30/09/2019

Nouvelle commande pour le KC-46A !

532944450.jpg

L’avionneur américain Boeing a reçu une commande d’une valeur de 2,6 milliards USD pour la construction de 15 avions ravitailleurs multirôles KC-46A « Pegasus » pour l'US Air Force (USAF). Le contrat a été annoncé par le ministère de la Défense (DoD) le 27 septembre, porte à 67 le nombre d'appareils sous contrat. Comme l'a noté le DoD, l'attribution de la production pour le lot 5 comprend les pièces de rechange et l'assistance et sera achevée d'ici à mars 2023.

Avec un programme record de 179 avions pour les besoins de l'US Air Force. Boeing devrait livrer 36 appareils d'ici la fin de l'année, tandis que le premier de quatre avions pour le Japon sera livré en 2021.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

Photo : KC-46A @ USAF

04/09/2019

Les B-2 de l’USAF s’entraînent avec des F-35 de la RAF !

788617E1-6381-49F1-819E-6EADC0A15E7E.jpeg

A la fin du mois d’août, trois bombardiers B-2 de la 509ème escadre de la base aérienne de Whiteman se sont déployé en Angleterre sur les installations de la RAF à Fairford près de Gloucestershire. Cet aérodrome est également  la centre des opérations avancées pour les bombardiers stratégiques américains en Europe.

Le déploiement de ces trois B-2 « Spirit » a permis de mettre en place un entraînement inédit avec les F-35 de la Royal Air Force le 29 août dernier. C’est première fois que des avions de combat étrangers de cinquième génération s’intégraient dans un exercice avec des bombardiers furtifs américains.

"Nous sommes ravis que l'USAF et la Task Force Bomber soient ici au Royaume-Uni et que nos pilotes de F-35 aient la possibilité de voler aux côtés et de s'entraîner avec les équipages de bombardiers B-2", a déclaré le capitaine de groupe Richard. Yates, chef d'état-major de l'état-major de la bataille aérienne du Royaume-Uni, dans un communiqué de presse de la RAF: "C'est la première fois qu'un autre pays le fait."

La formation vise à améliorer l’interopérabilité des bombardiers stratégiques avec les avions de combat de cinquième génération des alliés européens et à démontrer l’engagement des États-Unis à dissuader les agressions de l’adversaire sur le continent, selon un communiqué de presse de l’US Air Force.

Un tel exercice permet aux aéronefs alliés de renforcer les capacités d'intégration de ceux-ci de travailler les procédures d’engagement au sein  l'OTAN. Ce fut également l’occasion pour les pilote de B-2 de se familiariser avec le théâtre opérationnel européen.

Photo : B-2 et F-35 @ USAF

17:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : otan, f-35, b-2, usain, raf, blog defence |  Facebook | |

19/08/2019

Les A-10 équipés de nouvelles ailes !

DWqKALvW0AAQq57.jpg

L’unité de maintenance de la base aérienne de Hill a installé la dernière des 173 nouvelles paires d'ailes sur la flotte d’avion Fairchild A-10 « Thunderbolt II », finalisant ainsi un projet démarré en 2011 avec l'avion.

Le 571e escadron de maintenance des aéronefs de la SLA a échangé les ailes sur 162 A-10 dans le cadre du programme de remplacement et d’amélioration de la flotte de A-10. Les 11 autres appareils ont reçu leurs ailes sur la base aérienne d’Osan en République de Corée.

Les nouvelles ailes devraient permettre de durer jusqu'à 10’000 heures de vol sans inspection de dépôt. Travailler sur un avion qui vole depuis près de 40 ans n’a pas été facile. Les modifications incluaient la fabrication de nouvelles pièces pour le fuselage et la nécessité de rassembler d'autres pièces de l'A-10 provenant du 309ème groupe de maintenance et de régénération de l'aérospatiale de la base aérienne Davis-Monthan, en Arizona.

Rappel : 

En 2016, pour maintenir la flotte de A-10 en service, un contrat devait accélérer les travaux de maintenance. Diverses pièces devaient être usinées et Boeing aurait dû continuer à produire de nouvelles ailles pour l’avion. En effet, une partie de la flotte de A-10 a déjà reçu une nouvelle paire d’ailes. Mais il fallait encore remplacer les ailes les plus critiques, des A-10 encore services. Les ailes des A-10 ont été mises à lourde contribution, lors des nombreux déploiements sur divers théâtres opérationnels et de nombreuses fissures ont été décelées. 

Introduit au sein de l’US Air Force en 1976, le vénérable A-10 est le seul avion construit en production à offrir un soutien aérien rapproché. L’appareil doit voler près du sol en appui aux troupes au sol amies, larguer de lourdes charges d’armes, attaquer des véhicules blindés et des chars. Les ailes subissant de lourdes contraintes pendant la durée de vie du système d’armes et dont la durée de vie utile est encore inconnue, l’armée de l’air a décidé de remplacer certaines des ailes de la flotte afin que le système d’armes reste en état de navigabilité.

En 2007, Boeing a remporté un contrat de 1,1 milliard de dollars pour la construction d’ailes de remplacement dans son usine de Macon, en Géorgie, qui permettra à l’appareil de continuer à voler jusqu’à la fin des années 2030.

a-10-2100.jpg

Photos : A-10 @USAF

25/07/2019

Système anticollision sur le F-35 !

 

795BDED4-55F0-4404-98A4-C3AD6F95C4EE.jpeg

L’avionneur américain Lockheed Martin en collaboration l’US Air Force ont commencé à intégrer le système anticollision automatique au sol d'évitement (Auto-GCAS) sur le F-35A de l’USAF. Cette intégration a été avancée, car elle ne devait venir pas venir équiper le F-35 avant 2026.  Lockheed Martin est ses partenaires ont réalisé des études de faisabilité positive pour développer la technologie AGCAS en vue de son intégration à bord du F-35.

Initialement développé pour le F-16 en partenariat avec la NASA et l’Air Force Research Laboratory, l’Auto-GCAS (AGCAS) utilise la cartographie de terrain, la géolocalisation et l'automatisation pour détecter et éviter les collisions potentielles au sol. Lorsque le programme reconnaît l’impact imminent, il demandera au pilote de prendre des mesures. Si le pilote ne répond pas, l’AGCAS prend le contrôle temporaire pour détourner l'avion et le mettre hors de danger, puis retourne le contrôle de l'avion au pilote une fois sur une trajectoire sûre.

Le système fonctionne avec succès à bord des F-16 depuis plus de cinq ans et a déjà permis de sauver la vie de huit pilotes depuis 2014.

Les F-35A de l’USAF seront les premiers à recevoir l’AGCAS. Le système sera ensuite intégré à bord des variantes F-35B et F-35C.

lockheed martin,f-35,blog defence,les nouvelles de l’aviation,aviation militaire,cas,anti collision

Photo : F-35A @ Lockheed Martin

26/03/2019

Le Maroc commande le F-16 Viper !

C56CFBD1-9608-4009-BF41-64A2ABC1E03C.jpeg

 

Le Département de la défense des États-Unis approuve la vente de 25 Lockeed-Martin F-16 Block72 « V » au Maroc. Là pays dispose actuellement de 25 F-16 qu’on seront portés au standard Block72.

Selon le Département américain de la Défense, le contrat comprend également le matériel suivant : 29 moteurs F100-220E de Pratt & Whitney.

- 26 ordinateurs de mission modulaires, dont un de rechange;

- 26 systèmes de distribution d’informations multifonctions Link-16 - JTRS (MIDS-JTRS) avec terminaux TACAN et ESHI (avec un disque de secours);

- 26 systèmes mondiaux de navigation intégrés (EGI) LN260;

- 40 viseurs de casque. Ces casques seront ainsi généralisés à tous les pilotes marocains des F16. 

- 26 générateurs d’affichage programmables améliorés (iPDG).

- 30 canons M61 Al Vulcan 20 mm.

- 50 lanceurs polyvalents LAU-129.

- 40 missiles air-air de moyenne portée évolués AIM-120C-7 (AMRAAM).

- 40 sections de guidage AIM-120C-7.

- 3 kits JDAM GBU-38/54.

- 50 groupes de feuille d’air MXU-650, GBU-49.

- 50 MAU-210 groupes de contrôle informatique amélioré (GCC), GBU-49, -50.

- 36 fusées FMU-139 D / B.

- 6 fusées inertes FMU-139 D / B (D-l).

- 2 GTV GBU-39 (T-l).

- 60 bombes de petit diamètre GBU-39 / B (SDB I).

- 10 groupes de commande d’ordinateur MAU-169L / B, GBU-10, -12, -16.

- 10 groupes MXU-650C / B, GBU-12.

- 12 bombes MK82, inertes remplies.

- 4 bombes d'entraînement BLU-109.

- 10 MAU-169 GCC (D-2).

- 26 nacelles Sniper AN / AAQ-33.

Sont également inclus dans ce contrat: 26 systèmes de gestion de la GE AN / ALQ-213; 26 systèmes IFF d’identifications avancées ami/ennemi; une communications sécurisées, équipement de navigation cryptographique de précision; un système de planification de mission conjointe; 26 AN / ALQ-211 AIDEWS; 6 systèmes de reconnaissance avancée DB-110; matériel de communication; équipement de soutien.

 

maroc,lockheed martin,f-16 biper,avion de combat,blog defence,aviation militaire,romandie aviation