14/02/2013

L’Eurofighter fête ses 10 ans !

2f3e980f30.jpg


 

Manching, Il y a dix ans, le premier Eurofighter  de série avait décollé pour effectuer son premier vol. L'avion portant le marquage GT001 (GT signifie formateur en allemand) a été livré à la School of Engineering n ° 1 à Kaufbeuren de la Luftwaffe quelques jours plus tard, où il a depuis été utilisé pour former le personnel au sol.

 

L'ancien pilote d'essai Heinz Spoelgen et son collègue le lieutenant-colonel Robert Hierl du centre technique de la Bundeswehr (WTD) 61, situé à Manching, décrit le vol à l'époque comme un point culminant de leur carrière de vol. «Après avoir participé à un grand nombre de tests sur des prototypes d'avions Eurofighter  ce fut un grand défi pour nous de mettre la main sur le premier avion destiné à la Luftwaffe".

 

Un jour plus tard, le 14 Février 2003, les premiers Typhoon II de fabrication britannique et italienne ont également pris leurs premier envol depuis les installations de BAE Systems à Warton et Alenia Aermacchi à Turin. Le ST001 espagnol a suivi le 17 Février à partir des installations de Getafe.

 

Rappel :

 

L’Eurofighter Typhoon II  est un avion de combat polyvalent haute performance, extrêmement agile, doté de capacités en réseau et conçu pour les opérations multi-rôle dans des scénarios complexes de combat air-air et air-sol. Il est capable d’effectuer des missions de combat supersonique au-delà de la portée visuelle, combat rapproché subsonique, interdiction aérienne, destruction de défense antiaérienne et attaque maritime et littorale. L’Eurofighter est le couronnement de la coopération technologique britannique, allemande, italienne et espagnole en termes d’avionique, aérodynamique, matériaux, techniques de production et motorisation. En janvier 2013, plus de 350 aéronefs avaient déjà été livrés. La tranche 3A de production est assurée jusque fin 2017.

Production de série à plein régime

Cassidian en Allemagne et en Espagne est le principal actionnaire du consortium (46%), qui réunit également BAE Systems au Royaume-Uni et Alenia Aermacchi en Italie. Ces quatre nations ont commandé 620 appareils. Quinze Eurofigher ont été livrés à l’Autriche. L’Arabie saoudite et le Sultanat d´Oman ont commandé respectivement 72 et 17 appareils. L’assemblage final des appareils de série tourne à plein régime. Cassidian est responsable de la section centrale du fuselage, du système de commandes de vol, des sous-systèmes d’attaque, d’identification et de communication, de la fabrication de la voilure droite et des becs de bord d’attaque de l’ensemble des Eurofighter, ainsi que de l’assemblage final des appareils commandés par les forces aériennes allemandes et espagnoles.

 

eurofighter_4.jpg


Photos : 1 le premier Eurofighter de série GT001 2 Eurofighter de la RAF à Dubaï @ Cassidian

21/12/2012

Le Sultanat d’Oman choisit l’Eurofighter !

Eurofighter@De.jpg

 

EADS/Cassidan vient de confirmer un contrat d'environ 3 milliards d'euros avec le sultanat d'Oman. Elle porte sur la fourniture "à partir de 2017" de 12 avions de chasse Eurofighter " Typhoon II " et de huit avions d'entraînement Hawk à la Royal Air Force d'Oman.

Selon BAE Systems, cet accord repose sur une longue histoire de coopération étroite entre BAE et les forcées armées omanaises". En dépit de la volonté d'Oman de signer un contrat de gré à gré, l'américain Lockheed Martin restait en embuscade et proposait des F-16 C/D Block 50 supplémentaires. Entre 2005 et 2006, l'armée de l'air omanaise a reçu 12 F-16 dans cette version achetés en 2002. Et surtout, fin 2011, le Sultanat s'est à nouveau offert 12 nouveaux F-16 C/D Block 50. Les prémices du contrat avec BAE Systems remontent à 2008. Mais le dossier ne s'est vraiment accéléré qu'en janvier 2012 quand Oman a demandé à BAE Systems de lui soumettre une proposition. Début mai, le groupe britannique annonçait avoir adressé son offre et, début août, les négociations du contrat ont débuté.

 

L'Eurofighter bien placé dans la région :

 

Le gouvernement britannique espère également vendre le Typhoon aux Emirats Arabes Unis. En devenant un avion multirôle avec un radar à antennes actives (AESA) le CAPTOR-E et l’arrivée de missiles Meteor et le nouveau missile air-sol Dual Mode Brimstone en 2016. L’Eurofighter déjà placé en Arabie Saoudite est maintenant à Oman peut se targuer d’être très bien positionner pour les EAU.

 

Hawk T2 :

 

150156638.jpg

Oman opte également pour huit avions école de type Hawk T2. Le T2 comprend un affichage moderne de type LCD à la place de l'instrumentation classique, et permet la préparation pour le vol des avions de combat modernes, en particulier le tout "en verre". Le nouveau logiciel OC2 sera le même que celui retenu pour la RAF et l’Arabie Saoudite. Il utilise un moteur  Rolls-Royce Adour 951. Trois pays ont également déjà opté pour ce modèle, l’Afrique du Sud et l’Inde et l’Arabie Saoudite.

 

 

Analyse :

L’évolution technique de l’Eurofighter est en bonne voie, malgré un système industriel de répartition entre les différents pays participants qui reste fort complexe, notamment dans le ralentissement des choix décisionnels.

Mais, dans le cadre de ce nouveau contrat, on peut constater que le lobbying d’Etat à très bien fonctionné. Je m’explique, l’Allemagne à été le levier déclencheur en Autriche via l’ex-chancellier G. Schroeder (+ un petit coup de pouce financier). En Arabie Saoudite tout comme à Oman aujourd’hui , C’est BAe en collaboration avec l’Etat anglais qui à correctement fait jouer ses vieilles, mais toujours actives connections dans la région, et cela malgré, des coûts encore exorbitants par rapport à la concurrence.

Ajoutons également,  le contexte géopolitique avec la situation en Iran et en Syrie qui est notamment un facteur de choix et qui motive des programmes d'équipement militaire. BAe marque de précieux points dans ce pays où la relation politique est primordiale, un représentant de BAe délcarait il a quelques mois  : « Oman est un pays avec lequel nous avons une longue et précieuse relation ! ».

Photos : 1 Eurofighter 2 Hawk T2 @ BAe

 

 

 

06/12/2012

L'Eurofighter tire le Meteor

472a97a8f1.jpg



Après le Gripen et le Rafale, c’est au tour de l’Eurofighter de franchir l’étape décisive du tir d’un missile Meteor. EADS/Cassidian vient de confirmer qu’un appareil Typhoon II à tirer le missile de type BVRAAM Meteor le 4 décembre dernier avec succès.

 

 

Le missile a été éjecter correctement du fuselage d’un l’Eurofighter appartenant à la Royal Air Force. Ce tir s'appuie sur une précédente série d'essais en vol, effectué par BAE Systems partenaires du programme Eurofighter, avec lequel des missiles non motorisés ont été utilisés pour démontrer une séparation sûre avec l’avion lanceur.

 

Ce tir permet la pleine intégration du missile Meteor avec les différents standards du Typhoon .

 

Les essais en vol ont été réalisées avec le support intégré de du centre d’essais en vol de QinetiQ et MBDA à partir d’un polygone de tir  situé à Aberporth au Pays de Galles.

 

Ce vol avec tir réelle était réalisé par le pilote d’essais Steve Long de la RAF, celui-ci à déclaré : « En remplissant ces premiers essais de tir avec le Meteor, le Typhoon a fait un bond en avant significatif dans la capacité opérationnelle. En tant que pilote de chasse, vous voulez finalement la meilleure combinaison possible des armes antiaériennes et de pointe pour assurer le succès de la mission et pouvoir rentrer chez vous en toute sécurité».

 

Le Meteor : 


 

MBDA-Meteor-BVR-AAM-1S.jpg


 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

 

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

 

 

Photos : 1 Eurofighter de la RAF tirant le Meteor 2 le MBDA Meteor @ Eurogihter

03/12/2012

Mise à niveau des Eurofighter de la RAF !

08818e39cb.jpg

 

 

Dans le cadre du programme connu sous le nom de « Rénovation 2 », 43 Eurofighter Typhoon II de la Royal Air Force ont été mis à niveau. Ces appareils de la Tranche 1 sont dorénavant au standard Block5.

 

La modernisation de ces appareils comprend :l'installation d’un système Forward Looking Infra-rouge (FLIR) d’une amélioration de la capacité air-air et de la mise en place d'une capacité air-surface et la capacité d'utiliser le module désignateur laser pour le tir de bombes guidées.

 

 

Martin Taylor, directeur de BAE Systems Combat Air Support a déclaré: "Ce programme de mise à niveau donne à la flotte de la Royal Air Force, bien supérieur à ce qui était disponible à ce jour ».

 

Ce programme de modernisation d’une durée de six ans été mené par 160 employés travaillant

en étroite collaboration avec la Royal Air Force, le  Ministère de l'équipe de la Défense de gestion de flotte.

 

Selon le programme, le dernier avion à être restituée à la Royal Air Force  est le  Typhoon no : BS23 (numéro de queue ZJ932). L'avion est entré en service à l'origine au sein du  3e Escadron le 10 Novembre 2006. Il sera maintenant destiné à opérer au sein de l’Escadron 11 de Coningsby.

 

 Photo : le dernier eurofighter de la RAF ayant été modernisé @Eurofighter