16/08/2019

Vietnam Airlines réceptionne son premier B787-10 !

Boeing-787-9-Vietnam-Airlines.jpg

North Charleston en  Caroline du Sud l’avionneur américain Boeing a livré le premier de huit avions de type B787-10 « Dreamliner » à la compagnie Vietnam Airlines. L’avion est en leasing  auprès d'Air Lease Corporation. Le porte-drapeau vietnamien prévoit de mettre le B787-10  sur les routes les plus fréquentées de son réseau en pleine expansion. 

« Se félicitant d’avoir une flotte croissante de B787 et l’une des plus jeunes et flottes les plus modernes et économes en Asie, Vietnam est en passe de devenir une compagnie 5 étoiles  a déclaré Pham Ngoc Minh, président du conseil d'administration de Vietnam Airlines. »

Le nouveau B787-10 viendra compléter la flotte existante B787-9 déjà en service. Tous deux disposent d'une technologie ultra-efficace et un confort agréable pour les passagers. Le B787-10 est plus long que le 787-9, fournissant l'espace pour transporter 40 passagers et plus de marchandises, ce qui l’aide  à offrir les plus bas coûts d'exploitation par siège d'un jet bicouloirs. Les B787-10 de  Vietnam Airlines sont configurés avec 367 sièges (24 en classe affaires et 343 en classe économique). En plus de sa taille et le rendement énergétique, le B787-10 peut couvrir de longues distances. Avec une gamme publiée de 6430 miles nautiques (11910 km).

Avec la livraison a Vietnam Airlines, le B787-10 continue d'étendre sa présence mondiale. Plus de 30 modèles de  « Dreamliner » ont été livrés à six opérateurs depuis que l'avion est entré en service l'année dernière. Les compagnies aériennes déploient le B787-10 dans le monde, en particulier en Asie, qui abrite plus de la moitié de toutes les destinations B787-10.

A propos de Vietnam Airlines: 

Vietnam Airlines et membre de SkyTeam Alliance en tant que porte drapeau du Vietnam. La compagnie est en passe de devenir un transporteur majeur dans l'Asie du Sud-Est, opérant 95 routes vers 22 destinations domestiques et 29 internationales avec une moyenne de 400 vols par jour. Skytrax, leader en matière de notation a classé Vietnam Airlines en tant que compagnie aérienne 4 étoiles pendant quatre années consécutives. Vietnam Airlines vise à obtenir le statut de 5 étoiles et devenir une grande compagnie aérienne en Asie.

The-first-picture-of-Vietnam-Airlines-Boeing-787-10-will-be-received-in-July-2019.jpg

Photos : 1Le B787-10 de Vietnam-Airlines  2 Intérieur  @ Boeing

 

 

06/08/2019

Début des tests de la nouvelle nacelle de brouillage du « Growler » !

 

2649E54F-7D0E-49E1-8756-D755361B5400.jpeg

En ce début du mois d’août, l’équipementier Raytheon a livré le premier prototype développement de la nouvelle nacelle de brouillage destinée à venir équiper les Boeing EA-18G « Growler » de l’US Navy. Ce prototype doit effectuer les premiers essais d’intégration au sol et sur l’avion. Au total. Raytheon fournira 15 unités pour les tests et la qualification des systèmes de mission, ainsi que 14 modules aéromécaniques pour la certification de navigabilité.

La RFI publiée par le Naval Air Systems Command (NAVAIR) concerne le développement, les tests et l’intégration de la  NGJ-MB sur le EA-18G dans le cadre de la mise à niveau des avions de combat « Growler » Block 2. La nouvelle nacelle remplacera l'actuel système de brouillage tactique AN/ALQ-99 (TJS) qui remonte à la fin de la guerre du Vietnam.

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB » :

L’AN/ALQ-249 « NGJ-MB »  est un système d'arme d'attaque électronique aéroporté de grande capacité et à puissance élevée destiné à l'EA-18G « Growler ». La solution NGJ-MB de Raytheon fournira des capacités innovantes d'attaque et de brouillage électroniques aéroportées. L’architecture et la conception du NGJ-MB de Raytheon incluent la capacité de fonctionner à une portée considérablement améliorée, d’attaquer plusieurs cibles simultanément et de faire appel à des techniques de brouillage avancées. La technologie peut également être adaptée à d'autres missions et plateformes. La nouvelle nacelle de brouillage devra faire face à des menaces de plus en plus complexes  qui exigent que les attaques électroniques aériennes soient plus sophistiquées que jamais, offrant une précision, une puissance, une vitesse de réaction et une directivité accrues.

Construits avec une combinaison de techniques de brouillage de faisceau agiles et de haute puissance, ainsi que d’électronique à semi-conducteurs à la pointe de la technologie l’ALQ-249 NGJ-MB offrira une architecture de systèmes ouverts économique pour les futures mises à niveau.

Fonctionnant dans la bande de fréquences de 509 MHz à 18 GHz, le NGJ est développée sous la forme de trois capacités distinctes, comprenant LB, la bande moyenne (MB) et la bande haute (HB). NGJ-LB (également connu sous le nom de bloc / incrément 2), NGJ-MB (bloc / incrément 1) et NGJ-HB (bloc / incrément 3) sont spécifiquement dirigés contre la bande basse fréquence (100 MHz à 2 GHz), moyen - (2 GHz à 6 GHz) et sections à large bande (6 GHz à 18 GHz) du spectre de la menace globale.

L’AN/ALQ-249 est un système monté dans une nacelle qui intègre les technologies numériques, logicielles et à réseaux à balayage électronique (AESA) afin de créer une capacité EA améliorée capable de perturber et de dégrader émetteurs radar et de communications hostiles. La nouvelle nacelle permettra  de traiter les zones de mission de frappe en profondeur et le brouillage, le soutien de la guerre maritime, soutien au combat rapproché, guerre irrégulière  communications et cibles avec armes non conventionnelles et air du champ de bataille. Elle pourra être utilisée également pour les opérations d'interdiction et d’escorte pénétrante.

5A4B46FB-CB00-4FD1-8B57-67559A15F594.jpeg

Les essais : 

La livraison de cette nacelle va permettre la vérification initiale des procédures au sol, des propriétés de la masse, de l’installation sur l’avion porteur et des vérifications de tests intégrés en vue des futurs essais en chambre et en vol. En outre, au cours du troisième trimestre de 2019, Raytheon utilisera un module de capacités de production d'énergie principal installé sur un aéronef commercial Gulfstream GIV afin de mener des essais en vol de production d'électricité et des efforts de réduction des risques à l'appui du processus initial de contrôle en vol. 

Photo : EA-18G doté de la nouvelle nacelle Image de synthèse @ Raytheon

02/08/2019

B737MAX de nouvelles améliorations, mais seront-elles suffisantes ?

b-737-max-les-modifications-de-boeing-retoquees-par-la-faa__26110_.jpg

L’avionneur américain Boeing envisage de modifier l'architecture du système de contrôle de vol du B737 MAX pour remédier à une faille découverte après un test en juin dernier. Cette décision fait suite à la découverte d’un second problème en juin lors d’un test sur simulateur de la Federal Aviation Administration (FAA).

Pour les ingénieurs de Boeing, il s’agit maintenant de modifier l’architecture de contrôle en y ajoutant une double sécurité qui consiste à utiliser et à recevoir les données des deux ordinateurs de contrôle de vol plutôt qu’un seul. Cela s'ajoute aux modifications annoncées précédemment pour prendre en compte les données des deux capteurs d'angle d'attaque dans le système anti-décrochage MCAS.

Rappel :

La FAA a déclaré en juin qu’elle avait identifié un nouveau risque qu’il faudrait régler avant que l’appareil ne soit plus au sol. En effet, dans un scénario où une défaillance spécifique dans un microprocesseur provoquait un mouvement intempestif de la queue horizontale de l'avion, les pilotes ont mis trop de temps à identifier une perte de contrôle connue due à un déroulement du trim intempestif a déclaré un responsable de Boeing.

Boeing espère toujours terminer la refonte du logiciel d'ici la fin du mois de septembre et le soumettre à l'approbation de la FAA. Le mois dernier, le directeur général de Boeing, Dennis Muilenburg, a déclaré aux analystes qu'il était confiant que le B737 MAX serait de nouveau opérationnel dès le mois d'octobre, après un vol de certification dans "le mois de septembre".

Et le Design de l’avion ? 

Certes, apporter une modification du logiciel du MCAS ainsi que l’utilisation de deux ordinateurs à l’avenir pour obtenir des données croisées sont en soi une manière de répondre aux problèmes du B737 MAX. Cependant, il reste une question ouverte : ne faudrait-il pas également revoir le Design de l’avion ? En effet, ces modifications électroniques doivent venir compenser une instabilité créée volontairement sur le « MAX ». Souvenez-vous, lors de la conception du modèle « MAX » l’avionneur  Boeing se devait de résoudre deux problèmes fondamentaux pour rendre l’avion intéressant : réduire sa consommation de kérosène et le rendre moins bruyant également.  Pour assurer une véritable avancée, il a fallu aux ingénieurs de Boeing de revoir la motorisation. Pour ce faire il a été décidé d’installer un moteur beaucoup plus gros et plus économe en carburant. Mais le nouveau moteur devait avoir une garde suffisante avec le sol, hors sans changer le positionnement de celui-ci, la taille de la soufflante se trouvait trop proche du sol. Pour corriger le tir, le moteur a été  déplacé vers l’avant et plus haut. Il a fallu également avancer le train avant du train d'atterrissage de 8 pouces. Ces deux modifications permirent à Boeing d’améliorer de 14% la consommation de carburant du nouvel avion de ligne. Mais en créant de fait une instabilité !

Alors, ne devrait-on pas aussi en profiter pour plancher également sur une amélioration structurelle de l’avion en plus des patchs électroniques ? La question est ouverte, car rien ne dit que l’avion pourra effectivement revoler en octobre prochain.

Photo : Chaine de montage B737MAX @ Boeing

20/07/2019

Korean Air commande 20 B787 !

boeing,b787 dreamliner,korean air,nouveaux avions de ligne,compagnies aériennes,les nouvelles de l'aviation

Korean Air a finalisé un accord avec Boeingpour la commande de 20 avions Boeing B787 « Dreamliner » -comprenant 10 modèles de chacune des versions  B787-10 et B787-9. Cette commande est  évaluée à 6,3 milliards de dollars selon les prix affichés de l’avionneur.

Korean Air, l'un des plus grands transporteurs transpacifiques en Asie avec 16 liaisons sans escale à destination de l'Amérique du Nord, avec l’ajout du B787-10 à sa flotte long-courrier, le transporteur  va compléter son offre d’avions existants tels que les B787-9 et B777.

Le B787-10 est le membre le plus important de la famille « Dreamliner ». D'une longueur de 68 mètres, le B787-10 peut transporter jusqu'à 330 passagers en configuration standard à deux classes, soit environ 40 de plus que le B787-9. Propulsé par une suite de nouvelles technologies et une conception révolutionnaire, le B787-10 constitue une nouvelle référence en matière d'économie de carburant et d'économie de fonctionnement lorsqu'il est entré en service commercial l'année dernière. L'avion permet aux exploitants d'améliorer de 25% la consommation de carburant par siège par rapport aux avions précédents.

Lancé en juin 2013 au salon du Bourget, le nouveau B787-10 élargit et complète la famille «787» : il transportera de 300 à 330 passagers dans un rayon d’action de 11’910km et couvrira plus de 90 % des lignes desservies par les bi-couloirs à travers le monde. Le B787-10 sera également 25 % plus économe en carburant que les actuels avions de dimensions équivalentes et plus de 10 % moins gourmand que tout ce que propose la concurrence pour l’avenir.

Le B787-10 disposera de l’aménagement intérieur hors du commun de la famille «787». Ses passagers bénéficieront de technologies qui rendent les vols plus agréables : des hublots plus grands avec variateur de luminosité, un air plus sain, une hygrométrie accrue, une pressurisation de la cabine plus confortable, des coffres à bagages plus volumineux, un éclairage par LED apaisant et un vol moins sujet aux turbulences.

Le B787-10 a gagné 149 commandes de la part de neuf clients à travers le monde, y compris le clients de lancement Singapore Airlines, Air Lease Corporation (ALC), All Nippon Airways (ANA), British Airways, Etihad Airways, EVA Air, GE Capital Aviation Services (GECAS) , KLM royal Dutch Airlines et United Airlines.

Photos :B787 Korean Air @ Boeing

 

19/07/2019

L’immobilisation du B737MAX coûte cher à Boeing !

boeing,b737max,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l’avistion

Boeing a annoncé prendre en compte l'impact sur ses résultats de la mise à terre du B737MAX en publiant ses résultats du deuxième trimestre 2019 le 24 juillet prochain.

L’interdiction de vol du B737MAX commence à peser lourd pour l’avionneur américain. Boeing devrait ainsi enregistrer une charge après impôts de 4,9 milliards de dollars1 (8,74 $ par action) liée à une estimation des concessions potentielles et aux autres éléments à prendre en compte par les clients pour les perturbations liées à la mise à la terre du B737 MAX et aux retards de livraison correspondants. Cette charge entraînera une réduction de 5,6 milliards de dollars des revenus et du bénéfice avant impôts au cours du trimestre.

La totalité du montant estimé sera comptabilisée à titre de charge au deuxième trimestre, mais la société s’attend à ce que des concessions éventuelles ou d’autres considérations soient fournies sur plusieurs années et revêtent diverses formes de valeur économique.

De plus, les coûts estimés par Boeing pour produire l'avion dans la quantité comptable ont augmenté de 1,7 milliard de dollars au deuxième trimestre, principalement en raison de coûts plus élevés associés à une réduction plus longue que prévu du taux de production. L'augmentation des coûts du programme B737MAX réduira la marge du programme « 737 » au deuxième trimestre et au cours des prochains trimestres.

Boeing continue de travailler avec les autorités de l'aviation civile pour assurer la remise en service du B737 MAX en toute sécurité. Ces autorités détermineront le moment de la remise en service. Aux fins des résultats financiers du deuxième trimestre, la société a supposé que l'approbation réglementaire de la remise en service de B737 MAX aux États-Unis et dans d'autres juridictions commençait au début du quatrième trimestre de 2019. Cette hypothèse reflète la meilleure estimation « possible » de la société à l’heure actuelle, mais le moment de la remise en service pourrait différer de cette estimation. Les résultats financiers du deuxième trimestre supposeront en outre une augmentation progressive du taux de production du B737, passant de 42 par mois à 57 par mois en 2020, et que les avions produits lors de l’échouement et inclus dans les stocks seront livrés sur plusieurs trimestres après la remise en service. Toute modification de ces hypothèses pourrait avoir un impact financier supplémentaire.

Photo : B737MAX@Boeing