23/10/2017

IRST amélioré pour les Super Hornet !

ea-18g-growler-1080i-1080p-ea-18g-growler-f-18-jet-snow-super-hornet.jpg

L'US Navy modernise ses avions de combat Boeing F/A-18E/F et E/A-18 « Growler » avec un système de capteurs Lockheed-Martin IRST21 amélioré. Lockheed a reçu deux contrats d'une valeur de 100 millions de dollars par l'intermédiaire de Boeing et fournira un logiciel avancé, des mises à niveau matérielles et des livraisons de prototypes dans le cadre du système IRST BlockII.

Une version plus ancienne de l'IRST qui détecte les menaces aéroportées existe dàjà sur la flotte « Super Hornet » de l'US Navy et les avions F-15.

L’AN/ASG-34 :

L’IRST (Infrared Search-and-Track) AN/ASG-34  (IRST21) destiné au « Super Hornet » est  développé en commun par Lockheed-Martin, Boeing et General Electric. Contrairement aux systèmes IRST montés sur les nez des aéronefs, celui-ci, est installé dans un réservoir ventral de type General-Electric FPU-13. Selon ses concepteurs, il est capable malgré sa position particulière sur l’aéronef, de suivre des cibles en hauteur et ceci jusqu’à 16’000 mètres d’altitudes. Les données du capteur de IRST21 sont fusionnées avec les autres informations acquises par les différents capteurs qui équipent le F/A-18E/F « Super Hornet » et augmentera ainsi, la conscience de la situation du pilote. 

L’AN/ASG-34 issus des systèmes de capteurs de Lockheed-Martin qui ont accumulés plus de 300 ‘000 heures de vol sur le F-14 de l'US Navy et le F-15.

L’ajout d’un capteur IRST sur le « Super Hornet » permettra à celui-ci de combler son retard en ce qui concerne la détection passive (sans révéler sa propre position) et permettra au « Super Hornet » d’évoluer jusqu’en 2035/40 en parallèle avec le Lockheed-Martin F-35.

Le capteur BlockII amélioré offre une portée étendue et une meilleure capacité de ciblage avec des systèmes internes améliorés, tels que le récepteur et le processeur. Les mises à niveau du BlockII font partie du programme IRST en cours de la marine américaine. Dans le cadre de la phase de développement technique, Lockheed fournira les lots de production initiale 1 et 2 à faible coût en en 2019. Ces lots seront utilisés pour les essais, l'entraînement et le développement tactique, et comprennent 18 capteurs intégrés dans les réservoirs de carburant. En 2022, Lockheed fournira les actifs d'ingénierie, de développement et de fabrication du BlockII.

Commentaire :

Bien que l’emplacement de l’IRST21 AN/ASG-34 ne soit pas spécialement idéal, celui-ci occupe le point central de l’avion, l’US Navy démontre vouloir investir encore pour son « Super Hornet » afin, de le garder en service durant une vingtaine d’années et épauler le jeune F-35. 

Ces investissements se font par contre au détriment du F/A-18C/D « Hornet » qui devrait donc, quitter progressivement l’US Navy à partir de 2023, pour être définitivement retiré du service en 2030.

7f22b-wmlnl40wy54zzrkzjtha.jpg

 

Photos : 1 EA-18G « Growler » @ US Navy 2 L’IRST21 installé dans son réservoir @ Lockheed-Martin

 

05/11/2015

L’US Navy pourrait commander plus de Super Hornet !

20090605174618super_hornet_on_flight_deck.jpg

 

Les retards du programme Lockheed-Martin F-35 poussent l’US Navy à envisager sérieusement une nouvelle commande de Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ». Le F-35 ne pourra en effet, pas venir combler assez rapidement le départ à la retraite des premiers lots de F/A-18 C/D « Hornet » dans la période 2023 à 2026, par conséquent, il faut impérativement combler ce vide.

Pour l’US Navy, il s’agirait de passer commande pour un supplément de 24 à 36 Boeing F/A-18E/F « Super Hornet » à travers l'exercice 2018. En parallèle à cette commande, l’US Navy envisage le maintien d’un certains nombre de « Hornet » dont l’état des structures permettrait de monter de 6'000 heures à 10'000 heures de vol durant la période 2016 à 2032. Pour l’US Navy le « Super Hornet » pourrait rester en service jusqu’en 2040.

 

Et l’Advanced Super Hornet :

 

2539970078.jpg

L’US Navy envisage également de relancer l’idée d’une mise à niveau d’une partie de la flotte de « Super Hornet » au standard « Advanced Super Hornet » durant la période 2023-2025. Le projet «Advanced Super Hornet» est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 «Silent Eagle». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité, concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Efficace et ayant donné de très bons résultats avec les essais du «Silent Eagle», le projet «Advanced Super Hornet» en reprendrait donc les lignes, pour une application sur les «Super Hornet» et autres «Growler» actuels. 

Tout comme sur le «Silent Eagle», on applique une amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, soit : l’emport de carburant et armes en externes. Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique n’a pas été oubliée, le cockpit est doté,  soit d’un écran géant ou de deux grands écrans couleurs. Les deux options seront dotées d’un mode tactile.

 

2213437.jpg

Photos : 1 F/A-18 E « Super Hornet » @ USN 2 Advanced Super Hornet @ Boeing 3 Super Hornet @ Gabriel Desmond

04/06/2013

L’Australie confirme le binôme Super Hornet & F-35 !


ea18g_vx31_29.jpg



CANBERRA, le gouvernement australien vient de confirmer la commande d’un nouveau lot d’avions de combat Boeing EA-18G  «Growler» et confirme également l’achat du Lockeed-Martin F-35.

 

Boeing EA-18G : 

 

On attendait cette commande depuis l’année dernière, cette fois elle se confirme, l’Australie va passer commande pour un lot de 12 Boeing EA-18G «Growler» de guerre électronique. Cette commande va se greffer à celle de l’US Navy qui prévoit de commander 9 appareils de ce type cette année. 

 

Pour Boeing, cela signifie qu’en ajoutant les commandes additionnelles de «Super Hornet»  pour la Navy est éventuellement, celles, de clients étrangers, la chaine de montage du F/A-18E/F & EA-18G devrait être maintenue jusqu’en 2020.

 

L’Australie avait initialement prévu de convertir la moitié de ses 24 existant F/A-18F «Super Hornet» en configuration «Growler», mais dans un communiqué, le Premier ministre Julia Gillard et le ministre de la Défense Stephen Smith ont déclaré que le gouvernement a décidé de conserver le «Super Hornet» et de le compléter avec 12 EA-18G. 

 

Le EA-18G «Growler» : 


 

800px-EA-18G_Growler_VX-9_from_below_2008.jpg


 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

Confirmation pour le F-35 : 


 

F-35-Lightning-II.jpg


La seconde confirmation vient du programme concernant le Lockheed-Martin F-35, l’Australie prévoit de se doter de 72 appareils de ce type, soit : 3 Escadrons. Les F-35 devraient entrer en service en 2020.

Analyse :  

L'inconvénient de cette décision est que la Royal Australian Air Force (RAAF) devra    exploiter une flotte mixte de «Super Hornet» et F-35 à partir de 2020 jusqu’en 2030 au minimum. Ceci représente un excès de coûts pour la mise en oeuvre des deux types d’avions. Certes, cette solution est basée sur une diminution du nombre de F-35, soit 72 en lieu et place des 100 avions prévus au départ. Mais cette solution semble limitée du point de vue tactique et laisse le choix aux futurs gouvernements de ce pays d’engager où non, un complément d’acquisition selon l’évolution de la situation. On sent la frilosité du moment ...

 

Photos : 1 & 2 EA-18G «Growler» en vol  @ Boeing 3 F-35A en vol @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/07/2011

Premier baptême du feu pour les EA-18G « Growler » !

 

 

EA-18G_VAQ-132_CAG_Bird_in_flight_2009.jpg

 

 

ST. LOUIS, Boeing Les EA-18G « Growler » exploité par l’escadron de guerre électronique VAQ-132 « Scorpion » ont réussi leur baptême du feu pour ce type d’appareil ! Le groupe vient de rentrer sur sa base d’attache à Whidbey Island Naval Air Station, Etat de Washington après avoir été engagé en Irak puis en Libye.

 

L’Irak et surtout la Libye :

 

Les EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » viennent de terminer un déploiement de huit mois au sein de l'US Central Command (CENTCOM) en Irak  et l'US Africa Command (AFRICOM),  dans le cadre des opérations dans le ciel Libyen. Le premier déploiement en Irak fut assez court pour l’escadron, qui fut engagé dès les premières heures, au-dessus de la Libye afin de neutraliser, les défenses anti-aériennes et d’opérer une saturation des moyens radars et électronique, fidèles au dictateur Kadhafi. Ces appareils étaient stationnés sur la base aérienne d’Aviano en Italie.

 

Depuis le départ du VAQ-132 du théâtre des opérations, le squadron VAQ-141 « Shadowhawks »  également doté de EA-18G « Growler » a reprit le flambeau à bord du porte-avions l'USS George HW Bush  (CVN77) et marque ainsi le premier engagement des « Growler »  en mer depuis une flottille de bâtiments de surface.

 

110709-N-ZK021-005.jpg

 

L’US Navy satisfaite du EA-18G :

 

Le Capt Mark Darrah, Directeur du programme d’introduction du Super Hornet et de l’EA-18G ne cache pas sa satisfaction en ce qui concerne l’emploi du nouvel appareil, selon les premiers commentaires des pilotes du VAQ-132, l’EA-18G a parfaitement répondu au attentes de ceux-ci, les pilotes ont pu tirer de nombreuses expériences et mettre à profits l’ensemble des systèmes qui composent  le système d’arme du « Growler ».

 

Rappel sur le EA-18G « Growler » :

 

 L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Vaq-132.gif

 

 

 

Les systèmes embarqués du Growler lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

VAQ132_Small.jpg

 

Photos : 1 EA-18G « Growler » du VAQ-132 « Scorpion » 2 VAQ-132 en vol 3 Emblème du VAQ-132 4 L’escadron VAQ-132 à son arrivée à Whidbey @ US Navy

 

 

08:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : us anvy, ea-18g, growler, vaq-132, scorpion, irak. libye |  Facebook | |

27/04/2011

Livraison du 500e Super Hornet/Growler !

2068315702.JPG

 

 

ST. LOUIS, Boeing et l'US Navy viennent de  célébrer la livraison du 500e F/A-18E/F Super Hornet et dérivés du EA-18G Growler ! Ces appareils sont destinés à rejoindre la  flotte d'avions tactiques de la Marine américaine. A noter, que Boeing a livré tous les F/A-18E/F et EA-18G de l'US Navy en avance sur le calendrier et conformément au budget.

 

Le Super Hornet Block II ainsi que la version de guerre électronique le Growler sont des appareils de première ligne à capacités multi-rôles. l’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

 

MSF11-0041-003_SHG_500thDelivery.jpg

Les systèmes embarqués du Growler lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

-  Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le Growler dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS  qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,)

 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

De son côtés, le F/A-18 E/F Super Hornet  est un avion multi-rôles, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du Hornet le Super Hornet permet des missions à très grand rayon d’action. Le Super Hornet est doté tout comme le EA-18G du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

Concernant l’exportation :

 

Boeing est procède actuellement à la livraison de 24 F/A-18F Super Hornet pour la  Royal Australian Air Force (RAAF). Le Super Hornet est aussi un concurrence  dans les compétitions internationales au Brésil en l'Inde, en  Malaisie et au Japon.

 

thumb_MSF11_0041_008.jpg

 

Photos :  1 EA-18G Growler  2 & 3 Cérémonie à ST-Louis avec un Super HOrnet et un Growler @ Boeing

 

 

 

 

 

07:59 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, super hornet growler, ea-18g, fa-18 ef, usn |  Facebook | |