11/05/2017

Chine : démonstration de force des Xian JF-7 !

54777.jpg

La Chine est devenue une puissance économique et militaire, le pays tient à le faire savoir. La montée en puissance militaire du pays ne fait aujourd’hui plus aucun doute, chars, missiles, radars second porte-avions et une aviation indigène sont devenus les témoins des nouvelles et incontournables capacités de la Chine.

Dans une vidéo destinée à plusieurs médias chinois et étrangers, le Chine a voulu démontrer ses compétences aériennes. Une manière de s’imposer et de faire reconnaître sa force. Simple propagande me direz-vous ? Non, car il s’agit pour les instances du pays de mettre en avant une réel capacité qui pèse déjà dans les dossiers important comme Taïwan et les îles revendiquées dans les eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale.


L’exercice volontairement rendu public montre des avions de combat Xian JH-7 mener des tirs contre des objectifs navals, avec des missiles et des bombes de divers calibres sur le secteur de l'île de Hainan, au sud du pays. L’objectif est évident, montrer que la Chine est capable d’opérer des opérations de combat aérien de grandes envergures.

68459.jpg

Le Xian JH-7 « Flying Leopard » :

Le Xian JH-7 « Flying Leopard » est un bombardier bimoteur. Entièrement conçu en Chine, il est le premier appareil indigène, non issus d’appareils russes. L’aaapreil a été développé dans les année 1980 pour venir remplacer les Harbin H-5 et Nanchang Q-5. L’avion a volé le 14 décembre 1988,pour la première fois. L'avion a été conçu comme un avion de combat multi-rôle et doit répondre à la fois aux exigences de l'aviation navale et la force aérienne.  L’avion est doté d’un moteur chinois, le WS-9 qui est en fait un dérivé dune licence du Rolls-Royce Spey MK202 RB.168. En 2002, les JH-7 ont été modernisés avec un poste de pilotage est équipé d'affichages multifonctions (MFD) et un radar doppler à impulsion permettant l'utilisation du laser et du guidage par télévision. Cette modernisation a permis l’adaptation d’armes de précision à guidage radar. De 2004 à 2009 environ 100 machines ont été livrées à la Marine et la Force aérienne chinoise. Au total, 240 machines ont été construites.

342.jpg

Photos : 1 JH-7 de face @ Aleksey Lisitsyn 2 En vol @ Ilya 3 en double Dmitriy Pichugin

 

03/05/2017

Le chinois AVIC offre une nouvelle variante de son L-15 !

Hongdu_L-15_Falcon.jpg

En 2016, lors de la célébration du 65e anniversaire du groupe Aviation Industries Hongdu (AVIC), une version armée de l’avion école L-15 « Falcon » a été photographiée. Mais rien d’officiel à l’époque. Ce 1er mai, l’avionneur chinois a présenté officiellement cette fois, sa nouvelle variante d'attaque de son L-15.

1356527016.jpg

Désignée L-15B, il s’agit d’une une version améliorée de la variante L-15 LIFT (Lead In Fighter Trainer) utilisée par la Force aérienne de l'Armée de libération populaire et de l'Armée de l'air navale de l'Armée populaire de libération. Le L-15B est également motorisé par deux turboréacteurs ukrainiens Ivchenko-Progress AI-222K-25F, permettant a l’avion d’atteindre la vitesse supersonique de Mach 1,4. Selon les spécifications d'AVIC, le L-15B a un poids maximum au décollage de 11,6 tonnes et d'une distance franchissable d'environ 2'600km. Le L-15B dispose d’un nez plus grand, qui abrite un radar multifonction expérimental une portée d'environ 75 km, selon les données divulguées. Il semble également que le bus de données Arinc 429 a été remplacé par un système chinois HB6096-SZ-01, plus simple.

L’avion semble pouvoir emporter une charge utile maximale de 3,5 tonnes, composée du missile PL-12 à guidage radar de type BVR, des bombes guidées au laser LT-2 et une nacelle canon sous le ventre.

j-15_ss.png

Le Hongdu L-15 :

La PLAAF (People's Liberation Army Air Force) dispose d’un nouvel avion école développé par le constructeur aéronautique chinois, Hongdu, en coopération avec Yakovlev. Issus des planches à dessins de l'ingénieur M. Zhang Hong. Le L-15 « Falcon » reprend les lignes du Yak-130, mais dispose d’une capacité supersonique.

Ce choix permet aux élèves pilotes de poursuivre entièrement leur entrainement au combat sur un seul type d'avion avant leurs affectations en unités de front.

Présenté pour la première fois en 2004, l’avion effectua son premier vol le 26 mars 2006 mais motorisé par deux réacteur ZMKB-Progress DV-2 sans PC (postcombustion) d'une puissance de 21.58 kN. Pour réponde aux besoins de l’entrainement avancé, les ingénieurs ont finalement opté pour une remotorisation de l’avion avec le Ivchenko-Progress AI-222K-25F (construit sous licence en Chine) d'une puissance comprise entre 49 et 86 kN qui lui permet d’accélérer jusqu'à Mach 1,4. Le moteur IA-222-25F a été initialement développé pour équiper les Yak-130 de l’aviation russe. Pour information, le prix d'un exemplaire du Hongdu L-15 avoisine les 10 millions de dollars et pourrait bien trouver sa place à l’exportation à l’avenir.

p1693122.jpg

Photos : 1 Le L-15 LIFT 2 Première photo du L-15B 3 & 4 présentation du L-15B @ CCTC/Chine nouvelle

 

21/02/2017

Chine & Pakistan préparent les nouvelles versions du JF-17 !

2314.jpg

Le partenariat sino-pakistanais pour le développement de l’avion de combat JF-17 « Thunder » (FC-1 «Xiaolong» en Chine) va s’accélérer dans les prochaines mois. D’une part, avec la version biplace et de l’autre avec le lancement du nouveau standard BlockIII.

Le JF-17B :

2033420980.jpg

Annoncé officiellement au printemps 2015, la version biplace JF-17B devrait semble-t-il effectuer son premier vol d’ici la fin mars de cette année. Le JF-17B est développé en réponse aux besoins d’un client, en vue de l’entraînement pour la transition sur le modèle monoplace.

Le seul changement important apporté à l'avion en dehors du siège éjectable supplémentaire est une nageoire dorsale qui contient un réservoir de carburant supplémentaire. L’objectif étant que le JF-17B dispose d’une capacité de carburant comparable à la version monoplace.

Lancement du standard BlockIII :

Les partenaires sino-pakistanais AVIC et PakistanComlex (PAC) préparent le lancement du nouveau standard BlockIII de l’avion qui doit être doté d’un nouveau radar à antenne électronique de type AESA produit en Chine à Nanjing. L’avion disposera également d’un capteur IRST et le pilote pourra disposer d’un viseur de casque. De plus, l’avion pourra évoluer dans un environnement de guerre électronique moderne (Net Centric Warfare Environment) et ceci pour un prix relativement raisonnable. Officiellement la Chine et le Pakistan espèrent faire voler le BlockIII en 2018 et débuter sa commercialisation dès 2021.

A propos du JF-17 « Thunder » / FC-1 Xiaolong :

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est co-financé par le Pakistan et produit par  PakistanComlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93 dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôle d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend deux canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg/£ 8150 de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois. La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.

 

232123.jpg

Photos : 1 & 3 JF-17 Block1 2 Maquette du JF-17B @ PAC

 

10/02/2017

Des B-1B pour contrer la Chine dans le Pacifique !

342.jpg

 

L’US Air Force vient de déployer quatre bombardiers Rockwell B-1B « Lancer » sur la base aérienne d’Andersen sur l’île de Guam dans le Pacifique. Ces appareils sont en provenance de la base aérienne de Dyess et appartiennent au 7ème Bomber Wings.

Imposer une présence :

Cette rotation doit durer environ six mois, l’US Air Force a considérablement renforcé sa présence dans la région avec des déploiements réguliers de bombardiers stratégiques en vue d’accentuer la dissuasion dans la région. Le 10 août dernier, un B-1B et un Boeing B-52H et un Northrop-Grumman B-2 ont sillonnés simultanément la région pour marquer le renouveau de la présence US.

L’US Air Force tente ainsi de faire face à l’augmentation des patrouilles des bombardiers chinois Xian H-6K sur les territoires et îlots revendiqués par Pékin en mer de Chine. Une action qui démontre non seulement le rejet chinois de la décision du CPA, mais sa détermination dans la région. Dans un communiqué, Pékin a expliqué que la Chine respectait la liberté de navigation et de survol dans la zone contestée. Par contre le pays restera intraitable en ce qui concerne ses revendications et les installations implantées sur plusieurs îles de la région.

Une zone à risques :

L'archipel des Spratleys, soit plus de 100 îlots, récifs et atolls situés à mi-chemin entre le Vietnam et les Philippines constituent l'une des zones les plus disputées en raison de son importance militaire stratégique. Les Chinois y mènent actuellement d'énormes opérations de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses. Plusieurs pays voisins ont également développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan avec un. Les pays de la région redoutent une action de force de la part des chinois.

Le B-1B : 

Le premier exemplaire a été livré le 29 juin 1985 à l'US Air Force. Le B-1B n’a cessé d'évoluer pour répondre aux exigences d'un champ de bataille en évolution rapide. Capable de remplir une mission nucléaire comme un bombardier classique, il est également capable d’effectuer mission d'appui au sol classique.

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B Lancer est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’Administration dirigée par le président Reagan, qui en 1981 le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le Lancer subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

43567.jpg

Photos : 1 B1-B @ Stuart Freer 2 le B-1B Lancer @ USAF

20/01/2017

Chine, le drone Lijian aux essais en vol !

C2ijcl_WQAE9vjQ.jpg

Je vous en avais parlé brièvement en 2013, la Chine avait à l’époque dévoilé son « super drone furtif » le Lijian « Épée aiguë ». A l’époque ce drone effectuait des tests de roulage au sol. Le drone « Lijian » a débuté ses essais en vol en novembre 2013 et devrait bientôt être qualifié pour une large production. 

C2ijbcdXUAQEsYg.jpg

Conçu sous la direction de la société d'État China Aviation Industry (AVIC) par Hongdu Aviation Industry et Shenyang Aircraft, le drone Lijian est issus de la chaîne d’assemblage après plus de trois années d’études.

Le  drone « Lijian », selon les premières informations disponibles, semble avoir une envergure de 46 pieds (14 mètres), il est donc plus petit que le X-47B américain (62 pieds). Le drone 

est propulsé par un turboréacteur sans postcombustion WS-13 avec une entrée serpentine, une technologie qui permet de dissimuler le moteur des systèmes infrarouges ennemis.

C2ijeP5W8AEUmTt.jpg

Le drone aurait une autonomie de 130 km (80 miles) contre des cibles terrestres ou maritimes. Par contre, on notera que la tuyère du moteur du Lijian est exposée, tandis que celui du X-47B est cachée. Selon les dernières informations il pourrait emporter jusqu’à 2000 kg de munition dont les nouvelles bombes de petit diamètre CM-506 présentée au salon Airshow China.

Capable de frappes, le drone Lijian devrait également pouvoir être utiliser pour la reconnaissance et la guerre-électronique.Le Lijian pourrait entrer en service en 2019 et venir tenir tête au X-47B américain et devancer ainsi les efforts européens de lancer un drone furtif de combat, tel que le démonstrateur nEUROn.

 

china-sharp-sword-stealth-ucav-lijian__585504_.jpg

Photo : drone Lijian @ Chine nouvelle