27/01/2018

Plainte refusée contre Bombardier, les raisons !

jpg_cs100_delta_-_copie.jpg

Je vous l’annonçais dans un article court hier soir, la décision sur le litige qui opposait l’avionneur cannadien Bombardier à l’américian Boeing est tombé. La Commission internationale du commerce des États-Unis (USITC) a tranché en faveur de Bombardier. L’avionneur canandien n'aura pas à payer de droits compensatoires et antidumping de 292 % sur les ventes de son monocouloir de type CSeries.

Rappel :

L’avionneur américain Boeing avait déposé une plainte contre Bombardier pour concurrence déloyale. Le ministère américain du Commerce affirmait que les appareils de 100 à 150 sièges bénéficiaient de subventions du gouvernement canadien et qu'ils étaient vendus en deçà de leur prix de fabrication. Pour Boeing, cette situation donnait lieu à un préjudice en raison de ces subventions indues octroyées à son concurrent. Les avocats de Boeing donnaient comme exemple la vente de CS100 à la compagnie Delta Airlines grâce à un prix très bas.Les chances de Bombardier de l’emporter semblaient minces au départ. Plusieurs observateurs canadiens, y compris au sein du gouvernement fédéral, prédisaient une victoire de Boeing.

La fin d’un feuilleton :

« La décision d’aujourd’hui est une victoire pour l’innovation, la concurrence et la primauté du droit », a affirmé Bombardier dans un communiqué publié vendredi, quelques minutes après l’annonce de la décision de l'USITC.

Le constructeur rappelle que « les avions CSeries sont les avions les plus novateurs et les plus efficaces à avoir été créés depuis une génération. Leur développement et leur production représentent des milliers d’emplois aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni ». L'action de Bombardier à la Bourse de Toronto a bondi en quelques minutes, pour atteindre un sommet en trois ans. Par ailleurs, Bombardier entend mettre l'accent sur la finalisation de son partenariat avec Airbus, en vertu duquel l'avionneur européen deviendra l'actionnaire majoritaire du programme de la C Series.

Pourquoi Boeing a perdu ?

Pour beaucoup d'observateurs, la défaite de Boeing est une surprise. En effet, les arguments de l'avionneur américain portaient sur l'aide financière de la région du Québec à l'entreprise Bombardier. Toujours pour Boeing, ces aides auraient permis de vendre le CS100 à un prix particulièrement bas au transporteur Delta Airlines. Hors, il semlbe que le prix accordé à la compagnie américaine soit parfaitement dans la norme et que les rabaix accordés correspondent à ce qui se fait chez Boeing ou Airbus. Pas de concurrence déloyale en finalité.

Préparation des livraisons à Delta Airlines:

La commande de Delta prévoyait que les livraisons débutent ce printemps, mais quand Airbus a accepté à la mi-octobre de prendre une participation majoritaire dans le programme CSeries et d'en assembler quelques-unes sur le site de son usine A320 à Mobile en Alabama, Delta devait accepter un retard dans les livraisons pendant qu'Airbus construit la nouvelle chaîne d'assemblage américaine. Maintenant que la décision de l'USITC donne raisons à Bombardier, celà  signifie que Delta peut prendre livraisons des avions construits à Mirabel, au Québec, le site de la ligne primaire CSeries. 

 

F604FDA8-067C-4910-9E20-18B763AD0323-2808-000001B8C8375000.jpeg

Photos : La vente du CS100 à Delta Airlines a déclenché le litige@ Bombardier