30/10/2013

Super Hornet & Viking pour renforcer l’USN !

FA-18_Hornet_VFA-41.jpg


 

L’US Navy se retrouve coincée avec les retards du programme F-35, pour compenser, la Marine américaine prévoit de compléter sa flotte avec une nouvelle commande de «Super Hornet». Mais celle-ci, pour cause d’attrition budgétaire envisage, même de relancer les bons vieux S-3A «Viking».

 

Je vous en parlais déjà dans un article daté du 17 janvier 2011, les retards du F-35 de Lockheed-Martin profitent clairement à Boeing qui se retrouvent à devoir prolonger la fabrication du «Super Hornet». En effet, l’US Navy doit maintenant compenser le manque d’équipement en aéronefs avec une commande supplémentaire Boeing F/A-18E/F «Super Hornet» pour l'exercice 2015, alors même que le plan actuel est de cesser l'approvisionnement de ce type d’appareil, dans le courant de l'exercice 2014.

 

Dans un avis de pré-sollicitation, le commandement du Naval Air Systems confirme son intention de négocier un prix fixe avec Boeing pour l’achat de 36 F/A-18E/F «Super Hornet « et F/A-18G «Growler» destinés pour l’exercice 2015. 

 

Normalement, la Marine a des commandes pour 260 Lockheed-Martin F-35C avec une capacité opérationnelle initiale prévue entre août 2018 et février 2019. Ces F-35 pourraient coûter jusqu'à 125 millions de dollars chacun, selon un analyste de la défense aérienne, tandis que les coûts du «Super Hornet» sont eux de 50 millions par appareils. 

 

La Marine se retrouve également avec des contraintes de budget, qui l’oblige à faire des choix drastiques. On ne sait donc pas encore si la commande de «Super Hornet» aura un impact sur les achats de F-35 et si celle-ci sera acceptée !

 

Le retour du S-3A «Viking» ?

 

Mais la seconde nouvelle qui a de quoi surprendre, concerne le retour possible des bons vieux S-3A «Viking». Lockheed-Martin est sur le point de ressusciter les «Viking» à la retraite, afin de satisfaire aux exigences à la fois de L’US Navy, mais aussi pour la Marine de la République de Corée du Sud.

 

L’USN risque en effet de se retrouver à terme avec un manque d’avions destinés au transport à bord et livraison (COD) et pour le ravitaillement air-air. Le «Viking» pourrait venir renforcer et même remplacer les C-2 «Greyhound» vieillissants. Pour l’avionneur, cette solution serait peu coûteuse et facile à mettre en oeuvre avec les 100 S-3A actuellement stockés. 

 

Commentaires :

 

L’USN de retrouve directement piégée entre les surcoûts et retards du programme F-35 et les contraintes budgétaires imposées par la Maison Blanche. Pourtant, les missions ne manquent pas pour la Marine américaine qui va devoir jongler en tiraillant son budget avec notamment des solutions de rechanges. Mais aura-t-elle pour autant la possibilité de tirer son épingle du jeu ? En effet, la politique sous le Capitole ne correspond pas forcément avec les besoins du terrain. Des pressions se font pour éviter de relancer des contrats avec Boeing dans l’attente du F-35, alors que d’autres veulent au contraire les maintenir ! L’USN se retrouve quant à elle au milieu d’un champs de bataille, qu’elle ne contrôle pas !

 

 

Navy-Viking-S-3-VX-30.jpg

Photos : 1 Boeing F/A-18E/F Super Hornet 2 S-3A Viking à l’époque de sa splendeur @ USN