30/05/2017

Le rapport sur le futur avion de combat !

20150043.jpg

Berne, le DDPS présentait aujourd’hui, le tant attendu rapport du groupe d’experts et d’accompagnement sur le développement et la modernisation de nos Forces aériennes. 

Un rapport complet précis : 

Ce rapport est à l’image du nouveau chef du DDPS, claire, complet précis (voir le lien). Les grandes lignes du projet d’acquisition du nouvel avion de combat sont exprimés de manières détaillées, tout comme les besoins connexe du futur système de Défense Sol-Air (DSA20).  Sous le titre « Avenir de la défense aérienne », les quatre grands thèmes du projet sont détaillés :

 

1 Conduite moderne de la guerre aérienne.

2 Protection de l’espace aérien suisse.

3 Développement des Forces aériennes à moyens et long termes.

4 Evaluation et acquisition.

Chacun de ces éléments sont développés avec des sous-chapitres, de quoi renseigner au mieux le lecteur lambda sur un sujet aussi complexe que celui-ci.  Pas moins de 202 pages forment le document le plus communicatif jamais publié pour une acquisition par le DDPS. 

menaces.png

Mesures immédiates préconisées :

Demander un crédit « études de projets, essais et préparatifs d’achats (EEP) » relatif à l’acquisition d’un nouvel avion de combat dans le message sur l’armée 2017.

Poursuivre le projet visant à prolonger la durée d’utilisation des F/A-18C/D (programma armement 2017).

Abandonner provisoirement la mise hors service des F-5 Tiger.

Un travail d’experts et de politiques :

Pour élaborer cette «  feuille de route » le DDPS a  mandaté des représentants des quatre partis gouvernementaux, des membre du DDPS, d’armasuisse et de l’industrie.  L’objectif étant de présenter le projet sous l’ensemble de ses angles (motivations, besoins, finances, offsets, technologie) et permettre d’apporter une série de recommandations.

conduite.png

Le dernier mot :

Ces recommandations de travail doivent servir de base pour arriver à un projet complet final. Mais contrairement à ce que nous pouvons lire dans la presse sur le sujet. Le chef du DDPS et ses conseillers auront le dernier mot et pourront très bien présenter un projet final qui diffère sensiblement des quatre variantes proposées. Je ne présente pas ici les quatre variantes, car celles-ci ne représentent que des idées substantielles pouvant être sujet à modification. 

En effet, les variantes proposées ont toutes des points forts et des faibles, par ailleurs, les coûts sont évalués avec ce qui est disponible sur le marché et représente une moyenne en matière de chiffres. Hors, chaque avionneur pourra adapter ses offres en fonction de ses possibilités moyennant des ristournes plus ou moins importantes (Saab avait offert jusqu’à 20% sur le Gripen). De plus, entre les aéronefs les moins chers disponibles (Gripen E, Super Hornet et éventuellement le F-16 Viper) et les plus onéreux (F-35, Eurofighter, Rafale) la différence sur le prix à l’acquisition pour un même nombre d’avions pourra varier de l’ordre de 1,1 à 1,8 milliards de nos francs. Il faudra également tenir compte des coûts à l’heure de vol, qui sont également très différents d’un avion à l’autre et auront un impact non négligeable sur la décision.

Quoi qu’il en soit, il faut espérer que notre ministre de la défense sera bien conseiller, soutenu dans sa décision finale et que nos politiques se montreront plus courageux qu’en 2014 ! A voir certaines réactions de certains partis, la partie n'est pas gagnée!

Analyse: 

Je ne vais pas vous faire ici une cinquième recommandation, cependant voici ce à quoi il faut tenir compte : le choix doit privilégier le nombre d’avions. Ayant dirigé une unité de feu de DCA « Rapier », l’expérience terrain m’a montré deux choses : un système sol-air est un outil peu utilisable en temps de paix, sauf pour appuyer une conférence et ceci avec des limites importantes (proximité de la population). Seul un avion peu mener une interception dans le cadre de la police du ciel. De plus, notre topographie limite fortement les radars au sol et diminue parfois fortement la capacité d’engament des moyens DCA. Ce qui n’est pas le cas avec un avions qui survole les massifs montagneux. De plus un avion de combat peu voir non seulement en avant mais également au-dessous de lui et surveiller les intrusions dans les vallées. (Fig 10, page 75 du rapport)

En conséquence, l’achat d’un nombre important d’avions de combat au minimum 55 (voir plus) et un système sol-air de moyenne portée pouvant couvrir dans un premier temps le plateau, soit le secteur étant le mieux adapté pour lui. L’aviation et la DCA légère assumant la couverture sur les cîmes (Fig15, page 90 du rapport). Dans la seconde étape DSA20, il faudra remplacer les système « STINGER » très probablement par un système monté sur une jeep doté d’un armement en binôme missiles et canons voir un laser et couplés à des censeurs, permettra de combler les zones d’ombres du système moyenne portée.

Lien sur le rapport complet :

https://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/4844...

 

 

 

 

11/07/2015

La Russie prépare l’arrivée du système S-350!

s350e_vitraz.jpg

 

 

Moscou, les troupes de défense antiaérienne russes seront prochainement équipées de missiles anti-aériens S-350 « Vitiaz ». Ce système va venir compléter les actuel S-400 et renforcer la la défense contre-avion de gamme moyenne.

 

Le nouveau système doit remplacer les actuels systèmes S-300PS et S-300PT-1A au sein de la DCA russe. Le système de missile 50R6 « Vityaz » (en russe: ЗРС Витязь) ou S-350E est un système russe de milieu de gamme développé par Almaz-Antey GSKB.

Le système va donc s’intégré en entre le S-400 « Triumph » longue portée et le « Pantsir » de courte-portée. Après un retard, d’un an,  les tests ont été achevé en 2014. On prévoit la production de masse pour 2015, et les livraisons à l'armée russe sont attendues en 2016.

 

Le système de missile 50R6A/S-350 « Vityaz » se compose d’une station radar 50N6A  multifonctionnel avec une antenne active à balayage électronique qui permet  la détection précoce, l’illumination de la cible et le guidage de base sur 360°et la détection dur 120km.. D’un poste de commande  50K6A autonome, mais qui permet également avec une interaction avec d'autres systèmes distants. Le lanceur lanceur 50P6 qui permet de tirer trois types de missiles, le 9M100 à courte portée a guidage infrarouge (IR). Il mesure 2,5 m de long, avec un corps de 125mm de diamètre et pèse 3073 kg et a une portée maximale de 10 km. Les missiles 9M96 a guidage infrarouge et du 9M96E doté d’un autodirecteur à guidage radar lui permettant d’être autonome. Ces deux modèles ont une portée de 40km pour un diamètre de corps de 240mm. 

Les missiles 9M100 et 9M96E / 9M96 utilise une fusée à propulsion solide avec commande du vecteur poussée.

 

s300e_radar650.jpg

 

Photos : 1 lanceur 50P6 2 radar 50N6A @ Almaz

05/04/2015

Nouveau missile pour le S-400 russe !

188647549.jpg

 

La Russie a testé il y a trois jours un nouveau type de missile destiné à équiper les systèmes sol-air de type S-400 « Triumph », a annoncé le commandant adjoint des Troupes aérospatiales russes.

 

Un nouveau type de missile a été testé il y a trois jours en Russie, a annoncé samedi le commandant adjoint du Troupes aérospatiales, le général Kirill Makarov.

Selon les premières informations disponibles, le premier tir du nouveau missile a eu lieu, il y a trois jour et fût une réussite. Le nouveau missile aurait détruit sa cible avec succès.

Le nouveau missile a été testé sur une distance légèrement inférieure à 400 km. On ne connait pas pour l’instant pas les caractéristiques qui différencies le nouveau de l’actuel missile qui équipe le S-400.

 

Russia Israel.jpg

 

Un quatrième régiment de S-400 : 

 

En parallèle avec cette nouvelle, on apprend qu’un quatrième régiment des Troupes russes de défense aérospatiale chargé de protéger la région de Moscou recevra des missiles sol-air S-400 en 2015, a annoncé le porte-parole des troupes, Alexeï Zolotoukhine.

Dorénavant, se sont quatre régiments des Troupes de défense aérospatiales équipés de missiles S-400 « Triumph » et « Pantsir-S » qui protégeront la Capitale Moscou et la région industrielle du Centre.

La Russie compte également des régiments équipés de missiles S-400 sur la mer Baltique, à Nakhodka et dans la région militaire du Sud. Un régiment sera prochainement doté de ces missiles sur la péninsule de Kola. Elle compte se doter de 12 régiments armés de ces missiles d'ici 2020.

 

Le système S-400 « Triumph » :


S400.jpg


 

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles antiaérien et antimissile de grande et moyenne portée mobile développé par le groupe industriel Almaz-Antei. 

Le S-400 « Triumph » est la version évoluée du du S-300P qui s'en différencie par l'adoption de systèmes modernisés. Le radar serait capable d'accrocher 36 cibles et de contrôler jusqu'à 72 missiles. Il possède en plus une capacité antimissile. Il par ailleurs optimisé pour abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques. Le système est capable de tirer simultanément 72 missiles sur 36 cibles éloignées à une distance de 400 km.

S-400_Triumph_triumf_5P85TE2_SA-21_Growler_surface_to_air_SAM_long_range_missile_defense_system_Russia_Russian_amy_018.jpg

 * A noter dans l'infographie que 10'000 pieds font 3'000 m d'altitude et pas 30km. Ceci étant, ces chiffres ne reflètent certainement pas la réalité, les capacités réelles de ce type de système ne sont jamais divulguées . A prendre donc avec précaution.

Photos : Système S-400 Triumph @ Almaz-Antei

14/02/2015

Le Nicaragua veut une vraie Force aérienne !

mig_29smt-001.jpg

 

 

Le Nicaragua petit pays d’Amérique latine n’avait pas jusqu’ici, une Force aérienne digne de ce nom. Les choses vont changer, car le pays prévoit l'achat d'avions de combat pour commencer à appliquer sa souveraineté de l'espace aérien de manière sérieuse.

 

Le Nicaragua ne dispose aujourd’hui, que d’une flotte aérienne limitée qui se résume à des Cessna 185 et C41D, ainsi que, de quelques hélicoptères MIL Mi-17. L'inspecteur de l’armée nicaraguayenne, le général Adolfo Zepeda a annoncé cette semaine la volonté de renforcer la souveraineté de l’espace aérien nicaraguayen, avec comme objectifs la lutte 

contre les vols illicites des organisations de trafic de drogue et l’application au sens strict de la souveraineté aérienne. La nouvelle Force aérienne devra également pouvoir jouer un rôle dissuasif et permettre de repousser toute agression.

 

Le MiG-29 pour équiper l’aviation : 

 

Les moyens financiers du pays sont limités, mais le selon les premières informations divulguées suite à l’intervention du général Adolfo Zepeda, le pays porte sérieusement son attention sur des avions de combat d’occasions de type MiG-29. La Russie semble d’ailleurs prête à livrer ce type d’aéronefs de manière très rapide. On parle d’un premier lot de 12 à 18 aéronefs. 

Ces MiG-29, dont environ 6 biplaces, proviendraient du stock actuel de l’aviation russe et seraient tous remis à neufs. 

La décision en vue de l’achat de MiG-29 par le Nicaragua devrait intervenir au printemps.

 

 

Photo: MiG-29SM russe @ VVL

29/11/2014

Quels systèmes pour notre DCA ?

3437920098.jpg

 

Une fois n’est pas coutume, nous allons rester dans le monde de l’aviation, mais nous resterons au sol, pour parler de la modernisation de la défense contre-avions (sol-air) qui s’annonce dans notre pays. 

 

Systèmes TRIO : 

 

Actuellement dans notre pays, trois systèmes (TRIO) composent notre défense sol-air soit :  le missile Stinger couplé au radar Pstar pour la courte portée, le système de missiles Rapier et les canons bi-tubes Oerlikon Contraves de 35mm avec conduite de tir Skyguard.  Depuis le retrait à la fin des années 1990 des sites de missiles Bloudhound, notre défense sol-air ne dispose plus d’une capacité longue portée. De fait, le système TRIO ne couvre les besoins que de manière incomplète et ces systèmes atteignent, en ce qui concerne le Rapier et les 35mm la fin de leur durée de vie approche. 

 

Modernisation de la DCA : 

 

En conséquence, le DDPS prévoit une profonde modernisation de notre défense aérienne (en lien avec l’acquisition d’un nouvel avion, qui reste d’actualité) sous le non de BODLUV20 ou DSA20 (BODLUV = BODen-LUft Verteidigung = Défense Sol-Air = DSA). Ce programme de modernisation comprend le remplacement des Rapier et canons de 35mm à l’horizon 2020 par deux nouveaux systèmes dont l’acquisition est prévue aux programmes d’armement 2017/2018.

 

Les futurs systèmes devront répondre à un cahier des charges qui prévoit que ceux-ci devront être capable de neutraliser l’ensemble de nouvelles menaces aériennes. Pour la longue portée le système devra être capable en plus de combattre des buts traditionnels de types avions et hélicoptères bombardiers furtifs, des drones de grandes tailles et furtifs, des missiles balistiques. Le second système devra en plus des buts traditionnels être capable de combattre de petits drones, lutte anti-missiles, détruire les obus d’artilleries et de mortiers.

Les systèmes acquis devront offrir une parfaite couverture aérienne tout en étant doté de radars de dernière génération, capable de grande résistance au brouillage électronique et capable de communiquer avec le futur avion de combat. Mobiles, ces systèmes devront également pouvoir être mis en service de manière rapide par de soldats de milice et répondre aux fortes contraintes météorologiques.

 

Les systèmes potentiels : 

 

Je vous propose ici une liste de systèmes potentiels pour notre pays, j’aurais l’occasion d’y revenir, lorsque la première sélection aura eu lieu et que les essais débuteront, normalement ceux-ci sont prévus pour 2015.

 

Longue portée : 

 

A mon sens deux systèmes en Occident répondent à notre besoin en ce qui concerne la capacité longue portée : 

 

MBDA Thales SAMP-T : 


armement-sol-air-1.jpg


 

Développé par le missilier MBDA et Thales, le système sol-air SAMP-T est un programme destiné à assurer la défense terrestre de zone. Il permet de se défendre contre des menaces aériennes conventionnelles comme des avions ou des missile de croisières, mais également des missiles balistiques tactiques. doté du missiles ASTER, il permet la défense simultanée à 360° contre les menaces aériennes conventionnelles et balistiques,

aéronefs, hélicoptères, drones et permet une protection antiaérienne d’une force terrestre en mouvement. Le SAMP-T permet 10 engagements de manière simultanée avec un temps de réaction particulièrement court. Le radar Arabel permet une détection à 120km et permet de suivre 100 cibles simultanément avec un effectif en hommes réduit.

 

 

MIM-104F Patriot : 


Patriot_PAC-3_Flugabwehr.jpg


 

Développé par Raytheon aux Etats-Unis la dernière version du «Patriot» le PAC-3 assure le rôle de plateforme anti-missiles dans l'armée des États-Unis, ce qui est aujourd'hui sa mission principale.Le missile PAC-3 «ERINT» possède une conception totalement différente de celles de ses prédécesseurs. Il affiche avec une masse trois fois moindre, un calibre divisé de moitié pour une longueur identique (320 kg, calibre 255 mm, 5,2 mètres de long), et plus véloce et à l'aide d'une nouvelle disposition de ses gouvernes sa manœuvrabilité a été augmentée. Toutes les fonctions radars dans le système de Patriot sont concentrées dans l'ensemble AN/MPQ-53. L'AN/MPQ-53 combine les caractéristiques de rangée échelonnée, faisceaux agiles et système radar à bande G fournissant la totalité de toutes les phase de l'interception. Il peut détecter un bombardier à 180 km et une ogive à 60 km et dépister jusqu'à 100 cibles, et il peut traiter simultanément jusqu'à six cibles différentes en poursuite.

 

 

Systèmes de moyenne portée : 

 

Le second type de système potentiels est de portée plus inférieur dit de moyenne portée et devrait donc pouvoir combler les zones vides que le système longue portée ne pourra couvrir et ceci à cause de notre topographie particulière. En effet, il faut se rendre compte que dans notre pays la tâche de la DCA est particulièrement complexe, les nombreuses collines et montagnes réduisent la portée des systèmes radars et créent de fait de nombreuses zones difficilement contrôlables d’où l’intérêt de voir depuis le haut avec un avion de combat. 

 

 

Diehl BGT Defence Iris-SL/SLS : 

 

IRIS-T_SLS_surface-to-air_defense_missile_SAM_system_Diehl_Germany_German_defence_industry_military_technology_001.jpg

 

Le système allemand Diehl BGT Defence Iris-SL/SLS est basé sur le missile air-air Iris-T, la variante Iris SL et SLS est tirée depuis un lanceur vertical monté sur camion. Il permet une défense aérienne à courte et moyenne portée et est adapté pour la défense de l'espace aérien de site comme des aérodromes, mais permet également de couvrir de troupes au sol et des mouvements de blindés. L’IRIS SL/SLS permet une interception à 360° d’une portée de 70km. Doté du radar Saab Dynamics Giraffe 4A d’une portée de 100km capable de détecter toutes cibles volantes (avions,drones hélicoptères, missiles) ainsi que roquettes, obus d’artilleries et mortiers. 

 

 

Rafael Defense Iron Dome : 


Iron-Dome1.jpg



L’israélien Rafael Defense Systems propose la nouvelle version de l’Iron Dome M4 plus perforant et polyvalent par apport au système actuellement en service de l’Armée israélienne. L’Iron Dome (Dôme de Fer) dispose d’un radar Elta ELM-2084 capable de détecter et suivre 200 cibles par minutes sur une distance maximum de 100km. Le missile «Tamir» est capable d’intercepter des cibles diverses à une distance de 70km. Le radar détecte les lancements de roquettes, calcule leurs trajectoires, envoie les informations à l'ordinateur central, qui les utilise pour déterminer la localisation de l'impact. Si le projectile constitue une menace, notamment s'il se dirige vers une zone peuplée, un missile d'interception est alors lancé par un tireur depuis un des trois lanceurs contenant 20 engins composant la batterie de missiles.

 

 

Trois systèmes complémentaires : 

 

Trois systèmes pourraient encore faire partie de l’évaluation, bien que ceux-ci soient de moindre capacité en matière de portée . Il est pourtant nécessaire d’en parler afin d’avoir ici une vue globale des possibilités.

 

Le Thales RAPIDDefender : 


rapiddefender.jpg


 

Système intéressant de part sa mobilité, le Thales RAPIDDender est en fait une modernisation du système de missile «Crotale», avec une capacité de déploiement rapide le système est entièrement intégré sur une plateforme camion ou véhicule blindé à choix. Le système comprend une optronique et un radar de surveillance une conduite  de tir et des systèmes de missiles. Le radar 3D porte à 80 km avec capacité de recherche sur le mouvement. Ce système très mobile et offre un temps de réaction rapide. le missile de type VT1 vole à Mach 3.5 et est capable d'une portée d'interception 15 km.

 

 

Le Thales RAPIDFire : 


maxresdefault.jpg


 

Le RAPIDFire de Thales se compose d’un canon CT40 de nouvelle génération, développé par CTAI, une coentreprise appartenant à Nexter et BAE Systems, d’un radar 3D haute performance et d’un module C2 polyvalent. Ce sytème peut également tirer 6 missiles STARStreak et des missiles sol-air à très courte portée (7 km). Des capteurs optroniques ont été intégrés directement dans la tourelle. Le RAPIDFire est optimisé pour contrer les menaces aériennes de tous types, c’est à dire celle des avions d’attaque au sol, des hélicoptères, en passant par les drones et les missiles de croisière. 

 

 

Rheinmetall Air Defence/Oerlikon Skyshield : 


Oerlikon-Skyshield-Flugabwehrsystem_content_small.jpg


 

Directement dérivé des actuels canons de 35mm Oerlikon et Skyguard, le système «Skyshield» est une évolution qui comprend une conduite de tir intégrée de défense anti-aérienne et de défense antimissile à courte portée (Short range air defense) fabriqué par l’Allemand Rheinmetall et le Suisse Oerlikon.Skyshield constitue l'évolution du système Skyguard actuel. Il peut mettre en oeuvre le canon antiaérien de 35mm Oerlikon Millenium  qui constitue lui-même l'évolution de l'Oerlikon 35mm. Le système comprend la munition pré-programmable AHEAD.

 

 

 

A suivre en 2015 : 

 

Voici donc une vue d’ensemble des systèmes en cours d’évaluation sur le papier, rendez-vous l’année prochaine, pour suivre ceux qui auront été pré-sélectionnés. L’occasion de voir cette-fois en détails, les prétendants, lors des essais techniques en Suisse.

 

 

 

Photos : 1 Tir de missile Rapier aux Hébrides en 2002 @P.Kümmerling 2 MBDA SAMP-T @ Armée de l’Air 3 Raytheon Patriot @ Armée Allemande 4 Diehl BGT IRIS-SL/SLS @ Diehl BGT 5 Rafael Systems 5  RAPIDDefender @ Thales 6 RAPIDFire @ Thales 7 Skyshield @ Rheinmetall/Oerlikon