 au profit de l’US Air Force. Les pilotes belges sont formés et disposent donc de cette compétence. Hors, la bombe B-61 n’est pas homologuée sur les Rafale, Eurofighter et Gripen. En d’autres termes, si, les politiques belges désirent que la force aérienne continue à disposer de la compétence au largage de la B-61, un seul choix s’impose : le F-35 de Lockheed-Martin. La compétition devient ainsi inutile, car biaisée par une décision politique.

B-61_bomb.jpg

Commentaire :

La question de la B-61 est l’élément clef de cette compétition. Si d’aventure les politiques décidaient que le pays n’a plus intérêt à garder une telle compétence, alors la compétition serait bien réelle. On peut effectivement s’interroger sur la faisabilité que les Etats-Unis acceptent par exemple, de monter la B-61 sur le Rafale ou l’Eurofighter. Le secret militaire, les contraintes industrielles et politiques rendront l’exercice compliqué et donc irréaliste. Reste que la France pourrait de son côté proposer le Rafale avec le missile à tête nucléaire ASMP-A, histoire de faire d’une pierre deux coups. Il faudrait alors revoir le partenariat franco-belge et définir une doctrine commune. L'arsenal nucléaire français étant indépendant de celui  de l'OTAN, là encore rien n'est simple. On le voit, la question du remplacement des F-16 belges et sensiblement plus complexe qu’il n’y paraît.

 

1446821462.png.jpeg

Photos : 1 F-16 Belges @ FAB 2 La B-61 @USAF 3 F-35 @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

 

15/07/2015

Pakistan, nacelles Sniper pour les F-16 !

pakistan-f-16.jpg

 

 

 

Les Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon » pakistanais vont recevoir la nacelle  AN/AAQ-33 ATP« Sniper ». Au total 15 de ces systèmes vont être prochainement livré à la Force aérienne pakistanaise .

 

Au total, le Pakistan dispose d’une flotte de 45 Lockheed-Martin F-16C/D,  Le "Sniper ATP fournira une capacité de ciblage de précision pour localiser des cibles à l'aide de l'imagerie haute résolution et permettra également d’améliorer les capacités de reconnaissance aérienne. Le « pod » détecte, identifie automatiquement les cibles, puis le laser permet de désigner les  cibles tactiques à longue portée et permet  l'emploi des armes par guidage laser et guidage GPS contre des cibles multiples et mobiles.

Si sa fonction principale est d'assurer la désignation de cible pour des bombes à guidage laser, la nacelle « Sniper" peut aussi servir de nacelle de reconnaissance tout temps grâce à son FLIR et un caméra CCD embarquée.

Sniper_XR_pod_mounted_on_Canadian_CF-188_(5624032086).jpg

 

Photo: 1 F-16D pakistanais @ Emin Findikli 2 nacelle Sniper @ Lockheed-Martin