26/04/2011

Japon, printemps arabe : le trafic aérien reprend en douceur !

 

 

1889907.jpg

 

 

Le trafic reprend au Moyen-Orient mais les tensions liées au "printemps arabe" ont accru la facture globale des compagnies aériennes en carburant de 30 milliards de dollars. La demande de trafic aérien avec le Japon ne devrait pas reprendre jusqu'à l'automne, a déclaré jeudi Giovanni Bisignani, directeur général de l'IATA, plus d'un mois après le cataclysme qui a frappé l'archipel.

"L'inquiétude aujourd'hui, c'est le carburant et l'impact du Japon sur les recettes", a-t-il expliqué.

Japon :

Une semaine après le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon, l'IATA (Association internationale du transport aérien) avait déjà estimé que la catastrophe allait provoquer un "ralentissement majeur" dont le transport aérien ne se remettrait pas avant le second semestre.

"Il faudra voir les chiffres d'avril parce que mars n'est pas un indicateur important, mais il y aura un effet significatif", a déclaré Giovanni Bisignani, qui devrait prendre sa retraite en juin de la direction de l'IATA.Le marché japonais représente 6,5% du trafic aérien mondial, mais 10% des recettes total du secteur.

Les responsables des compagnies aériennes ont fait état d'une baisse du trafic habituel, tempérée par un afflux de passagers et un volume de fret supplémentaire pour aider le Japon à faire face à sa plus grave crise depuis la Seconde guerre mondiale. Prié de dire combien de temps il faudrait pour que la demande habituelle reprenne avec le Japon, Giovanni Bisignani a répondu : "Il nous faudra attendre jusqu'après l'été".

Selon les analystes, Delta Air Lines est la principale compagnie étrangère à desservir le Japon, dont le marché est dominé par Japan Airlines et All Nippon Airways.

Monde arabe & pétrole :

Le Moyen-Orient évolue un peu plus rapidement, en particulier dans un marché comme l'Egypte qui reprend avec la haute saison et on voit encore des réservations pour la Mer rouge.

Les cours du pétrole ont augmenté de 30% cette année pour atteindre 124 dollars le baril jeudi.

Le problème concerne en particulier le carburant et les coûts de celui-ci, le trafic lui reprend progressivement notamment vers les destinations du maghreb ou de nombreux efforts sont faits pour relancer le tourisme.

 

1813465.jpg

 

 

Photos : 1 B767 ANA @ Rui MIguel 2 A330 Egypt Air @WT