31/03/2020

Nouvelle commande pour le P-8A « Poseidon » !

P-8A-Coastline_hi-res.jpg

La marine américaine a attribué à Boeing un contrat de production portant 1,5 milliard de dollars la production d’un nouveau lot de 18 P-8A « Poseidon ». Le contrat comprend huit avions pour la Marine américaine, six avions pour la République de Corée et quatre avions pour la Royal New Zealand Air Force. 

La République de Corée et la marine royale néo-zélandaise Air Force a acquis l'avion à travers le processus de vente militaire à l'étranger et recevra le même P-8A « Poseidon » que pour l’US Navy. La Royal New Zealand Air Force devrait commencer à recevoir des avions en 2022 et la République de Corée devrait commencer à recevoir ses appareils en 2023. 

Avec plus de 254’000 heures de vol à ce jour, le P-8A « Poseidon » et la variente indienneP-8I assurent dans le monde les missions anti-sous-marine et de guerre anti-surface, renseignement, surveillance et reconnaissance, humanitaire et les missions de recherche et de sauvetage.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

2481362512.jpg

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une réduction des coûts importante, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaison 11, liaison 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme Broad Area Maritime Surveillance devant assurer une surveillance surface de longue durée et une variante du drone de combat Boeing ScanEagle, le MagEagle Compressed Carriage.  

Boeing a dû faire plus de 50 modifications coûtant un milliard de dollars pour adapter simplement la cellule de base du B737 pour satisfaire aux exigences de certification plus exigeante de la marine américaine. Le coût du développement est estimé à 5,5 milliards de dollars américain, tandis que le coût total (développement + appareils) est lui estimé à 20 milliards de dollars.

3765352428.jpg

Photos : 1 P-8A Poseidon  2 Intérieur @ Boeing

 

25/03/2020

Boeing prépare le redémarrage du B737 MAX !

unnamed.jpg

L’avionneur américain s’active malgré la crise du Coronavirus en vue du redémarrage de la production du B737 MAX en mai prochain. En parallèle, il s’agit également de mettre à jour les dizaines d’avions déjà produit qui attendent au sol.

Reprise en main du « MAX » :

Hormis le profond problème du MCAS qui a causé deux accidents mortels, Boeing a effectué un audit interne en décembre dernier pour déterminer si, il existait d’autres problèmes sur le « MAX ».  

Parmi les problèmes les plus urgents découverts figuraient des problèmes non signalés auparavant concernant le câblage qui permet de contrôler la queue du Max. La société cherche à savoir si deux faisceaux de câbles critiques sont trop proches l'un de l'autre et pourraient provoquer un court-circuit. Un court-circuit dans cette zone pourrait entraîner un crash si les pilotes ne répondaient pas correctement. Depuis, un correctif a été mis en place pour corriger le problème. A noter que ce problème n’est pas spécifique au « MAX » ni à Boeing.

Boeing a également récemment déclaré à la FAA qu'il avait découvert un problème de fabrication qui rendait les moteurs de l'avion vulnérables à la foudre.

Lors de l’assemblage du « MAX » les ouvriers ont rabattu la coque extérieure d’un panneau qui se trouve au sommet du carter du moteur afin d’assurer un meilleur ajustement dans l’avion. Ce faisant, ils ont enlevé par inadvertance le revêtement qui isole le panneau d'un coup de foudre, retirant une protection cruciale pour le réservoir de carburant et les conduites de carburant. Un correctif a été mis en place afin de rétablir la protection contre la foudre sur le panneau moteur et Boeing est déjà en train de résoudre le problème.

Une planification complexe :

Le calendrier de relance du « MAX » dépend de deux facteurs importants : la situation sur le front du COVID-19 et les décisions de la FAA en vue d’une obtention de l’autorisation de reprendre le service.

Selon un porte-parole de Boeing, l’avionneur a pris contact avec des fournisseurs, pour les avertir de se préparer à une relance du programme.

Toujours selon Boeing, ce dernier a travaillé à réduire les inefficacités, améliorer la qualité et faciliter la rentrée de l'avion sur le marché. 

Photo : B737 MAX @ Boeing

 

23/03/2020

Le nouveau brouilleur du Growler bientôt prêt !

U.S.-Navy-Fit-Checks-Next-Gen-Jammer-on-EA-18G-Growler-770x410.jpg

Les ingénieurs de l'US Navy Naval Air Systems Command travaillent aux essais de la nouvelle nacelle de guerre électronique destinée aux avions de combat EA-18G « Growler ». Le nouveau système de la prochaine génération Jammer Mid-Band (NGJ-MB) donne d’excellents résultats.

Les éléments qui composent la nacelle NGJ-MB Engineering Development Model (EDM), développés par la société Raytheon à El Segundo, en Californie, ont effectué plus de 400 heures de fonctionnalités de base, de collecte de données sur les effets environnementaux électromagnétiques (E3) et de tests de performance sur une période de trois mois. Des essais en chambre anéchoïque au sein du centre de combat et d'évaluation environnementale d'Air Combat. Naval Air Station Patuxent River sont bientôt terminés. Les données saisies au cours de cette période ont également fourni des leçons qui profiteront à l'ensemble du programme de test NGJ-MB.

ETzDJ8oWAAAGTlW.jpeg

La seconde phase d’essais va ainsi pouvoir débuter prochainement en vol au sein de l'Escadron d'essai et d'évaluation en vol (VX) 23 ce printemps. Les tests et l’intégration de la NGJ-MB sur l’EA-18G fait partie de la mise à niveau des avions de combat « Growler » Block 2. La nouvelle nacelle remplacera l'actuel système de brouillage tactique AN/ALQ-99 (TJS) qui remonte à la fin de la guerre du Vietnam.

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » :

2678771902.jpeg

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » est un système d'arme d'attaque électronique aéroporté de grande capacité et à puissance élevée destiné à l'EA-18G « Growler ». La solution NGJ-MB de Raytheon fournira des capacités innovantes d'attaque et de brouillage électroniques aéroportées. L’architecture et la conception du NGJ-MB de Raytheon incluent la capacité de fonctionner à une portée considérablement améliorée, d’attaquer plusieurs cibles simultanément et de faire appel à des techniques de brouillage avancées. La technologie peut également être adaptée à d'autres missions et plateformes. La nouvelle nacelle de brouillage devra faire face à des menaces de plus en plus complexes qui exigent que les attaques électroniques aériennes soient plus sophistiquées que jamais, offrant une précision, une puissance, une vitesse de réaction et une directivité accrue.

Construits avec une combinaison de techniques de brouillage de faisceau agiles et de haute puissance, ainsi que d’électronique à semi-conducteurs à la pointe de la technologie l’ALQ-249 NGJ-MB offrira une architecture de systèmes ouverts économique pour les futures mises à niveau.

Fonctionnant dans la bande de fréquences de 509 MHz à 18 GHz, le NGJ est développée sous la forme de trois capacités distinctes, comprenant LB, la bande moyenne (MB) et la bande haute (HB). NGJ-LB (également connu sous le nom de bloc / incrément 2), NGJ-MB (bloc / incrément 1) et NGJ-HB (bloc / incrément 3) sont spécifiquement dirigés contre la bande basse fréquence (100 MHz à 2 GHz), moyen, (2 GHz à 6 GHz) et sections à large bande (6 GHz à 18 GHz) du spectre de la menace globale.

L’AN/ALQ-249 est un système monté dans une nacelle qui intègre les technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique (AESA) afin de créer une capacité EA améliorée capable de perturber et de dégrader émetteurs radar et de communications hostiles. La nouvelle nacelle permettra de traiter les zones de mission de frappe en profondeur et le brouillage, le soutien de la guerre maritime, soutien au combat rapproché, guerre irrégulière communications et cibles avec armes non conventionnelles et air du champ de bataille. Elle pourra être utilisée également pour les opérations d'interdiction et d’escorte pénétrante.

Neutraliser les S400 russes :

Le NGJ est conçu pour brouiller et vaincre à la fois la technologie radar de surveillance qui peut alerter les défenses qu'un avion ennemi se trouve dans la zone ainsi que le radar d'engagement à haute fréquence qui permet aux défenses aériennes de cibler, suivre et détruire les avions attaquants.

Les avions de combat américains survolant la Syrie étaient à portée de missiles sol-air russes S-400 et S-300. Cette situation met en évidence l'importance de supprimer les défenses aériennes ennemies l'une des principales tactiques utilisées par les pilotes américains est le brouillage radar, la saturation des radars ennemis avec de faux signaux afin, qu'ils ne puissent pas suivre et tirer sur des avions amis. L'US Navy s'appuie aujourd’hui sur le système de brouillage ALQ-99 depuis près d'un demi-siècle. Mais les radars opposés ont gagné en capacité. Il faut impérativement un nouveau système.

Les ingénieurs de Rayhteon disent que le NGJ-MB pourra bloquer tout ce qui émet ou reçoit et la fréquence RF dans la gamme de fréquences du NGJ dont les systèmes russes S-300 et S-400. Le NGJ-MB permettra de par sa structure de s’adapter rapidement aux améliorations et aux futures menaces sol-air.

1771141_-_main.jpg

Photos : 1 EA-18G Growler avec le NGJ-MB 2 Essais en chambre anéchoïde 3 NGJ-MB sous un Growler @ USAN

 

 

 

 

13/03/2020

Début des travaux pour le futur Air Force One !

68277_boeingvc25brendering_674877.jpg

Boeing a commencé à modifier le premier des deux avions commerciaux de type B747-8 qui seront transformés en VC-25B de l'US Air Force (USAF) pour transporter le gouvernement américain

Connu par son indicatif d'appel «Air Force One» lorsque le président américain vole à bord, deux VC-25B doivent opérer comme le principal transport exécutif des États-Unis pour les 30 prochaines années. Des modifications sont en cours dans les installations de Boeing à San Antonio, au Texas.

La première phase de modification de l'avion consiste à découper de grandes zones de structure dans les lobes inférieurs avant et arrière de l'avion, puis à installer deux "superpanneaux " nouvellement fabriqués. Ces panneaux superposés contiennent des mises à niveau structurelles et des découpes pour les portes à lobes inférieurs destinée au VC-25B, y compris les escaliers intérieurs.

De nouvelles portes :

Deux nouvelles postes vont être installées l'une en avant de l'aile et l'autre derrière l'aile. Celles-ci ne faisaient pas partie de la configuration de l'avion de ligne commercial, selon les documents d'acquisition de l'USAF publiés en juillet 2018. Les escaliers rétractables doivent permettre à l'avion de se mettre en place de charge passagers et membres d'équipage sans avoir besoin de s'appuyer sur des escaliers au sol.

Le V-25B doit permettre au président des États-Unis de diriger le gouvernement fédéral, y compris commander et contrôler l'armée américaine, pendant son vol. À ce titre, des informations détaillées sur les composants et les capacités de l’avion sont classées ou strictement contrôlées.

Les B747-8 comprendront des mises à niveau de l'alimentation électrique, un système de communication de mission, une installation médicale, un intérieur exécutif et des capacités d'opérations au sol autonomes.

Des modifications supplémentaires comprendront l’intégration d’un GPS militaire dans le système de gestion de vol du VC-25B et les capacités d’identification d’ami ou d’ennemi, selon le document d’acquisition publié précédemment.

Par ailleurs les deux avions recevront une capacité de ravitaillement en vol, Une zone VIP, un secteur de repos et une salle de conférence et bien d’autres options non divulguées seront installées. 

L'avion est également susceptible d'inclure des systèmes d'avertissement de missiles et des technologies défensives, telles que des systèmes de distribution de paillettes et des contre-mesures infrarouges directionnelles.

Boeing a également été invité à remplacer l'unité auxiliaire de puissance (APU) existante, généralement un Pratt & Whitney PW901A / C sur l'avion de ligne commercial, par deux APU provenant de sources anonymes. Les deux VC-25B devraient être livrés d'ici décembre 2024.

Rappel :

L'USAF prévoit de remplacer sa flotte actuelle d'avions présidentiels, de deux VC-25A B747-200 livrés en 1991, avec deux B747-8 initialement construit pour le transporteur russe Transaero, qui a déposé son bilan en 2015 avant de pouvoir prendre livraison. 

Le nouvel avion présidentiel américain a été sélectionné  à l’époque par l’administration Obama. Le choix s’est porté sur la nouvelle génération du Boeing B747-8« Intercontinental ». Le remplacement des deux aéronefs de type B747-200 présidentiels (VC-25A) stationnés sur la base aérienne d’Andrews AFB est une grande priorité pour l'US Air Force.

boeing,b747-8 intercontinental,air force one,vc-25b,usaf,blog défense,avion présidentiel,les nouvelles de l'aviation

Photos : Le futur VC-25B avec la nouvelle livrée voulue par le président Trump @ USAF

05/03/2020

Israël pourra acheter des KC-46A !

2569869731.jpg

Le département d'État américain a approuvé la vente de 8 avions de ravitaillement en vol de type Boeing KC-46A « Pegasus » à Israël pour un montant estimé à 2,4 milliards de dollars. Le Congrès américain a été informé de la vente éventuelle.

L’Etat Hébreu exploite actuellement 7 Boeing 707 et trois Lockheed Martin KC-130H ravitailleurs en vol. La vente proposée soutient davantage la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en permettant à Israël de fournir une capacité redondante aux actifs américains dans la région, ce qui pourrait libérer des actifs américains pour les utiliser ailleurs en temps de guerre.

En plus de l'avion, le package de vente comprendrait 17 turboréacteurs Pratt & Whitney, dont un de rechange, 18 récepteurs Raytheon Miniature Airborne 2000-GPS à disponibilité sélective, des radios numériques programmables Collins AN/ ARC-210 U/VHF et transpondeurs d'identification ami ou ennemi Raytheon APX-119, ainsi que des pièces de rechange et services de formation.

La possible notification de vente au Congrès américain ne signifie pas que l'accord avec Israël est finalisé, car la quantité, la configuration et le prix pourraient changer avec de nouvelles négociations.

Le KC-46A « New Generation Tanker » :

Le KC-46A Pegasus « New Gen Tanker » est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matière d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le « New Gen Tanker » se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le « New Gen Tanker » met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 « Dreamliner ». Le « New Gen Tanker » dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « New Gen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

Un choix politique :

Le choix par Israël de finaliser l’achat du KC-46A américain au lieu d’opter sur une solution nationale avec l’IAI B767 MMTT, permet d’acquérir un aéronef plus moderne qu’une version transformée du B767-300. De plus, cette solution permet à l’Etat Hébreu de s’assurer d’un soutien de la Maison Blanche déjà très prononcé. De l’autre, Boeing permet à IAI de promouvoir son IAI B767 MMTT en direction de pays non intéressés par le KC-46A.

448622933.jpg

Photos : 1 KC-46A 2 Cockpit @ Boeing