13/02/2020

Importantes pertes pour Airbus !

a350-1000-in-flight-.jpg

L’avionneur européen Airbus a annoncé jeudi une perte nette de 1,36 milliard d'euros pour l’année 2019, affectée notamment par des amendes de 3,6 milliards dans l’affaire de corruption et une nouvelle charge de 1,2 milliard sur le programme d'avion de transport militaire A400M. L’avionneur annonce cependant un bénéfice opérationnel ajusté de 6,9 milliards d'euros.

Ces résultats sont la conséquence des accords finaux conclus avec les autorités pour clore les enquêtes de compliance. En parallèle, Airbus doit faire face à une charge liée à la révision des prévisions de contrats d'exportation concernant l’avion de transport multirôle l'A400M. De plus, l’avionneur est tributaire des restrictions d’exportations de l’Allemagne en direction de l’Arabie Saoudite.

Eurofighter, corruption en Autriche :

airbus,autriche,corruption,résultat 2019,avionneur européen,les nouvelles de l'aviation

Un autre dossier de corruption semble également ressortir des tiroirs, celui des Eurofighter autrichiens. Vienne veut des réparations en ce qui concerne la vente d'avions de combat Eurofighter en 2003 pour un montant de 2 milliards d'euros. Vienne a estimé mercredi 12 février que les manquements récemment reconnus par Airbus dans la passation de nombreux contrats internationaux légitiment ses revendications. L’Autriche envisage plusieurs options, allant du procès criminel à la transaction judicaire et la sortie rapide du programme Eurofighter.

Côté bonnes nouvelles :

L'avionneur a livré 863 avions commerciaux en 2019, contre 800 l'année précédente et prévoit d'en livrer environ 880 pour 2020.

Les prises de commandes se sont élevées à 81,2 milliards d'euros, portant la valeur du carnet de commandes à 471 milliards, portées notamment par le programme A320neo (comprenant A319, A320 et A321) pour lesquelles les commandes s'élevaient à 6.249 appareils à fin janvier.

Nouvelle structure pour l’A220 :

 Airbus et le gouvernement du Québec et Bombardier Inc. ont convenu d'une nouvelle structure de propriété pour le programme A220, par laquelle Bombardier a transféré ses actions restantes d'Airbus Canada Limited Partnership (Airbus Canada) à Airbus et au gouvernement du Québec. La transaction prend effet immédiatement.

 Cette entente porte les participations d'Airbus Canada, responsable de l'A220, à 75% pour Airbus et 25% pour le gouvernement du Québec respectivement. La participation du gouvernement est remboursable par Airbus en 2026, trois ans plus tard qu’avant. Dans le cadre de cette transaction, Airbus, via sa filiale en propriété exclusive Stelia Aerospace, a également acquis les capacités de production des lots de travaux A220 et A330 de Bombardier à Saint-Laurent, Québec.

Cette nouvelle entente souligne l'engagement d'Airbus et du gouvernement du Québec dans le programme A220 durant cette phase de montée en puissance continue et de demande croissante des clients. Depuis qu'Airbus est devenu propriétaire majoritaire du programme A220 le 1er juillet 2018, le total des commandes nettes cumulées pour les avions a augmenté de 64% pour atteindre 658 unités à la fin de janvier 2020.

airbus,autriche,corruption,résultat 2019,avionneur européen,les nouvelles de l'aviation

Photos : 1 A350-1000 @ Airbus 2 Eurofihgter autrichiens @ FAA 3 A220 Air Baltic @ Airbus

03/02/2020

Airbus à l’amende pour corruption !

Airbus-final-assembly-line-Tianjin-Endmontage.jpg

L’avionneur européen Airbus est en passe de tourner l’une de ses pages les plus sombres de son histoire. Au total, l’avionneur devra s’acquitter d’une amende de 3,6 milliards d’euros pour des faits de corruption qui se sont déroulés entre 2004 et 2016.  

Les faits :

Bien que pointée du doigt, Airbus s’en tire à bon compte. En effet, l’entreprise a pris les devants en s’auto-dénonçant. De nombreux documents ont été remis à la justice durant l’enquête. L’ancienne direction d’Airbus avait créé une entité interne, baptisée Strategy and Marketing Organization (SMO), Cette organisation interne était chargée de gérer les intermédiaires dans les contrats avec certains pays. Les enquêteurs de trois pays (France, Angleterre, USA) ont mis à jour une série des faits de corruption d'agent public étranger et de corruption privée à l'occasion de contrats de vente d'avions civils et de satellites et de matériel militaire. Il en découle de nombreuses pratiques frauduleuses lors de campagnes de vente.

On parle par exemple de voyages organisés pour des fonctionnaires, d'activités de loisirs des cadeaux luxueux et des invitations pour divers événements, ainsi que des sommes importantes à des intermédiaires.

Les pays touchés par cette corruption sont la Chine, la Russie, le Népal, la Colombie, le Sri Lanka, la Malaisie, l’Indonésie, Taïwan et le Ghana et la Corée du Sud et les EAU.

Pas d’effet à long terme :

La nouvelle direction d’Airbus à dissout la SMO et sa bonne collaboration avec les autorités limitent donc les charges contre l’entreprise. De plus, Airbus a mis en place un programme de mise en conformité. L'avionneur a toutefois dû s'engager à accepter à ses frais des audits pendant trois ans. Pour autant, la pénalité infligée devrait engloutir une partie des profits d’Airbus, qui avait dégagé un bénéfice net de 3,1 milliards d’euros.

Photo : Site d’assemblage d’Airbus@ Airbus

 

 

 

12/02/2018

Allemagne, une amende mais pas de procès pour Airbus DS !

406774042.2.jpg

Je vous en parlais en janvier dernier, dans le cadre de l’accusation pour corruption lancée par le ministère de la Défense autrichien, le groupe Airbus tentait d’éviter un lourd procès avec le paiement d’une amende en Allemagne, c’est chose réussie.

 

Une amende confirmée :

L'enquête d'Airbus Defence and Space GmbH par le parquet de Munich (Staatsanwaltschaft München I) relative à la vente d'avions Eurofighter à la République d'Autriche en 2003 a été close. Le résultat de l'enquête du ministère public de Munich, en cours depuis 2012, n'a pas confirmé les allégations de corruption.

Cependant pour de clore l'enquête en Allemagne, le ministère public de Munich a émis une sanction administrative contre Airbus Defence and Space GmbH en vertu de la loi allemande sur les délits administratifs («Ordnungswidrigkeitengesetz») pour un montant de 81,25 millions d'euros. Le montant total comprend une amende administrative de 250 000 euros et une restitution de 81 millions d'euros. Airbus Defence and Space GmbH a accepté cet avis.

L'avis est basé sur l'allégation d'une violation par négligence des fonctions de surveillance de membres non identifiés de l'ancienne direction d'Airbus Defence and Space GmbH. L'avis allègue que certains anciens gestionnaires ont négligé d'assurer des contrôles internes appropriés qui auraient empêché les employés d'effectuer des paiements à des partenaires commerciaux en échange de services documentés éprouvés.

L'enquête a révélé qu'au moins 90 millions d'euros avaient coulé à travers des fausses factures et des sociétés de boîtes aux lettres dans la moitié du monde et à travers des canaux sombres. C'est un modèle typique des paiements de pot-de-vin.

D'autre part, l'avis reconnaît explicitement les efforts importants entrepris par Airbus et sa direction depuis 2012, qui ont débouché sur une nouvelle culture de compliance.

Depuis le début de l'enquête, Airbus a pleinement coopéré avec le ministère public de Munich. Cela comprenait la fourniture d'un rapport d'enquête indépendant du cabinet d'avocats Clifford Chance, qu'Airbus a partagé avec le procureur de Munich en 2014.

Pour autant le volet autrichien n’est pas clos :

Airbus DS évite ainsi un long et douloureux procès en Allemagne et peut souffler un peu dans ce dossier. Pour autant, le volet autrichien n’est pas clos et le dossier mené par le ministère public autrichien à Vienne n’est pas clos.

On ne sait pas encore comment le ministère autrichien à l’intention de procéder à l’avenir, la décision allemande semble réduire la marge de manoeuvre de ces derniers. Pour autant, l’avionneur européen ne peut encore complètement se sentir à l’aise, tant qu’une décision du maintien des chefs d’accusation sont encore retenus contre lui.

 

Photo : Eurofihgter T1 autrichien @ Faa