29/01/2017

DSA20 peut continuer !

2629643094.jpg

Le rapport d’enquête de la délégation des Commissions de gestion du Parlement arrive à la même conclusion que le rapport de Kurt Grüter, qui s’est récemment penché sur les processus liés à la suspension de l’acquisition d’une nouvelle défense sol-air (DSA): le projet étant bien préparé, aucune suspension ne s’avère nécessaire.

Comme la SSO l’a indiqué à plusieurs reprises, il est incontestable que le système de défense sol-air actuel, obsolète et dont la puissance de feu a déjà été considérablement réduite, devra être prochainement remplacé. «Car il s’agit d’un système clé pour la protection des ouvrages et du territoire. Si la protection n’est pas assurée depuis le sol, à quoi cela servirait-il d’acquérir de nouveaux avions de combat, de nouvelles pièces d’artillerie ou des chars plus puissants? Sans une protection effective et efficace assurée par la défense sol-air, ils ne seront que peu utilisés, voire pas du tout», insiste Stefan Holenstein, colonel d’état-major général et président de la SSO.

C’est la raison pour laquelle l’Armée suisse a urgemment besoin d’une défense sol-air qui soit capable de déployer toute sa puissance par n’importe quel temps, de jour comme de nuit, lorsqu’elle est combinée à des moyens d’action aéroportés et fonctionne en interaction avec les autres capteurs et effecteurs de l’armée.

La SSO demande donc logiquement au Conseil fédéral de remettre immédiatement sur les rails le processus d’acquisition de la défense sol-air. Il convient en outre de préciser les conséquences qu’a eu le retard pris par le processus d’acquisition sur le budget d’investissement de l’armée et de quelle manière ce budget pourra être augmenté de sorte à ne pas compromettre d’autres investissements dont l’armée a également un besoin urgent. Car il faut considérer l’armée comme un système global qui ne peut fonctionner correctement que si les différents investissements et projets d’armement ne sont pas mis en opposition voire, pire, en concurrence.(SSO)

Une réaction légitime :

Le Mnistre de la Défense Guy Parmelin a-t-il été trop brutal sur ce dossier ? Je vous rappelle qu'il y a une année la presse s'est déchainée sur le sujet : accusant de négligence le chef de l'armée, le Cmdt des FA et relatant les problèmes des deux systèmes à l'étude. Le nouveau Chef du DDPS a donc réagi et bloqué l'évaluation avec en sus une enquête sur le fonctionnement de l'évaluation. Aurait-il pu en être autrement ? Non. D'une part l'enquête à révélé que l'évaluation a été correcte, que les chefs de l'armée n'ont commis aucune faute. Pare contre, oui, le système de BAe le CAMM-ER ne répond pas en terme de rayon d'action et l'Iris-SL de Diehl-BGT devait améliorer sa capacité d'engagement lors de conditions météorologiques difficiles. Aurait-t-on pu commander l'un de ces deux systèmes dans ces conditions ? La réponse est NON. En Suède le système Iris-SL qui a été commandé est retardé en ce qui concerne sa mise en service, tant que les capacités n'ont pas été améliorées. Les essais de 2016 sont positifs, un nouveau test aura lieu cette année pour valider la capacité de l'Iris-SL et finalement l'entrée en service se fera en 2019 avec une année de retard !! Non, notre Ministre n'a pas commis de faute, peut-être a-t-il surréagi trop brutalement, mais il n'a pas commis de faute, le projet DSA20 peut aujourd'hui être conduit correctement.

A noter que dans cette fâcheuse histoire notre Ministre de la Défense se doit d’assumer sa décision en tant que Chef, la presse qui a de son côté, une fois de plus, sombrer dans la désinformation n’assume pas ses erreurs, pour combien de temps encore ?

 Photos : Systèmes Diehl BGT Iris-SL & radar Girafe @ Diehl BGT

 

 

29/11/2014

Quels systèmes pour notre DCA ?

3437920098.jpg

 

Une fois n’est pas coutume, nous allons rester dans le monde de l’aviation, mais nous resterons au sol, pour parler de la modernisation de la défense contre-avions (sol-air) qui s’annonce dans notre pays. 

 

Systèmes TRIO : 

 

Actuellement dans notre pays, trois systèmes (TRIO) composent notre défense sol-air soit :  le missile Stinger couplé au radar Pstar pour la courte portée, le système de missiles Rapier et les canons bi-tubes Oerlikon Contraves de 35mm avec conduite de tir Skyguard.  Depuis le retrait à la fin des années 1990 des sites de missiles Bloudhound, notre défense sol-air ne dispose plus d’une capacité longue portée. De fait, le système TRIO ne couvre les besoins que de manière incomplète et ces systèmes atteignent, en ce qui concerne le Rapier et les 35mm la fin de leur durée de vie approche. 

 

Modernisation de la DCA : 

 

En conséquence, le DDPS prévoit une profonde modernisation de notre défense aérienne (en lien avec l’acquisition d’un nouvel avion, qui reste d’actualité) sous le non de BODLUV20 ou DSA20 (BODLUV = BODen-LUft Verteidigung = Défense Sol-Air = DSA). Ce programme de modernisation comprend le remplacement des Rapier et canons de 35mm à l’horizon 2020 par deux nouveaux systèmes dont l’acquisition est prévue aux programmes d’armement 2017/2018.

 

Les futurs systèmes devront répondre à un cahier des charges qui prévoit que ceux-ci devront être capable de neutraliser l’ensemble de nouvelles menaces aériennes. Pour la longue portée le système devra être capable en plus de combattre des buts traditionnels de types avions et hélicoptères bombardiers furtifs, des drones de grandes tailles et furtifs, des missiles balistiques. Le second système devra en plus des buts traditionnels être capable de combattre de petits drones, lutte anti-missiles, détruire les obus d’artilleries et de mortiers.

Les systèmes acquis devront offrir une parfaite couverture aérienne tout en étant doté de radars de dernière génération, capable de grande résistance au brouillage électronique et capable de communiquer avec le futur avion de combat. Mobiles, ces systèmes devront également pouvoir être mis en service de manière rapide par de soldats de milice et répondre aux fortes contraintes météorologiques.

 

Les systèmes potentiels : 

 

Je vous propose ici une liste de systèmes potentiels pour notre pays, j’aurais l’occasion d’y revenir, lorsque la première sélection aura eu lieu et que les essais débuteront, normalement ceux-ci sont prévus pour 2015.

 

Longue portée : 

 

A mon sens deux systèmes en Occident répondent à notre besoin en ce qui concerne la capacité longue portée : 

 

MBDA Thales SAMP-T : 


armement-sol-air-1.jpg


 

Développé par le missilier MBDA et Thales, le système sol-air SAMP-T est un programme destiné à assurer la défense terrestre de zone. Il permet de se défendre contre des menaces aériennes conventionnelles comme des avions ou des missile de croisières, mais également des missiles balistiques tactiques. doté du missiles ASTER, il permet la défense simultanée à 360° contre les menaces aériennes conventionnelles et balistiques,

aéronefs, hélicoptères, drones et permet une protection antiaérienne d’une force terrestre en mouvement. Le SAMP-T permet 10 engagements de manière simultanée avec un temps de réaction particulièrement court. Le radar Arabel permet une détection à 120km et permet de suivre 100 cibles simultanément avec un effectif en hommes réduit.

 

 

MIM-104F Patriot : 


Patriot_PAC-3_Flugabwehr.jpg


 

Développé par Raytheon aux Etats-Unis la dernière version du «Patriot» le PAC-3 assure le rôle de plateforme anti-missiles dans l'armée des États-Unis, ce qui est aujourd'hui sa mission principale.Le missile PAC-3 «ERINT» possède une conception totalement différente de celles de ses prédécesseurs. Il affiche avec une masse trois fois moindre, un calibre divisé de moitié pour une longueur identique (320 kg, calibre 255 mm, 5,2 mètres de long), et plus véloce et à l'aide d'une nouvelle disposition de ses gouvernes sa manœuvrabilité a été augmentée. Toutes les fonctions radars dans le système de Patriot sont concentrées dans l'ensemble AN/MPQ-53. L'AN/MPQ-53 combine les caractéristiques de rangée échelonnée, faisceaux agiles et système radar à bande G fournissant la totalité de toutes les phase de l'interception. Il peut détecter un bombardier à 180 km et une ogive à 60 km et dépister jusqu'à 100 cibles, et il peut traiter simultanément jusqu'à six cibles différentes en poursuite.

 

 

Systèmes de moyenne portée : 

 

Le second type de système potentiels est de portée plus inférieur dit de moyenne portée et devrait donc pouvoir combler les zones vides que le système longue portée ne pourra couvrir et ceci à cause de notre topographie particulière. En effet, il faut se rendre compte que dans notre pays la tâche de la DCA est particulièrement complexe, les nombreuses collines et montagnes réduisent la portée des systèmes radars et créent de fait de nombreuses zones difficilement contrôlables d’où l’intérêt de voir depuis le haut avec un avion de combat. 

 

 

Diehl BGT Defence Iris-SL/SLS : 

 

IRIS-T_SLS_surface-to-air_defense_missile_SAM_system_Diehl_Germany_German_defence_industry_military_technology_001.jpg

 

Le système allemand Diehl BGT Defence Iris-SL/SLS est basé sur le missile air-air Iris-T, la variante Iris SL et SLS est tirée depuis un lanceur vertical monté sur camion. Il permet une défense aérienne à courte et moyenne portée et est adapté pour la défense de l'espace aérien de site comme des aérodromes, mais permet également de couvrir de troupes au sol et des mouvements de blindés. L’IRIS SL/SLS permet une interception à 360° d’une portée de 70km. Doté du radar Saab Dynamics Giraffe 4A d’une portée de 100km capable de détecter toutes cibles volantes (avions,drones hélicoptères, missiles) ainsi que roquettes, obus d’artilleries et mortiers. 

 

 

Rafael Defense Iron Dome : 


Iron-Dome1.jpg



L’israélien Rafael Defense Systems propose la nouvelle version de l’Iron Dome M4 plus perforant et polyvalent par apport au système actuellement en service de l’Armée israélienne. L’Iron Dome (Dôme de Fer) dispose d’un radar Elta ELM-2084 capable de détecter et suivre 200 cibles par minutes sur une distance maximum de 100km. Le missile «Tamir» est capable d’intercepter des cibles diverses à une distance de 70km. Le radar détecte les lancements de roquettes, calcule leurs trajectoires, envoie les informations à l'ordinateur central, qui les utilise pour déterminer la localisation de l'impact. Si le projectile constitue une menace, notamment s'il se dirige vers une zone peuplée, un missile d'interception est alors lancé par un tireur depuis un des trois lanceurs contenant 20 engins composant la batterie de missiles.

 

 

Trois systèmes complémentaires : 

 

Trois systèmes pourraient encore faire partie de l’évaluation, bien que ceux-ci soient de moindre capacité en matière de portée . Il est pourtant nécessaire d’en parler afin d’avoir ici une vue globale des possibilités.

 

Le Thales RAPIDDefender : 


rapiddefender.jpg


 

Système intéressant de part sa mobilité, le Thales RAPIDDender est en fait une modernisation du système de missile «Crotale», avec une capacité de déploiement rapide le système est entièrement intégré sur une plateforme camion ou véhicule blindé à choix. Le système comprend une optronique et un radar de surveillance une conduite  de tir et des systèmes de missiles. Le radar 3D porte à 80 km avec capacité de recherche sur le mouvement. Ce système très mobile et offre un temps de réaction rapide. le missile de type VT1 vole à Mach 3.5 et est capable d'une portée d'interception 15 km.

 

 

Le Thales RAPIDFire : 


maxresdefault.jpg


 

Le RAPIDFire de Thales se compose d’un canon CT40 de nouvelle génération, développé par CTAI, une coentreprise appartenant à Nexter et BAE Systems, d’un radar 3D haute performance et d’un module C2 polyvalent. Ce sytème peut également tirer 6 missiles STARStreak et des missiles sol-air à très courte portée (7 km). Des capteurs optroniques ont été intégrés directement dans la tourelle. Le RAPIDFire est optimisé pour contrer les menaces aériennes de tous types, c’est à dire celle des avions d’attaque au sol, des hélicoptères, en passant par les drones et les missiles de croisière. 

 

 

Rheinmetall Air Defence/Oerlikon Skyshield : 


Oerlikon-Skyshield-Flugabwehrsystem_content_small.jpg


 

Directement dérivé des actuels canons de 35mm Oerlikon et Skyguard, le système «Skyshield» est une évolution qui comprend une conduite de tir intégrée de défense anti-aérienne et de défense antimissile à courte portée (Short range air defense) fabriqué par l’Allemand Rheinmetall et le Suisse Oerlikon.Skyshield constitue l'évolution du système Skyguard actuel. Il peut mettre en oeuvre le canon antiaérien de 35mm Oerlikon Millenium  qui constitue lui-même l'évolution de l'Oerlikon 35mm. Le système comprend la munition pré-programmable AHEAD.

 

 

 

A suivre en 2015 : 

 

Voici donc une vue d’ensemble des systèmes en cours d’évaluation sur le papier, rendez-vous l’année prochaine, pour suivre ceux qui auront été pré-sélectionnés. L’occasion de voir cette-fois en détails, les prétendants, lors des essais techniques en Suisse.

 

 

 

Photos : 1 Tir de missile Rapier aux Hébrides en 2002 @P.Kümmerling 2 MBDA SAMP-T @ Armée de l’Air 3 Raytheon Patriot @ Armée Allemande 4 Diehl BGT IRIS-SL/SLS @ Diehl BGT 5 Rafael Systems 5  RAPIDDefender @ Thales 6 RAPIDFire @ Thales 7 Skyshield @ Rheinmetall/Oerlikon