15/02/2019

Double tirs de METEOR pour le Rafale !

meteor-rafale-20190215.jpg

Le ministère français des Forces armées a annoncé qu'un chasseur Rafale M de la Marine nationale avait tiré pour la première fois un missile air-air METEOR le 13 février dernier en parallèle à un autre tir effectué par l’Armée de l’air.

L’essai, qui s’est déroulé dans une zone de tir et d’essai dans le sud de la France, a été confié à des experts de la DGA, du Centre d’expérimentation pour la pratique de l’aviation navale de la marine française (CEPA 10). Le Rafale Marine utilisé pour le test était au standard M F-3R livré en décembre 2018.

Le Meteor : 

Le missile METEOR produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

Il sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

  1. Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef 

 

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

La capacité européenne :

L’Europe peut se targuer de disposer de trois avions de combat qui dans leur standard respectif le plus élevé, soit le Rafale F-3R, l’Eurofighter DA7 tranche 3 et le Gripen E & C/D sont à la pointe de la technologie de demain. Ces trois appareils disposent également de ce qui se fait de mieux en matière de missile de nouvelle génération, le METEOR.

Meteor-em-Rafale-naval-foto-MBDA.jpg

Photos : 1 Tir du Meteor depuis un Rafale M Rafale M doté du Meteor @ SIRPA

06/02/2019

Dassault livre le premier Rafale au Qatar !

IMG_2396.JPG

Ce matin, une cérémonie s’est tenue ce jour à Mérignac en présence d’Éric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation, à l’occasion de la livraison du premier Rafale à l’armée de l’air du Qatar (QEAF) sous le patronage de Son Excellence Dr Khalid bin Mohamed Al Attiyah, vice-Premier ministre du Qatar et ministre d’État chargé de la Défense, et de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre française des Armées, et en présence du général de division Mubarak Al Khayareen, Commandant en chef de la QEAF.

Rappel :

Cette première livraison, conforme au calendrier, fait suite à la signature, en mai 2015, du contrat d’acquisition de 24 Rafale par l’État du Qatar pour équiper sa force aérienne, et de 12 exemplaires supplémentaires en décembre 2017, portant à 36 le nombre total de Rafale qui voleront sous les couleurs qatariennes. Le petit Emirat modernise sa flotte en prenant soin de diversifier ses fournisseurs. 

Le Rafale destiné au Qatar :

Les Rafale destinés au Qatar seront les premiers à être dotés d’un viseur de casque. Le Qatar a opté pour le système israélien Elbit Systems « Targo II ». Les pilotes équipés du « Targo II » seront en mesure de mieux localiser, suivre, identifier et engager les cibles aériennes et terrestres, car le système offre une prise de conscience de la situation et des options d'engagement facilitée par rapport aux systèmes HMD actuellement en service. La visière montée sur le casque affiche les informations de vol telles que l'altitude et la vitesse, ainsi que des cibles et fournit des données de suivi de soutien au pilote. Le système « Targo II » permet notamment la visualisation de nuit. Ce nouveau système permet une symbologie couleur ou monochrome projetée à l'intérieur de la visière du casque, donnant au système un champ de vision de 20 ° (FOV). Si la cible ou la menace est en dehors de la FOV, une ligne de localisation cible (TLL) dirige le pilote où et dans quelle mesure chercher à l'amener dans la FOV du casque.

Les Rafale du Qatar disposeront des missiles air-air MICA IR, MICA EM (ElectroMagnétique), du missile METEOR à terme, ainsi que des missiles de croisière air-sol SCALP-EG, de bombes air-sol GBU à guidage laser, et l’AASM. Pour compléter l’équipement, c’est la nacelle AN/AAQ-33 « Sniper » qui a été choisie pour être installée sur l’avion français. 

IMG_2387.JPG

Photos :Livraison du premier Rafale au Qatar@ Dassault Aviation

 

21/01/2019

Dassault Aviation absorbe la maintenance d’ExecuJet !

 

dassault aviation,gamme falcon,falcon jet,maintenance aviation,bizjet,nbaa,ebace,aviation d'affaires,private jet

Dassault Aviation et Luxaviation ont annoncé aujourd’hui l’acquisition par Dassault Aviation des activités mondiales de maintenance d’ExecuJet, filiale de Luxaviation. L'intégration des sociétés couvrant cette activité s’effectuera progressivement en 2019, après obtention des autorisations nécessaires.

«L’acquisition des activités MRO (Maintenance, Repair & Overhaul) d’ExecuJet permettra à Dassault Aviation de renforcer son réseau mondial, en particulier en Asie- Pacifique, en Océanie, au Moyen-Orient et en Afrique. Avec ExecuJet, nous avons l’intention de continuer à développer un réseau d’excellence, tout en accroissant notre part de marché dans la maintenance Falcon », a déclaré Eric Trappier, Président- Directeur général de Dassault Aviation.

«Depuis sa création en 1991, le réseau ExecuJet a su fidéliser une clientèle d’opérateurs d’avions d’affaires de différentes marques. Je me félicite de cette opportunité de poursuivre le développement de notre activité MRO au sein du réseau Dassault », a indiqué Graeme Duckworth, Executive Vice-President MRO d’ExecuJet.

Un service de haute qualité :

Les ingénieurs de la branche maintenance d’ExecuJet sont hautement qualifiés pour fournir un service d'assistance 24 heures sur 24 avec un temps d'arrêt minimal pour vous permettre de revenir rapidement dans les airs, sans compromis en matière de sécurité des vols. Spécialisés dans la maintenance de la cellule, de l'avionique et des moteurs, ExecuJet est certifié pour une large gamme d'avions d'affaires et d'avions utilitaires, notamment Bombardier, Cessna, Dassault, Embraer, Gulfstream, Hawker et les avions à turbopropulseur. ExecuJet propose actuellement des services de maintenance à Beijing, Berlin (LBAS), Le Cap, l'aéroport international de Dubaï, Dubaï Sud, Johannesburg, Kuala Lumpur, Lagos, Melbourne, Moscou (LBAS), New Delhi, Perth, Sydney, Tianjin et Wellington.

Toutes les opérations de maintenance effectuées sur le réseau mondial ExecuJet sont conformes aux exigences réglementaires les plus strictes au monde.

19/01/2019

Dassault apporte son soutien aux particuliers lors du WEF !

0.jpeg

Dassault Aviation offrira à nouveau une sélection complète de services pour aider les opérateurs d’avtion privés de la gamme «  Falcon » lors de l’édition du WEF 2019.

Dassault offre une gamme complète de ressources disponibles à proximité des clients d’avion « Falcon » lors d' événements mondiaux spéciaux. En plus des services de dépannage de routine fournis par le commandement Falcon mondial 24/7 Center, offre assistance technique de l'équipe, l'expédition hors site de goteam et le portefeuille de réponse « Falcon » des aéronefs sur les services au sol (AOG). Falcon Response est le seul service AOG équipé d'appareils dédiés spécialement conçu pour accélérer les pièces de rechange, des outils et des techniciens sur des sites distants et assurer la portance de remplacement en cas de besoin pour les passagers arrivent à leur destination à temps.

La liste de cette année d'activités de soutien des événements spéciaux débutera les 22-25 janvier au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, qui réunit des directeurs généraux, chefs d'Etat et autres personnalités politiques, économiques et culturelles du monde entier. Servir les équipages Falcon assister à l'événement Davos, Dassault a renforcé ses équipes de soutien à l' aéroport international de Zurich et Saint - Gall-Altenrhein, allouer des ressources supplémentaires auprès des centres de service Falcon autorisés dans la région et ailleurs dans l'organisation de soutien Falcon, y compris mondiale de Dassault réseau de Falcon épargne entrepôts.

« Davos génère un afflux exceptionnellement élevé d'avions d'affaires dans la région de Zurich », a déclaré Jean Kayanakis, vice - président principal de la division Worldwide Service Client Falcon & Network Service Center. « Nous voulons nous assurer que les opérateurs Falcon qui assistent à ces événements mondiaux ont accès à la plus rapide etle plus complet et le soutien sur place la plus haute qualité. »

 

 

14/01/2019

Dassault lance le standard F4 du Rafale !

29739336-28652208.jpg

Une bonne nouvelle n’arrive généralement pas seule, après la livraison du nouveau Rafale F3-R, voici que le futur standard « F4 » est officiellement lancé. Une nouvelle très attendue et qui nous concerne également en Suisse, car en cas de choix, c’est bien ce modèle qui nous reviendrait. Mais c’est une autre histoire.

Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, a reçu le contrat de développement pour le standard « F4 » de l’avion de combat Rafale.  Cet événement a eu lieu ce jour à l’occasion de la visite effectuée par Florence Parly, ministre des Armées, à l’usine Dassault Aviation de Mérignac.

Le standard « F4 » s’inscrit dans la démarche d’amélioration continue du Rafale selon les progrès de la technologie et les retours d’expérience des opérationnels. Après les standards F1 (spécifique aux premiers avions de la Marine), F2 (capacités air-sol et air-air), F3 et F3R (polyvalence élargie), le standard F4 marque une nouvelle étape.

Que va apporter ce nouveau standard :

Cette évolution de l’avion français doit permettre d’amener celui-ci pleinement dans le combat en réseau avec de nouvelles liaisons satellite et intra-patrouille, serveur de communication, radio logicielle. De nouvelles fonctions seront également développées pour améliorer les capacités de l’avion comme l’évolutions des capteurs et du radar, de l’optronique secteur frontal (IRST), capacités viseur de casque et de nouveaux armements seront intégrés comme le missile air-air Mica NG et l’armement air-sol modulaire de 1000 kg.

Enfin, en termes de disponibilité, Dassault travaille dans le cadre d’un MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) qui sera davantage verticalisé sous l’autorité de l’avionneur. F4 comprendra un nouveau Système de Pronostic et d’Aide au Diagnostic introduisant des capacités de maintenance prédictive. D’autres optimisations de la maintenance sont également programmées, avec notamment des solutions basées sur le Big Data et l’intelligence artificielle. Enfin, le Rafale sera doté d’un nouveau calculateur moteur.La validation du standard F4 est prévue pour 2024, avec certaines fonctions disponibles dès 2022.

La réponse au F-35 :

Il manquait un échelon important pour contrer le F-35 de Lockheed-Martin, celui de la connectivité. Se sera bientôt fait avec le « F4 ». Avec une capacité de calcul accrue, l’avion pourra communiquer avec des drones, des blindés au sol et les bâtiments de surface, afin de réagir plus vite et avec une meilleure précision. La réaction européenne se met en place, avec des avions qui seront capables de fonctionner en mode « big data » tout en continuant d’être maniable, efficients à tout niveau.

images.jpeg

Photos : Rafale F4 @ Dassault Aviation