02/04/2019

Disponibilité réduite de la flotte des F/A-18 !

DSC_7712.jpg

L’application des mesures visant à prolonger la durée d’utilisation des jets de combat est retardée par des problèmes techniques. La disponibilité de la flotte des F/A-18 suisses s’en trouve ainsi réduite pour le moment. La sécurité dans l’espace aérien reste cependant assurée. La cheffe du DDPS en a informé les commissions de la politique de sécurité du Parlement.

Les raisons :

Après le rejet par le peuple du projet d’acquisition de l’avion de combat Gripen en 2014, le Parlement a approuvé la prolongation de la durée d’utilisation de la flotte des F/A-18, la faisant passer de 5 000 à 6 000 heures par avion. Cette mesure doit permettre de combler les lacunes jusqu’en 2030. Dans ce cadre, il est notamment prévu d’assainir la structure de ces avions vieux d’une vingtaine d’années.

Le prolongement : 

En été 2018, la RUAG a pu réviser un premier appareil, qualifié de prototype, en l’espace de quatre mois. Concernant les cinq appareils suivants, les travaux dureront sensiblement plus longtemps que prévu. Ce retard est dû à des problèmes qui n’avaient pas encore été rencontrés à ce jour et remonteraient à l’époque de leur construction, à la fin des années 90 ; ils n’ont été pour l’instant que partiellement résolus. C’est ainsi que certaines pièces de rechange ne sont pas adaptées à la structure des avions. Le retard encore indéfini ainsi provoqué dans l’assainissement de cette structure a aussi des conséquences sur le reste de la flotte dans la mesure où cela bloque, chez RUAG, les capacités dévolues aux travaux de maintenance qui surviennent régulièrement.

La situation :

En conséquence, les Forces aériennes disposent de moins d’appareils pour assurer le service de vol : actuellement, ils sont dix sur les trente de la flotte de F/A-18, quand il en faudrait idéalement douze. Il faut s’attendre encore à d’autres situations de réduction de la disponibilité des avions de combat jusqu’en 2024, année prévue pour la fin du programme d’assainissement. Les F/A-18 prêts à voler suffisent cependant pour assurer, en tout temps, le service de police aérienne et les opérations de protection des conférences.

L’armée et RUAG font leur possible pour maintenir la disponibilité de la flotte à un niveau satisfaisant. Des travaux sont actuellement en cours pour que RUAG et les Forces aériennes puissent éventuellement disposer de ressources supplémentaires.

En conclusion:

Une fois de plus, le rejet du « fond Gripen » péjore le travail des Forces aériennes qui doivent faire plus avec une flotte de F-5 qui n’est aujourd’hui plus adaptée à la situation et dont l’emploi se résumme à une utilisation de « service ». De l’autre, la flotte de F/A-18 est de plus en plus mise à contribution. En résulte une fatigue accrue des cellules et une obligation de renforcement de celles-ci. Cette situation et complexe et ne peut qu’être que provisioire à court terme. Le besoin d’une nouvelle flotte d’avions de combat devient inexorablement urgente.

Photo : Hornet à Payerne @ P.Kümmerling