13/04/2018

Très bon début pour le trafic aérien !

image-3.jpeg

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le trafic mondial de passagers pour février, qui indiquent une reprise de la croissance du trafic après un ralentissement de la demande observé en janvier. Ce ralentissement était alors attribuable à des facteurs temporaires, dont l’arrivée tardive du Nouvel An lunaire en 2018.

Le nombre total de kilomètres-passagers payants (RPK) a augmenté de 7,6 % par rapport à février 2017, en hausse de 4,6 % par rapport à la croissance annuelle observée en janvier. La capacité (nombre de sièges-kilomètres disponibles, ou ASK) a augmenté de 6,3 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,9 point de pourcentage pour s’établir à 80,4 %, ce qui surpasse le précédent record mensuel de 79,5 % établi en février 2017.

Le mois de février marque un retour à une plus forte croissance de la demande, après le ralentissement temporaire de janvier. Cela a été soutenu par un contexte économique robuste et un bon niveau de confiance des milieux d’affaires. T outefois, l’augmentation des prix du carburant et, dans certains pays, des coûts de main-d’œuvre vont probablement atténuer la stimulation du trafic provoquée par les transporteurs à bas prix cette année », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

23.jpg

Le trafic de passagers internationaux en février a augmenté de 7,2 % par rapport à février 2017, en hausse par rapport au taux de 4,2 % enregistré en janvier. Avec les compagnies aériennes d’Amérique latine en tête, toutes les régions ont enregistré une croissance annuelle plus élevée qu’en janvier. La capacité totale a augmenté de 5,9 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 1,0 point de pourcentage pour s’établir à 79,3 %.

Les transporteurs d’Europe ont enregistré en février une augmentation de la demande de 6,8 % comparativement à l’année précédente, soit une légère accélération si on compare au taux de croissance de 6,0 % observé en janvier. Le nombre de passagers suit une tendance à la hausse selon un taux annualisé dans les deux chiffres, à la faveur de conditions économiques favorables qui règnent dans la région. La capacité a augmenté de 5,0 % et le coefficient d’occupation a gagné 1,4 point de pourcentage pour atteindre 82,2 %, le taux le plus élevé parmi toutes les régions.

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont vu le trafic augmenter de 9,1 % en février, par rapport à la même période l’année précédente. La demande est favorisée par une saine croissance de l’économie régionale et l’expansion du nombre de routes offertes. La capacité a augmenté de 8,4 % et le coefficient d’occupation a gagné 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 80,5 %.

Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré une augmentation de la demande de 3,4 % en février, par rapport à l’année précédente. La capacité a augmenté de 3,9 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 0,3 point de pourcentage pour s’établir à 74,1 %. Les transporteurs de la région ont affronté des vents adverses au cours de la dernière année, dont l’interdiction temporaire des ordinateurs portables et les restrictions proposées visant l’entrée aux États-Unis des ressortissants de certains pays de la région.

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une hausse de trafic de 7,2 % en février, soutenue par le contexte économique relativement vigoureux des États-Unis, alors que le dollar plus faible semble contrebalancer certaines répercussions négatives sur le trafic entrant. La capacité a augmenté de 4,6 % et le coefficient d’occupation était en hausse de 1,9 point de pourcentage, à 78,0 %.

Les transporteurs d’Amérique latine affichent la plus forte croissance annuelle pour un deuxième mois consécutif, alors que le trafic a augmenté de 9,8 % en février, par rapport à février 2017. C’est une hausse de 8,1 % par rapport à janvier. La demande continue de se rétablir après la difficile saison des ouragans de 2017. La capacité a augmenté de 8,9 % et le coefficient d’occupation a gagné 0,6 point de pourcentage pour s’établir à 81,5 %.


Les transporteurs d’Afrique ont enregistré durant le mois une hausse de trafic de 6,3 % par rapport à février 2017. La croissance s’est manifestée dans un contexte économique régional qui s’améliore. Au Nigéria, la confiance des milieux d’affaires a augmenté de façon radicale au cours des 15 derniers mois, tandis qu’en Afrique du Sud, l’allègement de l’incertitude politique a permis, pour la première fois en plus d’une année, une amélioration de la confiance des gens d’affaires. La capacité a augmenté de 3,3 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 1,9 point de pourcentage pour s’établir à 67,8 %.

13-etihad-787-9-tismeyer.jpg

Photos : 1 A380 Singapore Airlines@ Weimeng 2 B767 American Airlines @ Rob Tisch3 B787 Ethiad @ A.Tisler

07/04/2018

Embraer a livré le premier E190-E2 !

img_7468.jpg

Embraer et la compagnie aérienne régionale norvégienne Wideroe ont célébré la livraison du premier appareil de la nouvelle série E-Jet E-2. L’avion un E190-E2 de 114 places entrera en service sur une route entre Bergen et Tromso en Norvège, dès le 24 avril prochain.

Le transporteur norvégien Wideroe, qui détient une commande ferme pour trois E190-E2 et des options sur 12 autres a choisi les jets d'Embraer. Le PDG de Wideroe Stein Nilsen a expliqué « La compagnie a besoin de petits jets: tels que le E190-E2 pour jouer un rôle important pour le développement du groupe ».

La compagnie prévoit d'utiliser les avions pour relier ses bases dans le sud-ouest du pays vers des destinations lointaines dans le nord, ainsi que de lancer des services de Bergen à, potentiellement, plusieurs destinations européennes.

embraer,aviation brésil,wideroe,compagnies aériennes,transport régional,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,infos aviation,famille e-jet-2

La nouvelle famille E2-Jet : 

Parmi les plus grandes nouveautés qui composent la nouvelle famille E-Jet, on trouve la refonte des ailes, une amélioration du de l’espace cabine et la nouvelle suite avionique et l’entrée en service de la quatrième génération de commande de vol électrique. Un autre changement important concerne le remplacement des moteurs existants pour la famille « PurePower » de Pratt & Whitney. Cette nouvelle génération de moteurs dispose de la technologie « Geared Turbofan », qui permet à la soufflante de tourner à une vitesse inférieure à celle du compresseur, réduisant considérablement la consommation et le bruit.

Embraer estime que le nouveau E-Jets E2 a un coût par siège similaire à celle des avions à fuselage étroit remotorisés tel que, l'A320neo d'Airbus et le Boeing 737MAX. Mais le constructeur estime que le coût par voyage sera nettement plus faible, ce qui pourrait créer une nouvelle niche de marché avec moins de risques et un dimensionnement correct de la flotte pour les compagnies aériennes. La famille E-Jet E2 dispose actuellement d'un portefeuille de 267 commandes fermes, plus de 373 options et droits d'achat, composés de compagnies aériennes et des sociétés de leasing.

embraer,aviation brésil,wideroe,compagnies aériennes,transport régional,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation,aviation francophone,infos aviation,famille e-jet-2

Photos : 1Le premier E190-E2 aux couleurs de Wideroe 2Cocpkit 3E190-E2 @ Embraer

15/03/2018

Accélération en vue pour le futur avion d’attaque légère !

21.jpg

La secrétaire de la Force aérienne américaine, Heather Wilson, va demander au Congrès de réaffecter des fonds au programme d'avions d'attaque légère, ce qui accélérerait l'achat d'un an par le ministère soit en 2019. Le financement de l'acquisition de l'avion d'attaque léger est actuellement prévu pour l'année fiscale 2020 et il y a environ 2,5 milliards de dollars prévus au cours des cinq prochaines années pour le programme, selon la Force aérienne.

Palier les faiblesses du F-35 :

L'armée de l'air est intéressée par l'achat d'avions à hélice pour les missions de surveillance et d'attaque légères comme alternative moins coûteuse à l'utilisation d'aéronefs tels que Lockheed Martin F-35, qui ne répond que partiellement aux besoins. De plus cette solution permettra d’économiser un peu l’usage des Fairchild A-10

Une fois relevés de leurs tâches d'attaque légère, les avions plus avancés, qui sont également plus coûteux à exploiter, seraient redéployés pour contrer les menaces d'adversaires plus compétents, par exemple, comme la Russie et la Chine. En d’autres termes, les avions légers seront principalement utilisés pour combattre des unités dites « terroristes » comme les Talibans ou Daesch ou Al Nosra.

Les A-10 garderont la pointe de l’attaque au sol et l’appuis direct aux soldats dans un conflit de grande intensité. Le F-35 ne pourra être utilisé que de manière limitée. D’une part, du fait de sa faible maniabilité à basse altitude et d’un emport d’armement limité.

Deux concurrents :

Deux avions sont finalistes pour le programme d'avions légers d'attaque OA-X,le Beechcraft AT-6 "Wolverine" de Textron Aviation et A-29 "Super Tucano" d'Embraer.

L’AT-6 « Wolverine » :

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt&Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.

L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Embraer A-29 « Super Tucano » :

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 A-29 & AT-6 2 AT-6 Wolverine @ Beechcraft 3 A-29 Super Tucano@ Embraer

12/03/2018

L’Embraer KC-390 sera livré cette année !

974451.jpg

L'armée de l'air brésilienne recevra ses deux premiers avions multi-missions Embraer KC-390 de série au cours de la seconde moitié de 2018, a indiqué l’avionneur brésilien. L'appareil sera initialement mis en service par le nouveau groupe de l'escadre 2 située à Anápolis, dans l'État de Goiás.

Vingt-huit avions de série ont été commandés pour un montant de 2,23 milliards de dollars en mai 2014. La capacité opérationnelle initiale a été atteinte en décembre 2017 et la capacité opérationnelle finale est prévue pour la fin de 2018, selon les informations transmises par Embraer et la Force aérienne brésilienne (FAB).

L’Embraer KC-390 :

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute, avec un système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'autoprotection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec système de contrôle de vol et des fonctions optimisées, qui assureront d’excellentes performances avec un équipage réduit. L’équipage disposera de quatre grands écrans reconfigurables et de deux manches latéraux, le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions spécifiques, comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 est motorisé par deux IAE V2500-A5.

3197285462.jpg

Photos : 1 KC-390 @ Alan Civali 2 Cockpit @ Embraer

02/02/2018

L’US Air Force rejette le Scorpion !

53bea29b06088.jpg

L'US Air Force a exclu l'avion d'attaque légère Textron Aviation Scorpion dans le cadre du programme d’essais d’avion d’attaque au sol léger OA-X. Le choix de l’US Air Force se fera en direction de l'AT-6 « Wolverine » de Beechcraft et de l’Embraer A-29 « Super Tucano ».

La nouvelle est un coup dur le « Scorpion » de Textron Aviation visant à obtenir l'approbation de l'US Air Force. Un éventuel choix aurait facilité d’éventuelles exportations. Au lieu de cela, les turbopropulseurs AT-6 et A-29 sont «les deux avions d'attaque légers les plus prometteurs», a déclaré la secrétaire de la Force aérienne, Heather Wilson.

L'AT-6 et l'A-29 participeront à la deuxième phase de l'expérience OA-X de mai à juillet prochain sur  à l'aérodrome de Davis-Monthan en Arizona. La deuxième phase était prévue à l'origine comme une démonstration dans une zone de combat.

Encore faudra-t-il un budget ?

Mais le véritable soutien en ce qui concerne un avion d’attaque légère pour l’US Air Force est aujourd’hui difficile à juger. Il faudra attendre le mois de février pour savoir si l'Administration Trump optera pour un budget.

 

L’AT-6 « Wolverine :

 

2928239945.jpg

Basé sur la cellule de son avion d’entraînement militaire AT-6, Beechcraft a développé une version d’attaque au sol & surveillance pour répondre aux besoins d’appui au sol des unités antiguérillas et de lutte contre les narcotrafiquants. Cette solution devrait convenir selon son constructeur d’évoluer à proximité directe des Forces au sol et ceci de manière plus proches que les actuels A-10.  La réalisation de l’AT-6 Light Attack est la conclusion de nombreux essais effectués entre le constructeur et  l’Air National Guard Reserve Command Test de l’Arizona. L’appareil intègre un système de gestion NetCentric  de combat dérivé de l’A-10, permettant l’utilisation d’un viseur de casque, une tourelle FLIR couplée à un armement complet. La cellule est renforcée et permet de résister aux impacts d’armes légères. L’AT-6 dispose également d’une turbine plus puissante que sont petit frère, une Pratt & Whitney PT6A-68D de 1600 chevaux.L’appareil doit donc pouvoir évoluer et surveiller les frontières, ainsi que les secteurs proches d’unités au sol. Permettre de détecter tout mouvement adverse et d’apporter si besoin une réponse armée.

Le A-29 « Super Tucano :

 

2583994300.jpg

Le « Super Tucano » A-29 est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano de base et dispose d’une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes, dotées d’un nouveau profil. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du « Super Tucano » est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforcé permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoute, soit des bombes en chute libre ou guidées, des roquettes ou des missiles de types : AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés pour augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Photos : 1 Textron Scorpion@ Textron 2 AT-6 @ Beechcraft 3 A-29 @ Embraer