04/06/2016

Un moteur entièrement russe pour le Mi-26T !

786.jpg

Avec la crise en Ukraine, la Russie a décidé de gagner en autonomie. Pour ce faire, un programme doit lui permettre de devenir totalement indépendant en matière de motorisation. L’ensemble de la flotte d’hélicoptères sera désormais motorisée par des turbines de fabrication russes.

La société russe Aviadvigatel développe un turbomoteur qui va permettre de venir remplacer les turbines D-136 du Mil Mi-26T. Basée sur le turboréacteur PD-14, le nouveau moteur, PD-12V est en ce moment testé sur un Il-76 qui sert de banc d’essai. En effet, les versions actuelles de moteurs qui équipent la famille d’hélicoptères Mi-26 ont été développés par Ivtchenko Progrès et sont en production chez Motor-Sich, soit deux sociétés basées à Zaporozhie en Ukraine.

Pour Russian Helicopters la Russie ainsi que ces clients préfèrent voler à l’avenir avec une motorisation entièrement russe. Un prototype de Mi-26 doté du nouveau moteur prendra son envol en 2017. La production en série suivra l’année suivante.

 La nouvelle motorisation PD-12V peut développer 14.500 shp. Cependant, il sera réduit à 11.500 shp pour correspondre à la boîte de vitesses existante en service sur le Mi-26. La capacité de puissance peut être maintenue jusqu’à l'altitude de 2000 mètres ou à la température ambiante de +40 degrés celsius au niveau de la mer. Ce qui améliorera considérablement les performances du Mi-26.

Selon Aviadvigatel, le PD-12V est plus lourd de 100 kg que le D-136, mais brûle 18 % moins de carburant. Des études préliminaires effectuées par United Engine Corporation (dont Aviadvigatel est membre) ont révélé que la rénovation permettrait d'améliorer la charge utile du Mi-26 et de réduire les coûts d'exploitation grâce à des paramètres techniques plus élevés.

 

Photo : Mil Mi-26T @ Russian Helicopters

26/11/2014

Nouvelle arrivée de Sukhoi russes en Crimée !

2186736-1.jpg

 

Ce mercredi, la Force aérienne russe a déployé 14 avions de combat supplémentaires en Crimée indépendante. Ces aéronefs se sont posés dans la journée sur les installations de la base aérienne de Belbek.

 

Selon le chef du service de presse de la flotte russe de la mer Noire, Viatcheslav Troukhatchev, ces avions sont dix Sukhoi Su-27SM et quatre Sukhoi Su-30M. D'ici la fin de l'année, les Forces russes de défense aérienne stationnées à Belbek recevront environ 20 chasseurs Su-27 «Flanker» en renforcement. Il faut savoir, qu’avant l'adhésion de la péninsule de Crimée à la Russie, la base de Belbek abritait déjà, plus de 50 appareils, dont des chasseurs MiG-29 de l'Armée de l'air ukrainienne.

 

 

Le Sukhoi Su-27SM : 


th.jpeg


 

Le Su-27SM (3) a été structurellement renforcé et pèse trois tonnes de plus au décollage que le modèle précédent. Alimenté par deux moteurs Saturn AL-31F-M1. Le Su-27SM (3) est équipé d'une avionique moderne et de points d’attaches supplémentaires.

Cette dernière version du Sukhoi, dispose d’un cockpit doté de 4 écrans multifonctions couplés à un nouveau système de communication sécurisé et plus résistant au brouillage. Les logiciels radars ont été adaptés pour permettre l’utilisation de la gamme la plus récente en matière de missiles «air-air» et «air-surface» de longue portée.

Le Su-27SM (3) est une version polyvalente capable de remplir des missions de combat en utilisant efficacement et avec une haute précision les armes "air-surface» y compris par guidage avec GPS (GLONASS).
La Russie dispose d’un parc d’un plus de 350 Su-27 répartit entre 12 régiments en plus du centre de démonstration en vol de la patrouille des Chevaliers Russes (Russian Knights), les unités d’entraînements et le centre d’essais en vol des Forces aériennes.

 

Le Sukhoi Su-30M : 


2056962.jpg


 

Le Sukhoi Su-30M est la version améliorée et totalement multirôle du Su-30. La masse maximum au décollage est portée jusqu’à 34,5 tonnes en renforçant la cellule et le train d’atterrissage. Toute la gamme d’armements russe air-air et air surface peut être emportée sous 12 points d’emport. L’avion emporte un radar de type AESA N011M Bars. L’optronique frontale OLS-30 dispose d’une portée de 90. Le Su-30M est doté d’une  liaison de données Spektr et du viseur de casque Sura-K.

 

 

Photos : 1 Sukhoi Su-27SM @ Dimitriy Puchigin 2 Cockpit Su-27SM @ Sergy 3 Sukhoi Su-30M @ Max Briansky

20:50 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : crimée, crise ukrainienne, kiev, moscou, sukhoi, m |  Facebook | |

24/07/2014

Su-25 ukrainiens abattus !

Su-25UB.jpg

 

 

 

La guerre aérienne continue de plus belle dans le ciel de l’est ukrainien et ceci quelques jours à peine après le drame du vol MH17 de Malaysian Airlines. 

 

Sukhoi abattus :

 

En date du 23 juillet, on apprend que deux avions de combat Sukhoi Su-25 «Frogfoot» de l’armée de l’air ukrainienne ont été abattus par les forces séparatistes dans l'est du pays. L’information a été confirmée aujourd’hui par le ministère de la Défense ukrainien.

 

Les deux monoplaces Su-25 ont été abattus près du village de Dmytrivka, près de la frontière avec la Russie. Le sort des pilotes n'est pas clair, bien que des sources médiatiques signalent qu'ils se sont éjectés. 

 

Les circonstances exactes de la perte des deux Su-25 «Frogfoot» n'ont pas encore été déterminées avec précision. On ne sait donc pas pour l’instant quel type d’arme a été utilisée, artillerie antiaérienne (AAA), ou des systèmes de missiles portatifs de défense aérienne (MANPADS). 

 

La force aérienne ukrainienne disposait à l’origine du conflit de 35 avons de combat Su-25 «Frogfoot», tous déployé au sein de la 299e Brigade d'aviation tactique, basé à Kulbakino dans le sud du pays.

 

p1565527.jpg

 

Photos : 1 Sukhoi Su-25UB ukrainien @ Ria 2 Su-25 abattu @ Reuters


17/07/2014

Le vol MH17 a été abattu par un missile longue portée!

 

vol mh17,malaysian airlines,b777 malaysian airlines,crise ukrainienne,russie,pro-russes,avion abattu,crash malaysian

 

 

Le drame cet après-midi qui touche pour la deuxième fois la compagnie aérienne Malaysia Airlines (vol MH17), après la perte du vol MH370 dans l’Océan indien, dont on n’a toujours pas retrouvé l’épave et dû à un tir de missile. Ukrainiens ou pro-russes voir même russes, ce tir dont seule une enquête sérieuse pourra déterminer la provenance, marque une nouvelle escalade dans la région.

 

 

BsxI3MpCYAAaNsI.jpg-large.jpeg

Système de DCA longue portée : 

 

Le vol MH17 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur et Pékin devait voler à une altitude estimée (pour l’instant) entre 7’000 et 10’500mètres. Par conséquent, les systèmes missiles courtes portées portables (Manpad) à guidage infrarouge (SA-7 ou SA-16, SA-18 et Strella) de part leur portée verticale (3’000m) ne peuvent être engagés. Par conséquent seul les systèmes lourds de moyenne et longue portée pouvaient atteindre l’avion de la compagnie malaysienne.

199401455.jpg


 

Si l’on regarde l’équipement en service au sein de l’armée Ukrainienne, trois systèmes sont capables de porter un tel coup. Les systèmes BukM1 et BukM2, ainsi que les systèmes S-300. 

 

Les systèmes Buk : 

 

Le 9K37M1-2 "Buk-M1-2 (SA-17 Grizzly) est un système antiaérien polyvalent mobile russe de moyenne portée entré en service en 1979. Il est destiné à la défense de forces terrestres et de points vitaux. Une variante modernisée a été produite sous la dénomination BUK-M2E qui voit sa portée augmentée. Il est ainsi capable de détruire une cible aérodynamique à 45 km (horizontal) à une altitude comprise entre 20 et 25 kilomètres.

Le S-300:est un système mobile multicanal de de missile sol-air (SA-10 Grumble). Il est destiné à protéger les sites stratégiques les plus importants d'un État et de ses forces armées contre des bombardements. Ce système offre une portée de 120km (horizontal) est permet de monter à une altitude de 27km.


3420452_3_c81a_au-premier-plan-une-batterie-de-missiles_9e106d06a155f5e90ffbb15fd0c3a60e.jpg


Qui possède quoi ?

L’armée ukrainienne possède ces systèmes dans son arsenal, de plus un système de type   «Buk» est actuellement déployé dans la région de Donetsk (est de l'Ukraine). Pour autant, rien ne confirme que cette batterie soit à l’origine du tir. Du côté des pro-russes, jusqu’à présent les appareils ayant été abattus par eux (hélicoptères Mi-8, Mi-24 et avion Su-25) l’ont été par des systèmes courtes-portées à basse altitude. Mais rien ne dit que ceux-ci ne sont pas dotés de missile plus gros de type «Buk» justement. Par ailleurs les nombreuses défections au sein de l’armée ukrainienne, pourraient expliquer qu’une unité se soit jointe aux séparatistes avec un équipement complet.

De plus, la Russie dispose de systèmes S-300 à la frontière ukrainienne.

Quoi qu’il en soi, se tir a été effectué par des hommes entrainés et préparés à l’usage d’un système lance missiles complexe. Cela ne peut être le fait d’amateurs.

Conséquence sur le trafic aérien : 

Ce drame oblige dorénavant les avions de ligne à contourner l’Ukraine, les aéronefs emprunteront les espaces aériens de pays tiers. De plus, plusieurs compagnies aériennes vont cesser toutes liaisons avec Kiev, durant au moins 24heures.


La fin de Malaysia ?


Se second drame qui touche la compagnie malaysienne pourrait bien à terme lui être fatale à la manière dont la célèbre compagnie PamAm avait finalement déposé le bilan après l'attentat en Ecosse.

 

Photos : 1 B777 Malaysia Airlines@ Malaysia 2 BukM1/M2 3 S-300 @ RiaNovosti