29/01/2017

DSA20 peut continuer !

2629643094.jpg

Le rapport d’enquête de la délégation des Commissions de gestion du Parlement arrive à la même conclusion que le rapport de Kurt Grüter, qui s’est récemment penché sur les processus liés à la suspension de l’acquisition d’une nouvelle défense sol-air (DSA): le projet étant bien préparé, aucune suspension ne s’avère nécessaire.

Comme la SSO l’a indiqué à plusieurs reprises, il est incontestable que le système de défense sol-air actuel, obsolète et dont la puissance de feu a déjà été considérablement réduite, devra être prochainement remplacé. «Car il s’agit d’un système clé pour la protection des ouvrages et du territoire. Si la protection n’est pas assurée depuis le sol, à quoi cela servirait-il d’acquérir de nouveaux avions de combat, de nouvelles pièces d’artillerie ou des chars plus puissants? Sans une protection effective et efficace assurée par la défense sol-air, ils ne seront que peu utilisés, voire pas du tout», insiste Stefan Holenstein, colonel d’état-major général et président de la SSO.

C’est la raison pour laquelle l’Armée suisse a urgemment besoin d’une défense sol-air qui soit capable de déployer toute sa puissance par n’importe quel temps, de jour comme de nuit, lorsqu’elle est combinée à des moyens d’action aéroportés et fonctionne en interaction avec les autres capteurs et effecteurs de l’armée.

La SSO demande donc logiquement au Conseil fédéral de remettre immédiatement sur les rails le processus d’acquisition de la défense sol-air. Il convient en outre de préciser les conséquences qu’a eu le retard pris par le processus d’acquisition sur le budget d’investissement de l’armée et de quelle manière ce budget pourra être augmenté de sorte à ne pas compromettre d’autres investissements dont l’armée a également un besoin urgent. Car il faut considérer l’armée comme un système global qui ne peut fonctionner correctement que si les différents investissements et projets d’armement ne sont pas mis en opposition voire, pire, en concurrence.(SSO)

Une réaction légitime :

Le Mnistre de la Défense Guy Parmelin a-t-il été trop brutal sur ce dossier ? Je vous rappelle qu'il y a une année la presse s'est déchainée sur le sujet : accusant de négligence le chef de l'armée, le Cmdt des FA et relatant les problèmes des deux systèmes à l'étude. Le nouveau Chef du DDPS a donc réagi et bloqué l'évaluation avec en sus une enquête sur le fonctionnement de l'évaluation. Aurait-il pu en être autrement ? Non. D'une part l'enquête à révélé que l'évaluation a été correcte, que les chefs de l'armée n'ont commis aucune faute. Pare contre, oui, le système de BAe le CAMM-ER ne répond pas en terme de rayon d'action et l'Iris-SL de Diehl-BGT devait améliorer sa capacité d'engagement lors de conditions météorologiques difficiles. Aurait-t-on pu commander l'un de ces deux systèmes dans ces conditions ? La réponse est NON. En Suède le système Iris-SL qui a été commandé est retardé en ce qui concerne sa mise en service, tant que les capacités n'ont pas été améliorées. Les essais de 2016 sont positifs, un nouveau test aura lieu cette année pour valider la capacité de l'Iris-SL et finalement l'entrée en service se fera en 2019 avec une année de retard !! Non, notre Ministre n'a pas commis de faute, peut-être a-t-il surréagi trop brutalement, mais il n'a pas commis de faute, le projet DSA20 peut aujourd'hui être conduit correctement.

A noter que dans cette fâcheuse histoire notre Ministre de la Défense se doit d’assumer sa décision en tant que Chef, la presse qui a de son côté, une fois de plus, sombrer dans la désinformation n’assume pas ses erreurs, pour combien de temps encore ?

 Photos : Systèmes Diehl BGT Iris-SL & radar Girafe @ Diehl BGT

 

 

24/03/2016

Le gel du projet du projet DSA !

dsa1.png

Ce mardi, le DDPS par la vois du nouveau ministre de la Défense Guy Parmelin a décidé de suspendre le projet de défense sol-air (DSA), en attendant de disposer d’une vue d’ensemble de la situation en matière de défense aérienne. A la fin février, le DDPS a annoncé qu'un groupe d'experts a été chargé d'élaborer un rapport sur l'évaluation et l'acquisition d'un nouvel avion de combat. Toutefois, pour être efficace une défense aérienne digne de ce nom doit comprendre d'autres éléments, en particulier un système DSA.

Rappel :

Le projet de défense aérienne basée au sol BODLUV 2020 (BODengestützte-LUft-Verteidigung 2020) a pour objectif de remplacer les systèmes de défense contre avions de l'armée suisse qui atteignent le terme de leur durée d'utilisation. L'évaluation préalable s'est terminée à la fin de 2014, dans le cadre des travaux de projets en cours.

L'armée a opté pour deux systèmes de missiles anti-aériens, le système allemand Diehl BGT Defence Iris-SL basé sur le missile air-air Iris-T qui équipe les Eurofighter, Tornado et Gripen et le CAMM-ER pour (Common Anti-Air Modular Missile Extended Range) basé sur le missile air-air « ASRAAM » qui équipe les Eurofighter anglais. Ces deux systèmes sol-air ne sont pas encore en service actuellement, l’IRIS-SL doit équiper la Suède et l’Allemagne, le CAMM l’Angleterre et la Marine australienne d’ici 2018-2019.

Deux problèmes détectés :

La décision du gel de l’évaluation de ces deux systèmes par notre Ministre de la Défense est motivée par deux raisons :

La première relève des informations dues aux tests qui démontrent que les deux systèmes ne répondent pas aux exigences du cahier des charges pour l’instant. Des problèmes d’engagement en fonctions des conditions météorologiques posent problèmes. Il semble à l’évidence que ces deux systèmes bien que très performant manquent encore de maturité. Un choix de l’un deux, lors du programme d’armement 2017 ne permettrait pas d’atteindre dans l’immédiat les objectifs du projet de défense sol-air 2020 et obligerait l’armée à investir lourdement pour la mise à niveau, ce qui constituerait un surcoût inacceptable.

Le second problème réside dans le fait, que le projet a été avancé de deux ans en ce qui concerne son évaluation et ceci suite au refus du vote sur « le fond Gripen ». Il fallait progresser dans la modernisation des Forces aériennes. Mais cette décision a mis Armasuisse en difficulté, car déjà engagée sur plusieurs évaluations, celle-ci ne disposait pas d’équipes pleinement disponibles. En conséquence une partie de l’évaluation a été sous-traitée par une société extérieure Thales Suisse SA. Hors, l’un des systèmes radar en test est proposé par la maison mère Thales France.

Commentaires :

Précisons d’emblée que les deux systèmes radars en test le Saab Girafe 4A et le Thales GM200 ne sont pas mis en cause. Notre Ministre a eu raison de stopper cette évaluation pour l’instant. Cette décision ne remet pas en cause la modernisation de la Défense aérienne. Pour le le DDPS, il s’agit maintenant de surveiller l’évolution des deux systèmes, qui seront à maturation d’ici deux ans et de prendre en compte d’autres systèmes le cas échéant, pour pouvoir relancer l’évaluation dans de bonne condition. Quoi qu’il en soit, notre Ministre Guy Parmelin montre qu’il a un œil avisé sur ses dossiers.

 

Photos : Système Bae CAMM-ER et Diehl BGT Iris-SL

 

11/07/2015

La Russie prépare l’arrivée du système S-350!

s350e_vitraz.jpg

 

 

Moscou, les troupes de défense antiaérienne russes seront prochainement équipées de missiles anti-aériens S-350 « Vitiaz ». Ce système va venir compléter les actuel S-400 et renforcer la la défense contre-avion de gamme moyenne.

 

Le nouveau système doit remplacer les actuels systèmes S-300PS et S-300PT-1A au sein de la DCA russe. Le système de missile 50R6 « Vityaz » (en russe: ЗРС Витязь) ou S-350E est un système russe de milieu de gamme développé par Almaz-Antey GSKB.

Le système va donc s’intégré en entre le S-400 « Triumph » longue portée et le « Pantsir » de courte-portée. Après un retard, d’un an,  les tests ont été achevé en 2014. On prévoit la production de masse pour 2015, et les livraisons à l'armée russe sont attendues en 2016.

 

Le système de missile 50R6A/S-350 « Vityaz » se compose d’une station radar 50N6A  multifonctionnel avec une antenne active à balayage électronique qui permet  la détection précoce, l’illumination de la cible et le guidage de base sur 360°et la détection dur 120km.. D’un poste de commande  50K6A autonome, mais qui permet également avec une interaction avec d'autres systèmes distants. Le lanceur lanceur 50P6 qui permet de tirer trois types de missiles, le 9M100 à courte portée a guidage infrarouge (IR). Il mesure 2,5 m de long, avec un corps de 125mm de diamètre et pèse 3073 kg et a une portée maximale de 10 km. Les missiles 9M96 a guidage infrarouge et du 9M96E doté d’un autodirecteur à guidage radar lui permettant d’être autonome. Ces deux modèles ont une portée de 40km pour un diamètre de corps de 240mm. 

Les missiles 9M100 et 9M96E / 9M96 utilise une fusée à propulsion solide avec commande du vecteur poussée.

 

s300e_radar650.jpg

 

Photos : 1 lanceur 50P6 2 radar 50N6A @ Almaz

24/01/2015

Trois systèmes évalués pour notre DCA !

 

02.parsys.36688.1.photo.Photogallery.gif.jpeg

 

Je vous en parlais le 29 novembre dernier, le projet de défense aérienne basée au sol BODLUV 2020 (BODengestützte-LUft-Verteidigung 2020) a pour objectif de remplacer les systèmes de défense contre avions de l'armée suisse qui atteignent le terme de leur durée d'utilisation. L'évaluation préalable s'est terminée à la fin de 2014, comme prévu, dans le cadre des travaux de projets en cours. L'acquisition du système BODLUV 2020 de moyenne portée est prévue déjà avec le programme d'armement de 2017.

 

Short List : 

 

L'évaluation préalable dans le cadre du projet BODLUV 2020 s'est terminée à la fin de 2014. Partant d'une liste de fabricants, une liste réduite de candidats a pu être établie pour un système de moyenne portée après l'analyse des bases, des concepts et des entretiens menés.

 

Trois concurrents vont ainsi pouvoir continuer la course, pour tenter d’équiper notre défense contre avions à l’aube de 2020. Le système choisi remplacera les deux systèmes actuels de moyenne portée que sont le système missiles MBDA « Rapier » (BL84) et le système de canon bi-tubes de 35mm Oerlikon Contraves avec conduite de tir radarisée « Skyguard ». 

Une seconde évaluation concernera cette fois le remplacement des missiles courtes-portées « Stinger ».

 

Deux concurrents figuraient dans ma liste primaire de présentation, le troisième est une petite surprise, car il n’était pas sûr que le nouveau système développé par MBDA en Angleterre, puisse être disponible pour l’évaluation dans sa version terrestre. 

 

Nous trouvons donc les trois systèmes suivants : 

 

Diehl BGT Defence Iris-SLM : 

 

Start_Radarfahrzeug_01.jpg

 

Le système allemand Diehl BGT Defence Iris-SL/SLS/SLM est basé sur le missile air-air Iris-T qui équipe les Eurofighter et Gripen, la variante Iris SLM d’exportation est tirée depuis un lanceur vertical monté sur camion. Il permet une défense aérienne à courte et moyenne portée et est adapté pour la défense de l'espace aérien de site comme des aérodromes, mais permet également de couvrir de troupes au sol et des mouvements de blindés. L’IRIS SL/SLS permet une interception à 360° d’une portée de 40 km. Doté du radar Saab Dynamics Giraffe 4A d’une portée de 100km capable de détecter toutes cibles volantes (avions,drones hélicoptères, missiles) ainsi que roquettes, obus d’artilleries et mortiers. 

 

 

MBDA CAMM-L : 

1401890035-sdarabiaCAMM.jpg




 

Le CAMM pour (Common Anti-Air Modular Missile) est une famille de missile surface-aérien cours de développement par MBDA. Le CAMM doit remplacer le «Rapier» et le «Sea Wolf»au sein des forces britanniques à partir de 2016.

Le missile CAMM doit être la base de différents missiles anti-aérien répondant aux besoins des différents armées britanniques (Army, Royal Navy, Royal Air Force).reprend le missile air-air « ASRAAM » qui équipe les Eurofighter anglais, mais se différencie avec l'utilisation d'un autodirecteur électromagnétique actif et d'une liaison de données bidirectionnel. Il est tiré en position verticale et possède la capacité de "soft launch", le missile est éjecté par un piston pneumatique et le propulseur s’allume quelques secondes après le lancement. Ce système doit être plus compact et permettant d'intégrer plus de missiles dans les lanceurs verticaux.

Contrairement au «Sea Wolf» et au « Rapier » le CAMM ne nécessite pas de de radar de conduite de tir, permettant de mieux traiter les attaques saturantesLe CAMM-L (version terrestre) doit pour détecter des cibles multiples à 40km de portée.

 

 

Rafael Defense Iron Dome : 


1540597646.jpg


 

 

L’israélien Rafael Defense Systems propose la nouvelle version de l’Iron Dome M4 plus perforant et polyvalent par apport au système actuellement en service de l’Armée israélienne. L’Iron Dome (Dôme de Fer) dispose d’un radar Elta ELM-2084 capable de détecter et suivre 200 cibles par minutes sur une distance maximum de 100km. Le missile «Tamir» est capable d’intercepter des cibles diverses à une distance de 40 km. Le radar détecte les lancements de roquettes, calcule leurs trajectoires, envoie les informations à l'ordinateur central, qui les utilise pour déterminer la localisation de l'impact. Si le projectile constitue une menace, notamment s'il se dirige vers une zone peuplée, un missile d'interception est alors lancé par un tireur depuis un des trois lanceurs contenant 20 engins composant la batterie de missiles.

 

Evaluation : 

 

Durant l’année 2015, les systèmes seront testés notamment dans notre pays, puis s’en suivra un choix définitif en 2016. Nous aurons dès lors l’occasion de voir en détails chacun des trois systèmes. 

 

Commentaire : 

 

Sans surprise, les systèmes à long rayon d’action de type « SAMP-T » et « Patriot » ne sont pas retenus, en cause la topographie de notre pays qui restreindrait l’efficacité de ceux-ci. 

Par contre, les trois systèmes en concurrences sont intéressants à plusieurs titres. De part leur modernité, ils entreront tous trois en service en 2016 (Iron Dome : nouvelle version). Les trois systèmes offrent des capacités multi-cibles simultanées (avions, hélicoptères, drones, missiles balistiques, obus d’artillerie) et permettent de combattre, même en cas de saturation électromagnétique. La capacité de détection atteint au minimum 40km et l’engagement à 30km (selon la version du vecteur). De plus, les trois systèmes permettront de fonctionner en réseau et de communiquer entre eux ainsi qu’avec nos aéronefs. Reste encore à disposer d’un nouvel avion de combat...!

 

 

 

Photos : 1 Canon 35mm & missiles Rapier @DDPS 2 Diehl BGT Iris SLM@ Diehl BGT 3 CAMM-L @ MBDA 4 Lanceur Iron Dome @ Rafael Defense

 

 

09/12/2014

Bataille aérienne en Crimée !

Pantsir-S1_tracked_-_Engineering_Technologies_2012_-1.jpg

 

 

Les informations convergent et se multiplient en se qui concerne la bataille aérienne qui se déroule depuis plusieurs semaines dans le ciel de Crimée. L’Ukraine semble multiplier les vols de reconnaissance au-dessus du territoire nouvellement Russe à l’aide de drones.

 

Drones abattus : 

 

Du côté Russe on confirme avoir abattus plusieurs drones ukrainiens violant l'espace aérien de la Crimée. Les informations confirment l’emploi de la part des Russes de systèmes de DCA Pantsir déployés dans la péninsule. Ce système de missiles sol-air semble particulièrement actif près de l'isthme de Tchongar (nord de la Crimée, frontière avec l'Ukraine) et aurait permis de détruire de nombreux drone ukrainiens. 

 

77374810001_3717428081001_Recon-Drone-Captured-in-Ukraine-vs.jpg

 

Photos : 1 Système de DCA Pantsir @ Svetlana Kefkova  2 Drone Ukrainien tombé en zone pro-russes @ Ria-Novosti