16/02/2020

US Navy : catapulte électromagnétique en voie de qualification ! 

super-hornet-emals-1800.jpg

L’US Navy a annoncé que son nouveau système de lancement électromagnétique (EMALS) et de son dispositif d'arrêt avancé (AAG) sont en voient de qualification et opérationnel. Ces deux nouveaux systèmes sont en fonction à bord du porte-avions USS Gerald R. Ford CVN-78.

Le porte-avions, a effectué des tests de compatibilité en mer avec l’EMALS et l’AAG, démontrant le lancement et la récupération avec la gamme d’avions en service au sein de la Navy, tel que les  Boeing F/A-18E/ F « Super Hornet » et Ea-18 « Growler », E-2D « Advanced Hawkeye » et C-2A Greyhound, ainsi que le Boeing T-45 « Goshawk ».

L'USS Gerald R Ford est le premier des porte-avions de la classe Ford de l'USN et le premier à utiliser l’EMALS et l’AAG, parmi plusieurs autres nouvelles technologies. Le navire est le plus grand porte-avions du monde, déplaçant environ 100’000 t.

Le système EMAL :

4-5-2004-2.jpg

EMALS (Electromagnetic Aircraft Launch System) est une catapulte de lancement qui utilise un moteur à induction linéaire, plutôt qu'un piston à vapeur, pour accélérer les avions au décollage. Les moteurs à induction linéaires utilisent l'électromagnétisme pour déplacer rapidement un chariot tirant un avion du bord du porte-avions et en vol.

L’AAG :

General-Atomics-AAG-System-Successfully-Completes-Barricade-Arrestment-Test-2-770x410.jpg

L'AAG (Advanced Arresting Gear) utilise un fil connecté à un système électromagnétique pour ralentir et arrêter l'atterrissage des avions. Les transporteurs plus âgés utilisaient un système hydraulique pour attraper les avions en atterrissage. 

Des systèmes EMALS et AAG doivent également être installés sur deux autres futurs porte-avions de classe Ford, l'USS John F Kennedy et l'USS Enterprise.

General Atomics a déclaré que les deux systèmes seraient plus faciles, moins chers et plus précis que leurs prédécesseurs. Cependant, la fiabilité a été inférieure à ce qui était souhaité, entraînant des retards de mise en service coûteux, selon le rapport du bureau du Pentagone du directeur des tests et évaluations opérationnels 2019. 

Le fabricant de l’EMAL et l’AAG, General Atomics annonce que la récente autorisation de l’utilisation d'EMALS et d'AAG est un succès. La société travaillera avec l'USN au cours des prochains mois pour poursuivre les tests des systèmes en vue des tests et l'évaluation opérationnelle initiale.  

Photos : 1 Catapultage d’un Super Hornet avec l’EMALS 2 EMALS 3 AAG @ General Atomics

06/07/2013

Premier catapultage électromagnétique !

800px-US_Navy_101218-N-0000X-002_An_F-A-18E_Super_Hornet_is_launched_during_a_test_of_the_Electromagnetic_Aircraft_Launch_System_(EMALS)_at_Naval_Air_Sys.jpg


 

Patuxent River, Maryland, L'US Navy vient de réussir le lancement d’un F/A-18 «Super Hornet» à l’aide d’une catapulte électromagnétique. La technologie EMALS (Electromagnetic Launch Aircraft System) doit  remplacer les catapultes à vapeur des porte-avions de la Navy à terme.

 

Ce test marque la 2ème phase des essais de lancement d’avions pilotés. Le développement du système EMALS est prévu pour être achevé à la fin de 2015. Il sera intégré sur les futurs porte-avions nucléaires de la classe Gerald R. Ford.

Une nouvelle génération de catapulte : 

Les catapultes à vapeur actuelles actuelles, utilisent environ 615 kg de vapeur pour chaque lancement d’avion, laquelle est habituellement livrée par canalisation à partir du réacteur nucléaire. Il faut y ajouter l’hydraulique requis et les huiles, l’eau nécessaire pour freiner la catapulte et des pompes associées, les moteurs et les systèmes de contrôle. Cela représente un système lourd, et un entretien intensif, avec des chocs soudains qui peuvent raccourcir la durée de vie de la cellule du porte-avions.


 

thumb_Growler_EMALS_Title_1.png


Le système EMALS :

L’EMALS (système de lancement avec appareil Electro-Magnétique) utilise une méthode analogue à un canon sur rail électro-magnétique pour accélérer la vitesse du sabot qui lance l’aéronef. Cette approche fournit un lancement plus lisse, tout en offrant jusqu’à 30% d’énergie supplémentaire au lancement notamment pour les avions lourds. Ce système occupe aussi moins d’espace et réduit les besoins d’entretien car il dispense de la plupart des tuyauteries pour la vapeur de la catapulte, mais aussi les pompes, les moteurs, et les systèmes de contrôle, et à terme un personnel plus restreint.

Le générateur du système EMALS pèse plus de 80.000 livres, et mesure 13,5 pieds de long, pour 11 pieds de large et près de 7 pieds de haut. Il est conçu pour délivrer jusqu’à 60 mégajoules d’électricité, et 60 mégawatts maximum. En 3 secondes, il doit délivrer une quantité d’énergie équivalente à celle de 12.000 foyers pour lancer un seul avion sur le pont. Or, chaque nouveau porte-avions de la classe Gerald R. Ford devra posséder 12 générateurs EMALS.

Ce système marque un gros changement, mais c’est une technologie essentielle pour l’US Navy qui souhaite livrer sa nouvelle classe de porte-avions dans les délais et le budget prévus et tenir les promesses de réduction des coûts du programme CVN-21. 


 

emals1.jpg


Photos : 1 & 2 Premier catapultage d’un Super Hornet avec EMALS 2 Image de synthèse @ US navy