10/01/2018

Boeing: record de livraisons et carnet de commandes en hausse !

B787-10-N528ZC-BEOING-CO-.jpg

Comme chaque début d’année, le monde de l’aviation se passionne pour connaître les chiffres des livraions d’avion et commandes obtenues l’année courante chez les deux principaux avionneurs. Pour certains, il s’agit d’une bataille avec un gagant et un perdant. La réalité en est autrement, d’une part la concurrence entre Airbus et Boeing et de nature saine et permet de nombreuses avancées technologique entraînant dans leurs sillages des centaines de sous-traitants et des milliers d’emplois. De l’autre, cette saine concurrence offre des oporturnités aux transporteurs aériens que ne pourrait tenir un seul grand avionneur. Par ailleurs, la bonne santé ou non du duopole permet de reflèter la situation économique internationale.

Pour la sixième année consécutive, Boeing a livré davantage d’avions commerciaux que tout autre constructeur et établi un record industriel avec 763 livraisons en 2017. Ces résultats sont liés à la forte production des modèles B737 et B787. Parallèlement, Boeing a augmenté son carnet de commandes avec 912 commandes nettes, ce qui reflète la solidité de la demande que suscitent ces avions monocouloir et bicouloir.

Dans le cadre du programme B737, Boeing a atteint de nouveaux sommets en portant sa production à 47 avions par mois au cours de l’année et en livrant les premiers exemplaires de son nouveau B737 MAX, contribuant à un record de livraisons (529 unités, dont 74 de la série MAX). En ce qui concerne le programme B787 « Dreamliner », Boeing a poursuivi la construction avec les cadences de production les plus élevées pour un avion bicouloir et 136 livraisons à la clé au cours de l’année.

 

boeing-fr-0118-table.jpg

« Ces performances record soulignent les efforts de nos employés et de nos fournisseurs partenaires qui innovent sans cesse pour concevoir, construire et livrer les avions les plus économes en carburant à nos clients du monde entier », a déclaré Kevin McAllister, président et CEO de Boeing Aviation Commerciale (BCA).

Sur le front des commandes, 71 clients ont passé les 912 commandes nettes comptabilisées pour une valeur de 134,8 milliards de dollars au prix catalogue. Ce total porte le carnet de commandes de Boeing au nombre record de 5’864 appareils à la fin de l’année, ce qui correspond à environ sept années de production.

« Ces fortes activités commerciales reflètent la demande soutenue des compagnies en faveur de la famille B737 MAX, et notamment du modèle ultra-efficient MAX 10 que nous avons lancé l’an dernier, ainsi que la préférence croissante du marché pour la famille d’avions bicouloir de Boeing », a ajouté Kevin McAllister. « La hausse des cadences de production prévue au cours des années à venir permettra de satisfaire cette forte demande. »

En 2017, la famille B787 « Dreamliner » a enregistré près de 100 commandes nettes, et la famille B777, 60 commandes nettes. Parmi les autres faits marquants accomplis par la division BCA au cours de l’année écoulée, citons le premier vol du B737 MAX-9 et du B787-10 « Dreamliner », ainsi que l’entrée en production du B737 MAX-7 et du nouveau B777X.

 

l_boeing.jpg

Photos : 1 B787-10 2 B737MAX-10 @ Boeing

 

27/12/2017

Royal Air Maroc commande le B787-9 !

Boeing787-Dreamliner-de-la-RAM-11-4-15.JPG

Royal Air Maroc (RAM) a annoncé aujourd'hui une commande portant sur 4 Boeing B787-9 « Dreamliner ». Ce contrat est estimé à près de 1,1 milliard de dollars au prix catalogue de l’avionneur américian.

Royal Air Maroc, qui a déjà pris livraison de cinq B787-8, augmentera sa flotte de B787 pour un total de neuf avions. Royal Air Maroc vole le B787 sur les vols internationaux de Casablanca en Amérique du Nord, Amérique du Sud, au Moyen-Orient et en Europe. Les avions supplémentaires vont permettre d'étendre le service sur ces zones. 

Le B787-900 :

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 ». Avec un fuselage allongé de 6 mètres (20 pieds) par rapport au B787-800, l’avion peut emporter jusqu'à 20% de passagers en plus et 23 % de marchandises supplémentaire et ceci encore plus loin avec la même performance environnementale, soit 20 % d'émissions de CO2 en moins que les avions actuels. Plus de 60 clients provenant de six continents du monde ont placé des commandes pour plus de 1’100 « Dreamliner », ce qui fait du B787 bi-couloirs l’avion qui engrangé le vite des ventes dans l'histoire de Boeing. 

Photo : B787-8 RAM @ Boeing

24/12/2017

Le Japon commande le KC-46A « Pegasus » !

5530d64b0d4e1.jpg

La force d'autodéfense (JASDF) du Japon a officiellement commandé l’avion ravitailleur Boeing KC-46A « Pegasus » auprès du Pentagone. Dans le cadre du processus de vente militaire à l'étranger, l'US Air Force a attribué à Boeing un contrat de 279 millions de dollars un premier ravitailleur KC-46 son soutien logistique, marquant ainsi la première vente internationale de l'avion. 

Le Japon a choisi le ravitailleur KC-46 de Boeing suite à son concours KC-X en octobre 2015. Le KC-46 sera ajouté à la flotte actuelle de quatre KC-767J. Selon Boeing, KC-46 est particulièrement intéressant pour le Japon, car il sera capable de ravitaillement l’ensemble de la flotte aérienne japonaise  d'autodéfense ainsi que les nouveaux  Bell-Boeing MV-22 « Osprey ».

« Nous sommes ravis de collaborer avec Boeing et le Japon à faire avancer les capacités de ravitaillement en vol du Pegasus », a déclaré le général Donna Shipton du programme de direction de l'US Air Force.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

Photo : KC-46A Pegasus@ Boeing

 

23/12/2017

Boeing prépare le Super Hornet BlockIII !

F-18-Advanced-Super-Hornet-hornet_gallery_lrg_09_960.jpg

L’avionneur américain prépare l’arrivée du nouveau standard de son F/A-18 E/F le BlockII ou « Advanced Super Hornet ».

Dans un premier temps, Boeing et l’US Navy prévoient de mettre à jour 30 « Super Hornet ». La première phase consistera dans une amélioration de la structure (programme SLM) afin de réduire notamment les risques de corrosion. Puis, une fois que le programme de modification de durée de vie (SLM) est stable, Boeing veut ajouter les capacités du Bloc III au à ces appareils autour de 2022.

Selon les ingénieurs de Boeing le "Super Hornet » est un avion assez furtif aujourd'hui. Les améliorations du BlockIII sont simple à exécuter, mais vont changer radicalement l'avion.

Un financement acquis :

Le budget pour l'exercice 2018 finance 80 « Super Hornet » au cours des cinq prochaines années, avec 14 avions en 2018 et 66 nouveaux avions au BlocIII répartis entre les exercices 2019 et 2022.

Le budget comprend également environ 265 millions de dollars en financement de recherche pour appuyer les capacités du BlockIII, notamment la conformité des réservoirs de carburant, le système de poste de pilotage avancé, l’IRST21 et les mises à niveau du radar AESA.

L’Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

f-18-advanced-super-hornet-3.jpg

Le projet « Advanced Super Hornet » est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. 

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

ASH071-130827-Boeing-F18F-ASH-126111.jpg

Photos : 1&3 Advanced Super Hornet 3 Cocpkit @ Boeing

 

Boeing prépare le Super Hornet BlockIII !

F-18-Advanced-Super-Hornet-hornet_gallery_lrg_09_960.jpg

L’avionneur américain prépare l’arrivée du nouveau standard de son F/A-18 E/F le BlockII ou « Advanced Super Hornet ».

Dans un premier temps, Boeing et l’US Navy prévoient de mettre à jour 30 « Super Hornet ». La première phase consistera dans une amélioration de la structure (programme SLM) afin de réduire notamment les risques de corrosion. Puis, une fois que le programme de modification de durée de vie (SLM) est stable, Boeing veut ajouter les capacités du Bloc III au à ces appareils autour de 2022.

Selon les ingénieurs de Boeing le "Super Hornet » est un avion assez furtif aujourd'hui. Les améliorations du BlockIII sont simple à exécuter, mais vont changer radicalement l'avion.

Un financement acquis :

Le budget pour l'exercice 2018 finance 80 « Super Hornet » au cours des cinq prochaines années, avec 14 avions en 2018 et 66 nouveaux avions au BlocIII répartis entre les exercices 2019 et 2022.

Le budget comprend également environ 265 millions de dollars en financement de recherche pour appuyer les capacités du BlockIII, notamment la conformité des réservoirs de carburant, le système de poste de pilotage avancé, l’IRST21 et les mises à niveau du radar AESA.

L’Advanced Super Hornet (Super Hornet Block III) :

f-18-advanced-super-hornet-3.jpg

Le projet « Advanced Super Hornet » est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 « Silent Eagle ». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité améliorés concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable, de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Tout comme sur le « Silent Eagle », on appliquer une amélioration de la furtivité des revêtements et de la signature radar de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar. L’adjonction de réservoirs de carburant supplémentaires sur l’épine dorsale de l’avion en augmente le rayon d’action, permet de supprimer les réservoirs sous les ailes pour de l’armement additionnel, le cas échéant.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique comprend un écran géant couleur. L’avion est doté d’un capteur IRST. En matière de motorisation, l’appareil est doté de deux General Electric F414-440 qui augmentent la puissance de 20%. 

Selon Boeing, le « Super Hornet Block III » peut ainsi effectuer la plupart des missions imaginées pour le F-35C à l’exception de la pénétration furtive.

ASH071-130827-Boeing-F18F-ASH-126111.jpg

Photos : 1&3 Advanced Super Hornet 3 Cocpkit @ Boeing