06/11/2012

La NAVY reçoit son 5e P-8A «Poseidon» !

P-8A1.jpg


 

SEATTLE, Boeing a livré le cinquième avions de patrouille maritime de nouvelle génération de type P-8A «Poseidon» à  l'US Navy. Cet appareil fait partie des 24 premiers aéronefs à taux faible de production (CRTR) construit dans le cadre du marché en 2011.

 

La Navy prévoit d'acheter 117 Boeing P-8A  «Poseidon» avions de patrouille maritime

anti-sous-marine, anti-surface, renseignement, surveillance et reconnaissance pour remplacer sa flotte actuelle de Lockheed P-3 «Orion».

 

L'US Navy a commencé à rechercher un remplaçant au Lockheed P-3 «Orion» à la fin des années 1990. Les études exploratoire de concept commencèrent en 2000 avec le financement par la Navy d'études de Boeing et de Lockheed Martin. Après la diffusion du projet initial, la Navy a publié un cahier des charges définitif en septembre 2003, portant sur l'acquisition de 251 appareils, ce chiffre a depuis été revu à la baisse et porte maintenant sur 117 avions.

La compétition pour le programme MMA a vu s'affronter le Lockheed Martin Orion 21 (un dérivé plus moderne du P-3C) et la version modifiée du Boeing 737. En juin 2004, l'US Navy a annoncé avoir sélectionné le projet de Boeing. Le 14 juin 2004, celle-ci attribua à Boeing un contrat estimé à 3,89 milliards de dollars pour la phase de développement du système et le démonstrateur (SDD). La phase SDD aboutira à la fabrication de sept cellules d'essai en deux étapes.

 

Le P-8A «Poseidon» :

Le P-8A Poseidon est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A Poseidon est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

 

AIR_P-8A_MMA_Cutaway_Slide_lg.jpg


Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage. 

 

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.


 

4673216373_1b1fb6345e.jpg


 

Photos : 1 le 5e P-8A 2 P-8A Poseidon @ Boeing