28/02/2017

Entrée en service du EA-18G « Growler » au sein de la RAAF !

australiangrowler.jpg

L’avion de guerre électronique Boeing EA-18G « Growler » entre en service au sein de Royal Australian Air Force (RAAF). Les deux premiers exemplaires de EA-18G sont arrivés en Australie. Les appareils ont été réceptionnés lors d’une cérémonie en présence de la ministre de la Défense Marise Payne et de RAAF chef de l'air Marshall Geoff Davies.

La ministre de la défense Marise Payne a annoncé que l'Australie s'associait avec les États-Unis pour développer un brouilleur radio de prochaine génération pour venir équiper le « Growler » sur un budget de 192 millions de dollars.

Rappel :

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés, auprès de l’avionneur américain. 

 Le premier «Growler» australien est numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015,  avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy,  sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington.

Le EA-18G «Growler» : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

 

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

AIR_F-18F_RAAF_Armed_AIM-9X_ATFLIR_AGM-154C_lg.jpg

Photos : EA-18G « Growler » de la RAAF @ Boeing

 

 

 

 

15/04/2016

Développement du nouveau brouilleur pour l’EA-18G !

352.jpg

L’US Navy a sélectionné Raytheon pour la fabrication du nouveau système de brouillage qui équipera les avions Boeing EA-18G « Growler ». Un contrat de 1 milliard de dollar a été signé cette semaine, en vue du développement d'ingénierie de la nouvelle nacelle de brouillage « New Generation Jammer » (NGJ).

Actuellement la marine américaine utilise les nacelles AN/ALQ-99 sur les EA-18G. Ces mêmes nacelles de brouillage équipaient à l’époque les EF-111A « Raven », ainsi que les derniers EA-6B« Prowler » encore en service.

Le projet :

Le contrat prévoit une entrée en service pour 2020. D’ici là, Rayhteon va concevoir deux modèles de nacelle qui seront ensuite testée en vol sur un EA-18G. Le groupe d’essais de la Marine prévoit de procéder à un examen critique de la conception du système en 2017, pour finaliser la conception et permettre l'assemblage des modèles de test. Le premier test d'un pod de brouillage entièrement fonctionnel est prévu en mars 2019.  La nacelle NGJ doit permettre une agilité accrue de brouillage et de précision et de capacité à large bande (bande basse, mi-bande et bande haute) pour une plus grande couverture de la menace.

Au total, la Marine américaine prévoit d’acquérir 128 nacelles NGJ pour un coût estimé à près de 7,4 milliards de dollars.

 

ngj-1lg.jpg

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ USN 2 Essais d’un modèle de nacelle sur un Gulftream GIII @ Raytheon

 

06/12/2015

Mise à jour des EA-18G !

1510991.jpg

 

L'US Navy a décidé de mettre à niveau ses avions de combat Boeing EA-18G « Growler » avec une nouvelle liaison de données et une modernisation du système qui permet à l'appareil d'identifier des navires à longue distance sans utiliser le radar.

L’US Navy prévoit de mettre à jour le système de liaison de données Rockwell-Collins, ce qui permettra d’installer le nouveau système de ciblage tactique (TTNT) sur les EA-18G. L'EA-18G utilise son radar à balayage électronique (AESA) Raytheon APG-79, afin d'identifier des cibles à longue portée, mais en utilisant cet émetteur, il expose l'aéronef à la détection par les systèmes d'alerte de radar de la cible visée. Par conséquent, la marine veut doter ses appareils d’une mise à jour du système de détection passif, le AN/ALQ218 de Northrop-Grumman.

 

Nouvelle version de l’ALQ-218 :

Le AN/ ALQ-218 est un système de récepteur qui fournit une haute probabilité d'interception (POI) et de géolocalisation. Le système détecte et analyse les signaux adverses (IMOP) et permet d’identifier l’émetteur ennemi et ses caractéristiques. Il s’agit d’un système d’analyse à large spectre lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Une fois les signaux ennemis identifiés, le système les partages via la liaison de données avec les autres « Growler », les avions de détection avancée Northrop E-2D « Advanced Hawkeye ».

Les Boeing EA-18G « Growler » possèdent déjà un système similaire, mais celui-ci ne fonctionne que pour la courte portée. Le nouveau système longue-portée viendra remplacer l’actuel dans les nacelles de bouts d’ailes.

 

Rappel concernant les EA-18G & Super Hornet :

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage. L’EA-18G du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

 

img_8.jpeg

 Photos : 1 Boeing EA-18G « Growler » @Anthony Osborne 2 nacelle de bout d’ailes qui emporte l’ALQ-218 @ Northrop-Grumman

 

29/10/2015

US Navy, dernière tranche d’EA-18G « Growler » !

31038.jpg

 

L'US Navy va progressivement recevoir la dernière tranche d’avions de combat EA-18G « Growler », il s’agit de 15 appareils pour un montant de 1898 milliards de dollars. Si aucune nouvelle commande ne venait s’ajouter à celle-ci dans les 12 mois qui viennent, la chaine d’assemblage de Boeing viendrait à fermer courant 2019.

 

Baisse de la fabrication :

Boeing est entré dans un processus de réduction du taux de sortie sur sa chaine d’assemblage de  St –Louis avec trois avions par mois pour l’instant, puis deux à partir du premier trimestre de l'année 2016 ,dans une tentative de garder la ligne viable au moins jusqu'en 2019.

La nécessité de garantir de futures offres avec le  « Super Hornet » vient de prendre de l’importance la sélection mardi (voir article avia news) de Northrop-Grumman pour construire le futur bombardier de l’US Air Force.

En outre, le changement de gouvernement au Canada la semaine dernière pourrait voir Boeing venir concurrencer  Lockheed-Martin pour remplacer la flotte actuelle de CF-18 de la Force aérienne royale du Canada. Boeing espère aussi placer son « Super Hornet » au Danemark, et en Finlande.

 

Rappel concernant les EA-18G & Super Hornet :

Le «Super Hornet» Block II, ainsi que la version de guerre électronique le «Growler» sont des appareils de première ligne à capacités multi-rôles. l’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

De son côtés, le F/A-18 E/F «Super Hornet» est un avion multi-rôles, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté tout comme le EA-18G du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

 

img_3948.jpg

Photos : Boeing EA-18G « Growler » @ USN

 

 

30/07/2015

Le premier EA-18G « Growler » australien !

IMG_3739.jpg

 

 

St-Louis, Boeing dévoilé le premier exemplaire du EA-18G « Growler » destiné à la Royal Australian Air Force lors d’une cérémonie qui a eu lieu, en fin de journée ce mercredi. L’Australie devient ainsi la première nation en dehors des États-Unis à disposer de cet aéronef.

 

12 EA-18G pour la RAAF : 

 

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés, auprès de l’avionneur américain. 

 Le premier «Growler» australien est numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015,  avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy,  sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington. Six équipages de la RAAF seront opérationnels,  pour l’arrivée des premiers EA-18G en 2016.

 

Le EA-18G «Growler» : 

 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le «Growler» dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

Capacités ECM :

 

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

 

Capacités de tirs :

 

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

yourfile-1.jpg

Photos : le premier EA-18G « Growler » australien @ Boeing