01/12/2021

Australie, retrait des Boeing F/A-18 « Hornet » !

Screen_210116_214008.jpg

C’est une page qui se tourne pour la Royal Australian Air Force (RAAF) avec le retrait de ses avions de combat F/A-18 A/B « Hornet ». Pour marquer l'occasion, une cérémonie a été organisée le 29 novembre 2021 à la base de Williamtown. L'escadron n° 75, le dernier à voler sur ce type d’avion, a organisé un spectacle aérien auquel ont assisté plus de 500 participants. 

Entre 1985 et 1990, la RAAF a reçu 54 F/A-18A monoplaces et 15 F/A-18B biplaces. L'avion a remplacé les Mirage III et a servi de principal avion de combat du pays pendant trois décennies et a participé à de nombreux déploiements. Les Hornet ont été déployés pour la première fois à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001 pour protéger la principale base aérienne américaine sur l'île de l'océan Indien Diego Garcia, qui a été utilisée pour monter des opérations en Afghanistan.

Ils ont également été déployés au Moyen-Orient en 2003 pour aider à la guerre contre le terrorisme en Irak et plus récemment en 2018 pour la lutte contre Daech.

En 2009. La RAAF a perçu 24 F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockII et qui sont toujours en service.

Le  remplacement des « Hornet » a débuté au milieu des années 2000, avec l'achat d'avions de combat Lockheed Martin F-35A « Lightning II » de cinquième génération. Le premier lot de F/A-18A a été retiré et venu au Canada en 2017.  

Avec le retrait du Hornet, c’est le F-35A qui entre en scène. La RAAF compte actuellement 44 F-35 dans son inventaire, la commande totale de 75 devrait être achevée d'ici 2023. 

Le Boeing F/A-18 « Hornet » au sein de la RAAF, c’est notamment plus de 400'000 heures de vol et pas moins de de 1'900 missions de combat en 40 années de service. Les premiers Hornet de la RAAF sont arrivé en Australie depuis les États-Unis à Avalon, Victoria en juin 1984. Le modèle A21-103 a effectué son premier vol l'année suivante.

Screen_210116_214614.jpg

Photos : F/A-18A RAAF @ RAAF

22/11/2021

Le B737 MAX bientôt re-certifié en Chine !

1927860172.jpeg

Les régulateurs chinois de l'aviation ont déclaré aux compagnies aériennes qu'ils étaient satisfaits des changements proposés par Boeing pour le B737 MAX. Cette déclaration ouvre maintenant la voie à une re-certification de l’avion.

L'Administration de l'aviation civile de Chine (CAAC) a demandé aux compagnies aériennes de donner leur avis sur une proposition de consigne de navigabilité pour le B737 MAX d'ici le 26 novembre 2021. Pour la CAAC les modifications de conception proposées par Boeing pour les logiciels et les systèmes d'affichage pourraient supprimer les situations dangereuses qui ont conduit aux crashs de Lion Air et Ethiopian Airlines. La consigne de navigabilité proposée donne des informations sur les procédures à suivre par les pilotes en cas de problèmes similaires à ceux qui ont causé les accidents.

Une autorisation fortement attendue

Pour l’avionneur américain Boeing, l’obtention d’une autorisation de voler avec le « MAX » en Chine serait vue comme très importante du point de vue du marché aérien chinois. A ce jour la Chine est l’un des derniers pays à maintenir un arrêt des vols pour le « MAX ».

Un marché à ne pas rater

Pour Boeing, le retour en vol du « MAX » est primordial en termes d’image, non seulement pour ce dernier, mais pour l’ensemble de la gamme du constructeur. L’avionneur veut pouvoir se positionner dans les meilleures conditions possibles pour les besoins du marché chinois estimé à plus de 1'470 milliards de dollars selon les estimations de Boeing. Malgré, le COVID, le marché aérien chinois devrait voir une croissance annuelle de l’ordre de 5,4 %. On s’attend à un dépassement des marchés intérieurs d’Amérique du Nord et européen à l’orée de 2040.

Photo ; B737 MAX@ Boeing

18/11/2021

La Norvège réceptionne son premier P-8A « Poseidon » !

23.png

L'Agence norvégienne du matériel de défense (NDMA) a accepté aujourd'hui le premier des cinq avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » qui seront exploités par la Royal Norwegian Air Force (RNoAF).

« La Norvège est responsable de vastes zones maritimes dans une partie du monde stratégiquement importante, et le nouveau P-8A Poséidon représentera une amélioration considérable de notre capacité à protéger notre souveraineté et à comprendre les développements dans ces zones. La livraison aujourd'hui de notre premier P-8A est une étape importante dans la modernisation de la capacité des avions de patrouille maritime de la Norvège », a déclaré Mette Sørfonden, directrice générale de l'Agence norvégienne du matériel de défense. "Je suis très heureux que la NDMA soit bientôt en mesure de fournir aux forces armées norvégiennes une toute nouvelle génération d'avions qui joueront un rôle important dans la préservation de notre sécurité nationale pendant de nombreuses années à venir."

Le premier avion P-8A de Norvège, nommé Vingtor, a été livré à la NDMA lors d'une cérémonie au Museum of Flight de Seattle, Washington. Cette étape survient quatre ans après que la NDMA a conclu un accord avec l'US Navy pour le P-8A, et deux ans avant que le nouvel avion ne commence à prendre en charge les missions de patrouille maritime dans le grand nord de la Norvège.

Les quatre avions restants de la Norvège sont tous à un stade avancé de production et seront livrés à la NDMA en 2022. Les cinq P-8A remplaceront la flotte actuelle de RNoAF de six P-3 Orion et deux DA-20 Jet Falcon et seront exploités par 333e Escadron à la base aérienne d'Evenes.

Les sociétés norvégiennes Nammo, Kongsberg Defence & Aerospace, Andoya Space et Berget ont actuellement des accords avec Boeing qui font partie d'un plan de coopération industrielle sur mesure lié à l'acquisition par la Norvège de cinq avions P-8A. Boeing continue de travailler avec la NDMA et l'industrie norvégienne pour étendre ce plan et soutenir la croissance économique dans toute la Norvège.

Le 142ème P-8

La livraison à la Norvège marque également le 142ème  avion P-8 livré à des clients mondiaux, notamment l'US Navy, la Royal Australian Air Force, la marine indienne et la Royal Air Force du Royaume-Uni. Les premières livraisons en Nouvelle-Zélande, en Corée et en Allemagne auront lieu respectivement en 2022, 2023 et 2024.

À ce jour, la flotte mondiale de P-8 en exploitation a accumulé plus de 400’000 heures de vol sans incident. Le P-8 est un avion de guerre anti-sous-marine à longue portée, de guerre antisurface, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance capable d'opérations à grande échelle, maritimes et littorales. En outre, le P-8 effectue des missions humanitaires et de recherche et sauvetage dans le monde entier.

Le Boeing P-8A « Poseidon » 

Le P-8A « Poseidon » est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion pourra échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

3267422998.jpg

Photos : le premier P-8A norvégien @ Boeing

 

16/11/2021

Salon aéronautique de Dubaï les commandes !

air-journal-salon-aeronautique-2019-source-dubai-airshow.jpg

Avec la crise du COVID et le frein dû à cette pandémie, le monde de l’aéronautique a subi de lourdes pertes. La modernisation des flottes de transporteurs a été stoppée nette. Le Salon de Dubaï semble annoncer une reprise avec un retour des commandes. L’avionneur Airbus a démarré les annonces avec une très bonne vigueur et cela semble se confirmer.

Air Lease Corporation Dubai 2021.jpg

Air Lease Corporation a signé une lettre d'intention couvrant toutes les familles Airbus, soulignant la puissance de la gamme complète de produits de l'entreprise. L'accord porte sur 25 A220-300, 55 A321neo, 20 A321XLR, quatre A330neo et comprend sept A350F. La commande, qui sera finalisée dans les prochains mois, fait d'ALC, basé à Los Angeles, l'un des plus gros clients et loueur d'Airbus avec le plus gros carnet de commandes d'A220. Fondée en 2010, ALC a commandé un total de 496 avions Airbus à ce jour. 

Avec cette commande, ALC et Airbus lancent une initiative de fonds ESG de plusieurs millions de dollars qui contribuera à l'investissement dans des projets de développement durable de l'aviation qui seront à l'avenir ouverts à de multiples parties prenantes de la communauté de la location et du financement d'avions et au-delà.

Jazeera Airways, la compagnie aérienne basée au Koweït, a signé un protocole d’accord pour 20 A320neo et huit A321neo. Le protocole d'accord a été signé par Rohit Ramachandran, directeur général de Jazeera Airways et Christian Scherer, directeur commercial d'Airbus et directeur d'Airbus International. 

La compagnie aérienne appartenant au gouvernement de l'État d'Akwa Ibom au Nigeria, Ibom Air a signé une commande ferme de 10 A220. La signature a été faite par Mfon Udom, le directeur général d'Ibom Air, et Christian Scherer, directeur commercial et directeur d'Airbus International en présence du gouverneur de l'État d'Akwa Ibom, M. Udom Gabriel Emmanuel. Le Nigeria, avec la plus grande population d'Afrique et le plus grand PIB, offre un potentiel de croissance substantiel dans les voyages nationaux et régionaux. L'A220 est donc le choix idéal pour une gamme complète de services allant des segments très court-courriers aux routes aériennes intra-continentales.

Les commandes redémarrent pour Boeing, mais modestement pour l'instant

DHL Express (DHL) et Boeing ont annoncé que la société de logistique a passé une commande ferme pour neuf autres B767-300 Boeing Converted Freighters (BCF) . Représentant leur plus grande commande unique de B767-300BCF à ce jour, les cargos supplémentaires aideront à étendre la flotte intercontinentale long-courrier de DHL en réponse à la demande mondiale accrue de capacité de fret. Le B767-300BCF est le cargo converti à fuselage moyen le plus efficace au monde et peut transporter jusqu'à 51,6 tonnes (113 900 livres) jusqu'à 6 190 kilomètres (3 345 milles marins). Les cargos 767 offrent les coûts d'exploitation les plus bas par voyage avec une excellente capacité de charge utile et d'autonomie.Le B767-300BCF compte à ce jour plus de 100 commandes et engagements. En savoir plus sur la famille complète des cargos Boeing.

Boeing et Akasa Air, une marque de SNV Aviation, ont annoncé que le nouveau transporteur indien a commandé 72 avions B737 MAX pour constituer sa flotte. D'une valeur de près de 9 milliards de dollars au prix catalogue, la commande est une approbation clé de la capacité de la famille B737 à servir le marché indien en croissance rapide. La commande d'Akasa Air comprend deux variantes de la famille B737 MAX, le B737-8 et le b737-8-200 de grande capacité. Offrant les coûts par siège-mille les plus bas pour un avion monocouloir ainsi qu'une fiabilité de répartition élevée et une expérience passager améliorée, le B737 MAX garantira à Akasa Air un avantage concurrentiel sur son marché domestique dynamique.

La République-Unie de Tanzanie ont annoncé  une commande pour un B787-8 Dreamliner, un B767-300 Freighter et deux jets B737 MAX. Les avions seront exploités par Air Tanzania, la compagnie aérienne nationale de la Tanzanie, pour étendre le service du pays à de nouveaux marchés à travers l'Afrique, l'Asie et l'Europe. La commande, évaluée à plus de 726 millions de dollars au prix catalogue, n'avait pas été identifiée auparavant sur le site Web des commandes et des livraisons de Boeing.

Emirates ont annoncé une commande de deux B777 Freighters lors du salon aéronautique de Dubaï 2021, élargissant ainsi les capacités futures de l'une des plus grandes compagnies aériennes de fret au monde à une époque de forte demande mondiale de fret aérien.Les cargos seront exploités par Emirates SkyCargo, qui exploite actuellement une flotte entièrement Boeing de 10 B777 Freighters et transporte également du fret sur les 134 B777 avions de passagers d'Emirates. D'une valeur de plus de 704 millions de dollars au prix catalogue, les commandes étaient auparavant attribuées à un client non identifié sur le site Web Commandes et livraisons de Boeing.

1777759.jpg

Photos : 1 Dubaï air Show @ Dubaï presse 2 commande ALC 3 B737 Max @ Boeing

 

04/11/2021

Nouvelle étape pour le « Loyal Wingman » de Boeing !

BDA_LW_Woomera_Sept_21-107_Courtesy_Defence._hiresjpg.jpg

Boeing a étendu son programme d'essais en vol du Boeing Airpower Teaming System (Loyal Wingman), avec deux aéronefs ayant récemment accompli avec succès des missions de vol distinctes au Woomera Range Complex en Australie.

Le premierdrone « Loyal Wingman » développé avec la Royal Australian Air Force (RAAF) a démontré une gamme de caractéristiques clés au cours des vols d'essai pour continuer à élargir le domaine de vol. Un deuxième avion a également terminé avec succès sa première mission de vol.

Tout au long des missions d'essais en vol, les équipes ont rassemblé des données sur les performances de l'avion qui seront utilisées pour informer et affiner le jumeau numérique du Boeing Airpower Teaming System, dans le but d'accélérer le développement de l'avion dans la mesure du possible. Le jumeau numérique modélise l'ensemble du cycle de vie du système, de la conception et du développement à la production et à la maintenance, et contribue à la vitesse et à la qualité initiale.

Les essais en vol du drone 1 comprenaient la première fois que le train d'atterrissage était sorti et engagé. RUAG Australia a fourni les systèmes de trains d'atterrissage à l'avion, et BAE Systems Australia a fait partie intégrante de la conception, de la fourniture et du support des systèmes de commande de vol et de navigation testés dans le cadre des vols.

Le premier lot de dreones « Loyal Wingman » sert de base au Boeing Airpower Teaming System en cours de développement pour divers clients mondiaux de la défense. Le dreone volera aux côtés d'autres plates-formes, utilisant l'intelligence artificielle pour s'associer aux actifs existants avec ou sans équipage pour compléter les capacités de la mission.

Développer l’Airpower Teaming : 

Ce premier drone « Loyal Wingman » sert de base au système Boeing « Airpower Teaming » en cours de développement pour divers clients. Ce futur drone volera aux côtés d'autres plates-formes comme le nouveau F/A-18 E/F « Super Hornet » BlockIII, en utilisant l'intelligence artificielle pour s'associer aux actifs existants avec équipage et sans équipage pour compléter les capacités de la mission.

Avec le soutien de plus de 35 équipes industrielles australiennes et en tirant parti des processus innovants de Boeing, y compris des techniques d'ingénierie basées sur des modèles, telles qu'un jumeau numérique à des missions d'essais en vol numériques, l'équipe a pu fabriquer le premier drone d’essais de la conception au vol en trois ans seulement.

Des drones supplémentaires de types « Loyal Wingman » sont actuellement en cours de développement, et des vols en équipe sont prévus plus tard cette année.

Le système de drone Airpower Teaming doit permettre : 

De fournir une performance équivalente à un avion de combat avec une capacité de parcourir plus de 2’000 milles marins.

Intégrer des ensembles de capteurs à bord pour soutenir les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et de guerre électronique

Faire appel à l'intelligence artificielle pour voler de manière indépendante ou avec l'appui d'un avion piloté, tout en maintenant une distance de sécurité entre tous les avions. Le drone doit à terme être capable de voler et d'appuyer « l’Advanced Super Hornet BlockIII» dans ses missions d'attaques et de pénétration.

Le système d’association de Boeing Airpower offrira un avantage perturbateur pour les missions habitées et non habitées des forces alliées. 

496456178.jpeg

Photos : le Loyal Wingman @ Boeing