23/12/2021

Indonésie : Rafale contre F-15EX !

1096999235.2.png

Ils ne sont plus que deux, les candidats à la modernisation de la Force aérienne indonésienne (TNI-AU). Jakarta a annoncé par l’intermédiaire du chef d'état-major de l'armée l'Air Fadjar Prasetyo que deux appareils étaient encore en compétition avec le Dassault Rafale et le Boeing F-15EX « Eagle II ». Cette annonce confirme l’article du 20 janvier dernier dans lequel je mettais en avant cette possible « Short List ».

Bataille de communiqués 

Jakarta a joué durant plusieurs mois la carte de la concurrence entre Boeing et Dassault. Pour cela, le gouvernement indonésien a caressé les deux avionneurs dans le sens du poil. A tel point, que la presse des deux pays par avait annoncé le même un achat, américain pour les uns et français pour les autres ! Bonjour, l’embrouille ! Autant dire qu’à ce stade la lectrice et le lecteur pouvait se retrouver bredouilles sur les réelles volontés de choix de l’Indonésie. 

Un feuilleton à l’indonésienne

En 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». La signature du contrat devrait intervenir d’ici quelques mois. Le contrat était estimé à 1,14 milliard de dollars. Mais c’était sans compter sur les pressions américaines dans le cadre de la loi sur les sanctions (CAATSA) en vertu de laquelle Washington cherche à pénaliser les clients de la défense russe. En parallèle, l’Indonésie avait fait mention de son intérêt le Lockheed Martin F-35A. Cette demande a été finalement rejetée par Washington qui a finalement proposé des avions F-16 « Viper » Block 70/72 et le Boeing F-15EX « Eagle II ». Entre temps, l’Indonésie avait fait part de son intérêt pour l’acquisition de la flotte autrichienne d’avions de combat Airbus DS Eurofighter T1« Typhoon II ». Cette étonnante surprise venait directement du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, qui avait écrit une lettre à son homologue autrichienne, Klaudia Tanner, cherchant à entamer des négociations en vue d’acheter les 15 Eurofighter appartenant à l’armée de l’air autrichienne.

 Le Rafale F4

2557628714.jpg

Ce standard repose sur quatre piliers : la connectivité, l’engagement, la disponibilité ainsi que la détection et la lutte contre les menaces, a souligné la ministre des Armées. Ce standard F4 est un saut technologique, un saut industriel, un saut stratégique. » Le Rafale F4 vise en premier lieu l’amélioration de la connectivité du Rafale et des modes de travail en réseau associés, aussi bien dans un contexte national qu’interallié. Le Rafale F4 constituera une première étape pour le combat collaboratif connecté multiplateformes et donc vers le système de combat aérien du futur (SCAF). La capacité du Rafale à opérer face aux nouvelles menaces sera renforcée grâce à l’amélioration du système de protection et d'évitement des conduites de tir (SPECTRA), de l’optronique secteur frontal (OSF), de la nacelle de désignation TALIOS et du radar à balayage électronique RBE2. Ce nouveau standard prévoit également la prise en compte des futures évolutions des missiles ASMP-A, SCALP, de l’AASM 1000 kg modulaire et MICA NG, sans oublier les évolutions du Meteor. Enfin, des développements faciliteront la préparation opérationnelle et le soutien en service avec l’introduction de fonctions d’aide au diagnostic de pannes, de maintenance préventive et la modernisation du calculateur du moteur M88. 

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés.  

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. Le F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le « Big Data » et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur.

Boeing F-15EX « Eagle II »

1834508920.png

Boeing a doté le F-15EX d’une version améliorée du radar Raytheon APG-63 (V) 3 à balayage électronique actif (AESA), avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS « Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant de travaillant en binôme avec le F-22 et le F-35.

Avec la possibilité d’emporter jusqu’à 24 missiles air-air, le F-15EX « Advanced » sera bien supérieur à ses concurrents, mais il peut également emporter une gamme complète d’armes comme : le JSOW, le Harpoon, le missile antiradar HARM. On parle également d’adapter progressivement des armes à énergie dirigée comme les lasers, une fois que ceux-ci seront disponibles. Par ailleurs, il peut lancer des armes hypersoniques jusqu'à 22 pieds de long et pesant jusqu'à 7’000 livres. La grande taille de l’avion en facilitera l’intégration. Dernier élément, le F-15EX pourra travailler en binôme avec des drones pour les actions de frappes en profondeur.

La plate-forme nécessite également une formation transitoire minimale sans main-d'œuvre supplémentaire et peu ou pas de changements d'infrastructure, assurant la poursuite de la mission.

L'architecture OMS permettra l'insertion rapide des dernières technologies aéronautiques. Pour soutenir davantage la cellule numérique et faire avancer l’insertion de technologique, le programme F-15EX utilise le précurseur à l’initiative DevSecOps du ministère de la Défense, visant à développer des logiciels sécurisés, flexibles et agiles. De plus, l'architecture des systèmes de mission ouverts garantit sa viabilité pendant des décennies. L'épine dorsale numérique du F-15EX, ses systèmes de mission ouverts et sa capacité de charge utile généreuse cadrent bien avec la nouvelle vision de l’USAF d'une future guerre en réseau.  Le F-15EX réunit les avantages de l'ingénierie numérique, des systèmes de mission ouverts et du développement de logiciels agiles rester abordable et évolutif pour les décennies à venir.

Photos : 1 F-15EX & Rafale 2 le Rafale @ Dassault 3 F-15EX « Eagle II » @ Boeing

 

 

13/09/2021

6 Rafale de plus pour la Grèce !

000984864_896x598_c.jpg

Athènes vient de confirmer l’achat supplémentaire de 6 avions de combat Rafale de l’avionneur Dassault Aviation. Au total, ce sont 24 appareils qui équiperont la Force aérienne hellénique. Ces 6 appareils seront livrés entièrement neufs. 

Rappel

Cette commande a été passé en urgence suite à la situation en Méditerranée orientale qui est explosive depuis l'envoi par Ankara d'un navire de recherche sismique, escorté par des bâtiments militaires, dans une zone riche en gisements gaziers revendiquée par Athènes. Athènes a ouvert des discussions auprès de ses alliés en vue de l’achat potentiels d’avions de combat.

Le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait alors annoncé un important programme d'achats d'armes et une réorganisation des forces armées du pays, alors que la tension monte avec la Turquie en Méditerranée orientale. Kyriakos Mitsotakis a précisé que la Grèce allait se procurer, outre les 18 Rafale, quatre frégates et quatre hélicoptères de marine et procéder au recrutement de 15’000 soldats supplémentaires et financer davantage son industrie de défense.

La livraison porte sur des avions Rafale  au standard actuel F-3R avec un armement composé des missiles de croisière Scalp, antinavires AM39 Exocet et air-air Mica et Meteor. Un simulateur de vol sera également livré. 

Dassault Rafale F3-R

Le Dassault Rafale F-3R est capables d'assumer de nombreux rôles de mission différents avec une gamme d'équipements, à savoir des missions de défense aérienne, de supériorité avec des missiles air-air Mica IR et EM, et des attaques au sol de précision utilisant généralement des missiles de croisière SCALP EG et AASM Hammer air- missiles à la surface. En outre, des missions antinavires peuvent être menées à l'aide du missile AM39 Exocet, tandis que les vols de reconnaissance utilisent une combinaison d'équipements de capteurs embarqués et externes basés sur des nacelles. L’avion est doté du radar AESA Thales RBE2 avec les fonctions de suivi de terrain. La norme F-3R comprend également l’installation d’un système anticollision automatique au sol (AGCAS) et diverses améliorations apportées au radar RBE2, au système de guerre électronique Spectra, à la nacelle Reco NG et au système de navigation par inertie.

Avec la norme F-3R, le Rafale Marine est également équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol de nouvelle génération. Le F-3R peut notamment utiliser les armements suivants : bombes guidées laser GBU-12/24 et bombes guidées Hammer, la capacité de frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp, attaque en mer avec missile Exocet AM39 BlockII. La reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos et le ravitaillement en vol d'un Rafale à un autre de type « buddy-buddy ».

Le-Rafale-dotera-la-HAF-d-un-avion-de-combat-multirole-de-derniere-generation-permettant-a-la-Republique-hellenique-d-assurer-sa-position-geostrategique-en-toute-souverainete-1071580.jpg

Photos : Rafale aux couleurs grecques @ Dassault Aviation

 

11/06/2021

L’Indonésie opte également pour le Rafale !

Rafale-france-vente-indonesie.jpg

Le Rafale est-il enfin sur les traces du Mirage III qui avait été en son temps l’avion que tous les pays s’arrachaient ? Possible, quoi qu’il en soit, Jakarta vient de prendre une sérieuse option avec la signature d’un contrat initial pour un lot de 36 appareils.

Selon plusieurs sources concordantes, le ministère indonésien de la Défense et Dassault Aviation avaient signé un contrat initial « Come Into Force » pour l'achat de 36 avions de combat polyvalents le 7 juin dernier et prendra effet en décembre 2021. 

Des points à résoudre

Pour autant, il reste du travail, jusqu’à ce qu’un premier Rafale vole avec les cocardes indonésiennes. En effet, l'Indonésie et la France n'ont pas trouvé de points d'accord pour les retours commerciaux, le contenu local et/ou les compensations (IDKLO) concernant l'achat prévu. Selon Jakarta, la loi no. 16 de 2012 concernant l'industrie de la défense stipule que l'achat d'alpalhankam (équipement de défense et de sécurité) à l'étranger doit être accompagné d'un IDKLO.

Le F-16 coiffé au poteau

Pour autant l’avionneur américain Lockheed-Martin n’avait pas l’intention de voir le marché indonésien lui passer sous le nez. Une forte offensive en direction des médias locaux, avec un entretien en ligne donné le 27 mai par Mike Kelley, responsable du programme F-16 chez le constructeur américain avait été organisé. De plus, l’avionneur pouvait compter sur l’appuis de l’administration Biden qui ne s’opposerait pas à la vente de F-16 Block 70/72 « Viper » à l’Indonésie.

L’Indonésie a eu aussi son feuilleton

Rien n’a été simple pour Jakarta dans le choix de son nouvel avion de combat, en janvier 2018 Jakarta avait annoncé la finalisation d’une commande portant sur 11 avions de combat Sukhoi Su-35 « Flanker-E ». Mais les pressions américaines dans le cadre la législation américaine CAATSA avait finalement fait capoter la vente. Le pays s’est ensuite tourné vers l’Autriche pour un éventuel rachat des Eurofighter T1 autrichiens. Trop chers, difficiles à modernisés, cette option a très vite été abandonnée. Le pays a alors relancé son appel d’offre en décembre dernier.  

Photo : Rafale @ Dassault Aviation

29/04/2021

La Finlande a réceptionné les offres finales pour le nouvel avion combat !

3730793109.jpg

Le Commandement logistique des forces de défense finlandaises a reçu les offres finales pour le programme HX des cinq avionneurs en course. Les offres seront évaluées conformément à l’appel d’offres et au modèle de décision du programme pour faire une proposition de marché. Une fois l'évaluation des devis terminée à l'automne 2021, le gouvernement finlandais décidera du marché, sur proposition du ministère de la Défense, à la fin de 2021.

Rappel :

En janvier 2021, les Forces de défense finlandaises ont adressé un second et dernier appel d'offres spécifique aux gouvernements français, britannique, suédois et américain, à transmettre aux cinq avionneurs.  Les types d'appareils concernés sont le Boeing F/A-18 Super Hornet BlockIII (États-Unis), le Dassault Rafale F4 (France), l'Eurofighter Typhoon FGR4/5 (Grande-Bretagne), le Lockheed Martin F-35A F4(États-Unis) et le Saab Jas-39 Gripen E (Suède). La date limite a été fixée à la fin du mois d'avril 2021.

Offres finales 

Les devis finaux contiennent des informations sur la solution et le package complets, construits autour de chaque option des aéronefs multirôle ; l’objectif est de créer la meilleure capacité possible pour le système de défense finlandais tout en remplaçant la flotte des Hornet en service. Dans le cadre du budget maximal fixé pour le programme, les soumissionnaires ont été invités à préparer un ensemble de performances qui répond aux exigences fixées et comprend non seulement l'aéronef, mais également d'autres systèmes techniques, systèmes de formation, équipements de maintenance nécessaires, équipements de test et pièces de rechange, ainsi que armes, capteurs et autres fonctions de soutien spécifiques au type requis. Les coûts du programme s'élèvent à 12 milliards de dollars US.

Les options HX des différents soumissionnaires diffèrent quant aux coûts de mise en service, aux besoins de construction et à l'intégration dans le système de défense. Chaque soumissionnaire s'est donc vu attribuer une limite de prix spécifique à chaque soumissionnaire et, en outre, une option similaire a été incluse dans l'appel d'offres final pour chaque soumissionnaire en vue d'achats ultérieurs et de modifications contractuelles.

Évaluation des offres :

Le choix d’un chasseur polyvalent repose sur quatre considérations : la capacité militaire du chasseur polyvalent, la sécurité de l’approvisionnement, la coopération industrielle et les coûts. Les implications de la politique de sécurité et de défense seront évaluées séparément en dehors du processus d'appel d'offres proprement dit. En outre, il est nécessaire que les termes du contrat proposé par le soumissionnaire HX à sélectionner soient acceptables.

Étant donné que l'acquisition aura un impact sur la capacité opérationnelle des forces de défense et définira la capacité de combat de l'armée de l'air finlandaise dans les années 2060, il est important de sélectionner un système avec les meilleures capacités possibles, y compris des éléments de soutien et une capacité de développement sur toute la durée de vie.

Le fabricant doit être en mesure de fournir des solutions de coopération industrielle et un système de maintenance qui répondent aux exigences tout en garantissant l'opérabilité en cas d'urgence et une capacité suffisante pour fonctionner de manière autonome en cas d'urgence. Il doit être possible de couvrir les coûts d'exploitation et de maintenance du système sélectionné à partir du budget de la défense.

Lorsqu'un soumissionnaire satisfait aux exigences en matière de sécurité d'approvisionnement, de coopération industrielle et de coûts, il sera alors soumis à une phase finale d'évaluation des capacités. Une évaluation de la capacité sera effectuée par étapes, en tenant compte des packages proposés et des valeurs de capacité vérifiées sur la base des événements de test. Dans la dernière phase, un jeu de guerre à long terme sera simulé pour déterminer l’efficacité opérationnelle du système HX de chaque candidat. La proposition des Forces de défense sur le système à sélectionner sera basée sur le résultat du jeu de guerre et une évaluation du potentiel de développement futur. Le gouvernement finlandais prendra la décision d'achat.

4138412913.png

Photos : Force aérienne finlandaise

27/01/2020

Finlande : essais du Rafale !

EOtXqytWsAAtz6N.jpeg

Après l’Eurofighter, c’est le Rafale de Dassault Aviation qui est engagé dans le cadre des essais du programme HX Challenge finlandais. Une semaine complète est dédiée pour chaque candidat.  

Cadre des essais : 

Des missions air-air seront effectuées contre des avions finlandais Hornet et Hawk. La planification et l'exécution du HX Challenge sont gérées par l’Air Combat Center du Satakunta Air Command. Les agences de l'armée et de la marine participent également à l'évaluation de la capacité des candidats à soutenir les opérations terrestres et maritimes. Les exigences spécifiques du HX exigent que l'avion soit capable de mener des missions air-air, air-sol, air-mer et à longue portée, ainsi que des services de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et d'acquisition d'objectifs.

Baser l'évaluation en Finlande permet non seulement au ministère de la Défense de concevoir les tests de manière équitable pour tous les soumissionnaires, mais évalue également les performances et les capacités de chaque candidat dans l'environnement hivernal finlandais. Bien que l'avion a prouvé ses capacité pour des opérations par temps froid, des activités soutenues dans des combinaisons de températures glaciales, de neige, de pluie et de grésil ont inévitablement des effets néfastes et peuvent également affecter les performances des capteurs électro-optiques et autres.

Des tests supplémentaires peuvent être effectués ultérieurement par les fabricants dans leur propre pays et d'autres mesures seront évaluées à l'aide de simulateurs. Dans l'ensemble, le HX Challenge est conçu pour vérifier les performances déclarées de chaque candidat, plutôt que de les opposer les uns aux autres.  

Le défi HX représente la première phase du processus d'évaluation des performances. La deuxième phase sera menée dans des simulateurs pour évaluer le succès des vols de quatre avions dans les missions clés énoncées dans l'exigence, sur la base des valeurs de performance vérifiées dans l'évaluation de vol. Une troisième phase verra comment les prétendants s'en sortent dans une évaluation de « Wargaming » à long terme.

Essais du Dassault Rafale :

Le 20 janvier dernier, deux Rafale F-3R biplace, l’un appartenant à la DGA et l’autre à Dassault Aviation se sont posés sur la base aérienne de Pirkkala. L’occasion de montrer les équipements qui composent le Rafale dont les missiles MICA et Meteor. On notera la présence de la nacelle de reconnaissance et de ciblage Thalios. En Suisse les Rafale avaient présenté la nacelle SNIPER. Pour Dassault, la Finlande représente comme la Suisse l’opportunité de présenter l’avion Rafale dans un environnement spécifique et de démontrer les qualités de l’appareil. Comme à son accoutumée le Rafale est offert sans restriction de performances et sans « Black Box ».

EOy4Am7X4AATKWY.jpeg

Photos : Rafale au HX Challenge @ Finnish Air Force