02/08/2017

Air Force One, on renégocie !

defense-large.jpg

Boeing et l'armée de l'air des États-Unis ont confirmé avoir repris les négociation en vue de baisser le prix du futur nouvel avion présidentiel « Air Force One ».

Rappel : 

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là. 

On se rappelle les menaces de Donald Trump ayant déclaré sur Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil. 

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Achat d’avions existant :

L’une des solutions en négociation comprendrait l’achat de deux Boeing B747-800 « Intercontinental » qui étaient autrefois destinés au transporteur russe Transaero. Ces deux avions sont actuellement stockés au sein de la Southern California Logistics Airport à Victorville, en Californie. Ce rachat pourrait réduire la facture d’acquisition de base (sans les transformations) de près de 35% en lieu est place de construire deux nouveaux fuselages.

La porte-parole de l'Air Force, Ann Stefanek, a déclaré à propos de ces deux avions : "Nous travaillons à un accord pour fournir deux B747-800 « Intercontinental » à la Force aérienne. Cette entente vise à fournir une grande valeur pour l'armée de l'air et le meilleur prix pour le contribuable. "

Le prix catalogue d'un Boeing B747-800i est de 387 millions de dollars, selon l’avionneur. Dans sa soumission budgétaire de l'exercice 2018, la Force aérienne a demandé 434 millions de dollars en financement de recherche, développement, test et évaluation pour le programme de recapitalisation. Le service recherche un financement de 3,1 milliards de dollars d'ici 2022 pour finaliser la mise en service des deux futurs « Air Force One ».

Les négociations portent également sur d'autres points, notamment la surfacturation de plusieurs équipements intérieurs et des systèmes de protection électroniques. 

 

476197332.jpg

Photos : images d’artistes du futur Air Force One@ Boeing

07/12/2016

Air Force One, Trump veut faire baisser le prix !

1587860619.jpg

Donald Trump n’est pas encore à la Maison Blanche, mais le futur président semble vouloir prendre les dossiers en main. Pour Donald Trump, le prix du développement du futur avion présidentiel est inacceptable et compte bien diriger les négociations avec Boeing.

Rappel :

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-800 « Intercontinental ». Le remplacement de trois aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force. L’objectif est de pouvoir continuer à disposer de deux avions opérationnels à tout moment pour le transport du président des Etats-Unis, tandis que le troisième est à l’entretien. Selon un rapport de l’US Air Force, ce taux de disponibilité simultanée pourrait tomber à 28% en 2025" contre 60%, si les trois nouveaux appareils n’entrent pas en service d’ici là.

Trop cher :

Très menaçant, Donald Trump a déclaré ce matin via Twitter « Je vais négocier les prix. Les avions sont trop chers et nous allons faire baisser les prix. Et si nous n'obtenons pas une réduction des coûts nous ne les commanderons pas. Nous allons rester avec ce que nous avons » !

Selon l’équipe de la nouvelle administration américaine, le programme d'acquisition du nouvel Air Force One, a grimpé à 4 milliards de dollars.

Selon l’avionneur américain, le coût du programme de remplacement des deux B747-200 actuels serait de 2,87 milliards de dollars. Hors, selon le catalogue de Boeing un B747-800 se négocie à 378 millions de dollars l’appareil.

La forte augmentation des coûts est due aux nombreuses modifications de l’avion. Capacité de ravitaillement en vol, protection contre les missiles, aménagement d’un réseau complet de communications sécurisées qui doit permettre au Président d’assurer la gouvernance en vol. Zone VIP, secteur de repos et salle de conférence et bien d’autres options. En évoquant la somme de 4 milliards, Trump semble parier sur de possibles surcoûts.

Pour Donald Trump, il existe d’une part un risque élevé de surcoût en matière de développement et d’autre part, les fournisseurs auraient la fâcheuse tendance à surfacturer leurs prestations. Pourtant, selon le dernier rapport de Boeing, Le programme n'a pas fait l'objet de retards ou de dépassements de coûts jusqu'à présent. L'USAF n'a accordé que 170 millions de dollars de contrats à Boeing pour effectuer des travaux de réduction des risques précoces.

Si le futur Président semble s’énerver pour rien pour l’instant, il démontre qu’il tient à contrôler les choses. Fait nouveau, c’est la première fois qu’un Président montre de l’intérêt à la maitrise des coûts en ce qui concerne les grands projets de la nation.

Avionneur averti :

On ne sait pas pour l’heure si D.Trump tiendra sa promesse, mais Boeing devra se méfier de la nouvelle administration. En effet, plusieurs projets ont dérivés ces dernières années en matière de surcoûts et de retards (F-22, F-35, KC-46A) et il n’est pas impossible que le nouveau locataire de la Maison Blanche se montre particulièrement intransigeant sur le sujet. A noter, que l’on voit mal une annulation du projet, sans quoi D. Trump devra voyager à l’avenir avec son bon vieux B757 privé !

 

Photo : Futur Air Force One B787-800 @ Boeing