16/03/2020

COVID-19 : L’aviation d’affaires à deux vitesses ! 

234.jpg

L’aviation d’affaires se retrouve dans une situation inédite, d’une part les salons dédiés au secteur sont annulés les uns après les autres, de l’autre la demande du secteur est en plein boum.

Annulation d’EBACE 20 :

La NBAA et l'European Business Aviation Association (EBAA) ont annulé leur événement européen phare et le deuxième plus grand salon de l'aviation d'affaires au monde, l'European Business Aviation Convention & Exhibition 2020 (EBACE2020).

L'événement devait se tenir à Genève du 26 au 28 mai, mais l'Europe est confrontée à de nombreuses restrictions liées aux voyages dû au COVID-19, y compris une interdiction de tous les événements de plus de 100 personnes en place jusqu'à fin avril en Suisse. Il s'agissait d'une extension de l'interdiction initiale des événements avec plus de 1’000 personnes qui devait se dérouler jusqu'à la mi-mars. Les autorités suisses indiquent en outre leur intention de réintroduire les contrôles aux frontières de Schengen.

Bien que de telles restrictions ne soient pas encore en vigueur en mai, les longs délais requis pour un événement de la taille d'EBACE2020 nécessitent une décision antérieure, ont expliqué les organisateurs. De plus, ils ont accepté de rembourser intégralement les frais d'exposition et d'inscription.

DSC_4306_Rob_1500px.jpg

Une série d’annulations :

La décision est la dernière d'une série d'annulations de grands événements en cours dans le monde et fait suite à la décision de la NBAA la semaine dernière de raccourcir d'un jour sa conférence Schedulers & Dispatchers (S&D) et d'annuler sa prochaine conférence internationale des opérateurs 2020 (IOC2020) et Business Aircraft Finance, Inscription et conférence juridique.

De plus, l’Aircraft Electronics Association a choisi de reporter son congrès international et salon professionnel qui devait se tenir du 24 au 27 mars à Nashville, tout comme les organisateurs d’Aero Friedrichshafen et de Sun n ’Fun Aerospace Expo. 

Forte de demande des jets privés :

Jetclass-696x385.jpg

Avec les risques de contamination, les acteurs du secteur de la location de jets privés se retrouvent avec une forte demande. Les réservations sont en plein boum depuis le début de la crise du Coronavirus en Chine. En Europe, on note une demande en hausse de l’ordre de 30 à 40% du secteur en quelques semaines. Suivant les pays, la demande a dépassé les 150% ces dernières semaines et pourrait encore augmenter prochainement.

Photos : 1 & 2 Salon EBACE 19 @ EBACE Press 3 Forte demande des jets privés @ JetClass

 

10/03/2020

COVID-19, assemblage des F-35 stoppé au Japon !

EPnsv_UXsAUYlIz.jpeg

L’avionneur Lockheed-Martin a fermé son installation d'assemblage final et de contrôle (FACO) des F-35 à Nagoya, au Japon, du 9 au 13 mars en raison du coronavirus. Selon LM, une pause peut être absorbée dans les marges de calendrier existantes de Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et de Lockheed-Martin sans aucun problème.  

Toujours selon Lockheed-Martin aucune autre perturbation de la chaîne d'approvisionnement n’est prévue pour l’instant. En ce qui concerne l’approvisionnement de pièces, celles-ci continuent d’arriver normalement.

Et l’Italie :

Jusqu’à aujourd’hui, les employés de Lockheed-Martin de Cameri, en Italie, continuent de se présenter au travail, mais que les employés potentiellement infectés par le virus ont été dirigés vers l'auto-quarantaine. Par contre, des dispositions ont été prises afin de limiter les déplacements. La nouvelle décision de la quarantaine généralisée dans le pays pourrait par contre obliger une fermeture provisoire des installations prochainement.

500 ème F-35 :

68082_fp20017280007_pr_251111.jpg

Au chapitre des bonnes nouvelles Lockheed-Martin a livré le 500 ème F-35, la flotte dépassant également la barre des 250’000 heures de vol. Le 500ème exemplaire livré est un F-35A qui servira au sein de la Vermont Air National Guard,  

Sur les 500 appareils livrés à ce jour, 354 sont des F-35A, 108 sont des F-35B avec une capacité de décollage / atterrissage vertical (STOVL) et 38 sont des F-35C pour les opérations la marine américaine.

Bien que le programme atteigne son rythme, il souffre toujours de problèmes. En janvier, le bureau du directeur des tests et évaluations opérationnels du ministère de la Défense a publié un rapport au congrès indiquant que le F-35 avait encore 873 déficiences.

Les problèmes du F-35 comprennent 13 déficiences de catégorie 1. Ces problèmes « peuvent entraîner la mort ou des blessures graves ; peuvent causer des pertes ou des dommages importants à un système d'arme ; restreindre de façon critique les capacités de préparation au combat de l'organisation utilisatrice; ou entraîne un arrêt de la chaîne de production ", selon la définition de l'US Air Force (USAF).

Les lacunes du F-35 sont aggravées par des problèmes de maintenance qui ont entravé le taux de capacité de mission de l’avion en dessous de l’objectif de 80% du DoD. Le taux de capacité de mission est le pourcentage d'aéronefs capables d'exécuter au moins une mission, à l'exclusion des aéronefs en maintenance ou en réparation majeure.

Photos : 1 F-35A 2 Le 500ème F-35A @ LM

 

03/03/2020

La crise du coronavirus impact le transport aérien !

367.jpg

La crise du coronavirus touche de plein fouet le transport aérien. Les vols en direction et en provenance de la Chine sont les plus touchés. Mais d’une manière générale, les compagnies aériennes ont réduit leurs capacités en raison de la baisse de la demande de voyages en avion liée à l'épidémie de coronavirus. 

De nombreux transporteurs ont suspendu leurs vols vers la Chine continentale, à l'origine de l'épidémie initiale du virus, jusqu'à la fin mars et prolongent désormais ces suspensions jusqu'en avril. Mais les réductions de capacité sur des réseaux plus larges deviennent de plus en plus courantes à mesure que de nouvelles poches d'incidence du coronavirus émergent.

Premiers effets sur les créneaux horaires :

Du côté, des régulateurs on a renoncé aux règles des créneaux horaires sur une base continue pendant la crise, principalement pour les opérations en Chine et à Hong Kong. Cette suspension de l'exigence pour toute la saison se terminant en octobre permettrait aux compagnies aériennes de répondre aux conditions du marché avec des niveaux de capacité appropriés, évitant ainsi d'avoir à exploiter des services vides, afin de maintenir les créneaux horaires.

Cette décision fait suite à un effondrement du trafic aérien sur les principales routes asiatiques et que cela se répercute sur tout le réseau de transport aérien dans le monde, même entre les pays n’ayant pour l’heure pas d’épidémies majeures en ce qui concerne le coronavirus.

Réactions chez les transporteurs européens :

En Europe, la demande passagers a fortement diminué en direction de l’Italie. Le pays étant actuellement, le plus touché par les cas de COVID-19. De nombreux vols ont été annulés. Pour faire face au manque à gagner, certaines compagnies aériennes ont mis en place une réorganisation des domaines d’activité comme :

  • Réduction budgétaire dans l’administration et les dépenses discrétionnaires.
  • Gel des recrutements, promotions et salaires sur l’ensemble du réseau.
  • Report des projets non critiques et des dépenses d’investissement.
  • Offre de congés sans solde et interruption des formations non obligatoires.
  • Contrats avec des prestataires pour une réduction supplémentaire des couts.
  • Réallocation des avions pour l’été 2020 pour saisir les meilleures opportunités de revenus en période de reprise.

Photo : Les avions se vident en Asie @ Reuters