26/01/2020

Le F-35 démontre les capacités de combat en réseau!

f-35fEATURE-640x353.jpg

Si, le programme F-35 est régulièrement montré du doigt pour ses multiples problèmes, il n’en reste pas moins que l’avion dispose de nombreuses capacités. Ces nouvelles capacités offertes grâces à la mise en réseau des nombreux capteurs de l’avion viennent d’ouvrir de nouvelles solutions. Lors d’essais menés en décembre dernier, le F-35 a démontré sa capacité à transmettre des données de ciblage sur de multiples menaces.

Des essais de ciblage ont eu lieu sur le polygone de tir de White Sands Missile Range en décembre dernier. Deux F-35 de l'US Air Force a été intégré au système de commandement de combat aérien et antimissile intégré (IBCS) de l'armée américaine, les avions de combat devaient fournir la capacité de détection aéroportée pour détecter, suivre et intercepter des menaces aériennes simultanées.

Les F-35 et l'IBCS ont été connectés via la liaison de données avancée multifonction MADL (Multi-Function Advanced Datalink system). Cette connexion devait valider l’usage du F-35 en tant que

capteur avancé, lors d'un test de tir réel de combat aérien intégré (ICBS) contre plusieurs cibles. Le test a démontré les compétences du F-35 à recueillir, analyser et de partager de manière transparente des informations critiques avec la force de combat conjointe pour diriger l'espace de combat dans un champ multi-domaines. Le résultat a permis de valider la capacité du F-35 à travailler en tant que capteur aéroporté susceptible d'intercepteurs des missiles aériens comme des missiles de croisière par exemple. Par ailleurs, l’engagement de F-35 a démontré sa capacité de contrer des menaces à basse altitude et évoluant sur un terrain masqué.

840_472_matched__pvx5bh_northrop.jpeg

Des capacités qui ouvrent de nouvelles voies :

Le F-35 est le premier à démontrer les nouvelles perspectives qui s’ouvrent dans l’évolution du combat aérien grâce à la mise en réseau des systèmes aériens au sol et sur mer. Très prochainement, l’ensemble des aéronefs (Advanced Super Hornet, Rafale F4, Eurofighter T4 et Gripen E) viendront s’ajouter à la liste des avions de combat qui vont révolutionner le champ de bataille et la perception de celui-ci. Mais de gros efforts vont devoir être réalisés au sein des forces armées avant que l’ensemble des systèmes ne puisse fonctionner complètement en réseau et de manière sûr.

Photo : F-35 @ USAF

 

24/01/2020

Modernisation des MH-65D Dolphin des Garde-côtes américains !

42651952594_e0fc33702c_b.jpg

Les Garde-côtes américains ont lancé un programme de mise à niveau de l’hélicoptère MH-65D « Dolphin ». Au total se sont 98 hélicoptères qui sont concernés par cette modernisation au nouveau standard « E ». Cette mise à niveau doit permettre l’utilisation du MH-65 jusqu'en 2035-2039, date à laquelle elle commencera à remplacer l'hélicoptère.

Mise à niveau au standard « E » :

La modernisation s’effectue au Centre de logistique aéronautique des Gardes-côtes à Elizabeth City, en Caroline du Nord. Les mises à niveau au standard « E » du MH-65 « Dolphin » sont axées sur l'avionique, y compris des améliorations de son système de commande de vol automatique et un nouveau poste de pilotage numérique avec un système d'architecture avionique commun avec le Sikorsky MH-60 « Jayhawk » également en service au sein des Gardes-côtes. L’appareil recevra également un radar numérique de recherche météorologique et de surface.

En parallèle, le MH-65 est soumis à une prolongation de la durée de vie de la cellule, qui vise à augmenter la durée de vie de l'hélicoptère jusqu’à 30’000 heures de vol au lieu des 20'000 heures actuelles. 

Dernière mise à jour :

Il s’agit de la troisième mise à jour de la flotte de MH-65. Depuis son entrée en service en 1984, la flotte de MH-65 a subi deux mises à jour importante. La première a vu le remplacement de la motorisation par le Turbomeca Arriel 2C2-CG, augmentant ainsi la puissance de 40%. La seconde a permis d’améliorer la défense de l’appareils avec l’ajout de mitrailleuses de 7,62 mm et la possibilité d'atterrir à bord des US Coast Guard Cutters.

778e4375fcb880ee64f342529d705959.jpg

Rappel :

En 1979, les Garde-côtes américains ont choisi le « Dauphin », basé sur la famille des produits Aerospatial AS365 Dauphin (puis Eurocopter et Airbus Helicopters), en tant que nouvel hélicoptère de sauvetage aérien et maritime à courte portée qui devait remplacer le HH-52A « Sea Guard ». L'aéronef est certifié pour fonctionner dans toutes les conditions météorologiques et les opérations de nuit, à l'exception des conditions de givrage.

Airbus a livré le premier « Dauphin » en 1984. La flotte de 100 hélicoptères a joué un rôle essentiel pour la Garde côtière, depuis des missions de sauvetage après l'ouragan Katrina et d'autres catastrophes naturelles jusqu'à l'exécution de sauvetages réussis en mer et en haute montagne.

En plus de desservir les États-Unis, Porto Rico et la République Dominicaine, le MH-65 est devenu le principal appareil de sauvetage à bord des navires. L'escadron tactique d'interception d'hélicoptères de la Garde côtière en Floride utilise également le MH-65 pour des missions de lutte contre les stupéfiants dans des zones de trafic de drogue à forte menace.

En 2017 Airbus Helicopters Inc. a salué la garde côtière des États-Unis pour avoir atteint le cap des 1,5 millions d'heures de vol avec sa flotte d’hélicoptères de patrouilles MH-65 « Dolphin » de recherche et de sauvetage. 

USCG MH65C1.jpg

Photos : MH-65D « Dolphin » @ US Coast Guards

23/01/2020

Premier vol pour le CMV-22B « Osprey » !

DSC00084-300-hi-res.jpg

Le premier Boeing / Bell Textron CMV-22B « Osprey », a effectué son vol inaugural au sein du Amarillo Bell Centre. Le CMV-22B est la dernière variante de la flotte d’aéronefs à rotors basculants, rejoignant le MV-22 et CV-22 utilisé par le US Marine Corps et l'US Air Force. 

La US Navy utilisera le CMV-22B pour remplacer le C-2A « Greyhound » pour le transport du personnel, du courrier, des fournitures et des marchandises de haute priorité à partir de bases terrestres aux porte-avions en mer. Bell Boeing a conçu la variante marine spécialement pour les parcs de véhicules de transport en fournissant une capacité accrue de carburant pour l'exigence de gamme étendue. La flexibilité de la mission du balbuzard augmentera les capacités opérationnelles et la préparation, en plus du transport des composants principaux du moteur F-35. 

Le nouvel appareil disposera d’un système de communication radio de longue portée (au-delà de la visée radio) qui devra permettre de pouvoir rester en liaison avec le groupe de combat naval en permanence.

Le CMV-22B permettra un rayon d’action de 1’150 miles nautiques, Bell Boeing livrera le premier CMV-22B à l'Escadron d'essai et d'évaluation de l'air (HX) 21 au début de 2020 pour le test de développement.

Photo : le prototype du CMV-22B @ Boeing

22/01/2020

Début d’assemblage pour le T-7A « Red Hawk » !

66770_t7aredhawk_68594.jpg

L’avionneur suédois Saab a commencé la production de l’assemblage des premières sections de série de l'avion école T-7A, soit l'entraîneur avancé développé et produit avec Boeing pour l’US Air Force.

Saab est responsable du développement et de la production de la section de fuselage arrière pour l'entraîneur avancé, sept unités arrière étant produites à Linköping, en Suède, pour l'assemblage final dans les installations américaines de Boeing à Saint-Louis, Missouri. 

 « Dans un peu plus d'un an depuis la signature du contrat, nous commençons la production de notre partie du jet T-7A. Cette réalisation est possible grâce à la grande collaboration entre Saab et Boeing, et c'est un honneur de faire partie de ce programme pour la United States Air Force », a déclaré Jonas Hjelm, responsable du secteur d'activité Saab Aéronautique.

Saab ouvrira un site aux USA :

Les travaux sont effectués à Linkoping, en Suède, après quoi la production future des pièces de Saab pour le T-7A sera transférée vers le nouveau site américain à West Lafayette, dans l'Indiana.

Le site de Saab à West Lafayette est un élément important de la stratégie de croissance de Saab aux États-Unis, créant de solides capacités organiques pour le développement, la fabrication et la vente de ses produits.

Boeing est le maître d'œuvre désigné pour l'acquisition du système avancé de formation des pilotes T-7A par l'US Air Force. Saab et Boeing ont développé l'avion avec Saab en tant que partenaire de partage des risques. Saab a reçu la commande de Boeing, le 18 septembre 2018.

Le T-7A « Red Hawk » de Boeing/Saab :

Le T-7A de Boeing/Saab comporte une double queue, un grand cockpit avec une excellente visibilité. Des éléments de type LERX ont été repris de la famille F/A-18 « Hornet ». Le T-7A dispose d’un seul moteur General Electric F404 également utilisé sur le "Hornet" et le "Gripen". Boeing affirme que la conception et la performance de l'avion à double-queue fourni un excellent contrôle, et une très bonne stabilité pour le ravitaillement. Darryl Davis, le président de Boeing's Phantom Works, a déclaré que l'avion a été conçu pour répondre à toutes les exigences du programme, et a noté qu'il offrira un angle d'attaque haut (AoA) et de haute performance en matière d’accélération. Boeing a également souligné que la conception du poste de pilotage offre un positionnement idéal pour l'instructeur avec une très bonne visibilité, tant pour l'instruction en vol que pour la formation avancée en combat aérien visuel. L'offre de Boeing/Saab utilise un cockpit moderne, semblable à celui d'un combattant, avec un écran reconfigurable à grande surface (LAD) qui imite ceux trouvés dans le F-22 et le F-35 et le nouveau Gripen E. Le « Red Hawk » est également compatible avec les lunettes de vision nocturne. Le Boeing/Saab T-7A est doté d'une capacité interne de ravitaillement en vol et il dispose d’un point d'ancrage central pour transporter des équipements connexes comme des nacelles. 

765146841.jpg

Photos : Le T-7A 2Red Hawk » @ Boeing/Saab

21/01/2020

Inde: entrée en service du missile BrahMos sur le Su-30 !

987.jpg

Lundi 20 janvier, l'Indian Air Force (IAF) a annoncé la mise en service progressive de son premier escadron de chasseurs multirôle Sukhoi Su-30MKI armé du missile de croisière supersonique BrahMos-A (Air). Avec l’arrivée du nouveau missile associé aux performances exceptionnelles du Sukhoi Su-30MKI, l'IAF dispose dorénavant d’une portée stratégique redoutable pour la région. Le missile BrahMos offre à l’armée de l’air indienne la capacité désirée d’attaquer à partir de vastes champs de bataille éloignés sur toute cible en mer ou sur terre avec une précision extrême jour et nuit et par tous les temps.

Réactivation d’un ancien escadron :

Pour mettre en œuvre le nouveau couple Su-30MkI BrahMos, l’IAF a réactivé un ancien escadron, le n°222 « Tiger Sharks ». L’escadron opérera depuis les installations de Thanjavur Air Force Station (AFS) sur la côte sud-est de l'Inde. Il sera chargé de surveiller les côtes orientales et occidentales de l'Inde et la région plus large de l'océan Indien. L’escadron 222 va recevoir 18 Su-30MKI, dont huit appareils devraient être armés du missile BrahMos-A.

Intégration terminée :

L'intronisation de l'escadron fait suite à trois tirs d'essai réussis du système de missiles BrahMos-A avec l’avion de combat Su-30MKI depuis novembre 2017, dont le plus récent a eu lieu au large de la côte est de l'Inde en décembre 2019. L'intégration de l'arme sur l'aéronef a été un processus très complexe impliquant des modifications mécaniques, électriques et logicielles de l'avion. L’IAF est impliquée dans l’activité depuis sa création. Le développement du logiciel de l'avion a été entrepris par les ingénieurs de l'IAF tandis que HAL apportait des modifications mécaniques et électriques à l'avion.

Les efforts dévoués et synergiques de l’IAF, du DRDO, du BAPL et du HAL ont prouvé la capacité du pays à entreprendre de telles intégrations particulièrement complexes.

75.jpg

Le BrahMos : 

Le BrahMos est un missile de croisière supersonique pouvant être lancé à partir d'un sous-marin, d'un bâtiment de surface, d'un avion ou d'une station terrestre. Développé conjointement par l'Inde et la Russie. Les deux pays ont créé à cette fin une société commune, BrahMos Aerospace Private Limited.

Utilisé par l'armée indienne depuis 2005, le « BrahMos » est un missile supersonique à propergol solide pesant 2,55 tonnes. Le missile vol à des vitesses comprises entre Mach 2,5 et 2,8. Sa version originale est longue de 8,3 mètres pour 0,67 m de diamètre. Doté d'une ogive de 200 à 300 kg, le BrahMos est capable de neutraliser les cibles à une distance de 290 km avec une charge anti-blindage ou nucléaire. BrahMos est un acronyme composé des premières syllabes du fleuve indien Brahmapoutre et de la rivière russe Moskova.

Le Sukhoi Su-30MKI :

Le Sukhoi Su-30MKI ou « Super 30 » bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-AE en bande X peut suivre 30 cibles aériennes en mode suivi pendant le balayage et engager six cibles simultanément en mode attaque.  Ce dernier remplace sur les dernières versions de l’avion le radar PESA N011M Bars. L’avion dispose d’une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn Corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2’000 heures en lieu et place des 1’000 actuels. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre extrême.

805.jpg

Photos : 1 & 2 Su-30MkI doté du BrahMos 3 Tir d’un BraMos depuis un Su-30MKI de l’IAF lors des essais @ IAF