07/11/2018

Rafale & Eurofighter, la bonne et la mauvaise nouvelle !

rafale VS eurofighter.jpg

Les temps sont durs pour les avionneurs européens face à la pression américaine avec le F-35. Les Etats n’ayant pas les mêmes vues stratégiques en matière d’acquisition d’avions de combat, ce qui donnent des sueurs froides aux fabricants du vieux continent. 

La mauvaise nouvelle :

Dans le cadre du remplacement de la flotte de Boeing CF-18 A/B « Hornet » canadiens (article du 31.10.18), l’avionneur français Dassault Aviation a annoncé ce matin se retirer du concours. En effet, selon  Dassault Aviation, il ne serait pas convaincu de pouvoir répondre aux exigences de sécurité requises et ceci en ce qui concerne les systèmes de communications. La France n'appartient pas à l'alliance des "Five eyes" (les "Cinq yeux") formée entre les services de renseignement des Etats-Unis, de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni, ce qui  complique les opérations en matière d’interopérabilité avec  les forces américaines. L’adaptation de ce système sur le Rafale est doublement problématique, d’une part en ce qui concerne d’éventuels surcoûts d’intégration, mais également du côté politique. 

Par ailleurs, il semble bien qu’un avion américain serait à priori privilégié par les canadiens selon Dassault Aviation. Les anglais semblent  maintenir l’offre de l’Eurofighter étant eux-mêmes membres du Club  « Five Eyes ». Reste l’avionneur suédois Saab, qui annonce ce soir être prêt pour l'intégration " 5-Eyes". Mais celà sera-t-il suffisant ?  

La bonne nouvelle :

Les nouvelles en provenance d’Allemagne sont par contre positives en ce qui concerne une nouvelle tranche portant du l’Eurofighter au nouveau standard « T3 ». En effet, le Parlement allemand prépare un programme doté d’un montant de départ de 2,5 milliards d’euros, qui sera complété jusqu’en 2029, en vue de l’acquisition du dernier standard de l’avion européen. L’objectif étant de venir remplacer les derniers Panavia Tornado en service. Le gouvernement allemand semble donc avoir tranché en faveur du jet européen au lieu du Lockheed- Martin F-35A qui était un temps sur les rangs.

Cette décision aura également comme conséquence, le maintien de la ligne de production allemande qui était jusqu’ici menacée de fermeture et portera à un peu plus de 140 le nombre d’Eurofighter en service au sein de la Luftwaffe. Avec une possible nouvelle commande de l’Espagne (article du 4.11.18) l’avenir de l’Eurofighter semble se diriger en direction d’un ciel plus clément.

Photo : Rafale & Eurofighter @ Armée de l’air

25/07/2018

Canada, le CH-148 « Cyclone » arrive enfin !

915729258.jpg

La flotte d'hélicoptères canadiens Sikorsky CH-148 « Cyclone » est « enfin » prête pour entrer en sevice sans aucune restriction. Le weekend dernier la RCAF a procédé à une démonstrationaérienne pour le public avant que les nouveaux hélicoptères ne soient déployés sur des missions à l’international, soit près de 10 ans après la date prévue de livraison.

Un hélicoptère Cyclone sera déployé sur la frégate NCSM « Ville de Québec », dont le port d’attache est Halifax, pour ensuite aller prendre la relève du navire NCSM St John’sen mer Méditerranée.

La fin des problèmes :

Annoncé en novembre 2004 par le gouvernement du premier ministre Paul Martin, l’achat de 28 hélicoptères Sikorsky CH-148« Cyclone » a été suivi de nombreux retards et a coûté beaucoup plus cher que la somme de 1,8 milliard de dollars initialement prévue.

Le Canada devait être en possession des 28 appareils en 2011, avec une première livraison prévue en 2008. Or, les premiers hélicoptères n'ont été livrés qu'en juin 2015 à la base des Forces canadiennes Shearwater, à Halifax.

Les hélicoptères ont depuis été testés et retournés plusieurs fois au constructeur américain Sikorsky pour faire des améliorations. En 2014, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a signé un nouveau contrat avec Sikorsky pour l'achat de 28 CH-148 Cyclone au coût de 7,6 milliards de dollars.

Jusqu’à aujourd’hui, la flotte d’hélicoptères CH-148 était limitée dans ses opérations à cause d’une restriction de vol, après une mise à la terre de deux mois. Un problème de logiciel a été détecté avec les ordinateurs de contrôle de vol de l'hélicoptère.

Le problème du logiciel a notamment entraîné un délai de plusieurs mois pour la formation des équipages sur l’aéronef. Sikorsky a dû modifier les CH-148 de la 12ème Escadre au standard Block II avant que ceux-ci puissent entrer pleinement en fonction, c’est chose faite.

1276021870.jpg

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 «Cyclone».

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le «Sea King». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.

helicopteres-cyclone.jpg

Photos :Le Sikorsky CH-148 « Cyclone » de la RCAF@ RCAF