22/02/2019

La Suisse a choisi le mini-drone Orbiter 2B !

  •  

    730BD3C5-C49F-4915-BFB0-955D94F547DA.jpeg

Dans le cadre de l’amélioration du renseignement du champ de bataille, l’armée suisse a prévu l’acquisition d’un mini-drone dédié à la surveillance rapprochée des unités au sol. Ce système renseignera directement l’infanterie et les unités blindées à proximité directe des zones de combat.

 Deux systèmes étaient aux essais chez armasuisse, après une première évaluation. Il s’agissait des systèmes Fly Eye du polonais WB Electronics et de l’Orbiter 2B de l’israélien Aeronautics Defense Systems (ADS). C’est ce dernier qui a été choisi. 

L’Orbiter 2B :

Dévoilé en 2014, l’Orbiter 2B d’Aeronautics Defense Systems (ADS) dispose d'un mode de navigation indépendant qui, permet à un opérateur d'effectuer une mission même si le GPS est bloqué ou s'il y a une perte de liaison avec sa suite de communications cryptée. Un système d'alerte automatique peut également envoyer des alertes concernant tout écart par rapport aux objectifs prévus d'une mission dans des conditions normales. L’Orbiter 2B dispose d’une autonomie de fonctionnement de 4 heures, il peut transporter une charge utile de 1,5 kg et pour un rayon d’action de 100 km. Il emporte  un capteur électro-optique / infrarouge avec un pointeur laser. Il dispose du logiciel MOAV qui est conçu pour servir une gamme de plates-formes UAV compatible avec les interfaces OTAN, telles que le STANAG 4609. Le système numérique est équipé d'une liaison de données. Le déploiement se fait en 7 minutes.

L’Orbiter 2B, peut notamment, être activé depuis un véhicule en mouvement, permettant ainsi un suivi continu de la cible en mouvement, l’appareil permet des sauts de fréquence pour augmenter le cryptage. L’Orbiter 2B a la capacité unique de naviguer indépendamment, ce qui permet d’achever la mission même si le GPS est bloqué ou en absence de communication. La liaison de données numériques de l'Orbiteur 2B est ajustée pour prendre en charge les bandes C et S avec une communication en duplex intégral, permettant des capacités de renseignement uniques et un traitement de l'information de haut niveau.

Facile à utiliser, il est lancé à partir d'une catapulte et atterrit à l'aide d'un parachute et d'un airbag. Opérationnel même dans les conditions météorologiques les plus difficiles, il est stabilisé par gyroscope avec une charge utile à trois capteurs et à zoom. Offrant un traitement d'image avancé, une navigation précise et une capacité d'atterrissage précise, il est facilement contrôlé à partir d'un GCS personnel.

Utilisateurs ou en commande : Israël, Finlande, Ireland, Mexique, Pérou, Pologne, Serbie, Afrique du Sud, USA, Angleterre, Thaïland.

 

95A258EA-357A-4409-A259-739738DE8104.jpeg

Photos : 1 Obiter 2B @ ADS 2 Essais en suisse @ Armasuisse

 

31/08/2018

Boeing produira le drone ravitailleur en vol !

3648892678.jpg

 

L’avionneur Boeing  a obtenu le contrat en vue de la fabrication du futur drone ravitailleur en vol  MQ-25 « Stingray » de support opérationnel destiné à  l'US Nav.  Ce premier contrat est d’un montant de 805 millions de dollars et doit permettre à Boeing de développer  l'ingénierie et la fabrication de quatre premiers aéronefs sans pilote.

Le drone MQ-25 « Stingray » est conçu pour fournir à la marine des États-Unis  une capacité de ravitaillement en vol . Selon la US Navy, le MQ-25 « Stingray » permettra une meilleure utilisation des avions de combat en élargissant la gamme de déploiement des  Boeing F/A-18 « Super Hornet », Boeing EA-18G « Growler » et des Lockheed Martin F-35C. Le MQ-25 fonctionnera depuis les porte-avions en utilisant les mêmes systèmes de bord communs aux avions pilotés par l’homme, comme  la catapulte de lancement et les systèmes de récupération du bâtiment.

Désigné le RAQ-25 dans la phase d’évaluation du projet de drone ravitailleur, la désignation a été modifiée en MQ-25 « Stingray ». Les exigences en matière de furtivité  permettent toujours tirer des missiles ou larguer des bombes à partir de pylônes, mais la surveillance et la destruction des cibles ne seront pas sa mission principale du nouvel engin.  Le drone MQ-25 va permettre de prolonger le rayon de combat non ravitaillé des  « Super Hornet »  à plus de 700 milles marins (1 300 km). L'objectif de la Navy est de fournir 6 800 kg (15 000 lb) de carburant à 4 à 6 avions sur une distance de 530 mi (580 mi).

 

drone,avions ravitailleurs,boeing,mq-24,us navy,blog défense,les nouvelles de l'aviation

Photos: MQ-25 « Stingray » @ Boeing

23/09/2016

Bell Helicopters a dévoilé son drone V-247 « Vigilant » !

D3A(v2).jpg

Bell Helicopter a dévoilé cette semaine son projet de drone à rotors basculants V-247 « Vigilant ». Ce nouveau drone sera principalement destiné au Corps des Marines et pourra évoluer en binôme avec le futur V-280 « Valor ».

Le Bell V-247 « Vigilant » :

Pour Bell Helicopters, ce nouveau drone à rotors basculants pourra fournir la capacité de levage vertical d'un hélicoptère et voler plus loin et plus vite qu’un aéronef à voilure fixe classique. Il permettra d’intervenir à longue distance dans des environnements maritimes et des lieux qui n’offrent pas de pistes sécurisées. Mais ce drone pourra également voler avec les futures formations du Bell V-280 « Valors » qui équiperont peut-être un jour l’USMC ainsi que la Navy.

Le V-247 pourra travailler directement avec le V-280 et viendra appuyer celui-ci en ce qui concerne la guerre-électronique, le renseignement et la reconnaissance, l’escorte armée et fonctionner en tant que relais de communication.

Le V-247 sera capable de fonctionner directement depuis des bâtiments de surface. Ce drone sera capable de voler à 250 noeuds en vitesse de croisière et à 180 noeuds endurance avec un rayon d’action de 450 miles nautique. Il pourra emporter une charge de 13'000 livres (capteurs, armement) et pourra être ravitaillé en vol.

Bell Helicopters prévoit de doter le V-247 de divers capteurs à haute définition, d’une bouée sonar, d’un radar de surface de torpilles MK-50 torpilles ou de missiles Hellfire.

 

D4A(v2).jpg

Photos : Images de synthèse du futur V-247 « Vigilant » @ Bell Helicopters

 

 

31/08/2016

Le Canada opte pour le drone « Blackjack » !

rq-21a-1.jpg

Le gouvernement du Canada a annoncé  son choix en matière de drone, le pays va acquérir le Boeing Insitu RQ-21A « Blackjack » pour un montant évalué à 14,2 millions de dollars américains.

Premier client à l’exportation :

Avec ce choix, le Canada devient également le premier client à l’exportation pour ce drone. Le système sera uniquement utilisé à des fins de surveillance et il fournira des capacités d’imagerie et de communication qui contribueront à offrir aux soldats un avantage opérationnel dans tous les types d’environnement. Les RQ-21A seront stationnés sur la base des Forces canadiennes de Gagetown et sera opéré par le 4e Régiment d’artillerie.

Le Boeing Insitu RQ21A « Blackjack » :

Le Boeing Insitu RQ-21A « Blackjack » est un petit drone capable d’assurer la surveillance d’une zone de plus de 100 kilomètres pendant plus de 12 heures. Le système d’une masse de 61 kg utilise le même système de lancement et de récupération que le « Scan Eagle ».

Une unité de « Blackjack » est composée de cinq véhicules aériens et de deux systèmes de contrôle au sol. Les véhicules aériens peuvent être lancés sur terre ou sur un navire par un rail et de la terre en utilisant un système «Skyhook» de récupération, où un fil vertical doit être accroché sur son aile. Le RQ-21a peut transporter un 18 kg de charge utile. Le « Blackjack » dispose d’une caméra électro-optique hyperspectrale et d’une caméra à haute résolution.

 

RQ-21A.jpg

Photos : Drone RQ-21A Blackjack @ Boeing Insitu

 

21/12/2015

Premier vol pour le Global Hawk de l’OTAN !

yourfile.jpg

C’est en juin dernier que Northrop-Grumman a dévoilé le premier de cinq drones RQ-4B « Global Hawk » du programme Alliance Ground Surveillance de l'OTAN, destiné au renforcement de la capacité de détection et de surveillance terrestre aéroportée de l’Alliance Atlantique.

 

Premier vol :

Le premier exemplaire du drone RQ-4B « Global Hawk » destiné à l’OTAN a effectué son vol inaugural en début de la semaine. L’avion sans pilote a décollé du centre d’essais en vol de Palmdale, en Californie et a volé à proximité de la base aérienne d’Edwards.

 

Basé en Europe :

Le drone RQ-4B "Global Hawk" Block40 sera opéré par l'US Air Force pour le compte de l’OTAN en Europe, depuis les installations de la base aérienne de Sigonella, en Italie. Le système devrait être opérationnel d'ici 2017 et atteindra sa pleine capacité opérationnelle, l'année suivante avec l'ensemble des appareils en service.

 

270874267.6.jpg

A propos du Global Hawk :

Le RQ-4 « Global Hawk » est un drone de surveillance à long rayon d’action construit par Northrop-Grumman pour l'US Air Force. Il a effectué son premier vol le 28 février 1998. Il est un des rares représentants de la classe des drones de type «HALE» (Haute Altitude Longue Endurance). Le RQ-4 Global Hawk pèse 14,6 tonnes au maximum au décollage, soit la masse d'un petit chasseur, malgré ses dimensions notamment son envergure qui est digne de celle d'un avion de ligne. La construction est assurée à plus de 50 % en matériaux composites (les ailes sont en graphite). Permettant des vols de croisière à très haute altitude, au-dessus du trafic ordinaire commercial, le RQ-4 « Global Hawk » peut surveiller de vastes zones géographiques avec une précision extrême, donnant au gouvernement et à l'armée les informations les plus récentes disponibles, lors d'une crise ou une situation d'urgence et en leur fournissant en temps réel une imagerie de haute résolution qui permet d’appuyer les opérations sur un large spectre.

 

yourfile-1.jpg

Photos : 1 & 3 Premier vol 2 Au sol @ Northrop-Grumman