28/11/2020

Le Kamov Ka-52M se prépare pour sa seconde phase d’essais ! 

Capture3.JPG

L’hélicoptère de combat modernisé Kamov Ka-52M, dont le premier vol a eu lieu en août de cette année, se prépare pour la seconde phase d’essais. Selon le calendrier de développement de la Progress Aircraft Company du Russian Helicopters, le Ka-52 modernisé doit débuter le 1er décembre prochain des essais conjoint avec les forces russes. Ceux-ci devraient être terminés en septembre 2022 et permettre la livraison des premiers exemplaires. Pour ce faire deux appareils ont été modernisés et viendront compléter l’actuel prototype.

Le nouveau Kamov Ka-52 « M » : 

Le KA-52M dispose d'une avionique améliorée et d'une autoprotection renforcée et s'inspirera de l'utilisation opérationnelle du KA-52 dans le conflit syrien.

Selon Russian Helicopters, la modernisation de l'hélicoptère implique d'élargir le rayon d'action des cibles, de la détection et d'identification de celles-ci, ainsi que l 'amélioration de l’utilisation des armes contre des cibles terrestres et aérienne. Pour ce faire le Ka-52M doit recevoir un radar à balayage électronique actif (AESA).

Nombre de ces améliorations découlent des observations faites sur les performances de l’hélicoptère en Syrie. Outre l’amélioration des capacités de combat du Ka-52, le programme de modernisation du Ka-52M a également pour objectif d’approfondir les points communs entre le Ka-52 et la ligne d’hélicoptères Mi-28, afin de rendre la production et les services de support plus efficaces et moins coûteux.

Le Ka-52M est une variante améliorée de l'hélicoptère de reconnaissance de combat Ka-52 équipé d'un radar AESA monté sur mât pour une meilleure acquisition des cibles et une nouvelle génération de missiles air-sol. Un nouveau lecteur numérique aidera à augmenter la précision de visée du canon. Le Ka-52 amélioré peut fonctionner à toutes les températures, y compris dans les conditions arctiques. Son train de roulement est équipé de roues avec une capacité de charge et une résistance à l'usure plus élevées et des équipements d'éclairage à LED sont incorporés, tandis que la cabine des pilotes présente un nouvel intérieur. Ce dernier garantira la satisfaction des exigences ergonomiques modernes, y compris lors du pilotage dans l'obscurité avec des lunettes de vision nocturne. Les pales du rotor principal du Ka-52M sont équipées d'un élément chauffant plus puissant, qui permettra à l'hélicoptère de fonctionner sur toute la plage de température, y compris dans les conditions arctiques.

En outre, la mise à niveau comprendra les derniers systèmes de communication et d'échange de données à bord et équipements de navigation par satellite.

Question armement, le KA-52M emporte le missile antichar Vikhr 9A4172 ATGM (version améliorée du (9K121) guidé à longue portée de 8 à 10 km. Il est connu en Occident sous le nom d'AT-16 ou Scallion. Il a été développé pour remplacer le système 9K114 Shturm (nom de rapport occidental AT-6 ou Spiral), qui peut pénétrer les chars de combat occidentaux contemporains avec des blindages réactifs composites et explosifs.

La nouveauté comprend l’adaptation du missile KBP Hermes guidé modulaire, supersonique, bi-calibre et polyvalent. Le système de missiles Hermes se compose d'un étage d'appoint extensible et du système de missile principal, transportant une puissante ogive à fragmentation explosive (HE). Le spectre des cibles qui peuvent être engagées de jour comme de nuit à l'aide du système d'armes Hermès comprend : les véhicules blindés, les installations, les fortifications et les cibles aériennes à basse vitesse comme les hélicoptères. Le système de guidage combine le système de navigation inertielle (INS) avec la commande radio. Le guidage terminal dépend d'un chercheur laser semi-actif. La portée est de 30 km.

Le Kamov Ka-52 « Alligator » :

Le Kamov Ka-52 « Alligator » est un hélicoptère de combat de hautes performances avec une capacité jour et nuit, doté d’une capacité de survie élevée. Doté d’une conception de rotor coaxial, il offre un plafond de vol stationnaire de 4’000m et la vitesse verticale de montée atteint 10m seconde à une altitude de 2’500 m. Équipé d’un cockpit blindé qui résiste aux projectiles de 12,7mm. Les deux pilotes disposent d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial, puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur.

Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent pod infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Ce dernier comprend des contre-mesures actives. L'hélicoptère est équipé d'unités de brouillage IR et électroniques actives, de systèmes d'alerte laser Pastel (L150) RWR, Mak (L136) IR et Otklik (L140) avec distributeurs de leurres / paillettes UV-26.

Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov VH-2500. Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère dispose de petites ailes équipées chacune de rails de suspension, ainsi, que des contre-mesures de bout d'ailes. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-chars, deux nacelles de roquettes B8V-20 pour les roquettes air-sol S-8 de 80mm.  Le Ka-52 est armé d'un canon 2A42 « Shipunov » à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut. 

russia_ka_1597059888.jpg

Photos : Ka-52 @Vladislav Perminov

27/11/2020

L’armée allemande commande 31 NH-90!

Am-24-Oktober-2019-wurde-der-erste-Sea-Lion-fuer-die-Marineflieger-an-das-Beschaffungsamt-bergeben--169FullWidth-6a0fff4c-1639846.jpg

La Bundeswehr allemande a passé commande pour un total de 31 hélicoptères NH90 NFH, connus sous le nom de “Sea Tiger” ASW, pour les opérations navales de la marine allemande. Les hélicoptères remplaceront la flotte de la marine allemande de type Lynx Mk88A qui est entré en service en 1981. La Bundeswehr a déjà commandé 18 hélicoptères de transport NH90 naval “Sea Lion”, dont sept ont déjà été livrés.

Trois appareils en concurrence : 

Le NH-90 était en concurrence avec le Leonardo AW159 « Wildcat » et le Sikorsky MH-60R « Seahawk ». Les trois appareils répondaient aux besoins de la marine allemande. Le choix du NH-90 a été motivé principalement pour des raisons de simplification de la flotte. L'utilisation généralisée du NH90 TTH par l'armée allemande et du NH90 NFH par la marine allemande permet des synergies considérables en termes de logistique et de formation. Les équipages de conduite et le personnel technique de la marine ont déjà suivi une formation de base sur le NH90 avec les équipages du NH90 de l'armée depuis l'introduction du “Sea Lion”.

Un hélicoptère et deux appellations :

Le “Sea Tiger” ASW et le “Sea Lion” MRFH sont tous deux des dérivés du NH90 NFH. Le “Sea Tiger” ASW est basé sur la configuration “Sea Lion”, mais renforcée par des capacités et des équipements de mission, afin de mener à bien leurs tâches spécifiques. En plus de la reconnaissance et du transport, les missions du “Sea Tiger” embarquées comprennent des cibles engageantes au-dessus et au-dessous de la surface. A cet effet, le “Sea Tiger” est, entre autres, équipé d'un sonar plongeant actif et du système de désignation électro-optique / laser Leonardo LEOSS-T, de bouées sonar passives et d'armes telles que des torpilles MU90 et missiles antinavires Marte MKII et de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté. Le “Sea Tiger” sera engage à bord des frégates de la marine.

De son côté le “Sea Lion” MRFH est optimisé pour les missions de recherche et de sauvetage (SAR), de reconnaissance maritime, transport de forces spéciales, ainsi que des missions de transport de personnel et de matériel pour les frégates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

Les NH-90 NFH font partie du consortium NHI, qui comprend Airbus Helicopters, Leonardo Helicopters et Fokker. Les « Sea Lion » et plus tard les « Sea Tigers » sont assemblés par Airbus Helicopters Deutschland à Donauworth dans le sud de l'Allemagne.

Le NH90 :

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » et « Sea Tiger » sont largement similaire à la version de base du NH90 NFH de l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires.

Les « Sea Lion & Sea Tiger » réprésentent la première qualification de la variante navale allemande, y compris l'intégration d'équipements de communication et de mission spécifiques à l'Allemagne. 

366578171.jpg

Photos : NH-90 Sea lion @ Airbus Helicopters

25/11/2020

Le B1B pourrait emporter des charges externes !

201120-F-JG201-1221.JPG

L’US Air Force travaille à renforcer la capacité d’emport de charge de son bombardier Rockwell B1B « Lancer ». Un appareil a effectué un vol avec une armes hypersonique accroché à un pylône externe.

Pour l’US Air Force, les capacités de transport étendues du B-1B se rapprochent un peu plus de leur réalisation après un vol de transport captif externe au-dessus du ciel de la base aérienne d'Edwards, en Californie, le 20 novembre dernier.  Le vol comprenait un B-1B Lancer affecté au 419e Escadron d'essais en vol de la 412e Escadre d'essai, Global Power Combined Test Force, et transportait pour la première fois un missile air-sol sous un pylône externe. Cette démonstration pourrait ouvrir la voie au B-1B pour transporter des armes hypersoniques à l'extérieur.

Ce vol de transport captif était le point culminant des nombreux essais au sol qui ont commencé avec la démonstration de transport élargi l’année dernière et qui comprenait une soute à bombes interne modifiée, qui comportait une cloison mobile. La démonstration a présenté une configuration du B-1 qui permettrait à l'avion de transporter des armes de plus grande taille à la fois à l'intérieur et à l'extérieur. Les ingénieurs du bureau du programme du système B-1 et de Boeing se servent de ce premier vol pour vérifier l’intégration de l’arme et du pylône avec le B-1B. Ils s'intéressent également aux effets physiques, au logiciel et aux qualités de vol de la nouvelle forme sur la ligne de moulage externe de l'avion.

Cet examen technique approfondi aidera l'USAF à comprendre les domaines sur lesquels elle doit se concentrer pour maintenir le B-1B en tant que système d'armes multi-missions, jetant potentiellement les bases de l'intégration des futures armes sur l'avion. Le B-1B a été initialement conçu pour incorporer une cloison mobile et des points durs externes utilisables pour sa mission nucléaire d'origine, mais les États-Unis ont déplacé la mission du « Lancer » vers les armes conventionnelles en 1994. La conversion physique aux armements conventionnels a commencé en 2007 avec le Strategic Traité sur la réduction des armements (START), et a été achevé en 2011. Les démonstrations de transport élargies actuelles maintiendront l'avion conforme à l'accord New START, ce qui signifie que le « Lancer » peut à nouveau utiliser ces fonctionnalités tout en livrant des armes conventionnelles.

L’augmentation de capacité proposée signifie que deux bombardiers équivaudraient à trois bombardiers actuels. À la suite de la mission de transport captif, les ingénieurs examineront ensuite les données recueillies lors du vol avant de passer à la phase suivante de la démonstration, une libération d'armes externes.

B-1B-Lancer-JASSM-external-captive-carry-flight.jpg

 Photos : Le B1B portant une arme externe sous le fuselage@ USAF

24/11/2020

Un missile de croisière brésilien pour le Gripen !

23.jpeg

En début de semaine, l'armée de l'air brésilienne (FAB) et l’industriel AVIBRAS Indústria Aeroespacial ont signé un protocole d'accord afin d'officialiser le développement d’un missile de croisière à longue portée destiné à l’avion de combat Saab/Embraer F-39 Gripen E/F.

Le missilier AVIBRAS répond ainsi au plan Plan Stratégique Militaire pour l'Aéronautique (PEMAER), Ce projet national de développement d'un missile de croisière longue portée, à propulsion basée sur un moteur à réaction à lancer depuis des plates-formes aériennes. Connu sou le nom de MICLA-BR.

Avec les connaissances acquises lors du développement du MICLA, il sera possible de concevoir une famille de missiles similaires, utilisant une technologie de pointe, pour une application dans divers scénarios de conflit armé par les forces armées brésiliennes. Les bénéfices à générer avec cette initiative vont au-delà de l'augmentation de la capacité de défense de la nation, puisqu'elle contribuera à la promotion de la base de défense industrielle, génératrice d'emplois, d'évolution technologique, voire de devises à travers la possibilité d'exporter des produits technologiques à forte valeur ajoutée.

RVC_8051.jpg

Le futur missile MICLA-BR est un dérivé du missile tactique AV-TM 300 de croisière surnommé « Matador » en phase finale de développement. Le missile peut utiliser une seule ogive de 200 kg explosive ou à sous-munitions avec 64 sous-munitions pour des cibles antipersonnel ou antichar. La première version du missile a été créée en 1999, cependant, le développement du missile a officiellement commencé en septembre 2001. Finalement, les spécifications d'origine ont subi une modification majeure, dont l'ajout de matériaux composites. Le missile utilise une fusée à combustible solide pour le lancement et un turboréacteur pendant le vol de croisière subsonique. Le turboréacteur indigène de missile est une variante du Turbomachine TJ1000, développé par la société Turbomachine et utilisé par Avibras dans le cadre d'un accord de licence de fabrication.

Actuellement un prototype du MICLA-BR est en tests sous un Northrop F-5 E de la FAB. Il s’agit d’analyser les effets aérodynamiques sous l’avion et par la suite de vérifier que celui-ci se détache correctement de l’avion lanceur.

AV-MTC-300-em-um-F-5M.jpg

Photos : 1 F-39 Gripen de la FAB @ FAB/Johnson Barros 2 L’AV-TM300 dont sera dérivé le MICLA-BR 3 Prototype du MICLA-BR sous un F-5 @ FAB

Police du ciel, un King Air en difficulté !

image.hot-mission.png

Hier en fin de matinée, l'intervention rapide des Forces aériennes dans le cadre d'une « Hot Mission », un avion d'Air-Glaciers a pu effectuer un atterrissage d'urgence contrôlé lundi après-midi, malgré des problèmes de train d'atterrissage. 

Hier à 11h20, les Forces aériennes ont reçu un appel d'urgence d'un bi turbopropulseur  Beechcraf King Air 200 d'Air-Glaciers en vol à destination de Sion. Le pilote a signalé qu'il n'avait aucune indication claire que son train d'atterrissage avant était correctement sorti et verrouillé pour l'atterrissage.

126896019_663939970963373_7671966884326989684_o.jpg

Les Forces aériennes ont alors déclenché une Hot Mission pour effectuer une vérification visuelle du train d'atterrissage du King Air 200. En quelques minutes, deux FA-18 étaient sur place et ont pu confirmer que le train d'atterrissage avant n'était que partiellement sorti. Grâce à cette assistance des Forces aériennes, le King Air, a pu tourner en cercle afin de s’alléger en toute sécurité. Alors à court de carburant, il a pu effectuer un atterrissage d'urgence contrôlé à Sion à 14h35 et l'équipage a pu quitter l'avion de manière autonome.

En touchant la piste, le train avant s’est affaissé et l’avion a piqué du nez, mais il ne s’est pas enflammé, les pompiers ayant immédiatement répandu un tapis de mousse. (Sources : DDPS, Aéroport de Sion)

2eatpFDR4lCB93-nbzUVZe.jpg

Photos : 1 & 2 le King Air 200 en vol contrôlé par la nacelle FLIR d’un Hornet@ DDPS  3 au sol @ Police de Sion