07/08/2019

Vol inaugural pour le drone S-70 Okhotnik ! 

maxresdefault.jpg

Dévoilé en janvier dernier, le drone de combat lourd (UCAV) S-70 Okhotnik (Hunter) de l’avionneur russe Sukhoi a effectué son premier vol, a annoncé samedi le ministère russe de la Défense à la presse. 

"Dans le cadre du programme d'essai UCAV, l’Okhotnik a effectué son premier vol de longue durée", indique le communiqué de presse diffusé par le ministère de la Défense. "Le premier vol a eu lieu à 12 h20, heure de Moscou, et a duré plus de 20 minutes. Le véhicule aérien piloté par l'exploitant a effectué plusieurs cercles autour de l'aérodrome à 600 mètres d'altitude, puis a atterri avec succès. 

okhotnik-drone.jpg

Le drone Sukhoi S-70 Okhotnik :

Le drone S-70 khotnik Udarno-Razvedyvatelnyi Bespilotnyi Kompleks, ou «complexe de frappe sans reconnaissance» produit par l’avionneur Sukhoi dispose d’une signature basse, un schéma aérodynamique d’aile volante et une masse au décollage de 20 tonnes. Il est composé de matériaux composites et d'un revêtement absorbant les radars. Le drone dispose des équipements de reconnaissance des plus avancés. Les travaux de développement date de 2011. L’Okhotnik est assemblé à l’usine d’aviation de Chkalov, située à Novossibirsk. Selon Sukhoi, l’Okhotnik est conçu pour frapper des cibles au sol comme les défenses antiaériennes et les centres névralgiques de l’ennemi. Le drone serait doté d’un réacteur Klimov RD-33MK sans postcombustion.


Le gouvernement russe a signé un accord de développement avec le bureau de design Sukhoi en 2011, date à laquelle le drone était décrit comme un « aéronef de sixième génération ». L’Okhotnik aurait une vitesse maximale de 1’000km à l’heure. Selon un porte-parole de Sukhoi, le drone  est prévu pour détruire les systèmes de défense aérienne, les communications, le commandement et le contrôle de l’ennemi. L’Okhotnik sera un drone totalement autonome. Autrement dit, il pourra décoller, accomplir sa mission et atterrir sans ingérence humaine. L’utilisation d’armes nécessitera l’approbation de l’homme, en maintenant un «homme, un expert» capable d’analyser de manière critique une situation de combat et, si nécessaire, d’abandonner une attaque. L’Okhotnik sera le pionnier dans la mise au point d’un système d’intelligence artificielle de combat qui sera éventuellement utilisé par les chasseurs russes de la sixième génération.

GN39179-Artboard_1.png

 Photos :le drone Okhotnik lors de son vol inaugural@ TASS

07/03/2019

Vol inaugural pour le drone XQ-58A « Valkyrie » !

yourfile.jpg

Le drone de démonstration XQ-58A « Valkyrie » de la société Kratos Defence & Security Solutions a effectué sont vol inaugural. Ce premier vol est le début d’une campagne qui comprend cinq essais en vol.

Ce premier vol a été effectué à Yuma Proving Grounds, en Arizona, en collaboration avec l'US Air Force. Cette dernière à confirmé que le drone avait atteint les résultats escomptés. Le XQ-58A doit démontré ses qualités en tant que drone ayant un faible coût (LCAAT). Selon l’USAF, le programme LCAAT doit permettre de valider l’objectif de construire des drone dotés de moteurs à réaction de manière simplifiée et rapide. Les processus de fabrication doivent permettre de réduire les coûts et le temps de construction. Il est prévu que ce programme donne naissance à la future génération de drones de combat, capable de surveiller l’avance de l’adversaire ou d’absorber les tirs ennemis ou de mener des attaques au sol.

Un tel système serait utiles dans une guerre entre deux nations rivales, ce qui concorde avec l’intention croissante du Pentagone de concurrencer la Chine et la Russie pour une domination militaire.


Le XQ-58A « Valkyrie » :

Le XQ-58A « Valkyrie » produit par Kratos Defence & Security Solutions, doit pouvoir voler aux côtés d'avions de combat habités et doit également être capable de naviguer de manière autonome. Le « Valkyrie » se déplace à grande vitesse subsonique et a mis 2,5 ans à se développer après l’attribution du contrat.

Le XQ-58A est le premier exemple d’un drone à réaction qui se caractérise par de faibles coûts d’achat et d’exploitation tout en offrant une capacité de combat révolutionnaire.
Le coût unitaire du XQ-58A est estimé entre 2 et 3 millions de dollars, ce qui devrait lui donner un profil de coût similaire à celui des missiles anti-aériens.

Le XQ58A à un rayon d’action de 3'941 km pour un plafond de service de 13’715m. Il dispose de 2 baies d’armes pouvant emporter jusuq’à 250kg d’armement, soit des bombes de petit diamètre ou le JDAM. Le XQ-58A est long de 8,8m avec une envergure de 6,7m. 

XQ-58A.png

Photos :le XQ-58A @ KDSS

 

25/01/2019

Le Su-57 évoluera-t-il avec l’Okhotnik ?

 

sukhoi,su-57,okhotnik,drone furtif,avion de comba et drone,nouveaux avions de combat,aviation russe,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation militaire

 

Cette semaine a été riche en découverte avec l’apparition d’un avion de combat Sukhoi Su-57 frappé d’un dessin de drone furtif sur les dérives et quelques jours plus tard voir apparaître pour la première fois le prototype du drone d’attaque furtif « Okhotnik » de l’avionneur Sukhoi.

Tout d’abord revenons un peu le Sukhoi Su-57 frappé d’une image de drone. Celui-ci est en fait le troisième prototype (T-50-3) qui a volé pour la première fois en novembre 2011. Le voici doté d’une nouvelle livrée et sur les photos l’on peut remarquer quelques changement avec l’apparition d’une antenne derrière du cockpit, d’un nouveau capteur sous le fuselage et d’une autre antenne placée sous le cône de que entre les tuyères des réacteurs. Les moteurs sont dotés maintenant des nouveaux caches que l’on trouve sur les dernières versions. Par ailleurs, l’IRST est également modifié.

sukhoi,su-57,okhotnik,drone furtif,avion de comba et drone,nouveaux avions de combat,aviation russe,blog défense,les nouvelles de l'aviation,romandie aviation,aviation militaire

Il semble bien que l’avionneur Sukhoi va procédé à des essais de compatibilité entre ce Su-57 et le drone Okhotnik. Cela semble par ailleurs être la confirmation que les russes ambitionnent eux aussi d’utiliser les drones furtifs en binôme avec leurs avions de combat.  

De tels essais devraient également permettre de valider de nouvelles tactiques d’engagement et de vérifier les capacités des aéronefs russes à détecter et engager un aéronef ayant des capacités furtives. De fait, la Russie n’est pas en reste en matière modernisation.

5c49dd8e2bdd7f74470be649-750-500.jpg

Le Sukhoi Su-57 :

Susceptible de venir remplacer l’actuel Su-27, le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment le mode « Supercroisière », l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite. Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation  et ceci même si le réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuels du Su-57 Izd117 ne sont pas définitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’Izd 30 permettra le mode de la « Supercroisière » avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobiles le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers)qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

181052666.jpg

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tout les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos. Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

Le drone Okhotnik :

IMG_2328.JPG

Les premières images du drone de frappe lourd Sukhoi “Okhotnik” (Hunter), en cours de développement depuis 2011 sont apparues cette semaine. L’Okhotnik est assemblé à l’usine d’aviation de Chkalov, située à Novossibirsk. Selon Sukhoi, l’Okhotnik est conçu pour frapper des cibles au sol comme les défenses antiaériennes et les centres névralgiques de l’ennemi.

Pour l’instant, peu d’informations sont disponibles sur ce drone. Il devrait être autonome ou fonctionner en binôme avec un appareil piloté. Le drone serait doté d’un réacteur Klimov RD-33MK  sans postcombustion.

Photos : 1 Su-57 @ Foto-SAV. Su-57-3 @Michael Polyakov. 4 & 6 Okhotnik @ Businessincider. Cockpit Su.57 @ Air& cosmos

 

07/06/2018

La Chine avance sur le projet de drone furtif d’attaque !

p1723302_main.jpg

La société  AVIC (Aviation Industry Corporation of China) a rendu public une photo de son drone de démonstration technologique de combat "An Jian" (Dark Sword).

La photo non datée montre à l'arrière-plan une grande cellule allongée de couleur bronze dotée de surfaces canard et entrée d’air ventrale qui adopte une conception de type supersonique sans dérivation. La dénomination AN Jian soit Dark Sword est inscrite sur la plate-forme le long du côté bâbord de l'admission d'air, bien que l'image ne capture pas le reste de la cellule au-delà de sa section médiane, sauf pour apercevoir une queue verticale.

Les détails des dimensions et capacités physiques du drone restent non divulgués, mais l'estimation visuelle utilisant le groupe de 19 personnes non identifiées au premier plan, vraisemblablement l'équipe d'ingénierie du « Dark Sword » comme marqueurs suggère que la plate-forme a au moins 12 m de long.

Le drone « Dark Sword » est considéré comme un effort par Shenyang Aircraft Design Institute d'AVIC (également connu sous le nom institut 601 Aircraft Design) pour développer un drone de supériorité supersonique hautement manoeuvrable capable de frappes en profondeur.

 

Unknown.png

Photos :Le Drone An Jian Dark Sword @ AVIC

14/11/2013

Retour en mer pour le X-47B !

Pièce jointe-1.jpeg


 

 

USS Theodore Roosevelt (CVN 71), la Marine américaine a étendu ses activités de test sur porte-avions, avec le drone X -47B de Northrop-Grumman. Il s’agit de la seconde campagne d’essais à bord d’un bâtiment de l’US Navy.

 

Ces derniers tests ont démontré la capacité du drone X -47B à s'intégrer au sein de l'environnement de bord. L'appareil a effectué des manœuvres sur le bateau pour générer des données qui caractérisent l'environnement à proximité du poste de pilotage au sol. En effet, sur le pont un homme dirige le drone pour ses déplacements à l’aide d’une télécommande un peu particulière (voir photo).


 

Pièce jointe.jpeg


 

En outre, le drone a pris part à des exercices de vol avec catapultages, ainsi que des appontages. Plusieurs vols d’une durée d’environ 45 minutes ont été effectués en mode automatique avec succès.

L’un des objectifs majeurs du programme X-47B est de démontrer la capacité du drone à communiquer avec d’autres aéronefs. 

 

Ces essais vont également valider le concept d’emploi d’un drone sur un portes-avions et son environnement particulier et de s’assurer que le fonctionnement est parfaitement sécuritaire.

 

Rappel : 

 

Ce drone de combat autonome sera capable à terme d’effectuer des missions de surveillance, de tir et d’occupation de l’espace aérien sur de très longues périodes. Un opérateur au sol a la possibilité de communiquer avec le drone en permanence, afin de redéfinir par exemple sa mission en cours. L’intervention humaine sera uniquement cantonnée à l’envoi et la réception d’informations. Contrairement aux pilotes, le drone n’est pas sujet à la fatigue ou à la faim. De plus, avec sa capacité à se ravitailler en vol, il possèdera une autonomie record. L’objectif principal est l’occupation de l’espace aérien 24 Heures sur 24 quel que soit les conditions.

Destiné principalement à des missions d’observation, il est cependant capable d’effectuer des lâchés de bombe car il possède une soute d’une capacité de charge utile de 2 Tonnes.


 

131109-N-ZZ999-176.JPG


Caractéristiques du X-47B :

Le drone  présente une configuration en pointe de flèche, sans queue. L'angle du bord d'attaque est de 55° et celui du bord de fuite de 35°. Le train d'atterrissage est ré-tractable tricycle avec une roulette de nez. La configuration comporte 6 surfaces de contrôle : 2 ailerons et 4 inlaids (des petits volets à proximité des extrémités d'ailes).

Le moteur, un Pratt & Whitney JT15D est installé sur le dos de l'avion, l'entrée d'air avec une structure en serpentin destinée à réduire la signature radar. Par contre, pour des raisons de coût, la tuyère d'éjection est simple, sans réduction de signature radar ou infrarouge.

L'avion a été construit sur la base de Mojave en matériau composite par Burt Rutan Scaled Composites, la société aéronautique de Burt Rutan. Cette société dispose de l'expérience nécessaire pour construire un avion dans ces matériaux avec un coût maîtrisé.


 

Pièce jointe-2.jpeg


 

Photos : 1,3,4 X-47B au décollage sur porte-avions 2 Les télécommandes qui servent à gérer le X-47B au sol @ US Navy